Douce France

Politique Friction du Lundi 7 Octobre 2013: De la question Rom à la question du Front National Par Bruno Bertez

Politique Friction du Lundi 7 Octobre 2013: De la question Rom à la question du Front National Par Bruno Bertez

 Il faut faire échec à la stratégie des socialistes Solfériniens de manipuler et de fausser le débat et la représentation politique.Nous avons signalé depuis plusieurs semaines la mise en place de la stratégie infâme de promotion du Front dans la perspectives des municipales et des européennes. Les médias aux ordres ont invité les leaders du Front, ils leur ont donné la parole avec une fréquence et une unanimité jamais vue.

Bien entendu, il s’agissait de les montrer, de les populariser. Chacun sait qu’il y a un rapport entre le nombre de fois où quelqu’un passe à la TV ou à la radio et sa notoriété. Ravis de l’aubaine, les représentants du Front se sont pliés à l’exercice et à la manip. On les a sorti de leur ghetto,  ils ont été ravis, on les comprend,  de sortir en pleine lumière.

Depuis Mitterrand, la stratégie est au point. On fait monter l’allié objectif Front National quand on en a besoin. Pour ce faire on lance des thèmes qui le sollicitent, on lui ouvre les portes des médias, on va même plus loin que cela, nous pouvons en attester, mais c’est une autre histoire, Restons dans l’officielle, la dicible.

La manœuvre est simple, elle consiste à faire monter le Front afin de réduire le poids de la droite classique et surtout de la diviser. Il est évident qu’avec une droite aussi stupide, cela marche à tous les coups. Les Fillon, les Copé se sont crus obligés de se battre sur le champ de bataille balisé par les socialistes et leurs médias complices. Et nos naïfs de prendre position sur la question du Front. Ah les braves gens, il suffit d’appuyer sur le bouton et les voilà, Pavlov professionnels, qui répondent comme on souhaite qu’ils le fassent.

La stratégie consiste à porter la division en de multiples endroits de la droite afin de réduire son poids et ramener sa partie institutionnelle au niveau d’un rapport de forces gérable par les socialistes. Bref, il s’agit,  par la stratégie,  de favoriser sinon la constitution d’un Front Républicain mais d’un esprit de Front Républicain, Il s’agit en fait, de nier l’opposition qui se manifeste globalement par le rapport droite/gauche très en faveur de la droite, et de reconstituer le fameux bonnet blanc-blanc bonnet. Mieux même, si on réussit à passer à un système avec un seul bonnet pour deux, UMPS, c’est encore mieux.

Le résultat de l’élection de Brignoles était prévu, prévisible, anticipé, préparé. Désir n’a eu qu’à sortir , avec un peu de précipitation il est vrai, son discours sur le  Front Républicain, sur le « faire barrage au Front National » pour que la mécanique se mette en branle, Diable, c’est le cas de le dire  Diable, le Front devient le premier parti de France! Ah le danger fasciste, comme il est beau, comme il est utile! D’accord c’est un crime de gonfler pareilles billevesées, mais quel beau crime, bien-pensant !

D’abord Brignoles n’est pas la France, ce n’est même pas un test tant la situation y est particulière.

Ensuite, un vote de rejet, un vote sanction, n’est pas un vote d’adhésion.

Enfin, nous ne sommes pas en situation.

Le vote n’est même pas symbolique, l’enjeu n’est pas la conduite des affaires du pays, c’est un vote local, circonstanciel, dont on sait pertinemment qu’il ne porte pas à conséquence, c’est un défoulement. Voilà le mot, un défoulement sans conséquence. 

Le monter en épingle est irresponsable. 

Mais ce n’est pas pour cela que la question ne doit pas être posée: Est-il souhaitable, juste, prudent de priver les plus de 30% de gens qui se reconnaissent dans les idées du Front sans représentation?

Ajoutons au passage que la même question se pose pour le Front de Gauche. 

Le barrage au Front National est une manière de confisquer, de neutraliser les votes de plus d’un tiers des Français! Et peut-être pas le plus mauvais tiers, c’est à voir. La proportion de forces vives, de travailleurs, de gens motivés au Front National nous parait supérieure à celle que l’on trouve chez les socialistes. De quel droit prive t- on ces Français de toute voix au chapitre politique, de quel droit se permet-on de dire vous êtes des sous-français?  De quel droit même s’autorise-t- on à occulter les débats dont ils sont porteurs, sur l’immigration, sur le respect de l’ordre républicain, sur les valeurs nationales et familiales, sur la monnaie et l’euro, sur le racket fiscal, sur la désincitation au travail, sur le naufrage de l’école, sur la solidarité confisquée?

