A Chaud!!!!!

AChaud!!!! du Jeudi 6 septembre 2012: Draghi Empereur d’Europe ou "l’irrésistible ascension d’Arturo Draghi" par Bruno Bertez (Régne actualisé au 7/9/2012 à 6h45)

AChaud!!!! du Jeudi 6 septembre 2012:  Draghi Empereur d’Europe ou "l’irrésistible ascension d’Arturo Draghi" par Bruno Bertez (Régne actualisé au 7/9/2012 à 6h45)

/////////////////////////////////////////////////////

EN LIENS :A Chaud!!!!!! du Vendredi 31 Aout 2012 : Attention mise au point à usage boursier /Le pessimisme n’exclut pas l’euphorie par Bruno Bertez

Humeurs de Loups du Samedi 4 Aout 2012: Suite . Draghi . suite/Déclaration de guerre par Bruno Bertez

Politique Friction du Samedi 1er Septembre 2012 : De la troisième voie de Draghi à la lâcheté française par Bruno Bertez

Humeurs de Loups du Mercredi 1er Aout 2012: Coup d’Etat de Draghi / Draghi tente de prendre le pouvoir. par Bruno Bertez (Actualisé au 02/08/2012 à 21h15)

////////////////////////////////////////////////////////////////////

 Nous avons en son temps décortiqué l’action de Draghi et ses déclarations lors de l’ouverture des Jeux Olympiques. Nous avons immédiatement compris que quelque chose d’important se passait et que cela était « game changer ». La preuve, notre titre très fort, qui détonnait avec les commentaires de la presse MSM, laquelle, dans un premier temps, a considéré que Draghi bluffait. 

Les marchés, hésitants pendant quelques jours, nous ont, par la suite,  donné raison, les propos et réactions des politiciens sont ensuite venus valider l’ensemble.

Le vrai point important, nous y insistons, c’est la prise de pouvoir de Draghi. Le patron de la BCE a décidé que l’heure était venue d’occuper une place vide.

    Draghi a pour objectif de faire évoluer la BCE vers la FED américaine. Il veut autant de latitude que Bernanke, avoir la possibilité d’être le sauveur de derniers recours. 

Mais il y a quelque chose de plus que Bernanke n’a pas, il a la possibilité de prendre le pouvoir politique. 

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

Draghi et ses complices de la BCE ont compris qu’ils avaient, face à un ensemble européen hétéroclite et discordant, une carte à jouer. 

Cette carte est celle que la BCE a joué avec l’Italie. En cessant d’acheter sur le marché secondaire les bonds italiens, elle a réussi à chasser Berlusconi. Avec l’aide des bien pensants pas très démocrates, il faut le dire. 

Cela lui a donné des idées. Si la BCE se donne la maîtrise des achats de bonds souverains des pestiférés, puis des autres, pourquoi pas, sur le marché secondaire, alors elle peut faire la pluie et le beau temps, dicter ses conditions, dire qui lui plait, qui ne lui plait pas. 

La BCE, si on lui donne ces droits, aura plus de pouvoir que Merkel. Cette dernière a bien essayé de dicter sa loi aux pays du sud, mais ils ont retourné le chantage et ont menacé de l’apocalypse. Merkel n’avait pas les moyens de persuasion que va avoir Draghi, la possibilité de manœuvrer avec doigté, de souffler le froid et le chaud. 

Merkel n’avait ni le gros bâton de Draghi, ni sa grosse carotte. Ses moyens étaient limités en souplesse et en montants. Remarquez que nous ne disons pas, en intelligence, car nous ne considérons pas que Draghi est intelligent , il est simplement malin, rusé. Il a le vice et le machiavélisme du Pouvoir. 

Par ailleurs, il y a des gens qui trouvent que la dictature de la BCE et de sa bande ne sera pas suffisante, ils veulent en plus leur donner le droit de contrôler et commander le système bancaire. Donner le droit de contrôler le système bancaire aux complices des banquiers!

Autant donner la clef de la bergerie aux loups. 

