REBLOG

« Nous voilà livrés à notre propre médiocrité, rivés à nos écrans d’ordinateur, dans l’attente d’un changement de régime qui pourrait nous libérer du marasme ambiant. Mais, c’est une veine quête que cette attente des jours meilleurs, alors que nous subissons de plein fouet l’emprise d’un confinement que nous avons accepté d’emblée, sans trop nous questionner et encore moins protester. La radio réveil matin continue, vaille que vaille, à déverser ses flots d’insalubrités publiques tous les matins : « le taux de mortalité causée par le coronavirus atteint de nouveaux sommets dans un contexte où ne vous attendez pas à pouvoir sortir de chez vous de sitôt ». Chaque matin qui se pointe le bout du nez, bon gré mal gré, il nous faut subir un lavage de cerveau médiatique avant d’entreprendre notre journée de confit de canard » (Patrice-Hans Perrier).

« Le nouveau Narcisse est hanté, non par la culpabilité mais par l’anxiété. Il ne cherche pas à imposer ses propres certitudes aux autres ; il cherche un sens à sa vie. » — Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979)

Les coûts du confinement pour la France dépassent, désormais, les avantages sanitaires ; il devient urgent de déconfiner tandis que la lenteur de la reprise du travail inquiète, quitte à réduire l’indemnisation trop généreuse du chômage partiel. C’est la seule façon de diminuer les faillites d’entreprises, les parts de marché perdus à l’export, soit des chômeurs en plus à venir ! Les Français, irréalistes et utopiques, s’imaginent que c’est l’État abstrait avec Macron qui va financer tout ça, alors que ce sont eux seuls, avec leurs impôts, qui devront rembourser les dettes de l’État.

Les hommes politiques du passé sont toujours là pour nous proposer de nouvelles folies à endormir les foules. Mélenchon, référence utopique internationale, n’a rien trouvé de mieux qu’une « monétisation de la dette française » par la BCE avec un système de « dette perpétuelle ». Une dette ne peut être perpétuelle, tout comme les taux d’intérêt ne peuvent pas rester ridiculement bas pour l’éternité ! Placer des dettes irrécouvrables à l’actif de la BCE conduira inéluctablement à la faillite de la BCE et de la France, voilà la réalité.

« La vie se présente comme une succession d’images ou de signaux électroniques, d’impressions enregistrées et reproduites par la photographie, le cinéma et la télévision, et des moyens d’enregistrement perfectionnés. »

« Nous vivons dans un tourbillon d’images et d’échos qui interrompt l’expérience et la rejoue au ralenti. Les caméras et les machines à enregistrer ne transcrivent pas seulement le vécu, elles en altèrent la qualité. »

— Christopher Lasch, La Culture du narcissisme (1979)

nicolasbonnal.com

Voir l’article original

Catégories :REBLOG

Tagué:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s