Art de la guerre monétaire et économique

Trump : « les andouilles seules croient aux statistiques du chômage de la Fed » / Quelle serait l’influence d’une victoire de Trump sur les marchés financiers ?

Trump : « les andouilles seules croient aux statistiques du chômage de la Fed »

Afficher l'image d'origine

Article de Johhn Crudele, publié le 25 mai 2016 sur le site du New York Post :

« Donald Trump, s’il est élu président, enquêtera sur la véracité des statistiques économiques américaines produites par Washington, y compris sur « la façon dont elles sont rapportées ».

Je me suis entretenu avec Trump, le probable candidat républicain, par téléphone ce mardi matin. Nous avons eu une franche conversation à propos de l’économie et sur les raisons du succès de sa campagne.

« Lorsque vous regardez certains de ces chiffres qu’ils nous donnent, puis que vous obsrevez la réalité de terrain, les gens qui peinent à trouver un travail aux 4 coins du pays, vous voyez, c’est se moquer de la situation réelle, » a déclaré Trump.

« L’économie ne se porte pas bien, » a-t-il ajouté. « Vous savez, John, à chacun de mes meetings il y a entre 20.000 et 25.000 personnes, ils ne sont pas là uniquement pour les questions d’immigration, » a-t-il ajouté, évoquant sa promesse de bâtir un mur entre le Mexique et les États-Unis.

« Ils sont là, et vous le savez aussi bien que moi, parce qu’à chaque publication d’une offre d’emploi, il y a des milliers de candidats, » a-t-il déclaré. (…)

Trump affirme que selon lui, le taux de chômage américain est proche des 20 %, loin des 5 % rapportés par le Labor Department. Toute personne qui croit à ces 5 % est « une andouille », selon ses propres mots. (…)

Dans le passé, Trump a affirmé que la Fed est dans son collimateur pour un audit. Cela fait des années que j’évoque le sujet : le taux de chômage officiel américain est sous-évalué, au plus grand profit des autorités, en raison de toute une série de facteurs. Par exemple, les chômeurs qui ne cherchent plus d’emploi depuis plus d’un an ne sont pas comptabilisés. Lorsqu’ils sont inclus (mesure officielle U-6), ainsi que ceux qui sont forcés de travailler à mi-temps faute de mieux, le taux de chômage passe déjà à 9,7 %. (…) »

http://or-argent.eu/trump-les-andouilles-seules-croient-aux-statistiques-du-chomage-de-la-fed/

On peut donc se demander quelle sera la réaction des marchés pour le cas d’une possible victoire de Trump. 

Le site American boursier MarketWatch publie à cet égard un graphique intéressant, qui montre que jusqu’à récemment, l’indice boursier S & P 500 a toujours évolué de pair avec les chances d’une victoire démocrate. L’indice du marché boursier américain est ainsi monté lorsque les chances d’une victoire démocrate à la présidentielle ont augmenté. Mais les choses ont changé sur les derniers jours : la corrélation entre les deux indicateurs est perturbée en raison de l’augmentation soudaine des chances de Trump. Certains analystes évoquent un “krach imminent lié à Clinton” (“Clinton crash”).

26217232213_6944123d50_bScreenshot 2016-05-24 10.16.49

Une correction de 20 % ?

Le milliardaire américain Mark Cuban, connu pour sa participation à l’émission de télévision populaire américaine Shark Tank, qui est aussi propriétaire de l’équipe de basket américaine des Dallas Mavericks, anticipe une correction d’au moins 20 %, en raison des incertitudes concernant le programme économique du Trump.

Cuban souligne que Carl Icahn – un investisseur bien connu qui soutient Trump – a déjà pris des précautions. D’autres pointent que le système politique américain est fait de telle manière qu’un président ne peut exercer son pouvoir sans obtenir régulièrement la coopération de du Congrès américain.

Bon pour la défense et les banques, mauvais pour les soins de santé et le transport

Un certain nombre d’études indiquent dans quelle direction la bourse devrait évoluer : les actions de sociétés d’armement et de l’industrie de la défense profiteraient d’une victoire du magnat de l’immobilier new yorkais. De même, les valeurs bancaires progressent en bourse, car Trump, en dépit de toutes ses critiques à l’égard de Wall Street, comprend que les banques restent le lubrifiant de l’économie.

En revanche, les soins de santé sont mis sous pression en raison de la critique implacable de Trump contre l’Obamacare. Le transport enfin serait le plus touché, parce que Trump se positionne contre presque tous les accords commerciaux internationaux, et il plaide pour un isolationnisme et des taxes à l’importation sur les produits chinois.

Bien que les marchés restent calmes pour le moment, les choses pourraient bien changer rapidement à la fin des primaires, lorsque les candidats définitifs auront été désignés pour les deux partis.

EN BANDE SON

   NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

2 réponses »

Laisser un commentaire