A Chaud!!!!!

Election US : Les forces secrètes qui pourraient conduire Trump à la victoire – Comment Trump peut gagner le Collège électoral

tarmac-nrd-600

Comme le soulignent Jean Patrick Grumberg et certains commentateurs sur Dreuz, le vent est en train de tourner et les sondages donnent maintenant Trump légèrement en avance.

Mais certains remarquent, avec raison, que les Grands électeurs du Collège électoral sont ceux qui détiennent la clé de la victoire de Trump.

Pour éclairer notre lanterne à une semaine du vote, j’ai lu et traduit pour les lecteurs de Dreuz, ce texte de Michael Walsh publié dans le New York Post, le 30 octobre dernier.

Les forces secrètes qui pourraient conduire Trump à la victoire—Par Michael Walsh*

En conduisant à travers le pays la semaine dernière, il me semblait difficile de croire qu’une élection présidentielle américaine était sur le point d’aboutir mardi, dans une semaine.

Peu de signes de campagne jaillissent des pelouses urbaines ; les panneaux d’affichage partisans le long des routes sont rares.

Loin des côtes, les discussions à la radio portent en grande partie sur le football et sur Jésus, pas sur la politique.

Cela prend un moment, en entendant une annonce en Caroline du Nord en faveur d’un candidat du Sénat américain, pour réaliser que la voix qu’on entend est celle du président Obama, interrompant la musique country.

Oh, il y a beaucoup de bavardages à ce sujet dans les lieux enragés de la radio et des chaînes câblées, ainsi que sur Twitter, où les journalistes et les conseillers de campagne découragés par les primaires, s’assurent mutuellement que Donald Trump va perdre l’élection dans un immense raz de marée.

Mais que se passera-t-il si les sondages, les savantes projections de participation et les mécanismes prévisionnels se trompent ?

Qu’arrivera-t-il si les circonstances historiques uniques de cette élection, qui oppose la moitié féminine d’une probable dynastie d’une famille criminelle à un homme d’affaires qui est comme un sanglier à la couenne sensible dans un magasin de porcelaine, réduisent à néant la sagesse conventionnelle ?

Que faire si une nuée d’électeurs timides se ruent vers les bureaux de vote et, selon les prévisions de Michael Moore, livrent la plus grande raclée de l’histoire aux establishments des deux partis politiques ?

Et si, loin d’avoir la clé du 1600 Pennsylvania Avenue, en janvier, Hillary Clinton voit son avance, située actuellement dans la marge d’erreur — entre 4 et 5 points dans la moyenne de multiples sondages nationaux de RealClearPolitics — , se révéler n’être qu’un village de Potemkin, dépendant de la forte participation des Noirs et des autres minorités et d’un éventuel revirement des indécis ?

Que se passera-t-il si, en fait, le contraire se produit— si l’appel de Trump à la classe ouvrière blanche mécontente (beaucoup d’entre eux sont des démocrates) dans les États où l’exploitation minière du charbon est importante et dans les États de la «ceinture de rouille», l’emporte sur les avantages traditionnels des démocrates dans les grandes villes. Si un État tel la Pennsylvanie revire et passe du bleu (la couleur des Démocrates) au rouge (la couleur des Républicains) ?

Bienvenue à l’élection cachée, où ceux qui disent savoir ce qui va se passer ne le savent pas et ceux qui le savent feront entendre leurs voix le 8 novembre.

À l’échelle nationale, Clinton détient 2 points sur Trump dans une course à quatre voies qui comprend également le libertaire Gary Johnson et le chef du Parti Vert, Jill Stein.

Mais cette année, il n’y a pas que les sondages qui comptent.

Hillary a subi une crise majeure au cours de la dernière semaine, passant d’une avance de 12 points à -1 point dans le sondage de Washington Post-ABC News.

Donald Trump doit gagner dans chaque État que Mitt Romney avait gagné en 2012 plus trois États disputés («battleground States»)— probablement la Pennsylvanie, la Floride et l’Ohio— pour décrocher les 270 votes électoraux dont il a besoin.

