Au coeur de la création de richesse : l'Entreprise

Les bleus de la France

Les bleus de la France

Classement 2013 de l’Index of Economic Freedoom(économies libérales):La France 62ème,entre la Roumanie et leRwanda…  

Le portrait économique du pays, que brossent les seules données publiées la semaine dernière, est inquiétant sur presque tous les fronts.

En commençant par le secteur industriel. En quatre ans, l’industrie française a perdu près de 150 000 emplois, nous a appris l’observatoire Trendeo dans une étude. Un bilan déprimant qui donne «très peu de signes positifs», souligne le document.

Trois phénomènes viennent étayer ce diagnostic.

D’abord, la contraction du tissu industriel – qui s’est amorcée il y a 20 ans – s’est poursuivie en 2013.

Même si les fermetures d’usines ont légèrement ralenti (à 263 contre 267 l’année précédente), les ouvertures ont dans le même temps chuté de 28%.

Résultat: le solde négatif s’est creusé avec une perte nette de 139 usines (contre 95 en 2012).

Deuxième signal préoccupant: «Les activités de R et D ont supprimé plus d’emplois qu’elles n’en ont créés» l’an dernier, soit 1165 contre 1027.

Et les créations de postes dans ce domaine clé sont en forte baisse, car elles avaient atteint 6600 en 2012. Or, souligne le rapport, «il est difficile d’initier des stratégies de montée en gamme sans s’appuyer sur de la recherche».

Troisième source d’inquiétude, les destructions d’emplois touchent aussi les secteurs de pointe, comme l’informatique et le pharmaceutique.

Ainsi, Alcatel – deuxième dépositaire de brevets du pays, selon le journal Le Monde – a éliminé plus de 500 emplois en recherche l’an dernier. Les géants de l’automobile, PSA Peugeot et Renault, ont aussi réduit leurs effectifs en R et D.

Le Top 15 des grands marchés mondiaux de Renault et de PSA

France new car registrations

Les étrangers investissent ailleurs

On a beau scruter le panorama économique en ce début 2014, on y voit peu d’éclaircies. Pire, les chiffres donnent plutôt raison aux tenants de la thèse du «déclin français» dans l’arène mondiale.

Ainsi, les investissements directs étrangers (IDE) – signe de la confiance des investisseurs envers un pays – ont chuté de 77% en 2013! (à 5,7 milliards d’euros), affirmait mercredi en 7 la CNUCED (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement). Un plongeon quasi inégalé dans le monde industrialisé.

Ces chiffres sont troublants dans la mesure où les IDE sur l’ensemble de la planète ont bondi de 11% l’an dernier (à 1461 milliards US). La France fait d’ailleurs piètre figure à côté de l’Allemagne (hausse de plus de 300%) et même de l’Espagne (« 37%).

Pas surprenant alors que, de 2000 à 2012, la part de la France dans l’ensemble des exportations de la zone euro soit passée de 17 à 13%, selon des études. Autrement dit, le reste de la zone euro fait des gains sur le dos des Français

France trade balance since 1970 Richard Dupaul/ La Presse/ Publié le 03 février 2014

http://affaires.lapresse.ca/economie/international/201402/03/01-4734953-les-bleus-de-la-france.php

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s