B.R.I. (Banque des Règlements Internationaux)

Monétisation tous azimuts : La BCE agit davantage pour aider les banques à se refinancer

Monétisation tous azimuts :  La BCE agit davantage pour aider les banques à se refinancer

Pour son dernier discours en tant que président de la BCE, Jean-Claude Trichet a annoncé de nouvelles mesures pour venir en aide aux banques qui font face à des problèmes de financement Jean-Claude Trichet a prononcé son dernier discours en tant que président. Le taux d’intérêt directeur reste inchangé à 1,5%

source Wall Street Journal

undefined

«Jean-Claude Trichet est resté fidèle à lui-même.» Si certains observateurs s’attendaient à voir le président de la Banque centrale européenne (BCE) baisser son taux d’intérêt directeur jeudi, Fabrizio Quirighetti, chef économiste à la banque Syz & Co, n’a pas été surpris par le maintien de ce dernier à 1,5%. Pour sa dernière conférence de presse en tant que président de l’institution monétaire, le Français de 69 ans n’a pas dérogé à la ligne de conduite qui fut la sienne pendant huit années passées à la tête de l’institution basée à Francfort. Malgré le spectre d’une nouvelle récession, il a continué à privilégier la stabilité des prix en zone euro.

«Ce n’est pas vraiment une surprise, a poursuivi Fabrizio Quirighetti. D’autant que les derniers chiffres provisoires font état d’une inflation qui accélère.» En effet, avec des prix qui ont augmenté de 3% en septembre, le seuil des 2% annuels visé par la BCE est dépassé.

Selon Fabrizio Quirighetti, les marchés s’attendent toutefois à voir son successeur, l’Italien Mario Draghi, baisser rapidement le loyer de l’argent. Peut-être même dès sa première session en tant que président, au mois de novembre. «Avec des taux à 1,5%, la BCE est l’une des seules grandes banques centrales à disposer encore d’une certaine marge de manœuvre pour faire face à la crise», a expliqué l’économiste genevois.

De son côté, s’il n’a pas estimé nécessaire de recourir à des «mesures standards» de politique monétaire avant de quitter son poste, Jean-Claude Trichet a cependant annoncé hier une série de dispositions visant à aider les banques européennes qui font face, depuis quelques mois déjà, à des problèmes de refinancement.

L’institution d’émission prévoit deux opérations à volume illimité pour une période d’environ un an. La première aura lieu en octobre et la seconde au mois de décembre. Ces instruments exceptionnels – plus utilisés depuis 2009 – viendront s’ajouter aux opérations régulières par le biais desquelles la BCE prête de l’argent chaque semaine aux établissements qui en ont besoin. «La BCE assurera toute la liquidité nécessaire aux banques», a répété Jean-Claude Trichet.

Par ailleurs, le grand argentier a indiqué que le programme de rachat d’obligations sécurisées appartenant aux banques serait relancé à partir du mois de novembre. Jusqu’à octobre 2012, la BCE va donc racheter pour 40 milliards d’euros de ces titres adossés, pour la plupart, à des biens immobiliers.

Si Jean-Claude Trichet s’est porté une dernière fois au chevet des banques européennes, il a appelé ces dernières à renforcer rapidement leurs bilans. A l’heure même où un démantèlement de la banque franco-belge Dexia se prépare, celui qui fut porté à la BCE par Jacques Chirac a averti que «les banques devraient se tourner vers les marchés pour se recapitaliser, mettre de côté leurs bénéfices et rémunérer leurs employés de manière modérée».

source Financial Times

source Wall Street Journal

Par Sébastien Dubas/le temps oct11

EN COMPLEMENT : BCE/ les dépôts des banques au jour le jour continuent de grimper

La somme d’argent déposée par les banques de la zone euro au jour le jour auprès de la BCE a atteint un nouveau record annuel dans la nuit de mercredi à jeudi, signe de la méfiance accrue entre les établissements.

Cette semaine, ces dépôts ont battu chaque jour leur record annuel, alors que les gouvernements européens commencent à se mobiliser pour éviter un effondrement du secteur bancaire. Mercredi soir encore, les banques ont préféré placer 221 milliards d’euros auprès de la Banque centrale, selon des chiffres publiés jeudi par l’institution de Francfort, qui les rémunère seulement au taux de 0,75%, plutôt que de se les prêter entre eux.

“La confiance entre les banques a à nouveau disparu, et elles ne se prêtent plus d’argent pour se refinancer, c’est une conséquence de la crise de la dette” en zone euro, a déclaré le chef de la Fédération bancaire allemande BdB à la radio publique Deutschlandfunk jeudi.

“Les acteurs du marché sont inquiets et se disent +je place plutôt mon argent à la BCE, c’est plus sûr+”, a-t-il poursuivi. Depuis l’aggravation cet été de la crise de la dette, les établissements financiers ne se font plus suffisamment confiance et préfèrent placer leur argent auprès de la BCE.

La semaine dernière, les montants ainsi placés au jour le jour auprès de la BCE évoluaient déjà à un niveau record, juste sous les 200 milliards d’euros. Les niveaux des dépôts restent toutefois pour l’instant en dessous des niveaux atteints durant la crise financière qui avait suivi la faillite de la banque d’affaires américaine Lehman Brothers, où ils ont pu frôler les 400 milliards d’euros.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s