Les révélations de WikiLeaks sur les trucs sales de la campagne d’Hillary, la nature à but lucratif de la Fondation Clinton, l’étonnant enrichissement personnel des Clinton par la politique et les nouvelles électrisantes de vendredi après-midi à l’effet que le FBI rouvre son enquête sur l’utilisation par Hillary d’un serveur privé finissent par faire leur effet.

Ignorant les prévisions basées sur les sondages en faveur de l’analyse historique, le professeur Helmut Norpoth de SUNY Stony Brook— qui a correctement prédit les cinq dernières élections présidentielles— décerne la palme à Trump à 52,5 contre 47,5 pour cent.

Pendant ce temps, un système d’intelligence artificielle développé en Inde qui prend en compte les données de Google, YouTube et les médias sociaux dit que les «données d’engagement» de Trump donnent pour gagnant le GOP (Grand Old Party).

Donc, si la sagesse conventionnelle est erronée, par quel chemin Trump peut-il obtenir ses 270 votes électoraux ?

En 2012, Mitt Romney a remporté 206 votes électoraux et Obama 332.

Mais il faut se rappeler que le Collège électoral est un jeu à somme nulle. Chaque vote qui change est à la fois un plus et un moins, donc la marge n’est pas aussi grande qu’on pourrait le croire.

La pensée actuelle veut qu’il y ait 11 États «battleground» qui pourraient aller dans un sens ou dans l’autre : le Colorado, la Floride, l’Iowa, le Michigan, le Nevada, le New Hampshire, la Caroline du Nord, l’Ohio, la Pennsylvanie, la Virginie et le Wisconsin. C’est dans ces États, avec un total de 146 voix, que l’élection sera gagnée ou perdue.

Laissons de côté le Colorado (neuf votes électoraux), le Michigan (16) et le Wisconsin (10), qui sont susceptibles de rester bleus. Dans les moyennes du sondage RealClearPolitics, Hillary Clinton mène de 6,2 à 8,8 points dans ce groupe.

Un deuxième niveau comprendrait l’Iowa (six), le Nevada (six) et le New Hampshire (quatre). Dans ce groupe, Trump mène actuellement seulement dans l’Iowa, de 1,4 point. Mais une victoire dans l’un de ces États pourrait bien fournir une marge cruciale de victoire pour lui après les principaux «battleground» de Floride (29), Caroline du Nord (15), Ohio (18), Pennsylvanie (20) et Virginie (13).

Parce que voici les bonnes nouvelles pour Trump: malgré les avantages structurels du Collège Électoral dont jouissent actuellement les Démocrates— ils commencent avec New York (29), Illinois (20) et la Californie (55) déjà dans leurs poches— la vérité est que Trump a seulement besoin de conserver les États que Romney a gagnés en 2012 (y compris, de façon critique, la Caroline du Nord) et puis de retourner les trois États «battleground»: l’Ohio, la Pennsylvanie et la Floride. Ce qui lui donnerait une victoire de 273-265.

À l’heure actuelle, les chiffres du site RealClearPolitics (RCP) montrent que Clinton mène par 0,7 point en Floride, Trump par 1,1 dans l’Ohio, et Clinton jusqu’à 5 points en Pennsylvanie.
Pourtant, le RCP vient de mettre la Pennsylvanie dans la catégorie des États imprévisibles dits «coup de dés» («toss-up»), qui comprend l’Arizona, la Géorgie, la Caroline du Nord et même le Texas. Et il est probable que ces quatre états rouges resteront fidèles à leur tradition sauf s’il y a un effondrement complet de Trump dans la dernière semaine de la campagne.

