Allemagne

Mister Market and Doctor Conjoncture du Mardi 14 Octobre 2014 : Boulets rouges sur les Allemands, pleins feux sur les Bunds Par Bruno Bertez

Mister Market and Doctor Conjoncture du Mardi 14 Octobre 2014 : Boulets rouges sur les Allemands, pleins feux sur les Bunds Par Bruno Bertez

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Les réunions internationales sont relativement peu commentées. Ainsi on s’est peu attardé, sauf Bloomberg et un peu Reuters sur le conflit qui oppose les Allemands au Reste du Monde. Les Allemands tiennent bon et même ils ont tendance, sinon à durcir leur position, mais à l’exposer plus clairement ces dernières semaines.

Les inflationnistes, sous la conduite des Anglo-Saxons défendent l’idée qu’il faut aller plus loin dans la stimulation monétaire pour lutter contre la déflation et améliorer la situation économique. Ils essaient de faire croire que l’obstacle à la reprise plus large, c’est la situation de l’Europe: si elle procédait aux QE, tout irait mieux.

Le bloc Allemand soutient la thèse orthodoxe que la stimulation monétaire est un feu de paille, peu efficace, mais très dangereux à trois titres.

-elle détourne de prendre les décisions de bonne gestion qui s’imposent
-elle crée de l’instabilité
-elle détruit les bilans des Banques Centrales et met en danger la monnaie.

Les Allemands soutiennent qu’à ce stade les politiques monétaires ne peuvent plus grand chose et que c’est aux politiques et aux autorités fiscales d’avoir le courage de prendre les décisions qui s’imposent.

A noter que les Allemands ne sont jamais allé jusqu’à élaborer et tenter de présenter un schéma général de sortie de crise, ils restent à l’intérieur de leur sphère, la monnaie et l’UE.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Nous ne connaissons pas de plan Allemand de sortie de crise, de plan qui engloberait tous les aspects de la situation. Les analyses Allemandes sont des analyses partielles qui, à ce titre ne se posent pas la question de ce qui se passerait si tout le monde menait la même politique qu’eux et ne faisaient que rechercher la compétitivité. L’Allemagne n’a pas la prétention Française de tout savoir, elle sait ce qui est bon pour elle, ses voisins, mais au-delà, elle ne s’interroge pas sur la question de savoir si les modèles partiels sont transposables au global. En particulier, ce qui est bon pour le Bloc Allemand c’est la dissymétrie. Aux uns, les excédents et la production et aux autres, la consommation et les déficits.

En mot comme en cent, les Allemands refusent de considérer que le monde global est un système.

Le fait plus important, au plan financier, est une anomalie. Jusqu’à trois ans de maturité, les fonds d’Etat Allemands offrent un rendement négatif! Personne n’a l’air de s’y intéresser et de s’interroger: C’est la miracle de la linéarité, quand les rendements sont faibles, puis passent à zéro, on finit par trouver normal qu’ils deviennent négatifs. On ne prend pas conscience du fait qu’il s’agit d’une rupture, d’un changement de monde, donc de logique: Se contenter d’un rendement faible lorsque rien ne rapporte, cela se comprend, mais accepter un rendement négatif, c’est autre chose, ce n’est pas la continuité, on se situe dans un autre cadre analytique.

Accepter de payer l’Allemagne pour qu’elle s’endette, ce n’est pas banal. Certes l’Allemagne refuse de fabriquer du déficit et donc de produire de la dette alors que le système en demande, mais de là à la payer pour qu’elle s’endette, il y a un monde.

Il faut donc prendre le problème autrement et le formuler d’une façon paradoxale puisque nous sommes dans le paradoxe.

