Behaviorisme et Finance Comportementale

Politique Friction du Mardi 10 Juillet 2012 : Hollande devra abjurer publiquement et solennellement sa foi socialiste par Bruno Bertez (Actualisé au Mercredi 11 Juillet à 20h55)

Politique Friction du Mardi 10 Juillet  2012 : Hollande devra abjurer publiquement et solennellement sa foi socialiste par Bruno Bertez (Actualisé au Mercredi 11 Juillet à 20h55)

Il n’y a nulle gloire dans un monde médiatique d’attardés à lancer une idée précurseur. On n’est jamais le premier à lancer une idée, les idées sont dans l’air, latentes et d’un seul coup elles se manifestent, se formulent, puis se répandent et trouvent force de vérité.

    Dès les premiers jours qui ont suivi  les législatives, nous avons écrit un texte scandaleux, intitulé  » François Hollande prépare la trahison et la recomposition » .

Ce texte n’était pas une prévision, nous professons que l’avenir ne se devine pas et nous ajoutons deux choses :

-L’avenir ne se devine pas, il se construit

-la seule chose que peut faire l’observateur c’est de voir le présent avec les yeux de demain.

Quand nous avons annoncé la trahison de Hollande, nous n’étions pas devins, nous étions simplement lucides, nous voyions que la cohérence de son action, de sa pratique ne pouvait être que celle de la trahison.

Hollande a été élu sur des Paroles de gauche, sur des Symboles de gauche, mais la seule cohérence programmatique était la continuité dans la ligne de Sarkozy. Le reste n’était que tromperies et rodomontades pour les préaux d’école, entendez par là, les télés.

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

Le PS n’a rien lâché au Front de Gauche lors des législatives, il est majoritaire seul , même sans les arrivistes écolos , il a la majorité de godillots qui est nécessaire pour opérer tous les reniements, faire avaler toutes les couleuvres. Le moteur c’est le gout du Pouvoir ne l’oubliez jamais..

-On a repris  le chemin de l’austérité; Y compris pour les fonctionnaires

-On reprend les objectifs de réduction des déficits fixés par Merkozy

-On a accepté le Pacte fiscal de Merkel

-On poursuit la politique de spoliation des citoyens au profit des banques

-On accepte publiquement de reconnaitre que l’eurobond « ce n’est pas pour demain »

-On affirme déjà  » les relations avec Merkel sont bonnes »

Résultat provisoire, le Front de gauche n’a pas voté la confiance, tandis que dans les sondages , il commence a y avoir comme un flottement.

Attendez vous à ce que cela aille encore plus loin car  sur la route du reniement il y a encore quelques étapes a franchir.

Attendez vous a ce qu’en contrepartie, on essaie d’escamoter la vraie politique , par le social et le sociétal.

On va camoufler les reniements réels par des avancées sociétales de diversion comme des droits bidons aux salariés, le mariage homosexuel; le vote des étrangers, bref on va lancer des faux débats comme le font tous les politiciens méprisables sur la couleur des ascenseurs et des portes des toilettes dans les HLM.

Cela va permettre de faire un bout de chemin, de maintenir certaines illusions, de ralentir le désenchantement, surtout si la fausse droite reste ce qu’elle est, ignorante, égoïste simplement préoccupée de reconquérir  ses rentes et privilèges.

Mais la sanction du Réel va venir, elle est incontournable. On triche avec les hommes, surtout quand ils sont électeurs, mais on ne  peut se dérober à la statue du commandeur qui se dresse au bout du chemin, la stagnation , le chômage.

Bien sur il va avant falloir épuiser les mythes, les fausses solutions comme le fameux redressement productif; l’inénarrable plan de relance européen etc ; mais cela va aller vite, disons quelques mois. L’une de nos idées est que Hollande c’est un mix de Mitterrand et d’ Obama . Tous deux ont été élus sur des thèmes, on devrait dire des propagandes thématiques de changement, ils ont pris quelques mesures, puis face à l’aggravation de la situation économique, ils ont fait volte face, se sont reniés. Il n’y avait pas meilleur défenseur de riches que Mitterrand , il n’y a pas meilleur défenseur des banques qu’ Obama. Ce dernier collecte des fortunes de la part des milieux d’affaires et de Wall Street pour sa campagne en cours.

Voici le nœud de notre réflexion , il nous est apparu clairement grâce à une émission de télévision sur l’Inquisition. Le cœur de la pratique de l’Inquisition , c’est l’obtention de l’Aveu et son symétrique , l’Abjuration de sa foi. On ne s’interroge pas assez sur les raisons pour laquelle abjurer sa foi est essentiel dans le déroulement du  processus I’ inquisitorial. Abjurer, cela signifie renoncer solennellement à sa foi.

