Au coeur de la création de richesse : l'Entreprise

Le lion, le gnou et Hollande Par Pierre-Antoine Delhommais

 Le lion, le gnou et Hollande Par Pierre-Antoine Delhommais

La France a été choyée par les marchés financiers. Mais, attention, ils s’en prennent toujours au plus faible.

Il voulait faire de la finance sa principale ennemie, elle est devenue sa meilleure amie. Il voulait la combattre, elle est aujourd’hui une de ses dernières et plus fidèles alliées. Depuis un an, François Hollande a bénéficié du soutien inconditionnel et enthousiaste de la « dictature » des marchés financiers internationaux. Sans l’appui des méchants spéculateurs, sans leurs achats massifs de dette publique française, qui ont permis aux taux d’intérêt de se maintenir à des niveaux extraordinairement faibles (moins de 2 % en moyenne), la récession serait encore plus forte qu’elle l’est, le chômage encore plus élevé, le recul du pouvoir d’achat encore plus important. L’économie française ne serait pas seulement en crise, c’est le pays tout entier qui se retrouverait en plein chaos. Politique, économique et social, comme l’Espagne, la Grèce ou le Portugal.

Bien sûr, les « spéculateurs » ont été payés de retour pour leur soutien financier à la France socialiste. Et grassement. Ils ont d’abord perçu, en 2012, 52,2 milliards d’euros d’intérêts (soit l’équivalent de toutes les rémunérations du personnel de l’Éducation nationale). Ils ont aussi enregistré des dizaines de milliards d’euros de plus-values potentielles sur le stock d’emprunts d’État français (OAT, BTAN) qu’ils détiennent et dont les cours ont fortement progressé depuis un an – le cours d’une obligation monte quand son rendement baisse. Bref, les « Holland bonds » ont été depuis un an un vrai jackpot pour les investisseurs du monde entier.

Mais voilà, le ciel obligataire mondial s’est couvert. Aux États-Unis et en Europe, les taux d’intérêt à long terme, qui jouent un rôle clé dans le financement de l’économie (pour l’investissement des entreprises, le marché immobilier, les comptes publics), se sont brusquement tendus. En France, le taux de l’OAT à dix ans, qui se situait à 1,7 % au début du mois de mai, a frôlé 2,5 % il y a quelques jours.

PLUS DE DELHOMMAIS EN SUIVANT:

À l’origine de cette remontée, la perspective de voir la Réserve fédérale américaine refermer progressivement les vannes du crédit qu’elle avait laissées grandes ouvertes pour noyer la crise. La situation économique des États-Unis s’améliorant, la Fed souhaite lever son dispositif exceptionnel. Qui consistait notamment, dans une sorte de tour de passe-passe monétaire, à acheter chaque mois 85 milliards d’euros d’emprunts d’État américains. Avec une Fed devenant moins généreuse, faisant tourner moins vite la planche à billets, les grands investisseurs internationaux risquent de se montrer plus regardants dans leurs placements, plus sélectifs dans leurs acquisitions.

Une très mauvaise nouvelle pour la dette publique d’une France dangereusement affaiblie. Affaiblie politiquement à cause des scandales et des affaires à répétition, de l’effondrement de la cote de confiance du président de la République et de l’ascension d’un Front national favorable à une sortie de l’euro. Affaiblie politiquement sur la scène européenne après la série de gifles que M. Hollande a publiquement reçues de la part de Mme Merkel, quant à elle bien partie pour remporter les élections allemandes de l’automne. Une France tellement affaiblie politiquement que des institutions aussi bien élevées que l’OCDE, le FMI, la Commission européenne ou la Cour des comptes n’hésitent plus à dire tout haut ce qu’elles pensaient jusqu’à présent tout bas : la politique économique de M. Hollande est nulle. 

« La situation relative de la France ne s’est pas améliorée depuis un an. » C’est la litote qu’a utilisée le président de la Cour des comptes, Didier Migaud, en présentant le rapport en forme de réquisitoire sur la situation des finances publiques. S’il n’avait pas été encore (un peu) socialiste, M. Migaud aurait dit : « La situation relative de la France s’est franchement détériorée. » Car, malgré l’autosatisfaction affichée par le gouvernement de M. Ayrault sur sa prétendue gestion rigoureuse, la situation de la France s’est objectivement détériorée par rapport aux autres pays de la zone euro. Par rapport à l’Allemagne, cela va de soi, mais aussi, humiliation suprême, par rapport à l’Italie. 