Des indiscrétions récentes du député européen Jean Paul Gauzès suggèrent que Draghi va dans un premier temps mettre son pied dans l’entrebâillement de la porte, comme un représentant de commerce, et ne proposer que des achats de bonds sur des maturités courtes, c’est malin. 

D’une part, cela va désamorcer les critiques de ceux qui disent c’est un financement monétaire des gouvernements, cela va jeter le doute. 

D’autre part , cela va affaiblir les pestiférés. Le soutien n’étant que court, ils vont être encore plus dépendants, plus soumis, plus conciliants et obéissants. Seuls des achats sur des maturités longues donnent aux pays une véritable marge de manœuvre. Sinon, c’est la précarité. Imaginez votre liberté face à un banquier qui peut vous couper les vivres tous les mois. 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Spanish government bond yields and curve 

Selon des fuites émanant de parlementaires européens ayant assisté à un discours de Mario Draghi lundi, les achats ne concerneraient donc que des obligations dont l’échéance serait inférieure à trois ans. Pour Asoka Wöhrmann,responsable des investissements chez DWS, cette stratégie permettrait à la BCE de renforcer sa position face aux dirigeants politiques. «Une obligation à dix ans s’étale sur deux législations dans la plupart des pays, explique-t-il, ce qui rend moins contraignant les engagements pris par les gouvernements.»

En prêtant à court terme, la BCE donnerait un peu d’air aux Etats tout en maintenant une pression pour qu’ils réduisent leur dette publique. «Cela permettrait également à la BCE de mettre fin à son programme rapidement, en cas de non-respect des exigences», poursuit Asoka Wöhrmann. Et justement, Mario Draghi tient à ce que l’aide accordée soit assortie de conditions préalables telles que la mise en place de réformes budgétaires et structurelles.

L’espoir d’une intervention ciblée de la Banque centrale européenne (BCE) a fait chuter les taux d’emprunt de court terme des pays les plus vulnérables de la zone euro, une aubaine passagère pour ces Etats mais qui ne règle pas sur le fond leurs problèmes financiers. Le mouvement est spectaculaire: le taux à échéance 2 ans de l’Espagne chutait mardi à 3%, alors qu’il était encore au-dessus de 7% fin juillet. De son côté, le taux de même échéance de l’Italie était à 2%, contre 5% il y a un peu plus d’un mois. Ce recul est tout aussi marqué pour les échéances les plus courtes (plusieurs mois) et s’étend même à des pays comme la Grèce, l’Irlande et le Portugal. Le problème pour ces pays est qu’ils sont en proportion très endettés à plus long terme, en moyenne à 7 ans pour l’Espagne et 8 ans pour l’Italie.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Avec Draghi aux commandes, les gouvernements n’ont qu’à bien se tenir. S’ils acceptent le plan de l’homme de l’Internationale de la Banque, alors là, l’expression « la peur du Mur de l’Argent » aura un sens. 

La grave erreur de ceux qui sont contre cet abandon du pouvoir politique à la Banque est de ne pas oser déconstruire, démonter le mythe de l’impossibilité du break up, le mythe de l’impossibilité de défaire l’euro. 

Ils se laissent promener, intoxiquer. Le break up de l’euro est possible sans catastrophe. Pas sans douleur certes, mais la douleur de court terme est certainement préférable à ce qui nous attend dans le long terme. Réfléchissez à tous les mensonges accumulés depuis le début de la crise, à toutes les affirmations qui se sont trouvées démenties.

 BRUNO BERTEZ Le Jeudi 6 Septembre 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN LIENS : A Chaud!!!!!! du Vendredi 31 Aout 2012 : Attention mise au point à usage boursier /Le pessimisme n’exclut pas l’euphorie par Bruno Bertez

Humeurs de Loups du Samedi 4 Aout 2012: Suite . Draghi . suite/Déclaration de guerre par Bruno Bertez

Politique Friction du Samedi 1er Septembre 2012 : De la troisième voie de Draghi à la lâcheté française par Bruno Bertez

Humeurs de Loups du Mercredi 1er Aout 2012: Coup d’Etat de Draghi / Draghi tente de prendre le pouvoir. par Bruno Bertez (Actualisé au 02/08/2012 à 21h15)

EN BANDE SON :

Atitre de complément : Quelques nouvelles d’Europe

Le FT rapporte que, selon la BCE elle même, le cout du crédit pour les PME et TPE dans l’eurozone explosent. Ceci rendrait les entreprises moins compétitives et accentuerait les divergences au sein de l’Europe.

