Cycle Economique et Financier

Christophe Guilluy: La France qui perd vit à l’écart des grandes villes mondialisées»

Christophe Guilluy:  La France qui perd vit à l’écart des grandes villes mondialisées»

Pour Le Temps, le géographe Christophe Guilluy explique pourquoi les mutations de la société française ont complètement échappé aux responsables politiques

Son dernier livre, « La France périphérique » (Ed. Flammarion) est très vite devenu une référence. Les médias français se l’arrachent. Selon leurs territoires, les élus y voient, soit une révélation, soit une attaque en règle. Pour Le Temps, le géographe Christophe Guilluy explique pourquoi les mutations de la société française ont complètement échappé aux responsables politiques, et pourquoi d’autres exemples, comme la Suisse avec ses référendums, mériteraient d’être imités.

  • Le Temps: Vous jetez un pavé dans la mare : la France qui perd, dites vous, n’est celle qu’on croit. La problématique des banlieues, ou des zones désindustrialisées, n’est plus pertinente…

Christophe Guilluy: Je suis un géographe qui a quitté l’université pour devenir consultant dans le secteur privé. Je vis dans l’économie réelle. Je ne crois au déterminisme territorial selon lequel la ruralité est synonyme de pauvreté, ou la banlieue synonyme de violence et d’exclusion. Je regarde les chiffres. J’interroge les gens. Je parle avec les employés, les chômeurs, les entrepreneurs, les élus locaux…Or mon constat économique est double : 1) La France qui perd n’est pas celle des zones soi-disant « exclues » ou « sinistrées », arrosées depuis des décennies de subventions. 2) Le problème principal n’est pas celui posé par les îlots de grande pauvreté, mais par des territoires de plus en plus nombreux en situation de grande fragilité. Et quelle est cette France en danger ? Celle de la périphérie, celle des villes petites et moyennes situées à l’écart des grandes métropoles mondialisées et compétitives intégrées, elles – avec leurs banlieues – dans l’économie globale. La réalité que je décris recoupe les cartes électorales, la fulgurante progression du Front National, la géographie de l’abstention, le rejet de l’Europe…Ce mal Français n’a pas été correctement diagnostiqué par les pouvoirs politiques successifs. Pire : il est ignoré, voire nié.

  • – Vous réfutez, en somme, les lignes de fracture traditionnelles : grandes villes et banlieues, métropoles et terroirs ruraux, zones industrialisées et zones désindustrialisées…

– Je distingue deux France : celle où l’on continue, même dans le contexte actuel de crise, à créer de la richesse. Celle où l’ascenseur social, même sur fond de violence latente entre communautés, continue de fonctionner. Et celle qui a lâché prise, parce qu’elle ne crée plus de richesse, parce que les PME des années soixante-dix ont disparu, parce que les centre-ville commerçants ont laissé place à des déserts urbains, parce que la bourgeoisie provinciale est paupérisée. C’est la France des plans sociaux : celle de Vierzon, de la Bretagne intérieure, des zones désindustrialisées du nord-est, de la région de Béziers. La population de ces villes moyennes, assez souvent distantes de plus de 200 kilomètres des grandes métropoles, non reliées au réseau TGV si symbolique de la France qui marche, vit dans un sentiment d’abandon, tout comme la population rurale aux alentours. On pleure sur le sort des banlieues difficiles mais elles sont accrochées à des métropoles qui cartonnent ! Il y a toutes les gammes d’emploi en banlieue : du très qualifié au sous-qualifié . Il y a des opportunités. Il y a surtout plein de décideurs, politiques ou économiques, tous métro-centrés. Que reste-t-il pour les autres territoires qui n’ont pas, comme la Cote d’Azur, le littoral breton ou les contreforts alpins, un gros potentiel touristique ? Rien ou presque.

  • – Vous passez bien vite sur le rôle des régions, sur les investissements de collectivités locales, sur les subventions en tout genre accordées justement, pour remettre ces territoires à niveau…

– Vous mettez le doigt sur une autre réalité si française : la logique de guichet dans laquelle tous les élus et responsables politiques se trouvent. On ne finance pas des projets dictés par la réalité, mais des projets qui collent à une certaine grille de lecture sociétale. Chaque formation politique, en France, a son électorat et le soigne à coups de subventions. L’UMP, tout comme le PS, ont un électoral de notables plutot vieillissants, avec dans le cas de l’UMP beaucoup plus de retraités, et dans celui de la gauche une écrasante majorité de fonctionnaires. Regardez en revanche les analyses des votes abstentionnistes et Front National : beaucoup de jeunes, de demandeurs d’emploi, beaucoup d’actifs aussi, beaucoup de gens en recherche d’une meilleure intégration qui ne vient pas ! Cette partie de la population française ne s’estime pas intégrée à la mondialisation. La carte économique dicte la carte politique. Mais les grands partis français traditionnels, prisonniers de leurs électorats captifs, ferment les yeux.

  • – Votre constat ne signe-t-il pas l’échec de la décentralisation à la Française ?

– Absolument, car cette décentralisation n’en a jamais été une. On est passé d’un jacobinisme centralisé à un jacobinisme régionalisé, où les décisions se prennent toujours au sommet en fonction d’impératifs politiques, jamais pour répondre à des exigences locales. Cette décentralisation a aussi ignoré l’autre fracture qui divise la France d’aujourd’hui : celle de la mobilité. La France qui bouge est celle qui marche. C’est celle des cadres qui prennent le TGV, celle des navetteurs. L’autre, la France de la périphérie, fait du surplace. L’économie des métropoles marche sans eux. La sédentarisation est le piège. Les élus n’arrêtent pas de dire à leurs administrés qu’il faut bouger ? Mais bouger ne sert à rien quand il n’y a pas de bassin d’emploi à deux cent kilomètres à la ronde.