Jetons un coup d’œil à chacun:

  • En Floride, Hillary aura l’avantage démocratique habituel dans et autour de Miami et les villes universitaires de Gainesville et de Tallahassee. Le maintien du vote émigré cubain en faveur du GOP s’est assoupli au fil du temps, en particulier à la suite de la normalisation par Obama de ses relations avec le pays communiste. Mais Trump bénéficie d’un certain statut de fils préféré (il est propriétaire de Mar-a-Lago, à Palm Beach), a de vastes intérêts commerciaux dans l’État et gagnera facilement les régions rurales et occidentales de l’État, tout en siphonnant certains votes juifs en raison de sa position catégoriquement pro-israélienne. La tête de Hillary ne peut pas se reposer sur un simple 0,7 pour cent d’avance que lui accordent les agrégats RCP dans le Sunshine State.Indicateur avancé du scrutin : le sénateur titulaire Marco Rubio est en hausse de 5,6 points par rapport au challenger Patrick Murphy.Gain: 29 votes électoraux.
  • En Ohio, Trump a réussi courtiser la classe ouvrière, si bien que la campagne de Clinton a à peu près abandonné l’État baromètre. Un seul sondage dans l’État montre Clinton avec une petite avance, tandis que d’autres donnent l’avance à Trump jusqu’à 4 points. L’Ohio est le modèle même d’un État Trump, avec une grande classe ouvrière industrielle qui a vu des emplois exportés et ses moyens de subsistance menacés. Bien-sûr, Cleveland va rouler pour Hillary, mais on peut s’attendre à ce que Trump soit fort ailleurs, en particulier dans les villes de charbon le long de la frontière de Pennsylvanie.
    Indicateur avancé du scrutin : Le sénateur Rob Portman (GOP) est en train de démolir l’ancien gouverneur Ted Strickland, avec près de 16 points dans les moyennes du RCP.Gain: 18 votes électoraux.
  • Les choses sont plus difficiles en Pennsylvanie, un État qui effectue une danse quadriennale pour taquiner le GOP, mais revient ensuite au sérieux après que les votes tardifs de Philly et Pittsburgh aient inondé les bureaux de votes. Les moyennes RCP (RealClearPolitics) montrent Clinton avec une saine avance de 5,2 points, mais les observateurs avisés savent qu’il faut tenir compte des irrégularités de dernière minute découvertes dans les bureaux de scrutin.Les avocats démocrates obtiennent des injonctions d’urgence pour maintenir les bureaux de scrutin ouverts et stimuler la participation des minorités, et les bulletins tombent des camions ou sont découverts dans des chambres verrouillées.Une vague Trump, en particulier parmi les démocrates mécontents et les métallurgistes externalisés, pourrait retourner l’État, mais ce sera difficile.Indicateur avancé du scrutin : Le sénateur titulaire, Pat Toomey, s’accroche à une avance de 1,3 point par rapport à la challenger Katie McGinty dans un État qui se défait souvent des nouvelles recrues du GOP après un trimestre.Gain: 20 votes électoraux.

Virginie, de l’Iowa et du Nevada, où une combinaison de 19 à 25 votes électoraux serait juste la petite poussée nécessaire pour franchir la ligne d’arrivée.

Mais grâce au nombre accru d’employés fédéraux dans les banlieues du nord de la Virginie et du District of Columbia, le Vieux-Dominion n’est plus une chose sûre pour les Républicains. Hillary est actuellement en hausse de 8 points.

  • Le Nevada n’est pas sûr non plus, en tant que fief des employés de service de Harry Reid, où Hillary mène par 2 points.
  • En attendant, considérez ceci : Si Trump perd la Pennsylvanie et la Virginie, mais (en plus de l’Ohio et de la Floride) gagne le New Hampshire, l’Iowa et le Nevada, la course se termine par une égalité de 269-269.

(…)

À l’approche de la fin de la campagne, il est essentiel de se rappeler que les sondages ne sont qu’un aspect de la course.

L’avance de Trump dans les mesures non conventionnelles des médias sociaux est encore peu comprise.

Les consultants et les journalistes aiment répéter comme des perroquets que les tailles des rassemblements (énormes pour Trump, minuscules pour Clinton à moins qu’elle ait Michelle Obama à ses côtés) ne sont pas des indices de succès électoral.

On parle peu du fait que le tandem Trump-Pence a généré beaucoup plus d’enthousiasme visible parmi ses partisans que la marche morbide vers Washington de Clinton et Tim Kaine.