Dire que nous croyions que la politique d’argent abondant et gratuit de la BCE était conçue en faveur des clients des banques.

Merkel devant la CSU Bavière :  les pestiférés “méritent notre solidarité”.

Schauble. “J’en suis sur, la Cour Constitutionnelle ne va pas bloquer les Traités sur le fiscal compact et l’ESM.”

Assmussen : “Les craintes de désintégration de l’euro ne sont pas acceptables ”

Le secrétaire général de l’OCDE Angel Gurria :  "Je pense que la BCE est le bazooka, la puissance de feu, le muscle, la seule qui ait la capacité de faire comprendre aux marchés et de dire: oui nous le ferons"

La presse irlandaise affirme que Trichet s’oppose a la publication de ses échanges épistolaires de 2010 avec l’Irlande.

A lire et conserver l’étude du World Economic Forum sur la compétitivité, elle montre a quel point il est illusoire de vouloir mettre dans la même union monétaire des pays comme la Grèce, (96e rang) et la Finlande (3e rang)

//////////////////////////////////////////////////////

Schéma des avantages comparatifs dans le monde global publié par la Deutsche Bank

 

Contrairement aux apparences, les pestiférés sont riches. Ils détiennent ce qui constitue la richesse suprême pour les keynésiens, la capacité à consommer!

Vous savez ces fameux penseurs qui ont été jusqu’a inventer le concept de cout de création de la demande.

Avec eux, avec nos pestiférés, pas besoin de susciter artificiellement de la demande, ils ne produisent rien, mais ils sont là, indispensables, ils assurent les débouchés. Et ils en redemandent.

On n’y fait pas assez attention, pourtant a y réfléchir de plus prés, ce sont eux qui font tourner la machine. Eux, qui permettent à la bicyclette de ne pas tomber.

Nous comprenons mieux pourquoi il faut les payer, se priver à  leur profit: il faut  rémunérer cet effort qu’ils font en assumant cette fonction de consommation. Toute peine mérite salaire.

BRUNO BERTEZ Le Jeudi 6 Septembre 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

///////////////////////////////////////////

Draghi désormais " no limit" 

WEIMAR 2012

La BCE promet de racheter de la dette «sans limite».La BCE va ainsi acheter sans limite des obligations d’Etat de maturité comprise entre un et trois ans.

Mario Draghi a ainsi annoncé la fin du premier programme de rachat de dette publique, le SMP, lancé en mai 2010. Par ce biais, l’institution avait acquis pour plus de 200 milliards d’euros de dettes souveraines grecque, irlandaise, portugaise, italienne et espagnole. Le nouveau programme est baptisé OMT pour «Outright Monetary Transactions.

Les achats se feront toujours sur le marché secondaire. La BCE n’interviendra pas directement lors de l’émission de la dette pour rester dans les limites de son mandat. Autre mesure annoncée hier, l’allègement des garanties demandées aux banques pour emprunter à la BCE via les opérations de refinancement. Ces collatéraux ou contreparties n’auront plus besoin d’avoir une note minimale quand il s’agit d’obligations souveraines de la zone euro.

Le Conseil des gouverneurs était pratiquement unanime, a précisé Mario Draghi. Il y a eu une seule voix dissidente. «A vous de deviner de qui il s’agit. Nous ne donnons pas de détails», a prévenu, en substance, l’Italien. Une enquête ne sera pas nécessaire: Jens Weidmann, président de la Bundesbank – qui siège aussi au Conseil des gouverneurs – avait exprimé son opposition publiquement. La Buba s’est d’ailleurs fendue d’un communiqué hier en fin de journée pour montrer sa dés­approbation.

