Asie hors émergents

Risque Nucléaire Japon /Fukushima: trois employés irradiés

Risque Nucléaire /Fukushima: trois employés irradiés

Trois employés travaillant sur le réacteur 3 de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima 1, au nord-est du Japon, ont été hospitalisés après avoir été irradiés, a annoncé jeudi l’Agence japonaise de sûreté nucléaire.

LE POINT SUR LA SITUATION ET LE RISQUE NUCLEAIRE EN SUIVANT :

Treize jours après le séisme et le tsunami dans le nord-est du Japon, qui ont fait plus de 24.000 morts et disparus dont 9.452 décès confirmés, les autorités nippones ne parviennent toujours pas à écarter le danger nucléaire.

Près de deux semaines après l’une des pires catatrophes naturelles ayant frappé le Japon, les conséquences des émanations radioactives sur la chaîne alimentaire et l’eau suscitent des craintes non seulement dans l’archipel mais aussi à l’étranger. La découverte de niveaux de contamination radioactive supérieurs à la normale dans des légumes verts et du lait cru, dans au moins quatre préfectures autour de Fukushima, a conduit le Premier ministre Naoto Kan à interdire leur vente. Les contrôles seront aussi intensifiés dans six autres préfectures, dont certaines sont aux portes de la mégapole de Tokyo et de ses 35 millions d’habitants. Le ministère de la Santé a également renforcé les contrôles sur les poissons et mollusques pêchés le long des côtes, après la détection de radioactivité dans l’eau de mer près de la centrale. Le prix de certains produits de la mer, comme les coquillages, a chuté à Tsukiji, le plus grand marché aux poissons du monde, situé dans la baie de Tokyo. Les oursins se vendaient ainsi à 50% du prix habituel.

Gel des importations des produits alimentaires

Après les Etats-Unis et la France, c’est au tour de Hong Kong, l’Australie, le Canada et Singapour d’avoir annoncé des mesures d’interdiction ou de restriction à l’importation de produits frais nippons. L’Australie a ordonné jeudi le gel des importations de produits alimentaires provenant des environs de la centrale, précisant cependant que les risques pour les consommateurs étaient négligeables. Hong Kong avait fait de même mercredi après la découverte de trois échantillons de légumes contaminés. Le Canada a annoncé un renforcement des contrôles sur les produits laitiers, les fruits et les légumes provenant des quatre préfectures contaminées: Fukushima, Gunma, Ibaraki et Tochigi. Autre produit essentiel, l’eau est également contaminée.

Mercredi, la municipalité de Tokyo a annoncé que le niveau d’iode radioactive 131 était deux fois supérieur à la norme autorisée pour les nourrisons dans l’eau du robinet, conseillant aux 13 millions d’habitants de la capitale de ne plus l’utiliser pour les bébés. Jeudi, le niveau était repassé en-dessous du niveau légal de 100 becquerels par kilogramme et les autorités ont levé leurs recommendations. La ville a cependant maintenu la distribution de 1,5 litre d’eau minérale par enfant de moins d’un an à 80.000 familles, qui a commencé dans la matinée. D’autres localités des préfectures de Chiba et Ibaraki, voisines de Tokyo, ont également déconseillé l’eau du robinet pour les bébés. Les télévisions ont consacré leur antenne jeudi matin à répondre aux questions que se posent les parents inquiets de savoir si l’eau contaminée peut être utilisée sans risque pour le bain des nourrissons ou bien même pour la lessive.

« Je ne sais plus comment faire. Quand les télés ont annoncé la nouvelle, il n’y avait aucun expert pour nous donner des explications. C’était inquiétant », a témoigné Kazuko Hara, 39 ans, venue chercher les bouteilles d’eau à la mairie de l’arrondissement de Bunkyo pour sa petite fille de trois mois. « Après, les experts ont commencé à dire qu’il n’y avait pas de raison de paniquer. Ca m’a un peu rassurée. Mais quand vous voyez les gens se précipiter dans les magasins et dévaliser les rayons, ça vous stresse à nouveau », a-t-elle ajouté.

Dans le même temps, la délicate et périlleuse tâche visant à refroidir les réacteurs de la centrale de Fukushima se poursuit. Le personnel, évacué la veille après une émanation de fumée noire, a repris les opérations d’arrosage sur le réacteur 3 où l’électricité avait été en partie rétablie dans la salle de contrôle, a annoncé l’agence de sûreté nucléaire. L’électricité a également été partiellement rétablie jeudi dans la salle de contrôle du réacteur 1, l’agence précisant cependant ne pas être sûre « que cela signifie que le système de refroidissement pourra repartir ».

La centrale Fukushima 1 compte six réacteurs dont l’alimentation électrique a été interrompue par le séisme et le tsunami, provoquant la mise hors-service des systèmes de refroidissement du combustible.

Une zone d’exclusion de 20 km autour de la centrale est en vigueur et les habitants restés dans un périmètre de 10 km au-delà de cette limite ont reçu consigne de rester calfeutrés chez eux.

Dans le nord-est du pays, où le froid persiste avec parfois des chutes de neige, les sauveteurs continuent d’inhumer des centaines de corps après leur identification par les familles, sans pouvoir les incinérer faute de carburant.

Le gouvernement japonais a estimé que le coût du séisme pourrait dépasser l’équivalent de 25.000 milliards de yens (200 milliards d’euros) pour la troisième puissance économique mondiale, sans compter l’impact sur l’activité des entreprises. 

Source Reuters, AFP 24/3/11

Laisser un commentaire