Behaviorisme et Finance Comportementale

Etats-Unis : Food Stamps /La gangrène de la misère

Etats-Unis : Food Stamps /La gangrène de la misère 

La crise économique et financière a frappé de plein fouet les Etats-Unis. Non seulement le taux de chômage a plus que doublé entre 2007 et 2010, passant de 4,4% à 10%, mais les aides sociales ont été revues à la baisse et les salaires rognés en conséquence. Du coup, la pauvreté n’a cessé de progresser outre-Atlantique. 

Si, officiellement, 7,8% de la population en âge de travailler recherchait activement un emploi au mois de septembre, le taux de pauvreté, lui, flirte toujours avec les 15%, alors qu’il était de 12,5% en 2007. Selon les derniers chiffres du Bureau fédéral du recensement, 46,2 millions d’Américains vivaient en dessous du seuil de pauvreté à fin 2011. Soit avec moins de 22000 dollars par an pour une famille de quatre personnes.

Conséquence de cette péjoration de la situation économique, les Américains sont toujours plus nombreux à dépendre de l’aide publique pour se nourrir. Instauré pour la première fois en 1939, le programme d’assistance supplémentaire à l’alimentation (SNAP) – plus connu sous le nom de «food stamps» – concernait 26,3 millions de personnes en 2007. Dorénavant, ils sont plus de 45 millions à compter, chaque mois, sur les coupons alimentaires distribués par le Ministère de l’agriculture.

Au mois de juillet, ils étaient même 46,68 millions à avoir répondu aux critères leur permettant de recevoir des bons échangeables en supermarché contre des produits alimentaires (à l’exception des sandwiches, des produits traiteurs et de l’alcool). En moyenne, 134 dollars par bénéficiaire. Soit 6,26 milliards de dollars déboursés chaque mois par l’Etat américain, afin de combattre les inégalités en matière d’alimentation (plus de 75 milliards par an).

. Selon les dernières statistiques du Bureau fédéral du recensement, le revenu annuel médian d’un foyer américain était de 50054 dollars en 2011, soit 8,1% de moins qu’en 2007. Si une famille de Blancs disposait d’un revenu médian de 52214 dollars l’année dernière, une famille de Noirs devait se contenter de 32229 dollars, et une famille d’origine hispanique de 38624 dollars. Dans le sud, le revenu médian était de 46899 dollars, alors qu’il était de 53864 dans le nord-est.

Par ailleurs, alors que le 1% le plus fortuné de la population américaine a vu ses revenus croître de 5,5% en 2011, les 80% de la tranche inférieure ont vu les leurs diminuer de 1,7%. Selon les estimations officielles, les différences de revenus entre les riches et les pauvres ont ainsi été, en 2011, les plus élevées de ces quarante dernières années.

Source Le Temps oct12

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s