Allemagne

On a lu, vu et entendu du Lundi 25 Février 2013: Banques- entendez vous la dette rugir au fond du bois?

 On a lu, vu et entendu du Lundi 25 Février 2013: Banques- entendez vous la dette rugir au fond du bois?

 

///////////////////////////////////////////////////////////////////

Hopium, la nouvelle drogue des financiers

Saipem, une compagnie pétrolière italienne, a annoncé fin janvier une estimation de ses bénéfices 2013 50% en dessous des précédentes. Cela, juste quelques heures après que Meryll Lynch ait vendu pour un particulier pour plus de 10 millions d’actions entrainant une perte colossale pour les acheteurs. C’est à cause des attentes qui se sont révélées exagérées, qui ont fait gonfler les actions Saipem et on attisé le syndrome d’hopium. L’hopium, cette nouvelle drogue du financier se basant sur des espoirs ne date pas d’hier, mais cet exemple démontre à quel point les conséquences peuvent être importantes. Meryll Lynch va mener une enquête pour savoir si les vendeurs des titres qu’elle avait placés auprès d’investisseurs étaient au courant des nouvelles imminentes que Saipem s’apprêtait à faire au sujet de leurs estimations 2013. La trop grande liberté sur les marchés et la dépendance majeur à la spéculation ne cesse d’attiser l’effet d’hopium, des attentes de bénéfices exagérées, ne correspondant pas à la réalité. Le sentiment de sevrage peut lui être associé à la chute brutale de la valeur de l’action et la détresse dans laquelle se retrouvent les acheteurs.

///////////////////////////////////////////////////////

La BCE a dévoilé son exposition aux dettes souveraines périphériques et issues de son programme SMP. A fin décembre 2012, la BCE détient €218 Mds de dettes souveraines valorisées à leur prix d’acquisition soit €209 Mds. Ces titres ont une durée de vie moyenne de 4,3 années et sont répartis ainsi : €103 Mds sur l’Italie, €44 Mds sur l’Espagne, €34 Mds sur la Grèce, €23 Mds sur le Portugal et €14 Mds sur l’Irlande.

////////////////////////////////////////////////////////////////////

Zone euro: les banques remboursent moins que prévu

Au total 356 banques ne vont rembourser mercredi que 61,1 milliards d’euros empruntés durant la seconde opération de prêt exceptionnel sur 3 ans de la BCE il y a un an, sur un montant initial alloué de 529 milliards d’euros.

La BCE quant à elle ne divulgue pas l’identité des banques participantes ni leurs emprunts et remboursements respectifs.

Mais à en croire les bilans de janvier des banques centrales nationales, les banques françaises ont remboursé 51 milliards d’euros à la BCE pour le premier LTRO, les banques espagnoles 44 milliards et les banques allemandes 20,6 milliards. En revanche les banques italiennes semblent n’avoir pas encore remboursé le moindre centime, selon Barclays.

Depuis le 30 janvier, les banques peuvent continuer de rembourser chaque semaine le premier LTRO, ce qu’elles font au compte-gouttes: environ 12 milliards d’euros supplémentaires ont été remboursés depuis, et 1,74 milliard d’euros de plus sont programmés pour mercredi.

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le trading à haute fréquence autorisé en France

Les députés ont retiré leur amendement qui visaient à renforcer le contrôle sur cette finance ultra-rapide

La loi bancaire votée mardi par l’Assemblée nationale française comporte un volet consacré au trading à haute fréquence (HFT). Jugeant que ces transactions plus rapides qu’un clin d’œil fragilisent les marchés financiers, plusieurs députés avaient rédigé un amendement pour les limiter. Car le projet de loi n’interdisait que les transactions taxables, moins de 20% du HFT selon les élus. Au final, l’amendement a toutefois été retiré. Le ministre de l’Economie Pierre Moscovici aurait promis aux députés de «continuer à travailler sur ce sujet», en l’échange de ce retrait. Le HFT représente en Europe, selon les estimations, jusqu’à 40% des transactions boursières.

////////////////////////////////////////////////////

Le FBI se penche sur le rachat de Heinz

La police fédérale américaine (FBI) examine à son tour des transactions boursières suspectes ayant précédé le rachat des ketchups Heinz par le milliardaire américain Warren Buffett et un fonds d’investissement propriétaire de Burger King.

«Nous avons connaissance d’anomalies de courtage à la veille de l’annonce» de l’acquisition, qui a été dévoilée jeudi, a indiqué mardi à l’AFP une porte-parole du FBI, Kelly Langmesser. «Nous consultons la SEC», la commission américaine des opérations boursières, «pour voir si un crime a été commis», a-t-elle ajouté.