C’est justement en Allemagne que se prendra la prochaine décision cruciale. Mercredi, la Cour constitutionnelle de Karlsruhe devra valider ou non le MES.

source AFP Sep12

///////////////////////////////////////////////////////////////

9 replies »

  1. "Nous comprenons mieux pourquoi il faut les payer, se priver à leur profit: il faut rémunérer cet effort qu’ils font en assumant cette fonction de consommation. Toute peine mérite salaire."

    Pas besoin d’aller les chercher en Grèce, en Espagne … On a nos fonctionnaires bien de chez nous, et nos "populations fragiles" à demeure.

    Remarque d’un agriculteur : il y a vingt ans, j’avais deux fonctionnaires qui s’occupaient de moi, çà me demandais une demi journée de travail. Maintenant, j’en connais quatre, et il me fut tout le week end pour répondre à la moitié des demandes qu’ils m’adressent. (NDLR : je SAIS qu’il dit vrai).

    J'aime

  2. Merveilleux Lupus, qui en êtes évidemment un autre pour vos semblables comme il se doit,
    cependant depuis ces derniers jours je dois dire que mon imbécillité crasse me remonte à la figure, et que je ne comprends plus rien.

    Hier c’étaient des flots de liquidités ensommeillés qui allaient doucement se voir injectés dans le cadre d’une douce croissance retrouvée…j’en reste sans voix, et aujourd’hui le machiavélique ex-GS qui vient se transformer en dictateur omnipotent (pléonasme ok) par la simple magie d’un poste octroyé…je vais certainement me mettre à croire en dieu, celui qui fait des miracles, ou dans un grand complot style illuminati qui manipulent tout secrètement…
    car enfin ces multi-trillions de dollars qui constituent un trou sans fond dans l’économie mondiale, comment est-il si simple de les gommer avec des artifices dignes d’un Houdini visité par la grâce et qui maitriserait tous les ordinateurs!
    Ce n’est plus un tapis ou une black bank, c’est une porte vers un univers parallèle qu’il va nous falloir!

    Merci pour votre optimisme technique, mais subsistent quelques doutes.

    Et toujours bravo pour vos pertinentes analyses.

    J'aime

  3. Bonjour Mr bertez

    Excellente analyse et confirmée ce jour, c’est un jour funestre, la folie continue de plus belle.
    Les allemands sont une immense déception, on voulait pas y croire, mais là il n’y a plus aucun doute.
    L’ancre n’était pas en fonte, mais en carton-pâte.

    J'aime

  4. Carton-pâte ? Ca fait des mois qu’on vous prévient…

    Par vous-mêmes vous auriez pu le voir : il suffisait sur une page blanche de lister depuis 2008 les "déclarations" de merckel d’un côté, et ses actes.
    Avec les dates.

    L’exercice est édifiant. Mais le mythe, le "story telling" était plus fort que tout : "l’allemagne est vertueuse,merckel est allemande, donc merckel est vertueuse".
    ;-)

    J’ajoute : le cirque de Draghi aujourd’hui est édifiant. Bertez a parfaitement "lu" ce sinistre personnage.

    Le nouveau programme OMT est tout simplement hallucinant. Et assurera la survie de système (états et banques) pendant au moins 2 ans.

    J'aime

  5. Bonjour,
    j’ai une question: j’entends sur BFM TV biz que le rachat d’obligations sera "stérilisé" KESAKO?
    Pour l’article, que dire?
    Un banquier, ex GS, à la tête de la BCE, donc de l’UE littéralement dans pas longtemps, qui prend ses aises, avec les compliments tacites de politiciens et de tous ceux qui veulent "Faire l’UE", même s’ils ne savent même pas ce que cela veut dire et ou ils vont…
    Même Orwell n’avait pas imaginé cela: Bigbrother était un banquier et non un politicien.
    J’espère que les allemands dégageront Angela, les italiens Monti et tutti quanti. Même si c’est pour les remplacer par leurs clones, au moins leur faire payer.