Si vous achetez de la dette Allemande, cela veut dire que vous échangez du cash, des espèces ou des dépôts bancaires ou que vous vendez un autre asset quasi-monétaire pour obtenir des Bunds Allemands. Comme les Bunds Allemands ne vous rapportent rien, cela veut dire que vous ne recherchez pas le rendement, vous recherchez la protection du capital, le retour du capital. Vous considérez que posséder des Bunds maintient mieux la valeur réelle de votre capital que, soit les espèces, soit les quasi-monnaies et money-like que sont les dépôts bancaires et les autres dettes souveraines.

Vous anticipez, vous faites le pari que le risque de destruction est important et qu’il est moindre sur les Bunds que sur les autres monnaies et money-like. Au passage, nous vous indiquons que les Bunds Allemands sont un moyen d’avoir de la monnaie Allemande et d’échapper à l’euro et que l’écart entre le rendement négatif dont on se contente sur les Bunds et les rendements positifs ailleurs est une façon de mesurer la dévaluation implicite des autres monnaies. Comme tous les rendements sont faibles à causer des politiques de taux zéro, les écarts paraissent faibles dans l’absolu, mais ils sont très gros en relatif et ils recouvrent des dévaluations implicites considérables.

Est-ce que les marchés se trompent dans leurs anticipations? C’est bien sur la question centrale, et on peut s’interroger sur la validité:

  • -1 du scénario de destruction
    -2 du scénario de préservation de l’Allemagne.

Cela fait beaucoup de questions: Est-ce que la situation va se détériorer? Est-ce que cela ne va pas couler l’Allemagne et l’entrainer dans la chute? Quelles sont les chances pour que l’Allemagne échappe au sort commun européen, voire mondial? Est-ce que l’Allemagne est vraiment isolée des turbulences à venir, la sécurité n’est-elle pas illusoire? Les autorités Allemandes choisissent elles la bonne politique sous cet aspect, ne se font-elles pas des idées elles aussi?

Nous n’avons pas de réponse, bien sûr, mais nous pensons que l’évolution des taux Allemands et l’évolution des spreads aussi bien à l’intérieur de l’Europe que du monde développé mérite attention.

Permalien de l'image intégrée

BRUNO BERTEZ Le Mardi 14 Octobre 2014

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON : 

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

1 réponse »

  1. Dette publique de l’Allemagne :
    2139 milliards d’euros.

    Quand on arrive à ce niveau de dette publique, on n’a plus que cinq solutions :

    1- La guerre : par exemple, on attaque des pays qui ont du pétrole et du gaz naturel pour leur voler. Malheureusement, ces pays sont surarmés, et ils seraient capables de nous vaincre, ces cons.

    2- L’inflation : malheureusement, les pays développés vieillissent. Les vieux sont de plus en plus nombreux, et donc les politiques suivies ont comme priorité la lutte contre l’inflation.

    Quant aux pays émergents, chez eux-aussi, l’inflation baisse.

    Chine : l’inflation ralentit à 1,6% en septembre.

    L’inflation en Chine a de nouveau nettement ralenti en septembre, à 1,6% sur un an, à son plus bas niveau depuis près de cinq ans, selon des chiffres officiels publiés mercredi 15 octobre, de nature à renforcer les craintes de tensions déflationnistes.

    http://www.romandie.com/news/Chine-linflation-ralentit-a-16-en-septembre/527339.rom

    3- L’Etat vole l’argent des épargnants. Exemple : Chypre. Malheureusement, ça ne résoud pas le problème. La dette publique de Chypre continue à exploser : elle atteint 112,2 % du PIB.

    4- La prière. On prie pour que Dieu vienne nous sauver. Malheureusement, il n’existe aucun dieu.

    5- Le défaut de paiement. Malheureusement, le défaut de paiement ruine les prêteurs, le défaut de paiement ruine les épargnants, le défaut de paiement ruine les actionnaires.

    Pronostic : on va avoir le 5.

    Dans les années qui viennent, de nombreux Etats vont se déclarer en défaut de paiement.

    Tant pis pour les prêteurs. Tant pis pour les épargnants. Tant pis pour les actionnaires.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s