La SEC avait déjà annoncé vendredi en 15 qu’elle avait obtenu le gel des actifs d’un compte de courtage basé en Suisse, qu’elle soupçonnait d’avoir été utilisé dans le cadre de délits d’initiés autour du rachat pour 28 milliards de dollars de Heinz par Berkshire Hathaway, holding du milliardaire Warren Buffett, et 3G Capital, fonds brésilien actionnaire majoritaire de la chaîne de restauration rapide Burger King.

La perspective de cette transaction, qui n’avait pas du tout filtré à l’avance, avait fait bondir l’action du groupe de 20% jeudi. La SEC fait valoir dans une plainte, déposée devant un tribunal new-yorkais, que «des courtiers inconnus ont fait des paris risqués sur une hausse de l’action Heinz» le jour précédant l’annonce.

La SEC juge ces opérations suspectes car le compte qu’elle a fait geler n’avait pas opéré de transaction concernant Heinz dans les six derniers mois, et que l’activité sur les options d’achat Heinz avait de manière générale été «minime» dans les jours précédant l’annonce, selon son communiqué

///////////////////////////////////////////////////////////////////

L’Hôtel de la monnaie américaine, la  US Mint, a rapporté un volume record mensuel de vente de pièces d’argent American Eagle en janvier. Un peu moins de 7,5 millions d’onces de pièces d’argent (produites uniquement pour l’investissement) ont été vendues le mois dernier. Les ventes des pièces d’or American Eagle était à leur plus haut niveau depuis juillet 2010, à 150 000 onces.

////////////////////////////////////////////////////////

Le Monetary Policy Committee de la Bank of England avait déjà émis de sérieux doutes quant à l’efficacité et à la nécessité de poursuivre sa politique de Quantitative Easing (achat de Gilts). Le MPC avait en janvier voté à l’unanimité moins une voix la « non augmentation » de son programme (£375 Mds). Or, en février, 3 membres sur 9, dont le gouverneur Mervyn King lui même, ont voté en faveur d’une augmentation de ce plan de £25 Mds à £400 Mds. La BoE s’autorisera désormais un horizon plus lointain concernant le retour de l’inflation à son niveau cible de 2% et ce, dans le but de ménager l’économie. Elle réinvestira totalement les £6,6 Mds de Gilt mars 2013 détenus en portefeuille.

Cela signifie que pour le Royaume Uni l’espoir d’un retour de la croissance à court terme est faible. La livre sterling, qui a déjà reculé de 7% face au dollar depuis le début de l’année, risque de connaître un nouveau glissement. «La bonne volonté du marché vis-à-vis du plan d’austérité pourrait disparaître encore davantage (après la perte du AAA)», estiment les analystes de HSBC. L’arrivée d’un nouveau gouverneur à la Banque d’Angleterre, réputé très agressif dans son utilisation de la planche à billets, peut également accentuer le mouvement.

Le problème est que les coupes budgétaires sont loin d’être finies. L’austérité se répartit entre 15% de hausses d’impôts et 85% de coupes budgétaires. La première partie est presque entièrement réalisée, mais la seconde – la plus difficile – n’est guère entamée. Selon l’IFS, seul le tiers des réductions des allocations sociales et un cinquième des baisses des dépenses courantes dans les services publics ont été effectués.

////////////////////////////////////////////////////////

Le gouvernement irlandais a annoncé la liquidation de l’ex Anglo Irish Bank, renommée Irish Bank Resolution Corp (IBRC). Cette dissolution va permettre à l’Etat irlandais de substituer le financement exceptionnel octroyé par la banque centrale irlandaise à IBRC pour €25 Mds par l’émission de nouveaux titres d’Etats d’une maturité de 25 à 40 ans. La banque centrale nationale va ainsi détenir près de 13% de la dette nationale en échange d’un engagement à céder ces titres sur les marchés progressivement durant les 20 prochaines années. La BCE a pris note de cette décision mais ne s’est pas encore prononcée sur la légalité de l’opération, notamment le respect de l’Article 123 qui interdit le financement des Etats par les banques centrales de la zone Euro.

PLUS DE NEWS EN SUIVANT:

///////////////////////////////////////////////////////////

Pour les banques européennes, la fin de l’année 2012 aura été l’occasion d’un «grand nettoyage», estime Loïc Bhend, analyste à la banque Bordier & Cie. Avec, à la clé, des résultats décevants, voire des pertes colossales.

Mercredi, c’est Crédit Agricole qui a annoncé une perte record – la plus importante en France depuis celle de Dexia en 2011 – de 6,47 milliards d’euros (environ 7,98 milliards de francs). La banque française avait déjà lancé un avertissement sur ses résultats début février. Cela n’a pas empêché les analystes d’être surpris de l’ampleur des dégâts. La banque a invoqué les pertes liées à la vente de sa filiale grecque Emporiki et l’impossibilité de la déduire des impôts. Autre élément, la banque a décidé de déprécier des écarts d’acquisitions (goodwill). Il s’agit de la différence entre le prix de ces rachats, réalisés à des prix trop élevés dans des périodes d’euphorie, et leur valeur comptable.

