Commentaire de Marché

Commentaire du Wolf / Baltic Dry Index : la lourde chute d’une idole

Commentaire du Wolf / Baltic Dry Index  : la lourde chute d’une idole

Recession for Shipping par fernlicht //

Le Baltic Dry index a chuté ces dernières semaines de plus de 60%. Signe d’un prochain ralentissement économique ? Ou conséquence d’une offre trop abondante de bateaux ? En tous les cas Le baltic dry index, censé ètre représentatif de l’évolution des prix du shipping, et longtemps considéré comme un indicateur avancé du commerce mondial et partant de l’état de l’économie apparait aujourd’hui pour ce qu’il est : Pas si fiable que cela….

PLUS DE WOLF EN SUIVANT :

Tout en vrac

Comme nous l’avons expliqué précédemment tout en dénonçant les vertus de son utilisation , le Baltic Dry index est l’indice le plus important au monde en matière de prix du « vrac sec » et l’indicateur du prix du transport de matières premières par voie maritime. L’indice reflète en le déformant le tarif moyen pratiqué pour le transport de vrac sec par bateau. Par « vrac sec », on désigne les matières "non liquides" (minerai de fer, charbon, céréales…). Le minerai de fer et le charbon représentent à eux deux 80% du transport maritime mondial de vrac sec. Le Baltic Dry index est dès lors considéré à tord comme un baromètre de l’économie mondiale.

Car le vrac sec, utilisé surtout dans les secteurs sensibles à la conjoncture (construction, infrastructures), est le premier échelon du processus économique.

Mais ces derniers temps, l’indice se montre très volatile. La semaine passée, il a mis fin à une longue série de 35 baissessuccessives. Depuis novembre 1995, il n’avait plus connu de telle chute ininterrompue. Sur un mois et demi, il a perdu plus de 60% de sa valeur, tombant ainsi à 1.720 points, alors qu’il était encore à 4.000 en début d’année et qu’avant la crise financière, il avait atteint l’incroyable sommet de 12.000.

La Chine

La baisse de la demande de la Chine en minerai de fer est un facteur important expliquant en partie  la baisse de l’indice. Car d’une part, la croissance économique du pays ralentit (elle est passée de 11,9% au premier trimestre à 10,3% au deuxième) et d’autre part, la Chine achète moins de minerai de fer, parce qu’elle avait constitué de gros stocks les mois précédents, après la forte chute des prix.

Selon certaines estimations, les importations chinoises de minerai de fer chuteraient cette année de 29%. Et ce ne sont ni les Etats-Unis, ni l’Europe ni le Japon qui seront capables de compenser ce recul.

Offre trop importante de vraquiers

Au delà de ces facteurs économiques (qui n’augurent pas grand chose de bon pour le second semestre), il existe un facteur plus technique : la hausse de l’offre de bateaux et dès lors de la concurrence. Selon certaines sources, le nombre de transporteurs de vrac sec aura crû de près de 15% en 2010 (alors que l’offre se contentera de +8 à +9%). Une menace pour le marché, qui s’explique surtout par les évènements de dernières années : en 2007 et 2008, le prix des matières premières (et de leur transport) a fortement grimpé, et a stimulé la construction de nouveaux bateaux. Par la suite, avec la crise, de nombreuses commandes ont été annulées ou reportées, parce que la demande de matières premières avait chuté et que beaucoup de contrats, et leur financement,  ne pouvaient plus être assumés.

Avec cette suroffre, le Baltic Dry index a perdu une partie de sa valeur d’indicateur avancé du commerce mondial. La suroffre fait chuter l’indice beaucoup plus lourdement que s’il ne s’agissait que du recul de la demande. Ce que confirme dailleurs The Economist dans un article récent :

http://www.economist.com/blogs/newsbook/2010/07/shipping_rates_slump (cliquez sur le lien)

 Il convient donc de relativiser les conclusions que l’on peut tirer de cet indicateur et lui préférer le Harpex ou le Commercial paper…

EN COMPLEMENTS INDISPENSABLES : Le BALTIC DRY INDEX (BDI) : un faux ami qui vous veut du mal

Le BDI (baltic dry index) s’emballe mais reste un faux ami qui vous veut toujours du mal….

Mieux que le BDI(Baltic Dry Index): Suivre le Harpex et le Commercial Paper !!!!

Quid du Baltic Dry Index (BDI) : les raisons d’un effondrement qui perdure

 
FAITES UN DON SOUTENEZ CE BLOG

 
Paiement sécurisé par PAYPAL  
  
 

2 replies »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s