Formation a la gestion de portefeuille

Hedge Funds : Quelles Performances dans le temps ?

 Hedge Funds : Quelles Performances dans le temps ?

La performance des hedge funds est un sujet plus complexe qu’il n’y paraît à première vue. Le premier élément est que lorsqu’on parle de « la performance de l’industrie des hedge fund », on regroupe un ensemble de stratégies diverses et variées qui offriront des performances plus ou moins fortement éloignées mois après mois. Ceci entraîne que des conclusions générales à l’industrie ne valent pas pour des fonds individuels ou des stratégies particulières. Ensuite, on considère d’un côté des fonds disposant de quelques millions de dollars et d’un autre côté, des fonds de plusieurs milliards de dollars.

PLUS DE HEDGE FUNDS EN SUIVANT :

Ces fonds ont généralement un poids identique dans les indices pour la plupart équi-pondérés alors que le premier aura moins d’investisseurs que le second. Finalement, la fiabilité des données rapportées par les gérants de fonds eux-mêmes est un dernier élément à garder en mémoire car les erreurs, fraudes et/ou suspensions éventuelles de reporting pour cause de mauvaise performance sont possibles. Nous vous renvoyons vers le livre « Introduction aux Hedge Funds », D. Capocci, Economica, 2010, 550p si vous désirez plus d’information sur le sujet et une analyse plus détaillée.

Un investissement de 100 dollars en janvier 1990 dans l’indice hedge funds global de Hedge Fund Research, Inc se serait transformé en 971 dollars fin septembre 2009. Ceci est supérieur au même investissement dans le marché des actions et dans le marché obligataire qui se serait transformé en 277 et 387 dollars. . L’indice hedge fund global a offert un rendement annuel de 13% contre un rendement annuel moyen de 7,7% pour l’indice action et 7,2% pour l’indice obligataire. D’un autre côté, la volatilité de l’indice à 7,1% est supérieure à la volatilité de l’indice obligataire à 3,7%, mais plus faible que celle des actions mondiales à 15,5%. L’écart de performance s’est marqué sur l’ensemble de la période couverte, même si, dans les périodes de marchés turbulentes, les hedge funds ont également subi des revers.

Cette bonne performance relative s’explique principalement par le fait que l’indice est fortement diversifié par stratégie et par marché et qu’un effet de diversification intervient. Il ne s’expose que partiellement aux baisses du marché des actions. L’indice est diversifié en actions de plusieurs marchés, en obligations d’État, d’entreprises, convertibles, hypothécaires, en produits dérivés, etc.

L’analyse des statistiques descriptives de la stratégie et des sous-stratégies par rapport aux indices de référence entraîne les remarques suivantes.

Premièrement, sur les 20 années considérées, l’indice hedge fund global n’a connu de rendement total annuel négatif que deux années, en 2002 et 2008. Ces années correspondent à des périodes de stress où la liquidité des marchés a été mise à mal. L’indice action a baissé en 1990, 1992, entre 2000 et 2002 et il a perdu plus de 40% en 2008. L’indice obligataire n’a enregistré des performances annuelles légèrement négatives qu’en 1994 et 1999.

Ensuite, les rendements annuels maximums de l’indice hedge fund global ont été atteints en 1999. Ceux du marché des actions et de l’indice obligataire ont été obtenus en 2003 et 2000. Ils s’élevaient respectivement à 32,1% pour l’indice hedge fund global et 33,1% et 11,6% pour les indices de référence. L’indice hedge fund global a offert 31,3% en 1999. Finalement, les écarts de rendement entre l’indice hedge fund global et les indices de référence varient fortement au cours du temps. L’écart positif maximum entre les fonds et l’indice action (respectivement l’indice obligataire) a été de 26,4% en 1992 (resp. 32,1% en 1999), alors que le retard maximum a été de 21,7% en 1998 (resp. 24,3% en 2008).

Il existe plusieurs manières d’analyser le compromis rendement-risque de produits d’investissement. L’analyse peut être basée sur le rendement et la volatilité. D’autres mesures peuvent compléter l’analyse: l’analyse rendement-perte maximale et l’analyse du ratio de Sharpe étendu(1). Nous avons analysé plusieurs ratios sur diverses périodes mais rapportons les résultats pour le compromis rendement-volatilité sur la période 2004-2009.