Crédit Agricole va passer des provisions exceptionnelles pour dépréciations de survaleurs sur ses comptes 2012 pour un montant de €2,7 Mds. Par ailleurs, l’impact de la juste valeur sur la dette émise par Crédit Agricole sera de -€850 Mds au 4ème trimestre 2012, ce à quoi s’ajoutent près de €400 M de charges de dépréciations diverses. Ces provisions seront cependant sans impact sur la solvabilité du groupe puisque la réglementation déduit d’ores et déjà des fonds propres comptables ces survaleurs ou le « mark-to-market » de la dette émise.

 Pour Christophe Nijdam, analyste spécialisé dans les actions bancaires pour le bureau de recherche indépendant AlphaValue, cette perte record consacre «l’échec d’une stratégie d’expansion internationale trop rapide, trop cher payée, et conduit à se poser des questions sur la gestion du capital humain de cette banque.»

Crédit Agricole n’est pas seul. Société Générale a enregistré une perte de 476 millions d’euros au quatrième trimestre et vu son bénéfice net divisé par trois en 2012, invoquant, elle aussi, des éléments exceptionnels. Décevant les prévisions, BNP Paribas a néanmoins enregistré un gain net de 6,55 milliards.

Ailleurs en Europe, la tendance est identique.

D’autres éléments exceptionnels ont plombé les comptes de certaines banques. Deutsche Bank (perte de 2,6 milliards d’euros au quatrième trimestre) et UBS notamment ont dû faire face à des frais de justice ou à des amendes, souligne Loïc Bhend. La banque suisse a ainsi bouclé 2012 sur une perte nette de 2,5 milliards de francs, notamment en raison des provisions pour les amendes liées à son implication dans le scandale du Libor.

La deuxième banque d’Allemagne, Commerzbank, a annoncé  une chute de son bénéfice net en 2012, à 6 millions d’euros seulement contre 638 millions d’euros en 2011, en raison d’une lourde perte de 720 millions d’euros au quatrième trimestre. Cette perte trimestrielle s’explique par 185 millions d’euros de charges liées à la vente de sa filiale ukrainienne Bank Forum, annoncée en juillet, ainsi que par 560 millions d’euros de dépréciations sur des créances fiscales différées, selon un communiqué. Les provisions pour risques ont augmenté comme prévu à 1,7 milliard d’euros l’an passé, contre 1,4 milliard d’euros en 2011.

Un milliard de livres de provisions en plus pour Barclays. Réserve pour couvrir le contentieux sur les ventes abusives de produits financiers. La banque va ainsi enregistrer une provision supplémentaire de 400 millions de livres pour rembourser les PME à qui elle a vendu abusivement, comme d’autres banques britanniques, des produits de couverture contre les variations de taux d’intérêts (IHRP).

En Espagne, ce sont les pertes liées à l’immobilier qui plombent les comptes des acteurs locaux. Les provisions affectent fortement les résultats.

Le groupe bancaire espagnol BBVA a vu son résultat net chuter de 44,2% en 2012, à 1,676 milliard d’euros, affecté par les provisions destinées à couvrir son exposition au secteur immobilier sinistré. Au cours de l’année passée, la troisième banque espagnole par le montant des actifs gérés a comptabilisé 9,518 milliards d’euros de provisions, dont 5,081 milliards destinée à se couvrir contre le risque de crédit impayés et 4,437 milliards liés à l’assainissement de son portefeuille d’actifs immobiliers.

Caixabank,  la première banque en Espagne par les actifs, a vu son bénéfice net fondre de 78,2% en 2012, à 230 millions d’euros, plombé par l’assainissement de son exposition au secteur immobilier sinistré et par l’acquisition de Banca Civica. «Au total, assainissements et provisions s’élèvent à 10,299 milliards d’euros», explique la banque dans un communiqué. Les provisions destinées à couvrir son exposition au secteur immobilier ont atteint 5,749 milliards d’euros, tandis que 4,55 milliards d’euros correspondent à la dépréciation de la valeur des actifs de Banca Civica, rachetée en mars dernier.

Le taux des créances douteuses de CaixaBank a grimpé à 8,62% à fin 2012, en raison notamment de l’intégration du portefeuille de Banca Civica. Il reste toutefois inférieur à la moyenne du secteur, qui s’établissait à 11,38% en novembre

LA SUITE AU PROCHAIN NUMERO……

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s