1984

Humeur de Loup du Jeudi 7 Novembre 2013: Eux et nous, éloge de la haine Par Bruno Bertez

Humeur de Loup du Jeudi 7 Novembre 2013:  Eux et nous, éloge de la haine Par Bruno Bertez

Il y a un moment où, plongés dans le désespoir, confrontés à l’adversité, nous cessons de chercher à comprendre. Comprendre est un luxe. Un luxe que beaucoup de Français ne peuvent plus se permettre. Tout simplement, parce que les conditions pour prendre ses distances, s’élever, ne sont plus là, elles ont disparu. L’effort de mise en mots, l’effort de raisonner, constituent des luxes auxquels beaucoup de Français n’ont plus accès.

 Le tissu social se détruit à une vitesse qui donne la haine au ventre ;  nous avons hésité avant d’employer cette formulation. La haine est un mot qu’il ne faut pas galvauder. Mais à la différence des économistes en chambre, à la différence des journalistes qui se font goberger par leurs sources, nous voyageons. Nous allons là où personne, parmi l’élite, ne va. Nous discutons au bistrot du bourg ou du village, nous écoutons. Et ce qui se passe est terrible; cela va tellement au-delà de ce que les gens sont capables de supporter, tellement au-delà de ce à quoi ils sont capables de faire face, que leur réaction de haine se comprend, et nous osons la partager. Et la diffuser.

On ne compte pas le nombre de communes qui meurent, par les ronds-points –dits « de sécurité »- mais qui ne sont que ronds-points de pots-de-vin, par les contrôles de gendarmerie à la sortie des quelques établissements qui accueillent encore du public, par le délire des gabelous qui se font un point d’honneur à refuser même les délais de règlement des impôts, tant que l’on est encore propriétaire de quelque chose, fut-ce à crédit,  par la fuite des jeunes, la fermeture des derniers artisans, des dernières petites entreprises, du dernier garage, etc.

C’est la désertification et nous, qui avons connu l’époque glorieuse du Général de Gaulle, puis de Chaban et Jean-François Gravier qui ont lutté contre cette désertification et cette ruine des provinces, nous disons que c’est une honte. Pas d’emploi, les jeunes préfèrent être chômeurs à la ville ou délinquants ; les vieux sont dans des cités mouroirs ;  avec la disparition totale des commerces de proximité, le maigre patrimoine immobilier n’est plus entretenu faute de moyens, la tristesse, le gâchis. Le gâchis, et, en plus, les agressions de la classe jacassante, même pas le respect.

Tout s’accélère depuis quelques mois. Cela est normal, cette France-là n’avait plus de réserves, les mesures récentes, même ridiculement modestes, ont raison de ce fragile équilibre ; on bascule.

C’est le tout ou rien et comme on était près du rien, c’est la chute. Et on voudrait que ce ne soit pas la haine, pas le rejet, le bouc émissaire, pas l’extrémisme?

Avec le spectacle répugnant de la télévision, celui de la turpitude des gouvernants, avec celui de la provocation de la soi-disant modernité qui n’est que le spectacle de l’avilissement et du relâchement ?

De quels droits Taubira se permet-elle de critiquer ces Français, dont elle ignore tout,  dans son entretien à Libération Internationalement Sexuellement Libéré? De quel droit des Benoit Hamon osent-ils afficher leur mépris de cette partie de la population qui souffre? Du droit de leur idéologie? Du droit de leur niveau de vie fastueux escroqué aux tiers-payants ? Du droit de leur soumission aux fonctionnaires européens? Du droit du plus fort? Voilà la réponse, ce ne peut-être que du droit du plus fort.

Mais ils oublient une chose. Les gens sont forts quand ils ont tout perdu et que le malheur les soude. Les gens, les masses, sont les plus forts quand ils secouent leur timidité, leur paresse, leur peur du risque et qu’ils s’unissent.

Comme le dit Benoit Hamon, médiocre provocateur : « Et après, ils vont tout casser ?»

Pauvres malheureux! Ces gens n’aiment pas la France, ils méprisent celle qui existe, ce qu’elle est, et ils se croient autorisés à la détruire par leur idéologie et, disons-le tout net, par leur veulerie. On ne peut gouverner contre le peuple.

BRUNO BERTEZ Le Jeudi 7  Novembre 2013

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON:

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

11 réponses »

  1. Chagrin ! Peine ! Douleur ! Tristesse !

    Oui, j’ai de la peine, une immense tristesse lorsque je vois
    ce que les saligauds qui nous gouvernent ont fait
    ET FONT DE PLUS EN PLUS à la France et aux français.

