Douce France

Qui est le plus actif ? : heures de travail et tâches ménagères à travers l’OCDE

Qui est le plus actif ? : heures de travail et tâches ménagères à travers l’OCDE

 

 Le Belge travaille en moyenne sept heures par jour, de manière rémunérée ou non : c’est le temps le plus faible de tous les pays de l’OCDE, selon le rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques publié mardi. 

Dans les pays de l’OCDE, les Mexicains sont ceux qui ont les journées les plus longues, entre travail rémunéré et tâches ménagères. Les Français sont ceux qui consacrent le plus de temps à consommer. Et le vainqueur est ? Le Mexique. Selon les résultats de la sixième édition du Panorama de la société, recueil d’indicateurs sociaux de vingt-six pays de l’OCDE, que l’Organisation publie tous les deux ans, c’est en effet au Mexique que l’on travaille le plus. Au total, un Mexicain travaille environ 350 minutes dans le cadre d’un travail rémunéré et 250 minutes sans être rémunéré, à domicile le plus souvent, pour préparer les repas, entre autres tâches ménagères. Soit un peu plus de 10 heures par jour. Le Japon et le Portugal se classent respectivement en deuxième et troisième position.

 Cette étude porte sur vingt-six pays de l’OCDE, ainsi que l’Afrique du Sud, la Chine et l’Inde. 

PLUS DE TEMPS EN SUIVANT :

 A titre de comparaison, un Français travaille environ 250 minutes au travail et environ 170 minutes à domicile. « Les Belges sont la population qui travaille le moins, avec 7 heures de travail par jour contre une moyenne de 8 heures par jour pour la zone de l’OCDE », note l’étude. 

« Ce sont les Mexicains qui y consacrent le plus de temps aux tâches ménagères, en l’occurrence 3 heures par jour, et les Coréens qui y consacrent le moins de temps, 1 heure et 19 minutes. Une bonne partie de ce temps est consacrée à faire la cuisine. Les Américains sont, dans la zone de l’OCDE, la population qui consacre le moins de temps, chaque jour, à la cuisine (30 minutes) et les Turcs la population qui y consacre le plus de temps (74 minutes). La plupart des gens consacrent environ 50 minutes, chaque jour, à la préparation des repas », poursuit l’OCDE. 

Quant au temps consacré aux achats, il représente également une bonne part du travail non rémunéré. Dans les pays de l’OCDE, la plupart des gens consacrent 23 minutes par jour aux achats, les Français étant ceux qui y consacrent le plus de temps (32 minutes) et les Coréens le moins (13 minutes). 

Ce n’est pas le seul enseignement de ce rapport. Celui tente aussi d’estimer ce que représente le travail non rémunéré en pourcentage du PIB dans vingt-cinq pays de l’OCDE pour lesquels les données sont disponibles. « La conclusion est que la valeur du travail non rémunéré est très importante puisqu’il représente environ un tiers du PIB des pays de l’OCDE, la fourchette allant de 19% en Corée à 53% au Portugal »

 Ces tâches sont classées comme « travail » par l’Organisation de coopération et de développement économiques tout simplement parce qu’elles pourraient être effectuées par quelqu’un d’autre, à la différence, par exemple, de la toilette, du sommeil ou des loisirs. 

Et leur poids économique est loin d’être négligeable: valorisées à leur « coût de remplacement », c’est à dire au prix que représenterait leur réalisation par un professionnel, elles pèsent 32% du produit intérieur brut (PIB) en France, un chiffre très proche de la moyenne de l’OCDE.  Sur les 29 pays suivis par l’organisation internationale, le travail non rémunéré représente 3 heures et 27 minutes par jour. Les données s’échelonnent de 2h16 pour la Corée du Sud à 4h13 pour les Mexicains.

source la tribune avril

Focus sur la Belgique

Le Belge preste en moyenne 227 minutes (un peu plus de trois heures et demie) de travail rémunéré et 200 minutes de travail non rémunéré (tâches ménagères et achats, principalement). La moyenne des pays de l’OCDE est de huit heures de travail, rémunéré ou non, par jour.

 

Ce sont les Mexicains qui travaillent le plus, passant 342 minutes par jour à travailler contre rémunération (plus de cinq heures et demie) et 253 minutes par jour aux tâches ménagères.

Parallèlement, les Belges consacrent 5,4 heures par jour à leurs loisirs, ce qui les place en 5e position en termes de loisirs. La moyenne OCDE est de 4,8 heures. Les Mexicains consacrent quant à eux 220 minutes (3,7 heures) à leurs loisirs.

Chômage, enfants, protection sociale, retraite : les autres enseignements du rapport de l’OCDE

Les parents belges passent en moyenne 2,9 heures avec leurs enfants chaque jour, troisième temps le plus faible de l’OCDE, où la moyenne s’établit à quatre heures. En Belgique, la part des enfants vivant sans parent ou dans des familles monoparentales s’élève à 23 %, 4e plus élevée de l’OCDE où la moyenne est de 17 %. En outre, plus d’un jeune sur quatre âgés de 15 ans (27 %) a au moins un parent né à l’étranger, ce qui est bien plus élevé que la moyenne OCDE de 19 %.

Après l’Espagne, la Belgique présente l’écart de chômage le plus élevé pour les immigrés. Le taux de chômage des immigrés est de 9,6 points de pourcentage plus élevé que le taux de chômage des natifs, bien au-dessus de la moyenne de l’OCDE de 3,3 points de pourcentage d’écart.

Les dépenses de protection sociale en Belgique se placent au 4e rang le plus élevé de l’OCDE, représentant 26 % du PIB contre une moyenne de 19 % dans l’OCDE, tandis que les inégalités de revenus (coefficient de Gini de 0,27) sont en dessous de la moyenne OCDE (coefficient de Gini de 0,31).

