Emploi, formation, qualification, salaire

De Bric et de Broc : L’Inde et son système éducatif défaillant

Partout dans le monde, l’Inde est perçue comme un Eldorado de la main d’oeuvre quand, dans les faits, il est très difficile d’y trouver plus de trois candidats sur cent qui peuvent bien s’exprimer en anglais.

Dans un récent article, le Wall Street Journal (WSJ) amoche la croyance populaire voulant que l’Inde   produise chaque année des millions de diplômés compétents et parfaitement bilingues.

Dans les faits, 24/7 Customer’s experience, une entreprise de télécommunication qui tente de recruter 3000 employés en Inde, aura de la difficulté à atteindre cet objectif, et ce, dans un pays qui compte près de 1,2 milliard d’habitants. « Il est de plus en plus difficile de trouver des employés compétents en Inde et la compagnie a du étendre ses recherches à des pays comme les Philippines et le Nicaragua, explique le WSJ. La majorité de ses 8000 employés travaillent maintenant à l’extérieur de l’Inde. »

L’expansion économique indienne devait apporter des emplois à des millions de personnes, toutefois, les manques du côté de la réforme de son système éducation mettent maintenant en danger son développement. Les écoles d’administration, par exemple, seraient ralenties par une lourdeur bureaucratique extrême.

« Le curriculum de la plupart des écoles est déconnecté et dépassé par rapport à ce qui se fait dans le vrai monde », révèle le WSJ.

Le manque est tel que, selon le WSJ, 75% des diplômés techniques et 85% des diplômés généraux indiens ne seraient pas « employables » par les entreprises de haute technologies qui se développent actuellement en Inde. Pire, la moitié des élèves de cinquième année des écoles primaires indiennes ne pourraient pas lire des textes dont le niveau ne dépasse pas la deuxième année du primaire.

La corruption serait aussi monnaie courante dans les écoles supérieures indiennes où, pour près de 250$, un élève pourrait se payer une réussite à un examen de fin d’études.

Des entreprises comme Tata Motors tentent actuellement de combattre les faiblesses du système d’éducation indien en mettant sur pied des campus de formation à même leurs installations afin d’éduquer elles-mêmes leurs employés.

source WSJ avril11

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s