Allemagne

Deutsche Bank touchée par le scandale du CO2

Deutsche Bank touchée par le scandale du CO2

25 salariés de Deutsche Bank sont soupçonnés d’avoir aidé des entreprises clientes à frauder le fisc sur des certificats d’émission de CO2. Le codirecteur de l’institut est également impliqué dans le scandale

Avec Jürgen Fitschen, un vent nouveau devait souffler sur Deutsche Bank. Coprésident de la première banque allemande avec l’Indien Anshu Jain, «M. Deutschland», comme on l’appelle parfois en Allemagne, a une solide réputation de sérieux et jouit d’une grande considération auprès des PME. Avec Jain, ce fin connaisseur de l’Asie en général, du Japon en particulier, devait consolider l’image quelque peu malmenée de Deutsche Bank après les années Ackermann.

Le coup est donc particulièrement rude pour ce fils d’agriculteur de 63 ans, qui a passé trente ans au sein de la banque. Mercredi, Deutsche Bank annonçait que Fitschen et son directeur financier, Stefan Krause, faisaient l’objet d’une information judiciaire du parquet de Francfort dans le cadre d’une affaire de fraude fiscale concernant des transactions sur des permis d’émission de CO2 entre 2009 et 2010.

PLUS DE CO2 EN SUIVANT :

Dans la matinée de mercredi, 500 agents de la police fédérale criminelle, du fisc et de la police judiciaire avaient procédé à une vaste razzia, perquisitionnant les tours francfortoises du groupe, ainsi que des bureaux et des logements, notamment à Berlin et Düsseldorf. Les soupçons portent sur «fraude fiscale aggravée, blanchiment d’argent et obstruction à la justice». Quelque 25 salariés de l’établissement sont concernés, dont cinq personnes actuellement en détention provisoire.

Faille juridique

L’affaire du trafic de certificats d’émission n’est pas nouvelle. Les enquêteurs ont mis au jour un vaste trafic portant sur des permis d’émission de CO2. Six personnes (deux Allemands, un Français et trois Britanniques) convaincues d’avoir ainsi escroqué le fisc de 230 millions d’euros sont même en prison depuis un an dans cette affaire. Profitant d’une faille juridique, des traders importaient des certificats, revendus plusieurs fois en Allemagne puis de nouveau exportés – sans s’acquitter de la TVA, et selon le procureur avec l’aide de Deutsche Bank. Au total, 45 entreprises et 170 personnes seraient concernées par ce scandale.

Cette fois, c’est plus particulièrement le rôle de Deutsche Bank qui intéresse les enquêteurs. Krause et Fitschen avaient signé la déclaration fiscale de Deutsche Bank pour 2009; dans le cas de Fitschen à la place de Josef Ackermann, alors en déplacement. «C’est le mauvais qui est frappé», estime-t-on en interne.

Deutsche Bank se serait bien passée de ce nouveau coup dur. L’institut, qui présentait hier un résultat en chute au quatrième trimestre, doit faire face à de nombreuses plaintes aux Etats-Unis dans le cadre de la crise de l’immobilier. Anshu Jain est touché par le scandale du Libor, puisqu’il dirigeait la banque d’investissement du groupe à Londres au moment des faits.

S’ajoute l’interminable dispute avec les héritiers du groupe de médias de Leo Kirch. Enfin, la banque aurait, d’après la presse allemande, dissimulé 12 milliards de dollars de pertes potentielles au moment de la crise bancaire pour ne pas avoir à se mettre sous tutelle publique.

Par Nathalie Versieux berlin /Le Temps

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/f31c022e-455a-11e2-a0d9-7935d85d1c0b/Deutsche_Bank_touchée_par_le_scandale_du_CO2

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s