Ce qui important, ce n’est pas la pratique, c’est la Parole solennelle, son caractère public. En abjurant, celui qui abjure reconnait sa défaite, il reconnait qu’il n’a pas le courage d’être un martyr. Il reconnait son imposture, il reconnait être brisé, avoir cédé. C’est parce qu’il le reconnait que ses adversaires acceptent d’une certaine façon de lui pardonner.

Les hommes politiques se renient souvent, si ce n’est toujours, mais dans la plupart des circonstances, ils n’ont pas besoin d’abjurer, il leur suffit de changer de cap, mais de continuer à parader au niveau du discours.

Mais le monde est dur, sans pitié en ces temps dominés par les marchés, la communication. bien ou mal faire ne suffit plus, il faut encore que cela se sache, il faut encore le faire savoir .Nous avions bien vu le reniement d’ Obama, l’abandon de toutes ses convictions, pour peu qu’il en ait eu et nous avons constaté qu’il était allé plus loin, jusqu’au bout . Dans un discours national , il a tendu la main aux entreprises, aux milieux d’affaires, il a abjuré. Il a changé son entourage, multiplié les signes de son abjuration.

Pourquoi ? Nous répondrons , par le petit bout de la lorgnette, parce que ses conseils lui ont dit que cela était nécessaire, obligatoire.

Toutes les mesures qu’il prenait, toutes les politiques d’assouplissement de la FED butaient sur  le fameux, le problème central,  de la transmission . Vous pouvez baisser les taux, donner le crédit gratuitement, distribuer des cadeaux fiscaux , faire des déficits , tout cela ne fait effet que par l’intermédiaire des hommes.

Et si vous avez les décideurs, ceux qui tiennent les leviers de commande économiques et financiers contre vous parce que vous leur dites que vous les haïssez, alors ils ne transmettent pas votre politique.

Toute la politique européenne , politique à laquelle Hollande vient de se rallier en acceptant le Pacte Fiscal contre le plat de lentilles du Pacte de Relance, toute la politique européenne passe par la transmission. Or non seulement la transmission est grandement abimée au niveau de l’appareil bancaire et quasi bancaire, mais elle l’est dans certains pays au niveau des agents économiques, au niveau des acteurs, au niveau des décideurs. C’est à cause du climat de lutte des classes, c’est à cause des prédations, confiscations fiscales, c’est à cause de l’incertitude réglementaire, c’est à cause du doute sur les principes et les valeurs fondamentales sou jacentes à l’activité des entreprises etc …. Nous arrêtons l’énumération car vous avez compris.

En matière économique, il ne faut jamais oublier que les abstractions sont des imbécilités , ce qui compte ce sont les hommes, les groupes sociaux. Avant, dans le vieux temps, avant la montée des magiciens, l’économie n’était pas dissociée des sciences sociales, politiques, morales et bien sur de la philosophie.

Nous soutenons que dans la voie qu’il a maintenant choisie, celle que nous avons rappelée ci dessus, Hollande va être obligé de suivre le chemin de ses maitres, Mitterrand, Obama, de non seulement se renier , mais en plus d’abjurer solennellement sa foi.

Il faudra, comme on dit, comme on dira , se montrer le Président de tous les Français, cesser de monter les classes sociales les unes contre les autres,  peut être que l’on reparlera de la Nation, que l’on réintroduira des valeurs honnies comme l’effort, l’esprit d’entreprise. Si on ne le fait pas, tout ce qui sera entrepris sera voué à l’échec, gaspillé.

Mais nous n’en  doutons pas un seul instant, ce qui doit être fait sera fait.

Hollande comme ses prédécesseurs est un homme de ce que nous appelons la fausse droite. Un radical , et nous ne vous rappellerons pas ce que nous pensons des radicaux: « rouges a l’extérieur….. »

BRUNO BERTEZ Le Mardi 10 Juillet 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON :

*************************************************************

Du Mardi 11 Juillet 2012: Psychologie, catalyseurs, confiance

Nous nous réservons de revenir sur l’article ci-dessus qui soutient que, dans la voie suivie par François Hollande et Jean Marc Ayrault, il faudra aller plus loin, cesser de croire que l’on peut attraper les mouches avec du vinaigre, cesser d’espérer des résultats de l’ambiguïté. Il faudra, à un moment pas très éloigné, choisir, clarifier, sortir du nègre blanc électoral.

Notre plaidoyer pour l’abjuration est bien sûr partiellement humoristique, comme tout ce que nous écrivons, mais c’est une méthode, un procédé pour faire passer ce qui parait énorme, difficile à avaler parce que trop en avance.