    Mais j’accuse pour ma part NON SEULEMENT les despotes aveugles au « POURVOIR » (sic)
    mais aussi pour ne pas dire SURTOUT, LA DROITE LAMENTABLE; LÂCHE, STUPIDE,
    SANS VISION NI PROJET ET TOUT AUSSI IMMORALE QUE LES tristes guignols
    qui nous gouvernent.

    Les exactions « communes » que Bruno Bertez évoque … (pudiquement en plus)
    courageusement NE SONT POINT CHOSES NOUVELLES.

    Les corps constitués français en mènent TRÈS TRÈS LARGE face à la loi
    qu’il sont censé faire respecter sans (apparemment) être tenu
    de la respecter eux même et ce, dans les interprétations en tout genre,
    devenues commune au fil du temps et des débordements couramment admis.

    Ayant eu « maille à partir » avec certains d’entre eux, j’ai pris mes cliques et mes claques
    et « émigré », avec les souffrances et autres déchirement que pareille décision
    impose À TOUT COUP.

    Les années ont passées et en cette année de disgrace de 2013,
    POUR LA PREMIÈRE FOIS depuis plus de deux cent ans,
    IL N’Y A PLUS AUCUN REPRÉSENTANT DE MA FAMILLE (11 personnes adultes)
    « au pays de France » ! Trois continents sont maintenant les hôtes des miens.

    JE POURRAI M’EN RÉJOUIR CERTES, CAR CES DÉCISIONS ONT ÉTÉ
    MUREMENT RÉFLÉCHIES ET ANALYSÉES EN LEURS TEMPS,
    confirmant hélas mes analyses les plus pessimistes (dépassées d’ailleurs)
    mais avoir « raison » ne me console absolument pas et n’atténue en rien ma peine.

    J’AURAI TELLEMENT … que dis-je, JE N’ESPÈRE QU’AVOIR TORT
    et que la France me démontre combien je me suis trompé !

    VIVE LA FRANCE, mais pas celle des « vichyssois » qui reproduisent « fidèlement »
    un des épisode les plus tragique de l’histoire de ce beau et grand pays.

    Puisse des hommes de valeur, de morale et de talent reprendre le flambeau
    des de Gaulle et autres Pompidou.
    Depuis leur départ, NOUS TOMBONS DE Charybe en Scylla !

    C’EST GRANDE MISÈRE !

    • Malheureusement, la droite et la gauche n’ont fait que répondre aux attentes des français. Toujours plus d’ Etat et aides à gogo. Nous sommes tous responsables de cette situation mais hélas il est trop tard. L’aveuglement durait depuis bien trop longtemps!

      En tout cas, très bon site et très bon article! Merci

  2. C’est le choix des français, déléguer leur destin à d’autres…

    Voilà le resultat. Des siècles et des siècles de peine.

    L’avenir est radieux pour ceux qui assument leurs responsabilités en s’engagent politiquement par une décentralisation du pouvoir au peuple.

    La concentration c’est l’essence même de la dicature.

    Mais bon, on ne peut pas changer les gens. Seuls les gens peuvent changer.

  3. « Adieu ma France… Tu n’es plus celle que j’ai connue, le pays du respect des valeurs, de l’hymne et du drapeau, le pays de la fierté d’être français. Adieu ma France des trafics en tous genres, du chômage, de l’islamisme, de la polygamie, du laxisme, de la permissivité, de la famille décomposée… Adieu ma France réduite à l’état d’urgence, ma France déconstruite, en guerre avec elle-même. Je veux, néanmoins, demeurer optimiste et croire en ton sursaut. Mais qui te sauvera ?
    Général Bigeard

  4. Il faut écouter en boucle la chanson d’isabelle adjani pull marine.
    J’ai touché le fond de la piscine…..
    Et prendre son mal en patience.

  5. Permettez d’ajouter que les plantes medicinales sont de plus en plus interdites dans un dechainement jamais vu. Et qu’il n’est plus possible de soigner librement. Oui il y a une politique methodique de destruction de notre pays sous toutes ses formes. Salles de shoot? Oui. Il en est question du moins. Plantes medicinales? Non. Politique de destruction voulue et imposee.

  6. C’ est ce qui arrive quand on centralise le pouvoir, c’ est mécanique.

Laisser un commentaire