 Une telle analyse confirme que les hedge funds se situent à un niveau de risque intermédiaire par rapport aux marchés classiques pour un rendement supérieur à celui du marché obligataire et proche de celui du marché action. En termes de stratégies, les écarts peuvent être importants. Cet élément confirme l’utilité de bien comprendre les risques intrinsèques à chaque stratégie, mais également au niveau de chaque fonds individuel où les écarts peuvent être encore plus importants.

Performance durant les périodes extrêmes

Les hedge funds visent à offrir une performance absolue positive dans toutes les conditions de marché. Pratiquement, nous savons que cela est impossible. Il convient cependant de chiffrer le taux de réussite. Pour ce faire, nous avons analysé les 20 mois les plus difficiles pour l’indice action et la performance correspondante de l’indice hedge fund global au cours des 20 dernières années. Nous avons ensuite réalisé la même analyse par rapport à l’indice obligataire.

L’indice hedge fund global a offert une performance positive 11 mois sur les 20 mois les plus difficiles pour le marché action. L’indice obligataire a offert une performance positive 12 fois. La performance moyenne de l’indice action est de –9% contre 0,4% pour l’indice obligataire et –2,4% pour l’indice hedge funds.

 Imaginons que quelqu’un a investi 100.000 dollars durant ces vingt périodes dans chacun des trois indices (ce qui est impossible pratiquement), il aurait terminé la période avec 13.680 dollars s’il avait investi en action, 108.610 dollars s’il avait investi dans le marché obligataire et 59.900 dollars s’il avait investi dans l’indice hedge fund global.

La même analyse portant sur des périodes de difficultés pour le marché obligataire indique que le marché des actions a terminé en hausse sept fois sur vingt et que l’indice hedge fund global a terminé positif onze fois sur vingt, ce qui indique que les hedge funds résistent bien en cas de difficulté dans les marchés obligataires. Un investissement de 100.000 dollars durant ces vingt périodes dans les trois indices se serait transformé en 71.200 dollars pour un investissement en obligations, 61.290 dollars pour un investissement en actions et 95.100 dollars pour un investissement dans l’indice hedge fund global.

La même analyse portant sur des périodes de difficultés pour l’indice hedge fund global indique que, durant les vingt mois les plus difficiles pour le marché des hedge funds au cours des vingt dernières années, le marché des actions a terminé en baisse à chaque fois, alors que le marché obligataire a terminé en hausse treize fois sur vingt. Un investissement de 100.000 dollars durant ces vingt périodes dans chacun des trois indices se serait transformé en 50.560 dollars pour un investissement dans l’indice hedge funds, 21.320 dollars pour un investissement en actions et 95.100 dollars pour un investissement en obligations. Notons que sept des douze mois les plus durs pour l’industrie des hedge funds depuis vingt ans datent de 2008.

La même analyse en cas de périodes favorables pour le marché des actions et pour le marché obligataire rapport que l’indice hedge funds global a offert une performance positive à 19 reprises en cas de marché action porteur et l’indice hedge fund global a terminé positif seize fois sur vingt en cas de marché obligataire favorable.

Ces résultats indiquent que les hedge funds remplissent correctement leur rôle. En cas de baisse de marché actions, ils limitent la baisse. En cas de hausse, ils capturent une partie de la hausse et offrent des rendements attractifs. Les hedge funds limitent fortement la baisse en cas de marché obligataire difficile tout en offrant des rendements corrects lorsqu’ils offrent des performances attrayantes. Finalement, lorsque les hedge funds souffrent, principalement en 2008, les marchés des actions ont tendance à souffrir plus, mais quand leur performance se redresse, ils surperforment largement le marché obligataire et offrent une performance cumulée proche de celle du marché des actions.

Conclusion

Même s’il est difficile de résumer un tel sujet en quelques paragraphes, la performance historique des hedge funds à moyen et long terme reste très attractive et les chiffres rapportés indiquent des caractéristiques propres qui devraient intéresser des nombreux investisseurs sur le long terme, même si, à court terme, l’incertitude est plus importante et le point d’entrée aura, comme toujours, un impact significatif sur la performance globale.

1) Il s’agit d’un ratio de Sharpe qui intègre le coefficient d’aplatissement et d’asymétrie dans la mesure de risque.

Par Daniel Capocci, PhD – CAIA (dc@dc-advisory.com)

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s