Europe

Risques multiples pour les banques grecques

Risques multiples pour les banques grecques

Etat en quasi-faillite et récession. Fuite des capitaux et montée des prêts défaillants. Les banques se trouvent dans une fort mauvaise situation.

Dans l’hypothèse où le sommet européen dimanche décidait d’une nouvelle réduction de la dette grecque, les banques du pays devront trouver en urgence entre «5 et 20 milliards d’euros», selon l’ampleur de la décote retenue, pour éviter la faillite, estime Stefan Nedialko, analyste chez Citigroup. Il ne faut guère compter sur les investisseurs privés, qui se désengagent massivement du secteur bancaire. La capitalisation boursière des quatre premières banques a ainsi fondu de 70% en moyenne depuis mai.

Le Fonds grec de soutien bancaire, mis en place lors du premier plan de soutien de l’UE et du FMI en mai 2010, doté de 10 milliards d’euros, devrait être mobilisé, estime cet analyste.

Si ce n’est pas suffisant, la Grèce devra se tourner vers le Fonds européen de stabilité financière (FESF). «Il est ironique que le problème fondamental des banques grecques soit leur exposition à la dette souveraine» de leur pays, a relevé Craig Phillips, l’un des dirigeants de BlackRock, premier gestionnaire d’actifs au monde, chargé par la Banque centrale d’un audit sur les banques. Car elles «sont considérées comme traditionnellement conservatrices», a-t-il ajouté dans le journal Kathimerini dimanche.

Jusqu’à la crise de la dette, les obligations souveraines étaient considérées comme des investissements sûrs et les banques grecques, comme leurs homologues dans d’autres pays, en ont massivement souscrits (à hauteur de 44,3 milliards d’euros à fin août, et de quelque 30 milliards pour les caisses de retraite). Mais voilà que les difficultés de l’Etat grec rejaillissent sur les banques – une situation diamétralement opposée à celle de l’Islande ou de l’Irlande, où ce sont les risques pris par les acteurs financiers qui ont manqué de provoquer la faillite des Etats.

Déjà, la décote de 21% acceptée lors du sommet européen du 21 juillet par les banques privées sur les obligations grecques qu’elles détiennent, a conduit les quatre premières banques grecques – Banque Nationale de Grèce, Eurobank et Alpha, en cours de fusion sous l’égide du Qatar, Banque du Pirée – à essuyer des pertes cumulées de 3,2 milliards au premier semestre. En cas de décote à 50%, hypothèse ouvertement envisagée par plusieurs acteurs, la seule BNG, dont les fonds propres ne dépassent pas 8 milliards d’euros, devrait tirer un trait sur 2,8 milliards supplémentaires.

La perspective d’une nouvelle décote est d’autant plus redoutée que les banques hellènes font face, avec l’aggravation de la récession, à une baisse drastique des dépôts et à une montée des créances douteuses. En deux ans, leurs dépôts ont fondu de près de 50 milliards, à 188,6 milliards fin août, soit une baisse de 26% par rapport au pic historique de septembre 2009 (237,8 milliards).

La peur d’une faillite du pays et la baisse de l’épargne n’expliquent pas tout. L’offensive du gouvernement contre la fraude fiscale, surtout en direction des hauts revenus, est aussi à l’origine de cette évaporation.

En 2009, 5,4 milliards d’euros ont quitté la Grèce, dont 4,9 ne concernent que 8667 Grecs, déclarant pour près de la moitié d’entre eux moins de 20.000 euros de revenus.

source agence oct11

2 réponses »

  1. Mercredi 19 octobre 2011 :

    La banque centrale européenne a racheté mercredi des obligations italiennes à 10 ans pour endiguer l’élargissement du spread de rendement entre les emprunts transalpins et allemands, ont déclaré deux traders.

    Le rendement est retombé à 385 points de base après avoir progressé à 390 points dans l’après-midi.

    “Les banques centrales rachètent des emprunts dans la zone de maturité de dix ans”, a dit l’un d’entre eux.

    La BCE a réactivé son programme de rachats d’obligations en août, après une alerte sur l’Italie et l’Espagne, qui ont été vivement attaquées sur les marchés.

    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRWEA839420111019

    Cela n’a pas empêché l’Italie et l’Espagne de voir les taux de leurs obligations d’Etat augmenter mercredi :

    Espagne : taux des obligations à 10 ans : 5,403 %.

    Italie : taux des obligations à 10 ans : 5,903 %.

  2. Wall Street a fini en baisse mercredi, les investisseurs faisant preuve d’une nervosité grandissante à l’approche du sommet de l’UE, dans lequel ils ont placé leurs espoirs de voir la crise de la zone euro enfin résolue : le Dow Jones a cédé 0,63%, le Nasdaq 2,01%.

    “L’atmosphère du marché est en train de se détériorer au fur et à mesure que l’on se rapproche de l’échéance, ce qui est assez classique comme phénomène”, a résumé Evariste Lefeuvre, chef économiste de Natixis pour les Amériques.

    “Il y a beaucoup trop d’attentes”, a-t-il insisté, “le marché commence à se dire qu’il a peut-être été un peu trompé”.

    Wall Street a nettement chuté peu après 18H00 GMT, au moment où le président français Nicolas Sarkozy rencontrait à Francfort la chancelière allemande Angela Merkel, ainsi que le président sortant de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet.

    Assistaient également à cette réunion : les présidents de l’Union européenne et de la Commission européenne Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso, la directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde, et le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker.

    “Le fait que Trichet, Merkel et Sarkozy se rencontrent, ça inquiète tout le monde, ça veut dire qu’ils n’arrivent pas à parler d’une même voix”, a souligné M. Lefeuvre.

    A l’origine du recul amplifié de Wall Street : un article du Wall Street Journal, selon qui les avocats des gouvernements des 17 pays membres de la zone euro et des institutions européennes ont rejeté le principe de garanties directes au FESF, relevant que cela allait à l’encontre des traités.

    http://www.boursorama.com/actualites/wall-street-finit-en-baisse-la-nervosite-grandit-avant-le-sommet-de-l-ue-73969285cd7dcd389417ff8054ee6d85

Laisser un commentaire