La supériorité écrasante de Trump dans les médias sociaux, y compris Twitter, Instagram et Facebook, où la page de Trump a le double de «like» de Clinton (10 millions pour 5 millions) est moins remarquée.

En outre, Trump a une moyenne de 30 000 téléspectateurs sur YouTube pour des événements en «live-streaming», par rapport à 500 seulement pour Clinton.

Clinton, de son côté, a beaucoup d’argent, mais Trump a une grande motivation. Tant les facteurs «intangibles» que les modèles d’AI (Intelligence artificielle) montrant une victoire de Trump, prennent ces facteurs en considération.

La vérité est qu’il s’agit d’une élection non seulement entre Clinton et Trump, mais aussi entre un ensemble d’antagonistes politiques dans l’Amérique «fondamentalement transformée» de Barack Obama : urbains contre ruraux ; vieux contre jeunes ; décideurs contre preneurs ; contribuables contre bénéficiaires ; cols blancs contre cols bleus ; Harvard contre le pays profond ; les consultants manipulateurs et les journalistes biaisés contre les Américains honnêtes qui, même naïvement, croient que leur vote importe vraiment.

Beaucoup se sont sentis apathiques ou privés de leurs droits pendant des décennies.

La question est de savoir : combien sont-ils ? Seront-ils assez nombreux pour tenir le GOP à flot et livrer à Trump les trois États dont il a besoin ?

Nous le saurons bientôt…

*Michael Walsh est auteur, scénariste et rédacteur collaborateur de PJ Media.

Etats-Unis : l’analyste qui ne s’est jamais trompé prédit la victoire de Donald Trump

cv8wgk0wyaasj7q

www.atlantico.fr 29 Octobre 2016

Depuis plusieurs semaines, l’élection américaine semble pliée : les dernières allégations sur le comportement sexiste de Donald Trump ont coupé le candidat de son parti tandis que les sondages s’annoncent sous les meilleurs auspices pour Hillary Clinton. Un homme continue de croire en la victoire de Donald Trump. Il n’est pas encarté chez les Républicains mais peut se targuer de taper juste, depuis 30 ans, dans ses prédictions.

Professeur d’histoire à l’American University, Alan Lichtman réduit la victoire à la présidentielle à 13 facteurs « vrai ou faux. » Si 6 de ces facteurs sont « faux », le candidat du parti en place rate le coche.

« Un réponse favorable à chacune de ces questions favorise toujours la réélection du parti en place » explique-t-il au Washington Post. Depuis 1984, son analyse a fait ses preuves aux Etats-Unis. Voici ces affirmations:  

1 – Après les élections de mi-mandat, le parti en place tient plus de sièges à la Chambre des représentants qu’auparavant

2 – Il n’y a pas de lutte serrée pour la nomination du candidat du parti en place

3 – Le candidat du parti en place est l’actuel président

4 – Il n’y a pas de troisième candidat important

5 – L’économie n’est pas en récession pendant la campagne

6 – La croissance économique réelle par habitant pendant la durée du mandat est égale ou supérieure à la croissance moyenne au cours des deux mandats précédents

7 – L’administration en place a effectué des changements majeurs dans la politique nationale

8 – Il n’y a pas de troubles sociaux soutenus pendant la durée du mandat

9 – Le pouvoir en place est visé par le scandale majeur

10 – Le gouvernement sortant ne souffre pas de défaillance majeure dans le domaine des affaires étrangères ou militaires

11 – L’administration en place a réalisé un bon bilan dans le domaine des affaires étrangères ou militaires

12 – Le candidat du parti au pouvoir est charismatique ou un héros national

13 – Le candidat du parti d’opposition n’est pas charismatique ni un héros national

En septembre, Alan Lichtman estimait que 5 de ces affirmations étaient « fausses » : 1,3,7,11,12. Restait donc un facteur pour que le vote bascule, selon lui. « Ce sixième point, c’est l’émergence d’un troisième candidat » affirme-t-il désormais au Washington Post. Le candidat libertarian Greg Johnson vise effectivement 5% des votes ou plus. Et les scandales sexuels autour de Donald Trump « ne vont changer le fond de l’élection » assure l’historien, puisque les scandales n’ont d’impact, si on en croit sa théorie, que s’ils concernent le pouvoir en place.

