Europe

Les banques se détournent du négoce européen d’emprunts d’Etat

Les banques se détournent du négoce européen d’emprunts d’Etat

Bon nombre de « primary dealers », ces banques agissant comme courtiers spécialistes en emprunts d’Etat, envisagent de se retirer de cette activité, qui leur coûte désormais trop cher et leur fait prendre trop de risques, tout en ne leur apportant plus vraiment de sources complémentaires de revenus. Ce développement va renforcer les difficultés des pays européens, qui ont déjà du mal à lever les fonds dont ils ont besoin sur le marché obligataire en raison de la crise de la dette souveraine.

Les primary dealers vendent et garantissent des emprunts d’Etat. S’il n’y a pas suffisamment d’appétit pour ces titres, les courtiers peuvent se retrouver contraints de les conserver.

Les failles du système ont été mises en évidence à la fin novembre par les résultats décevants d’une adjudication allemande de Bunds à échéance dix ans, au cours de laquelle la Bundesbank n’a réussi à placer que 65% du montant visé. Le problème, selon les spécialistes de la dette, se situerait plus au niveau du processus d’adjudication que de doutes portant sur le statut de valeurs refuges des titres allemands. Pour illustrer leur propos, ils soulignent le passage des taux des emprunts d’Etat allemands à un an en territoire négatif pour la première fois de leur histoire la semaine dernière. Ces taux négatifs signifient que les investisseurs sont prêts à payer l’Allemagne pour pouvoir lui prêter de l’argent.

« Personne ne croit sérieusement que les investisseurs boudent l’Allemagne, mais cela révèle une perte d’enthousiasme du côté des courtiers », a observé un banquier spécialisé de la branche londonienne d’une banque asiatique.

Nathaniel Timbrell-Whittle, co-responsable Emprunteurs souverains, supranationaux et agences au sein de l’équipe Marchés des capitaux de dette chez Bnp Paribas, explique que l’activité de courtage en valeurs du Trésor a toujours coûté beaucoup d’argent, mais que les banques l’acceptaient jusqu’à présent parce qu’elles voulaient être actives sur ce marché en Europe. A l’heure actuelle, observe-t-il toutefois, au vu de l’illiquidité et de la volatilité des marchés, le négoce d’emprunts d’Etat devient de plus en plus difficile.

Les accords de courtage en valeur du Trésor donnent non seulement aux banques un accès au marché secondaire des emprunts d’Etat, mais aussi aux transactions syndiquées, plus lucratives, tout en renforçant l’intérêt des entreprises émettrices de dette à leur égard. L’intensification de la concurrence et le déclin de l’activité sur le marché obligataire signifient toutefois que le coût de la garantie d’une émission de dette souveraine – qui peut se chiffrer à plusieurs millions d’euros par adjudication, selon certains participants du marché – n’est plus justifié par les rendements obtenus par ailleurs.

Les émetteurs de dette souveraine n’ont pourtant pas d’autre choix que de poursuivre ce processus d’adjudication défectueux, la forte volatilité du marché compliquant la réalisation d’opérations syndiquées.

Selon Nathaniel Timbrell-Whittle, « il n’y a pas de solution évidente et le risque est que les banques fassent un pas en arrière l’année prochaine, ce qui compliquerait fortement le bouclage programmes de financement des émetteurs souverains. Les gens parlent du coût des opérations de courtage en valeurs du Trésor depuis des années mais le sujet va maintenant devenir brûlant car la situation n’est plus soutenable ».

-Matthew Attwood, Financial News /Wall Street Journal dec11

http://online.wsj.com/article/BT-CO-20111204-704468.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s