Au stade de décomposition, de destruction du tissu social et politique actuels, il est juste, sain, intelligent d’intégrer le Front National, ses électeurs, au débat et à l’expression politique: On ne peut rejeter les citoyens dans le primaire et ensuite arguer du fait qu’ils sont primaires pour leur refuser la participation au débat public. Les gens qui se reconnaissent dans les idées du Front sont des citoyens, ils doivent être traités comme tels.

Et que l’on ne vienne pas nous parler des imbécilités sulfureuses comme le racisme et autres billevesées, l’arsenal répressif du racisme, du révisionnisme existe, il suffit de l’appliquer  et de ne pas marquer, comme on le fait à certains moments, des tolérances coupables.

La Bête fasciste n’est pas aux portes de la France. On peut accepter de parler des idées nationales, de la souveraineté,  de la famille, des impôts, des charges excessives, du poids de l’administration, sans avoir la moindre tentation totalitaire. On peut même parler de l’immigration sans rougir et poser la question de savoir comment il se fait que la France ait honte d’examiner sa non-politique en ce domaine.

C’est le non-dit, le réprimé,  qui sont dangereux car la conscience et le bon sens, alors n’ont plus prise.

Chassez  la part d’ombre, refoulez là et, le reptilien, la queue du saurien réapparaissent…

BRUNO BERTEZ Le Lundi 7 Octobre 2013

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

11 réponses »

  1. Donner au FN une surreprésentation médiatique est surement une stratégie pour le faire monter mais aussi une forme de « compensation » dédaigneusement accordé au peuple pour sa sous-représentation à l’assemblée. On balance au peuple des élus FN à l’écran comme des séries télé censées le divertir. On est au paroxysme du mépris et du déni de démocratie. Mais il faut reconnaître que nos hommes politiques sont des quasi-fonctionnaires et qu’exclure le Front National de l’assemblée c’est aussi se réserver les places pour soi, préserver sa rente. Un peu comme quand les sénateurs s’excluent eux-mêmes d’une réforme sur le non cumul…Attention quand même car tout ça commence vraiment à se voir. L’élection d’hier a surement ses spécificités mais l’abstention en dit tout autant sinon plus que le vote FN sur le niveau d’exaspération de français.

  2. Je suis déçu par votre analyse alors que suis pourtant un fidèle lecteur. Peu importe les casseroles que les médias attachent au FN depuis des années, l’important demeure les raisons qui poussent les français à utiliser ce bulletin en priorité sur les autres…
    Il ne faut pas tomber dans le piège de la diabolisation, il permet à un confortable point godwin de recouvrir d’une grosse bâche les hurlements des français qui se prennent en pleine figure le résultat des choix des politiques umps.
    La plupart des choix politiques déplorables qui ont été fait depuis 40 ans finiront par être remis en question et les efforts pour repousser cette échéance ne la rendront que plus douloureuse..
    La stratégie du PS ne fonctionnera plus très longtemps, la Grèce nous montre la voie. Les politiques de réduction de l’Etat social qui interviendront bien assez tôt entérineront l’éclatement de nos territoires qui sont déjà plus qu’artificiellement liés.

    • Apprenez à lire et à découvrir le sens d’un texte avant d’être déçu; cela dit, mon objectif n’est ni de vous plaire ni de vous décevoir. Et puis cessez de répéter à tout propos des banalités du genre diabolisation. Ici personne ne diabolise!

      • Oui en relisant votre article je vois que je suis parti un peu vite ^_^
        Je suis tellement énervé bien souvent par les approches qui visent à diaboliser pour éviter de questionner que je me suis pris les pieds dans le tapis, désolé et merci encore pour votre travail !

  3. D’un côté vous qualifiez de « infâme » la « stratégie » qui consiste à médiatiser le FN en lançant « des thèmes qui le sollicitent ». D’un autre côté vous vous offusquez que l’on « occulte les débats dont [les électeurs FN] sont porteurs ». N’est-ce pas contradictoire? Même si je comprends que, dans votre esprit, ce qui est odieux c’est que la montée du FN soit orchestré stratégiquement par le PS, ne doit-on pas s’en réjouir et espérer que du FN ou du PS, l’idiot utile ne soit in fine pas celui que l’on croit?

    • @Charles

      Non, il suffit de lire avec attention :

      Ce qui est infâme c’est la stratégie qui vise à manipuler la représentation.

      Ce qui est condamnable c’est d’occulter des débats qui ont, partout ailleurs, droit de cité.

      Les thèmes sur lesquels les dirigeants du FN sont sollicités sur les ondes ne sont pas les bons thèmes, sérieux, importants.

      Par ailleurs si vous avez remarqué les passe-plats pseudo journalistes ne débattent pas, ils n’offrent aucune répartie. En fait, on sent qu’ils ne veulent pas rentrer dans ces débats de peur de se salir. Faire vraiment débat avec quelqu’un c’est le reconnaitre, or ils ne veulent pas reconnaitre leur interlocuteur.