Avec un âge officiel de départ à la retraite faible et une espérance de vie élevée, le nombre potentiel d’années à la retraite s’élève à 26 ans pour les femmes belges, 5e durée la plus élevée de l’OCDE. Les hommes belges vivent en moyenne 21 ans à la retraite, près de trois ans de plus que la moyenne OCDE.

source Trends.be avril11

Focus sur la France

Le travail non rémunéré en France, 3h17 par jour, 32% du PIB

– Cuisiner, garder les enfants, faire les courses, promener le chien: le travail non rémunéré accapare en moyenne 3h17 du temps des Français chaque jour, soit une heure de plus qu’en Corée du Sud et une heure de moins qu’au Mexique  

En additionnant travaux rémunérés et non rémunérés, les Mexicains sont occupés près de dix heures par jour, contre 8h04 en moyenne dans l’OCDE et 7h28 en France. Les Belges ferment la marche avec un temps de travail moyen de 7h07. 

Les chiffres de l’OCDE montrent que les populations des pays asiatiques consacrent moins de temps aux travaux non rémunérés que les pays européens, qu’ils soient latins ou nordiques. Ce qui s’explique notamment par un temps de travail rémunéré bien supérieur. 

En terme de poids du travail non rémunéré dans l’économie, la France se situe dans la moyenne de l’ensemble de l’OCDE et tout près de la plupart de ses voisins européens. Mais la fourchette est large puisqu’elle va de 19% du PIB seulement en Corée du Sud à 53% au Portugal. 

LE CLIVAGE HOMME-FEMME PERSISTE 

Les différences sont dans les détails: les parents français consacrent ainsi moins d’une heure par jour à leurs enfants, contre 1h51 en moyenne dans l’OCDE et près de quatre heures, par exemple, en Irlande. 

Pour ce qui est de la cuisine et de la vaisselle, l’étude montre que 63% des adultes y participent en France alors que ce taux avoisine 80% dans les pays scandinaves et qu’il dépasse tout juste 50% aux Etats-Unis. 

Le panorama de l’OCDE met aussi en évidence la persistance d’un certain nombre de stéréotypes solidement ancrés sur le partage des tâches entre hommes et femmes, du moins en France. 

En caricaturant à peine, les femmes cuisinent, font le ménage et prennent soin des enfants pendant que les hommes bricolent. Le contraste est parfois très marqué: les hommes consacrent en moyenne 21 minutes par jour à la cuisine et à la vaisselle… contre 83 minutes pour les femmes. 

Un rapport du simple au quadruple qui vaut aussi pour le ménage tandis qu’il est d’un pour trois pour le temps consacré aux enfants (12 minutes quotidiennes pour les hommes, 35 pour les femmes) et qu’il s’inverse pour le bricolage (13 minutes pour les hommes, trois minutes pour les femmes). 

Au total, les femmes françaises consacrent 4h18 par jour à des travaux non rémunérés, contre 2h16 pour les hommes, un écart un peu inférieur à la moyenne OCDE (4h39 contre 2h11). 

Le temps nettement supérieur consacré par les femmes au travail non rémunéré et son poids global dans l’économie incitent à conclure qu’un taux de féminisation accru de la population active pourrait favoriser la croissance, en « réintégrant » dans le PIB une partie des tâches qui en sont aujourd’hui exclues. 

Un pas que l’OCDE ne franchit pas, tout en notant que « les données nationales croisées suggèrent que ce processus se produit ».

source reuters avril11

Focus sur le Canada

Au Canada, les journées de travail sont longues. Très longues. Elles sont en moyenne de 8 heures et demie par jour (517 minutes, très exactement), que ce soit en travail rémunéré ou non, comme faire le ménage ou préparer les repas, par exemple, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). 

Ainsi, le Canada figure à la 4e place des pays qui travaillent le plus longtemps, après respectivement le Mexique (10 heures, ou 594 minutes), le Japon (540 minutes) et le Portugal (528 minutes). Les Canadiens consacrent 62% de leur temps de travail à celui qui est rémunéré, et donc plus du tiers restant (38%), à celui qui ne leur rapporte rien sur le plan financier. 

L’intérêt de cette étude, c’est qu’elle met l’accent sur l’importance du travail non rémunéré. Pour le Canada, il représente pas moins de 21% du produit intérieur brut (PIB), ce qui le place à l’avant-dernière postion du palmarès de l’OCDE, juste avant la Corée du Sud (19%), et loin derrière le Portugal (53%). 

Alors, à quoi passent leur temps les Canadiens quand ils font du travail non rémunéré? Ils consacrent chaque jour : 

– 109 minutes aux tâches domestiques courantes, 

– 30 minutes aux courses 

– 21 minutes aux déplacements liés au travail non rémunéré. 

Ils passent 1 heure par jour (61 minutes) à faire la cusine, alors que les Américains sont ceux qui y attribuent le moins de temps à l’échelle de la planète, avec 58 minutes. Et ils sont 1 sur 2 (51%) à participer à la cuisine et à la vaisselle. 

Enfin, les Canadiens, avec 30 minutes par jour, ne sont pas loin des champions du monde du magasinage, à savoir les Français et leurs 32 minutes dédiées à flâner dans les boutiques. 

Tant de travail nuit-il au bonheur des Canadiens? Il semble que non. Les Canadiens déclarent le deuxième taux le plus élevé de l’OCDE, après l’Islande, en terme d’expériences positives – se sentant bien reposé, étant traité avec respect, ayant le sourire, vivant quelque chose d’intéressant et éprouvant de la joie. En même temps, les Canadiens se situent au dessus de la moyenne OCDE en terme d’expériences négatives – douleur, inquiétude, tristesse, stress et dépression..

Source les Affaires.com avril11

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s