Art de la guerre monétaire et économique

Politique Friction du Mercredi 30 Octobre 2013: Libération des otages Par Bruno Bertez

Politique Friction du Mercredi 30 Octobre 2013: Libération des otages Par Bruno Bertez

Pourquoi élever le mensonge au rang d’une vertu d’Etat ?

Le mensonge politique est devenu tellement courant que nous nous interrogeons sur la conception qui sous-tend cette pratique. Nous avons entendu des mensonges politiques énormes ces derniers jours, ils venaient des Etats-Unis. Obama, ses porte-paroles, ses conseillers, les responsables de la NSA, les responsables du contrôle du renseignement, tous ces gens se sont emmêlés les pieds avec des déclarations contradictoires et invraisemblables. Résultat, malgré des médias aux ordres, l’image d’Obama et des institutions américaines s’en trouve encore plus ternie qu’ils ne le sont par les faits eux-mêmes qui leur sont reprochés.

En France même, la libération des otages est un bon point. En soi, c’est quelque chose dont il faut se féliciter et qu’il faut saluer.

Mais pourquoi se ridiculiser à s’afficher avec les otages, à faire des déclarations ? Pour glaner quelques dixièmes de point dans les sondages, pour restaurer des images ternies ? Si c’est le cas, c’est raté. Car il ne faut pas, en même temps, proférer des mensonges énormes susceptibles d’être démasqués dans les heures qui suivent. Non seulement tout le monde sait que rançon a été payée, mais, en plus, il est évident que cela sera révélé un jour ou l’autre par les participants aux négociations.

 Les enlèvements sont un moyen qu’utilisent les rebelles pour se financer. Il y a des rançons qui sont versées, des commissions qui sont versées, des commissions sur les commissions qui sont versées et des kick-back, c’est-à-dire des rétrocessions qui, à un moment donné, s’évanouissent dans la nature, tout le monde le sait.

Prétendre le contraire, c’est plus que se moquer du peuple. C’est détruire sciemment sa propre crédibilité. Une affaire de ce type, bien gérée, est une affaire propre. Et il n’y a nulle honte à gérer proprement, même s’il s’agit de transaction que l’on réalise avec des gens douteux.

Hollande aurait pu sortir grandi de cette affaire car elle constitue une bonne nouvelle. Non seulement, il n’en sort pas grandi, mais les mensonges l’ont abaissé un peu plus.

BRUNO BERTEZ Le Mercredi 30 Octobre 2013

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

3 réponses »

  1. Dans le texte ci-dessus, je mets en évidence la pratique régulière, institutionnelle du mensonge d’Etat. Je dis que je m’interroge sur la conception qui sous-tend cette pratique.

    La première réponse est qu’ils, le grand « ILS » prennent les gens pour des idiots ou des simplets… A l’appui de cette thèse vient la remarque qu’ils font généralement pour excuser leur comportement,  »On ne peut pas tout dire , ils ne comprendraient pas ». La vérité n’est bonne que pour les gens d’un certain niveau , certainement ceux qui ont, au moins, fait l’ENA.

    La seconde réponse est que la vérité est à notre époque rejetée hors du champ politique. La prégnance de la Com, la communication est telle que la catégorie « vérité » est absente , évacuée. Les gouvernants se posent la question de « ce qu’il faut dire  » pour que cela passe … de préférence que cela passe bien. La vérité ne s’impose pas d’elle- même comme la référence de la parole, la référence de la parole c’est l’effet recherche.

    Comme dans beaucoup de domaines, on marche sur la tète, on inverse tout.

    Troisième réponse, nos sociétés ne sont que des simulacres de démocratie, on se moque de ce que les gens pensent, dans le style de Mitterrand- ils ne sont pas contents, oui et après- je fais ce que je veux, je suis le Maitre.

    Vous connaissez la sinistre phrase, sinistre et cynique,  »La dictature c’est ferme ta gueule et la démocratie c’est cause toujours ».

    J'aime

  2. Le mensonge… trait de l’époque. Il y aurait tellement à dire. Le problème c’est que ce qui devrait être considéré comme un vice, surtout en politique est banalisé au point de ne plus être considéré comme tel. Souvenez-vous de jacques Melick , le maire socialiste de Béthune pris en flagrant délit de mensonge pour aider Bernard Tapie et réélu haut la main. Je peux vous dire que le mensonge est tellement banalisé que même certains juges n’en tiennent plus rigueur à leurs auteurs lorsque ceux-ci sont des politiques…. je l’ai vécu dans une affaire qui m’opposait à un Ministre. J’ai prouvé qu’il mentait et j’ai gagné en 1ère instance. Il a fait appel en changeant de version et il a gagné avec l’absolution des juges… Tout le monde ment… regardez la droite qui n’a même pas le courage d’assumer que c’est elle qui avait mis en place l’écotaxe… le gouvernement actuel a créé tellement d’impôts que c’est facile de lui refiler ce bébé. Comment encore croire à tous ces guignols ? Il faudra toucher le fond pour qu’un homme providentiel émerge, c’est l’histoire qui nous l’apprend.

    J'aime

  3. peut etre que les politiques profitent du versement des rançons pour prendre leurs commissions?bien entendu ,ce ne serait pas de l’enrichissement personnel mais pour le financement de leur parti,comme d’habitude!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s