Changes et Devises

WSJ : Le risque de change de la Hongrie

WSJ : Le risque de change de la Hongrie

Avoir sa propre devise est quelque peu surfait. Le fait que la Grèce, membre de la zone euro, ne puisse pas avoir recours à une dévaluation compétitive a beaucoup été déploré. Mais le cas de la Hongrie – qui tente actuellement de calmer le jeu après les propos malencontreux de responsables du gouvernement comparant le pays à la Grèce – montre pourtant qu’avoir une devise faible, comme le forint, n’est pas non plus un remède indolore.

Trappe à Dettes / Krach goulache: bienvenue chez les PIIGS! (cliquez sur le lien)

PLUS DE RISQUE DE CHANGE EN SUIVANT :

La semaine dernière, le forint a perdu 4,8% face à l’euro et 7,3% face au franc suisse. Le nouveau gouvernement formé par le parti de centre-droit Fidesz a confirmé ce week-end l’objectif d’un déficit budgétaire de 3,8% du produit intérieur brut, mais cela n’a guère permis à la devise de se redresser lundi. Il semble donc que le marché ait perdu confiance dans la communication et la politique du gouvernement. La dépréciation de la devise hongroise risque en outre de déclencher une spirale baissière: environ 45% de la dette publique de la Hongrie est libellée en devises étrangères, et une forte baisse du forint entraîne donc automatiquement une augmentation du ratio dette sur PIB.

Le taux de 78,3% du PIB atteint par la dette publique hongroise en 2009 est déjà nettement supérieur à celui de la République tchèque ou de la Pologne.

Et la situation est encore pire pour la dette privée.

Au mois d’avril 2010, 63% des crédits hypothécaires contractés par les particuliers étaient libellés en devises étrangères, selon la Banque nationale de Hongrie. Cela signifie que les dépréciations du forint face à l’euro, et surtout au franc suisse, se traduisent directement par un alourdissement du poids de l’endettement des ménages et donc, une diminution de leur pouvoir d’achat.

Le temps est également un facteur qu’il ne faut pas négliger. Les variations de taux de change n’ont pas toujours un effet immédiat: au Royaume-Uni, la Banque d’Angleterre a eu la surprise de constater que la forte baisse de la livre sterling survenue fin 2008 n’avait pas autant dopé les exportations qu’escompté. Si le problème vient davantage de la demande que des prix, l’impact d’une dévaluation sur la croissance risque d’être modeste. Les effets sur la dette et les dépenses sont en revanche beaucoup plus rapides.

Le gouvernement hongrois, qui a la chance de jouir d’une très forte majorité au Parlement, doit d’urgence présenter un plan crédible pour atteindre son objectif de déficit. S’il ne parvient pas à rassurer les marchés et à atténuer les pressions sur le forint, la banque centrale hongroise pourrait être contrainte d’intervenir et de puiser dans ses réserves de change, ou de relever les taux d’interêt. Les choses iraient alors de mal en pis. Comme la Grèce, mais en différent.

-Richard Barley, Wall Street Journal juin10

 
FAITES UN DON SOUTENEZ CE BLOG

 
Paiement sécurisé par PAYPAL  
  
 

2 réponses »

  1. Mercredi 9 juin 2010 :

    Les banques espagnoles seraient en difficulté sur le marché interbancaire.

    Les banques espagnoles n’arrivent pas à se financer sur le marché interbancaire international, en raison de l’aversion croissante au risque des entités financières provoquée par la crise de la dette, selon le journal Cinco Dias de mercredi.

    « Aucune entité étrangère ne nous finance sur l’interbancaire », a déclaré au journal un dirigeant non identifié d’une banque espagnole de taille moyenne, également non identifiée.

    « Depuis plusieurs semaines, personne n’émet de dette, même avec l’aval de l’Etat. Santander et BBVA, banques à la solvabilité reconnues, ne peuvent pas placer de bons », a assuré un autre dirigeant, également anonyme.

    Le marché interbancaire est extrêmement tendu, les banques étant très réticentes à se prêter entre elles.

    Comme après la faillite de la banque d’affaires américaine Lehman Brothers en septembre 2008, les banques – échaudées par la crise de la dette en zone euro – ne se prêtent pratiquement plus entre elles.

    http://www.lesechos.fr/info/finance/afp_00258698-les-banques-espagnoles-seraient-en-difficulte-sur-le-marche-interbancaire.htm

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s