  • – On se souvient avoir souvent entendu parler de « Paris face au désert Français ». En même temps, les terroirs ruraux peuvent être très attractifs et dynamiques. Votre France périphérique est-elle vraiment une nouveauté ?

– La France dont je parle n’est pas celle des terroirs à haute valeur ajoutée, comme la Bourgogne ou le bordelais ! Et elle n’est pas du tout un désert démographique, au contraire ! C’est une France qui vit à l’écart des pôles universitaires, des grands axes autoroutiers, ou encore une fois du TGV. C’est une France ignorée car elle est sous représentée électoralement, et que plus personne n’ose recourir au référendum. Je pense que les votations populaires, surtout celles qui accouchent de résultats compliqués à gérer comme le 9 février en Suisse sur l’immigration de masse, sont une chance pour ce type de territoires. Cette France souhaite donner son avis. Elle souffre d’un déni économique, politique, culturel. D’Où la violence ambiante.

PAR RICHARD WERLY, PARIS/le temps 28/9/14

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/426d82c2-470b-11e4-80ff-d339e46abe52/La_France_qui_perd_vit_%C3%A0_l%C3%A9cart_des_grandes_villes_mondialis%C3%A9es

L’expatriation fiscale se poursuit en France

PAR RICHARD WERLY PARIS 28/9/14

L’expatriation fiscale se poursuit en France Alors que le rendement de l’impôt sur la fortune est en baisse dans l’Hexagone, les départs des contribuables français se poursuivent

Michel Sapin et Christian Eckert n’y voient pas un signe négatif supplémentaire pour la santé de l’économie française, à la veille de la présentation de leur projet de loi de finances pour 2015, attendue le 1er octobre.

Le ministre des Finances et son secrétaire d’Etat chargé du budget ont accompagné d’un communiqué serein la remise, vendredi soir, d’un «rapport sur l’évolution des départs et des retours des contribuables pour l’année 2012» à la Commission d’enquête parlementaire sur l’exil des forces vives de la nation. Cette commission, créée en avril dernier, a pour rapporteur le député socialiste Yann Galut, auteur du livre Le Pillage de l’Etat et très impliqué sur la question de l’évasion fiscale depuis son entrée à l’Assemblée en juin 2012.

«L’analyse des déclarations d’impôt sur le revenu, note le rapport du Ministère des finances, indique que le nombre de redevables ayant fait le choix de l’expatriation est de 34 524 en 2012, contre 35 077 en 2011, soit 0,1% des foyers contribuables». Parmi ceux-ci, indique le Ministère des finances, «une infime minorité, soit 307 contribuables, a déposé une déclaration d’«exit tax» faisant état d’une plus-value». Cette imposition s’applique depuis mars 2011 et a été étendue en 2012. La publication des chiffres 2012 s’explique par le délai de deux ans requis pour exploiter les données fiscales. La version officielle est limpide: l’augmentation de l’expatriation fiscale n’a rien d’alarmant si on la compare à celle des départs de Français à l’étranger, toutes catégories confondues (+6% en 2011, +1% en 2012 et +2% en 2013).

Les services de Bercy pondèrent aussi le départ des contribuables les plus riches – ceux qui ont acquitté l’«exit tax» – au retour de 103 personnes assujetties à l’impôt sur la fortune (ISF) en provenance notamment de Belgique, de Suisse ou du Royaume-Uni. L’écart à retenir, affirme-t-on au Ministère des finances, est au contraire celui qui sépare le patrimoine fiscal moyen des nouveaux exilés (6,6 millions d’euros, soit à peu près 3 milliards pour les 307 départs) des 28 milliards d’euros d’avoirs possédés par les contribuables ayant sollicité une régularisation. Ces régularisations sont gérées, depuis sa création en juin 2013, par le Service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) basé, non à Bercy, mais dans le populaire XIXe arrondissement de Paris.

La réalité est toutefois, selon les observateurs, plus préoccupante qu’il n’y paraît. «Gare à la communication politicienne», prévient l’avocat Patrick Michaud, auteur du blog «Etudes fiscales internationales». Un banquier abonde: «Faire le lien entre le stock des régularisations qui portent sur des décennies d’évasion fiscale, et ces départs annuels n’a guère de sens. La vérité simple est que la France continue d’être fiscalement très décourageante puisque l’exil se poursuit.» Les régularisations devraient rapporter 1,85 milliard d’euros de recettes fiscales cette année pour 31 000 dossiers. Autre remarque: l’absence d’indications qualitatives pour comparer ceux qui rentrent et ceux qui partent.

«Qu’un garagiste retraité soucieux de ne plus avoir d’ennuis pour s’occuper de ses petits-enfants rapatrie ses capitaux autrefois cachés en Suisse est une chose, commente notre interlocuteur. Qu’un entrepreneur quadragénaire prometteur mette la clé sous la porte et passe la frontière en est une autre. Ce sont ces données-là que la commission parlementaire devra fournir dans son rapport.»

Il faut enfin prendre en compte que les départs à l’étranger des contribuables aisés s’additionnent au fil des ans, et que cette courbe doit être comparée à celle du rendement en baisse de l’ISF, qui a rapporté moins de 4 milliards en 2013, contre 4,4 milliards en 2011. «En clair, le bassin des contribuables les plus aisés se raréfie. La France perd ses riches et je vois mal en quoi cela est bon pour l’économie», poursuit notre interlocuteur.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/ec795470-473e-11e4-80ff-d339e46abe52/Lexpatriation_fiscale_se_poursuit_en_France

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s