      Je me suis interrogé objectivement en écoutant et regardant, je me suis demandé est ce que cela fait honnêtement progresser la conscience des gens ? Ma réponse est, a été claire : non.

      La fonction du débat en démocratie est centrale. Et je précise que la fonction centrale du débat n’est pas de persuader, de manipuler l’opinion, non, la fonction du débat est d’éclairer, de dénouer les nœuds de la complexité d’un problème: Car dans nos sociétés, tout est complexe, hyper-complexe. Et il faut du temps, de la patience, même de l’empathie pour faire que ces débats soient productifs au vrai sens du terme, productif de conscience supérieure.

  4. Nous sommes arrivé dans une impasse après 40 ans de faux semblant et de mensonge :

    Comment peut on s’enrichir tout en travaillant moins ?
    Comment peut on produire, vendre et acheter en acceptant le libre échange tout en refusant de s’adapter et de se préparer à la Compétition internationale ?
    Comment peut on avoir un système social généreux tout en accueillant la misère du monde ?
    Comment peut on mettre en place un système politique supranational non démocratique en refusant d’écouter ses concitoyens où pire allant à l’encontre de leurs volontés tout en dénonçant leurs opposants comme anti-démocrate ?

    Le Front National dénonce toutes ses incohérences, il n’apporte pas nécessairement les bonnes solutions mais au moins il essaye d’être constructif, on peut en débattre non ? Il y a toute une jeune génération au Front qui ne demande que cela (de moins de trente mille adhérents nostalgique de la France de grand papa il y a maintenant plus de soixante dix mille inscrit venant de tout les bords politiques qui veulent un avenir pour ce pays) mais non, rien, le vide, un néant sidéral, parce qu’ils se sont tellement parjurés et goinfrés (UMP-PS-MEDIA-SYNDICAT- Grand Groupe privé/public-je te tiens tu mes tiens ….) que le seul fait de reconnaître du bout des lèvres qu’ils se sont peut être fourvoyés les paralyses de peurs.

    Pourquoi ? parce qu’ils n’ont jamais anticipé et réfléchit à l’avenir du pays, ils n’ont en fait, que pensé à eux.

    Le devenir de la France a toujours été « con »centré autour de leurs nombrils pas évident quand il faut redresser la tête !….

    Alors vive le Front National pourvu qu’ils dégagent ……

    • non,le front national n’a pas été plus constructif ni original lorsqu’il était aux affaires locales,il était encore plus corrompu si c’est possible!vous voulez changer la société?mettez les verts au pouvoir,ils sont encore plus nocifs autoritaires et déconnectés que les autres:explosion sociale en deux mois garantie!

  5. Tant qu’on n’affrontera pas le FN sur ses différentes idées et théses, tout en lui reconnaissant que certaines sont valables et d’autres sont d’un crétinisme d’un autre age, on n’aura rien résolu, et beaucoup de personnes seront tentées à le rejoindre. Rejetter tout en bloc est le danger.

  6. N’est-on pas dans une situation franchement invivable? Obligés de reconnaître que le FN est un « parti qui compte ». Obligés par exemple d’entendre Marine récupérer sans vergogne Charles de Gaulle, « le de Gaulle de droite et le de Gaulle de gauche », comme autrefois avec Jeanne d’Arc, quand les compères en idéologie du père ont tenté d’assassiner le Général quelque chose comme une dizaine de fois. « Au stade de décomposition, de destruction du tissu social et politique actuels, il est juste, sain, intelligent d’intégrer le Front National, ses électeurs, au débat et à l’expression politique ». HELAS oui, on en est là, à ce stade-là de décomposition. Les patriotes obligés d’aller au Front. Même si on est obligé à rien. Je pense qu’il faut beaucoup se méfier du Front… comme de la peste. Personnellement, ils n’auront jamais mon vote. A ma connaissance le père frayait encore à une date récente, 2002 (serait-il maintenant trop vieux) en fort dangereuse compagnie: fascistes de tous horizons, allemands, arabes, iraniens, nord-américains… Comme le rappelle M. Evans-Pritchard dans un article récent sur Brignoles, un parti ne change pas de nature du jour au lendemain. Un parti fasciste N’EST PAS un parti de classe moyenne. C’est un parti au service de son élite. Le sort du prolo est un peu meilleur car les fascistes prennent l’économie très au sérieux (IG Farben c’est du très lourd, du sévèrement sérieux). Pas mal de Français doivent se méfier, au moins inconsciemment, ce pourquoi je ne pense pas qu’ils aillent très loin électoralement; quoique… on peut être élu président avec 25%… il n’empêche que le FN resterait quand même une « non-entité »… est-ce que le Front de gauche ne ferait pas aussi bien si c’était Sarkozy le président?

Laisser un commentaire