François Hollande a choisi une voie… parce qu’il n’avait pas le choix. C’était un choix imposé par la situation fondamentale, les circonstances, la faiblesse du Parti Socialiste, la faible légitimité de son élection.

Refaites les comptes et vous verrez que le soutien final à Hollande est faible. Si on tient compte de l’érosion inéluctable due à l’exercice du pouvoir et à la montée irrésistible du chômage, on va arriver rapidement dans des étiages inquiétants. Il n’y a pas de bloc social, il n’y a pas d’alliance sociale large et solide qui soutiennent Hollande. Et l’austérité, même, si elle est en partie cosmétique, va accentuer le phénomène de rétrécissement de sa base.

Il n’a pas été élu sur un projet unifiant, il a été élu, comme toujours en France, par rejet, par défaut. C’est pour cela d’ailleurs que, contrairement aux observateurs patentés, nous ne sommes pas contre les cohabitations, sortes d’alternance simultanées car, dans la pratique concrète, c’est comme cela que cela se passe en France: on débute un mandat à droite ou à gauche et on revient très vite, faute de légitimité au centre radical, marécageux. Ceci traduit l’état de la société française. Alors, pourquoi ne pas l’accepter et s’organiser pour?

D’autant que plus on limitera les pouvoirs de la classe politique, plus elle s’auto neutralisera, plus les Français seront tranquilles et pourront se consacrer aux choses sérieuses, là où cela se passe, c’est à dire sur le terrain.

Morning cleanup on Plaza Mayor in Madrid after Spanish team's victory in the Euro 2012 title match.

Exemple d’un gaspillage inquiétant, scandaleux et contre-productif, la récente grande Conférence , messe Sociale: accumulation vide de calendriers de calendriers, de principes contradictoires, de rodomontades creuses, de déclarations d’intention intenables.

C’est un exemple de ce qu’il ne faut pas faire.

Concrètement, le résultat est nul, nous vous mettons au défi de trouver dans la presse quelque chose de tangible, d’utile, susceptible de guider l’action des responsables économiques. C’est la parlotte vague, insignifiante, degré zéro de la pensée utile.

Une conférence comme celle-là ne fait pas avancer, mais reculer. On voit bien qu’il s’agit de gagner du temps, de ralentir le désenchantement;

Mais à force de gagner du temps, on en perd.

On s’enfonce dans le Gribouille et on s’empêtre dans l’ingérable.

On a choisi la voie du Pacte Fiscal, c’est à dire la voie de Merkel, remarquez que nous ne disons pas que c’est la bonne, là, nous sommes neutres, mais ayant choisi cette voie, maintenant il faut être cohérent. La cohérence est la clef de l’éventuel succès, c’est la clef du non gaspillage. La voie de Merkel, c’est celle qui consiste, par le retour aux normes de discipline, à tenter de retrouver la confiance des marchés. Inutile de le cacher, c’est cela et rien d’autre.

Alors, la cohérence impose, acceptant de se soumettre aux normes, il faut tout mettre en œuvre pour y parvenir le plus tôt possible et de la façon la plus convaincante.

Il faut savoir reconnaitre que ce qui est au bout du chemin, c’est la recherche de la productivité, la disparition des obstacles à cette productivité, la modification des textes qui bloquent le marché du Travail. Ce qu’en langage international, on appelle les réformes structurelles pudiquement. Autrement dit, ce que les syndicats appellent, eux, la régression sociale.

Il faut savoir qu’il faut réduire les frais généraux de la nation et que cette réduction ne peut, compte tenu des masses en jeu, que porter sur l’Etat Providence. Sur la Répartition, sur les Retraites, etc.

La poudre aux yeux inspirée par la lutte des classes du fameux faire rendre gorge aux riches n’a qu’un temps, on ne boucle pas les budgets tous les ans par les prélèvements de ce type, le compte n’y est pas. Il n’y a aucune commune mesure avec ce que l’on peut prendre au capital et les besoins annuels.

Faute de clarification, que va-t-il se passer? Hollande va progressivement voir disparaitre son faible soutien de gauche, sans gagner de l’autre côté le moindre soutien de droite, en raison du grand écart qu’il tente de faire. Discours de gauche, mais Gestion de droite.

D’où notre conviction, à un moment donné et le plus tôt sera le mieux, pour réduire les gaspillages, il devra faire son mea culpa, abjurer.

La crise est terrible, mais si on rajoute les menaces, l’instabilité, les incertitudes, alors là, elle risque de devenir catastrophe… prématurément.

BRUNO BERTEZ Le Mercredi 11 Juillet 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON :

7 réponses »

  1. Bonsoir Mr Bertez,

    Je ne suis pas sur d’avoir compris ce qu’était exactement le « pacte fiscal » et ce qu’il impliquait.
    Pouvez vous m’éclairer ?