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Au mois de mai, le déficit commercial français a nettement progressé, plombé par une rechute des exportations de matériels de transport. Il a dépassé le seuil des 6 milliards d’euros.

France trade balance since 1970

En 2012, non seulement le déficit public français (à 4,8 % du PIB) est resté nettement plus élevé que la moyenne dans la zone euro (3,7 %), mais, pour la sixième année consécutive, il a été plus important que le déficit italien (3 %). Le déficit primaire français (hors charge de la dette) est, lui, resté bien supérieur à la moyenne de la zone euro (2,3 %, contre 0,6 %), alors que l’Italie a dégagé un excédent primaire de 2,5 % du PIB ! En matière d’amélioration du solde structurel (hors conjoncture), grande fierté de Bercy, la France a fait deux fois moins bien que l’Italie (1,1 point de PIB, contre 2,2 points). Le ratio d’endettement de la France a progressé de 4,4 points entre fin 2011 et fin 2012 (à 90,2 %), trois fois plus qu’en Allemagne. En matière de dépenses publiques, enfin, l’écart entre la France et l’Allemagne (11,6 points de PIB) n’a jamais été si grand. Il était de 5 points seulement avant le début de la crise. Les dépenses publiques, relève d’ailleurs la Cour des comptes, sont le seul domaine où la France pourrait, dès 2014, occuper la première place mondiale en détrônant le Danemark. 

French government spending

Tous ces indicateurs pointent le même danger : parce qu’elle est politiquement, économiquement et financièrement très affaiblie, la France est aujourd’hui plus exposée que les autres pays, même ceux d’Europe du Sud, à une remontée généralisée des taux dans le monde. On a tous été marqués, enfants, par ces documentaires animaliers où l’on voit des lions se rapprocher discrètement d’un troupeau de gnous. Puis choisir leur proie en repérant l’animal qui leur semble le plus faible, avant de l’isoler et de se précipiter sur lui pour le dévorer. La vie sauvage et la vie des marchés financiers ne sont pas drôles tous les jours.

Par Pierre-Antoine Delhommais Le Point – Publié le 04/07/2013

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/pierre-antoine-delhommais/le-lion-le-gnou-et-hollande-04-07-2013-1692942_493.php

A LIRE AVEC INTERET EN COMPLEMENTS (Revue de presse réalisée par Maitre Confucius MERCI à LUI):

 http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130702trib000773566/budget-2014-des-economies-et-quelques-tours-de-passe-passe.html 

http://www.lefigaro.fr/impots/2013/07/02/05003-20130702ARTFIG00568-le-gouvernement-se-prepare-a-augmenter-les-impots-en-2014.php

http://www.lefigaro.fr/impots/2013/07/02/05003-20130702ARTFIG00544-budget-2014-des-baisses-inferieures-a-celle-affichee.php 

http://www.atlantico.fr/decryptage/que-gouvernement-ne-dit-pas-risques-confiscation-argent-que-croyez-abri-dans-banques-bruno-bertez-774501.html 

http://www.leparisien.fr/economie/votre-argent/1-6-million-de-francais-ont-paye-des-impots-pour-la-premiere-fois-03-07-2013-2949941.php 

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/07/01/20002-20130701ARTFIG00544-les-defaillances-de-grosses-entreprises-se-multiplient.php 

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-transport/actu/0202868996984-le-premier-site-de-production-de-psa-est-desormais-chinois-581867.php

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-crise-aggrave-le-declassement-des-jeunes-diplomes_393048.html 

http://www.liberation.fr/societe/2013/07/04/le-bac-une-illusion-democratique_915986

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202875089141-le-nombre-de-naufrages-de-l-immobilier-s-accroit-582925.php 

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130705trib000774208/les-exportations-francaises-calent-le-deficit-commercial-grimpe-.html

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20130704trib000773964/le-prix-des-timbres-va-encore-augmenter-.html 

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202866229243-le-climat-social-inquiete-l-assureur-des-communes-582508.php

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s