    J'aime

    • @In Vino Veritas

      Draghi hommage du vice a la vertu

      Dans les temps anciens la quantité de monnaie présente dans une économie était considérée comme importante: Ceci était un héritage des monétaristes de l’Ecole de Chicago. D’ailleurs on publiait régulièrement les différents agrégats monétaires et on les suivait avec attention.

      Les innovations monétaires des 25 dernières années ont relégué le suivi des masses monétaires à l’arrière plan. La création monétaire ne suit plus les mêmes canaux qu’avant et par ailleurs la vitesse de circulation de la monnaie a perdu sa stabilité: Après avoir beaucoup accéléré , elle a chuté.

      La vraie quantité de monnaie dans le circuit est moins facilement appréciable en raison de l’existence de nombreux instruments money-like, qui ont la caractéristique de la monnaie, et aussi en raison du développement du shadow banking system. Bref pour faire court, disons que les innovations ont fait que les théories monétaires anciennes se sont trouvées insuffisantes. Greenspan disait il y a quelques années : "la monnaie je ne sais plus très bien ce que c’est " Nous ajouterions, on s’en est aperçu.

      La quantifié de monnaie dans le circuit est à la foi plus importante qu’on le croit quand l’appétit pour le risque est là, elle est beaucoup moins importante qu’on ne le croit quand la préférence pour la sécurité s’installe. Cela tient au rôle déterminant des marchés, lesquels en fait se sont plus ou moins substitués aux banques.

      Ce qui compte vraiment comme indicateur c’est le crédit. L’évolution de la masse de crédit dans le circuit est plus importante à suivre et contrôler que l’évolution de la masse de monnaie. Les Banques Centrales utilisent, manipulent la monnaie pour relancer le crédit.

      Nous attirons votre attention sur le fait que la masse considérable des dépôts des banques auprès de la BCE montre bien que ce qui compte c’est l’appétit pour le risque, ou son inverse, la frilosité.

      Vous comprenez que Draghi comme à l’accoutumée se moque des gens, voire les méprise. Stériliser les achats de bonds souverains des pestiférés c’est retirer du circuit monétaire l’équivalent, une masse de monnaie équivalente, à ses achats. Ce qui permet de dire : Ce n’est pas inflationniste, la quantité de monnaie reste la même!

      Notre Draghi pour jouer au rigoureux fait semblant de lutter contre quelque chose qui ne présente aucun risque.

      C’est ce que l’on appelle un hommage du vice à la vertu. .

      Comme je l’ai expliqué plus haut la quantité de monnaie traditionnelle dans le circuit a perdu de son importance, ensuite le problème de l’inflation de n’est pas la quantité de monnaie mais sa vitesse de circulation. Or la vitesse de circulation n’est pas contrôlable par les apprentis sorciers. Donc Draghi se dédouane en vous prenant pour des imbéciles, dans le genre : voyez, il n’y a pas de risque que je sois dopé, je ne sniffe pas. Et pendant ce temps il se fait un shoot , une piqure.

      Car le vrai shoot c’est la promesse d’interventions illimitées qui donne l’assurance à la communauté spéculative que l’on ne retirera pas le célèbre bol de punch euphorisant. C’est le "Allez y les gars". Destiné à ses amis de chez Goldman.

      Notre Draghi sait bien que ce qui est important pour que la monnaie trouve son chemin dans l’économie et circule c’est l’appétit pour le risque, il a sous les yeux toutes les études de la BCE sur cette question, et si ses promesses sont crues et si elles sont mises à exécution alors, l’euphorie peut s’installer avec elle non seulement le gout du risque mais aussi l’imprudence..

      Je suis désolé si c’est un peu complexe mais même en essayant de simplifier, la monnaie est chose complexe. Et je tiens à souligner que c’est précisément parce que c’est compliqué que des Arturo Draghi et ses complices peuvent accomplir des spoliations, des imprudences, des actes antidémocratiques en cachette avec la bénédiction des médias qui prennent sous la dictée.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s