    J'aime

  2. Beaucoup de grands hommes ont renié leurs engagements. Engagements qui étaient nécessaires pour prendre le pouvoir et faire le boulot (« le premier qui dit la vérité, il sera exécuté… »).
    Citons en deux, et non des moindres, De Gaulle, avec l’Algérie Française, et Gorbatchev, membre important du KGB.
    Il y en a un qui aurait pu faire de grandes réformes sans renier ses engagements, c’est N. Sarkozy ; il avait tous les soutiens en 2007, mais il a eu peur de ne pas être réélu, autrement dit il n’a pas eu de courage, et il n’a rien fait, ce qui montre que ce n’était vraiment pas un homme d’état.

    J'aime

  3. @BrunoBerthez. Vous devez bien comprendre que les gens n’ont pas voté pour Hollande mais contre Sarkozy. Une grande partie des gens qui ont voté Hollande savait qu’il allait faire ce qu’il est en train de faire. Les gens ont muri et ne croient plus les promesses des politiques. ça ne les empêche pas d’aller voter. C’est un nouveau paradigme démocratique très intéressant du point de vue psychologique et qu’il faut intégrer.

    J'aime

  4. Jeudi 12 Juillet PSA , cela nous regarde

    Vous savez que nous sommes inconditionnel des Inconnus: Nous adorons le sketch culte de reportage sportif dans lequel, comme une litanie, ils répètent le fameux « cela ne nous regarde pas » . Et bien nous prenons exemple sur nos modèles et nous disons, PSA , cela ne nous regarde pas.
    La première chose que nous assénons est que l’affaire PSA est un grand succès; Un succès pour tous ceux , socialistes , écolos qui sont contre l’automobile: Ceux là veulent la régression de l’industrie auto et bien , ils l’ont:

    Par les taxes sur les carburants, par les restrictions à l’usage de l’automobile, par l’obsession sécuritaire, et bien ils ont réussi à faire chuter le nombre de kilomètres parcourus, C’est ce qu’ils voulaient, ils l’ont.
    Par les campagnes, les agressions culturelles, la concurrence d’autres modes de déplacement, ils ont cassé l’attrait de la voiture.

    Bien entendu, Gribouilles professionnels, cela ne les a pas empêché de doper périodiquement les ventes de voitures par des subventions, subterfuges , primes à la casse ou autre , ralentissant ainsi la nécessaire adaptation de l’outil de production.

    Nous sommes en présence d’un cas d’école d’inconséquence des politiciens , ils veulent pour des raisons idéologiques casser l’usage de la voiture , mais ils jouent les pucelles effarouchées lorsque ladite industrie doit prendre les mesures qui découlent de sa régression.

    Nous assistons exactement au même phénomène du coté des bistrots et restaurants de campagne: Les gendarmes sont en embuscade à la sortie des cafés et restaurants,
    verbalisent, font sauter les permis et les points : Ils agissent sur instruction des préfets
    mais les mêmes préfets s’étonnent de la fermeture des établissements, de la désertification des campagnes , de la recrudescence de la violence provoquée par l’abus d’alcool dans les rues et à domicile:

    On organise la mort de tout un secteur, mais on ne comprend pas qu’il meure !
    Ah, les braves gens, heureux qu’ils sont car leur pouvoir gagne à la destruction et en plus il se renforce à la mort .

    L’affaire PSA c’est pain béni pour les socialistes, constructivistes, dirigistes , ils se paient à l’aller , en organisant la déconfiture et au retour en prétendant administrer les remèdes:

    Ils ne sont pas , mais alors pas du tout gênés par leur grands succès constructivistes antérieurs, le Plan sidérurgie qui a tué l’acier français, le Plan Calcul qui a tué notre informatique, le Plan Textile qui a ruiné toute la filière: Ils ne sont pas échaudés par les catastrophes du Crédit Lyonnais qui a voulu jouer à la Banque Industrielle, par l’IDI qui s’est transformé en une gigantesque prébende, par le CEPME qui abandonnait ses créances au lendemain d’un prêt politique etc etc:

    Les communistes avaient raison qui, en leur temps, du temps ou ils avaient une pensée structurée qualifiait le système français de système monopolistique d’état, de CME. Tient c’est le même Herzog qui est conseiller de Barnier à la commission européenne, simple coïncidence n’est ce pas.

    Le capital français est en deuil. PSA c’était l’une des rares familles à faire partie de ce que nous appelons le capital industriel français par opposition au grand capital apatride klepto. Mais la fausse droite, les socio démos préfèrent le grand capital international apatride klepto qui assure leurs fins de mois et paient leurs déficits et frais de déplacements et notes de frais et campagnes électorales.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s