L'Etat dans tous ses états, ses impots et Nous

La Société du Mont-Pèlerin a ouvert hier sa réunion européenne à Stockholm.

L’olympe libérale

La Société du Mont-Pèlerin, initiée en 1947 au-dessus du lac Léman par l’économiste et philosophe Friedrich Hayek, regroupe aujourd’hui certains des meilleurs penseurs et praticiens libéraux de tous les continents, dont plusieurs lauréats du Prix Nobel. La Suisse, qui bénéficie d’une longue tradition dans la pratique et le développement des idées libérales, y est relativement bien représentée. La réunion européenne 2009, qui se déroule jusqu’au 19 août à Stockholm, se penche sur une douzaine de rapports scientifiques originaux.

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT :

  Croissance de l’Etat –    La technologie favorise le tout-politique  

Pourquoi le poids de l’Etat est-il si lourd dans la plupart des pays occidentaux? Cette question a gagné encore en actualité suite aux réponses des gouvernements à la crise financière. Elle est au centre des préoccupations de la réunion européenne de la Société du Mont-Pèlerin, qui s’est ouverte hier à Stockholm.

Dans un nouveau rapport, le célèbre économiste et auteur Tyler Cowen, professeur à l’Université George Mason, montre que le développement technologique, généralement associé à une plus grande liberté, a également contribué à faciliter l’émergence d’un Etat expansif. Le rôle des technologies provient du degré élevé de communication, d’organisation et de coordination que requièrent de larges structures institutionnelles.

Les mass medias, par exemple, encouragent l’immixtion immédiate de la politique dans les domaines les plus divers. «La télévision favorise les interventions de l’Etat et décourage l’analyse de leurs coûts d’opportunité, qui ne peuvent être vus à l’écran», observe Tyler Cowen. Le prélèvement de la variété quasi infinie d’impôts, directs et indirects, auprès des personnes privées et surtout des entreprises, serait tout aussi impensable sans technologies avancées. Parmi les explications sous-jacentes de la croissance de l’Etat, Tyler Cowen rappelle que l’idéologie, en particulier le nationalisme, joue un rôle prépondérant, dans le sens où les citoyens s’identifient avec les gouvernants. Deuxièmement, les Etats tendent à s’étendre en temps de guerre pour ne plus reculer (on pense en Suisse à l’impôt fédéral direct, à l’origine un impôt «provisoire» destiné à financer l’effort de résistance). Enfin, la démocratie politique permet à des majorités de redistribuer légalement des fonds en leur faveur au détriment de minorités (en Suisse, selon les dernières estimations, les entreprises et 20% des contribuables privés à revenu élevé financent ensemble 60% du coût fiscal de l’Etat, assurances sociales comprises). Les technologies ont permis ces développements en facilitant l’émergence d’une «conscience nationale», de transmettre les appels émotionnels des dirigeants politiques, de les personnaliser, et de focaliser l’attention sur des questions nationales plutôt que régionales, renforçant ainsi la centralisation du pouvoir politique.

Un «retour en arrière» technologique ne serait cependant ni possible, ni souhaitable, analyse Tyler Cowen. Plutôt, il s’agit de tenir compte de l’impact incertain des nouvelles technologies, qui pourraient tant remettre en question la politisation de la société que l’accélérer. Pour de nombreux penseurs libéraux, le développement technologique amène de nouvelles possibilités d’accroissement de la liberté: le cyberspace, les technologies d’anonymat en ligne et le génie génétique pourraient s’avérer défavorables à l’intrusion de l’Etat. D’autres estiment qu’une plus grande concurrence entre Etats conduit à davantage de liberté dans le monde, ou y conduira à l’avenir: selon cette idée, la liberté de mouvement des capitaux impose une discipline aux gouvernants et les forcent à adopter de meilleures politiques. Tyler Cowen relativise ces hypothèses en montrant le revers de la médaille. Les technologies avancées, associées à des demandes incessantes d’expansion de l’Etat, peuvent aboutir simultanément à davantage de liberté dans certains domaines et de croissance de l’Etat dans d’autres.

Pierre Bessard  Economiste

EN COMPLEMENT INDISPENSABLE : Vue du Mont Pèlerin la Terre est plus belle… (cliquez sur le lien)

EN SAVOIR PLUS : http://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_du_Mont-P%C3%A8lerin  (cliquez sur le lien)

ET TOUJOURS D’ACTUALITE : Quand le trop d’Etat tue…l’Etat, ses Citoyens et tout le reste…. (cliquez sur le lien)

2 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s