BFM

Philippe Béchade/BFM : L’effet Yellen a enflammé les futurs – 09/10/ 2013

Philippe Béchade/BFM :  L’effet Yellen a enflammé les futurs – 09/10/ 2013 

Le 9 octobre, Cédric Chaboud, gérant chez SPGP et Philippe Béchade, rédacteur en chef à la chronique Agora, reviennent sur le financement de l’économie réelle, dans Intégrale Placements par Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur, sur BFM Business.

La hausse du VIX, signe d’une nouvelle hausse des marchés US ?

09 oct 2013 | Philippe Béchade

Eh bien voilà ! On aurait bien tort de s’inquiéter car lorsque Wall Street baisse, c’est pour indiquer que les opérateurs piaffent d’impatience d’envoyer les indices américains vers de nouveaux records absolus.

Oui, les marchés ont soif d’absolu… et les parlementaires américains se montrent absolument ridicules avec leurs guéguerres de postures censées impressionner leurs électorats respectifs.

Alors les sherpas de Wall Street feraient — nous explique-t-on — chuter les cours pour rappeler à la raison les élus du Congrès US dont le patrimoine est en principe bourré d’actions. S’opposer, brasser de l’air, oui ! S’appauvrir par excès d’obstination, ah ben non !

Autrement dit, nous sommes priés de croire que Wall Street baisse parce que c’est “fait exprès” alors que le marché n’a strictement aucune autre raison de baisser… Non, vraiment aucune.

Que démocrates et républicains annoncent qu’ils se rassoient à la table des négociations avec la ferme intention d’aplanir les différends et les marchés vont nous reprendre 4% ou 5% en quelques heures… puisqu’ils font simplement semblant de baisser.

Ce conte pour enfants — où l’on postule que tout est bien qui finira bien — est à ce point pris au sérieux que l’on assiste à une ruée sur les options d’achat, les warrants et autres dérivés à effet de levier qui vont exploser dès que l’inévitable remontée des indices va s’enclencher.

▪ On se prépare à la hausse ? Une des raisons de l’envolée du VIX au-delà de la barre des 20 pour la première fois depuis la mi-juin ne serait pas du tout, à la différence des précédents pics de volatilité, dû à une quelconque forme d’inquiétude des opérateurs. Il s’agirait au contraire de leur empressement à s’organiser en vue d’une reprise fulgurante de Wall Street un de ces tout prochains jours.

Il ne viendrait évidemment à l’idée d’aucun investisseur de vendre des actions parce qu’elles sont complètement surachetées, affichent des multiples supérieurs à 20 sur le S&P 500 et près de 25 sur le Nasdaq alors que les profits vont encore se contracter et les marges s’éroder.

Personne ne songerait à s’alléger lorsque le FMI réduit son estimation de la croissance américaine à seulement 1,6% en 2013 (alors qu’elle a été confirmée à 2,6% au deuxième trimestre).

Non, personne ne souhaite vendre… Le contexte que nous venons de décrire ne peut qu’inciter la Fed non pas à réduire la taille de son QE3 (une hypothèse que l’on sait maintenant ridicule) mais bien à l’augmenter d’ici à quelques semaines — juste après le relèvement du plafond de la dette qui ne fait aucun doute.

Tenez, l’annonce d’une rallonge au QE3 juste avant le week-end de Thanksgiving, ce serait idéal pour inciter les ménages à arpenter les centres commerciaux, lesquels se désertifient depuis quelques mois.

Ben Bernanke se ferait de nouveaux amis dans le secteur de la distribution. Il se formerait ainsi une véritable double haie d’honneur, formée de brasseurs d’argent et de capitaines des grandes enseignes, pour saluer son départ en janvier prochain (c’est quasi-certain puisque la Maison Blanche vient d’adouber officiellement Janet Yellen).

▪ Qu’en pensent les marchés ? Nous donnerions très cher pour savoir si le dollar tiendra encore au-dessus des 1,36/euro à ce moment-là… A moins qu’un pataquès imprévu ne provoque l’inversion en catastrophe des carry trade qui pèsent sur le billet vert.

Barack Obama s’est appliqué à rappeler mardi soir qu’un défaut sur la dette engendrerait un chaos, une catastrophe économique… et ferait replonger les Etats-Unis dans une situation pire qu’au soir de la faillite de Lehman.

Lors de la séance de questions/réponses qui a suivi son intervention télévisée, le président n’a rien proposé de nouveau. Il s’est borné à dénoncer les blocages idéologiques (ceux des républicains) tout en appelant les uns et les autres à la raison et à faire leur travail.

Il consiste d’abord à trouver un accord sur le relèvement du plafond de la dette avant de songer à faire des économies (l’obsession du Tea Party) — lesquelles seraient malvenues dans un contexte de vulnérabilité de la reprise économique.

Wall Street montré peu impressionné par la prestation de Barack Obama… et même carrément déçu si l’on en juge par le final qui tirait vers le rouge vif.

La séance de consolidation de mardi s’est déroulée en trois temps. La glissade a été rapide entre 15h30 et 17h45. Les scores ont ralenti leur décrue au cours des quatre heures suivantes avant d’accélérer de nouveau à la baisse au cours du dernier quart d’heure — et très fortement, une fois n’est pas coutume, au cours des cinq dernières minutes.

Le Nasdaq chute de 2% à 3 695, deux fois plus lourdement que le Dow Jones et le S&P 500 (-1,07% et -1,25% respectivement). Le Russell 2000 a décroché de 1,75%.

En ce qui concerne le VIX (qui grimpe encore de +5,5%), il effectue une percée au-delà des 20,50 pour la première fois depuis fin juin… Mais rappelez-vous : c’est parce que les acheteurs sont en train de charger les canons qui tireront la prochaine salve haussière.

Et si c’était le marché qui se transformait en boulet ?

Source Chronique Agora

http://la-chronique-agora.com/hausse-vix-marches-us/

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s