Mais Alan Lichtman prévient que cela peut encore changer. « Il faut 6 facteurs pour que le parti en place perde l’élection et ils en sont exactement à 6. Un des facteurs peut encore bouger. » Si Greg Johnson s’effondre dans la dernière ligne droite, avantage à Clinton. Une autre raison de se méfier des statistiques : « Donald Trump lui-même » affirme le professeur rappelant l’impulsivité et la versatilité du candidat. 

http://www.atlantico.fr/pepites/etats-unis-analyste-qui-ne-est-jamais-trompe-predit-victoire-donald-trump-2865851.html

USA PRÉSIDENT : L’ÉLECTORAT NOIR EN PANNE SÈCHE POUR HILLARY CLINTON…

proxy

Le Nouveau Journal de Jackturf le 2 novembre 2016

Les tendances du vote anticipé, suggèrent que les électeurs afro-américains, qui s’étaient mobilisés pour Barack Obama, se reportent bien moins sur la candidat démocrate actuel Hillary Clinton.

Résultat de recherche d'images pour "vote noir clinton + breitbart"
Les Afro-Américains ne parviennent pas à voter aux même niveau d’enthousiasme qu’en 2012.
Dans plusieurs Etats « clés », le vote « noir » démocrate est en nette baisse.
Alors que des dizaines de millions d’Américains émettent des bulletins de vote dans ce qui semble être la plus grande mobilisation électorale au début d’une élection présidentielle, les chiffres commencent à pointer vers « une crise » que beaucoup de démocrates craignaient, en l’absence d’un véritable moteur électorale comme « Obama ».
Les raisons du déclin semblent être à la fois politique et logistique, avec un faible enthousiasme des électeurs.
En Caroline du Nord, où une cour d’appel fédérale a accusé les républicains d’agression « quasi chirurgicale », la participation noire est en baisse de 16%.
La participation de l’électorat blanc, étant en hausse dans le même temps de15%.
Les Démocrates envisagent une dernière poussée agressive, y compris une visite du président Obama à l’état ce mercredi.
Mais en Floride, qui a prolongé le vote anticipé, la part des Afro-Américains qui est allé aux urnes à ce jour, a diminué de 15%.
Les problèmes des démocrates ne s’arrêtent pas là. Dans l’Ohio, qui a également réduit son vote anticipé, la participation des électeurs dans les zones fortement démocrates près de Cleveland, Columbus et Tolède se tend vers le bas, bien que la campagne de Clinton ait  déclaré qu’ils étaient optimiste après une journée bien remplie dimanche dans les églises afro- À travers l’État.
L’histoire du New York Times peut être trouvé here:
 
Résultat de recherche d'images pour "vote blanc + trump"
Le vote « Blanc » se mobilise comme jamais !

SONDAGE USA PRÉSIDENTIELLE : TRUMP PULVÉRISE CLINTON DE 5 POINTS, MIS A JOUR AU 2/11/16

Donald Trump 

devance Hillary Clinton de 5.4 points !

 
Selon le LA Times suivi scrutin. l’avance de Donald Trump sur Hillary Clinton serait de 5.4 points. 
 
Soit 47.8% pour Trump, 
contre 42.4% pour Clinton. 
 
L’USC Dornsife / LA Times Poll interroge environ 3000 citoyens américains chaque jour sur la course à la 
présidentielle, afin de mieux refléter le pouls politique du pays.
 
Nous mettons à jour les données chaque jour en fonction de la moyenne pondérée des réponses au sondage au cours de la semaine précédente. 
 
Cela signifie que les résultats ont moins de volatilité que d’autres sondages. 
 
 
 

2 réponses »

  1. Ce qu’il y a de plus admirable dans l’ordre universel des choses, c’est l’action des êtres libres sous la main divine.
    Considérations sur la France (1796)
    Joseph de Maistre

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s