A Chaud!!!!!

USA: Les premières décisions concrètes de Donald Trump ! On risque de ne pas être détrumpé tout de suite…

USA: on risque de ne pas être détrumpé tout de suite

30944816596_172b1472d8_b

30940274896_d3863da110_b

 Les USA vont-ils être le théâtre de la plus grande duperie électorale du siècle? Beaucoup y croient, qui parient déjà que Trump ne mettra pas en pratique le programme qui a permis son élection. Mais les premiers éléments qui nous parviennent des Etats-Unis nous montrent le contraire.

Trump s’obamise face aux travailleurs clandestins

Trump vient de donner une interview tonitruante à l’émission “60 minutes” de CBS. Il y réaffirme son intention d’expulser les immigrés clandestins qui ont u casier judiciaire, soit deux à trois millions de personnes.

he said his priority was to deport two million to three million immigrants he characterized as dangerous or as having criminal records, a change from his original position that he would deport all of the estimated 11 million undocumented immigrants in the country. President Obama has deported more than two million undocumented immigrants during his time in office.

<il précise que sa priorité est d’expulser deux ou trois millions d’immigrants qu’il qualifie de dangereux ou ayant un passé criminel, un changement par rapport à sa position initiale d’expulser les 11 millions de clandestins présumés du pays. Le président Obama a expulsé plus de deux millions de clandestins durant son mandat>.

Eh oui! expulser deux millions de clandestins, c’est le bilan d’Obama (passé sous silence, bien entendu, par ceux qui voient dans Trump un dangereux fasciste lorsqu’il propose de continuer cette politique).

Les USA et le Watergate

Trump a en revanche eu quelques phrases détonnantes sur ses relations avec le FBI. Depuis l’affaire du Watergate, l’usage veut en effet que le Président ne soit plus informé des affaires sensibles par les “services”. Trump a expliqué qu’il ne se sentait pas forcément lié par cette tradition.

Rien n’exclut donc que Trump ne s’intéresse tout particulièrement aux affaires qui semblent pendre au bout du nez d’Hillary Clinton…

Trump peut s’attendre à une résistance des services

Rappelons que, durant la campagne, Trump avait plaidé pour un retour à des méthodes de renseignement musclées, incluant une légalisation de la torture dans certains cas.

Les “services” américains, ou une partie d’entre eux, devraient donc livrer une bataille perdue d’avance pour empêcher Trump de prendre possession de la machine étatique. Reste à savoir quelle complication cette bataille d’arrière-garde pourrait causer à la stratégie présidentielle.

Un conseiller de choc

Du même coup, Trump a décidé de construire une équipe de choc, qui devrait l’aider à installer sa politique. Il disposera donc d’un conseiller spécial appelé Stephen Bannon, propriétaire du Breitbart, accusé de complotisme et d’extrémisme. Bannon est le principal accusé de “populisme” dans l’entourage de Trump.

Il aura désormais un poids massif dans la politique américaine.

Pour l’instant, donc, pas de détrumpage aux USA.

Premières rumeurs sur l’Accord de Paris

Selon une dépêche Reuters, Trump chercherait dès aujourd’hui la meilleure façon de sortir de l’Accord de Paris.

Donald Trump is seeking quick ways of withdrawing from a global agreement to limit climate change, a source on his transition team said, defying widening international backing for the plan to cut greenhouse gas emissions.

<Donald Trump cherche en ce moment des solutions rapides pour se retirer de l’accord global qui vise à limiter le changement climatique, selon une source de son équipe de transition, lançant un défi au large soutien international à ce plan destiné à réduire les émissions de gaz à effets de serre>.

Cette information laisse donc à penser que Trump pourrait réellement passer à l’acte sur un certain nombre de sujets internationaux.

La faille juridique qui permet à Trump d’arriver à ses fins

Officiellement, l’article 28 de l’Accord de Paris prévoit un délai minimal de 4 ans pour qu’un pays signataire puisse quitter l’Accord de Paris. Mais, la rédaction dudit article a lié l’application de l’accord de Paris à la Convention des Nations Unies sur le sujet, signée en 1994.

Un pays qui quitte la convention de 1994 doit donc observer un simple délai d’un an pour quitter l’Accord de Paris.

Voilà une belle astuce qui pourrait permettre à Trump de quitter les traités internationaux sur l’environnement qu’il a dénoncés durant sa campagne électorale. Contrairement aux illusions que l’aristocratie parisienne nourrit encore en France (cette espèce de moment d’oxygène supplémentaire arraché au bourreau), Donald Trump pourrait donc passer à l’acte.

Parfois, le pire peut être sûr.

legacy-down-600-li

Voici le résumé des premières mesures et déclarations du 45e président des Etats-Unis :

  • Donald Trump a déclaré hier qu’il renonce à son salaire de président. Il veut servir son pays, a-t-il dit et non profiter de lui. Il a expliqué récemment que l’Amérique lui a apporté la fortune, et qu’il considère qu’il peut bien renvoyer l’ascenseur.
  • Dans l’émission 60 minutes, la journaliste demande à Donald Trump s’il va nommer un procureur spécial pour enquêter sur Hillary Clinton. «Je vais y réfléchir» répond Trump.
  • Donald Trump s’est dit «très attristé» en prenant connaissance de cas où ses supporteurs ont été violents contre les minorités. Il a ajouté «Je déteste ça», et a intimé ses supporters d’arrêter de harceler les minorités. «STOP !» leur a-t-il dit.
  • Le directeur du Conseil national républicain Reince Priebus a été nommé chef de cabinet de Trump, probablement le poste le plus important de la Maison-Blanche après le président, et l’ex-PDG de Breitbart Stephen Bannon directeur de la stratégie, qui est un rôle symétrique de celui du chef de cabinet. A noter que les deux ont participé à la campagne électorale de Trump jusqu’à la victoire, que Priebus est un homme de l’intérieur qui connaît Washington et ses arcanes, tandis que Bannon est un farouche anti-Washington qui veut faire tomber l’establishment. (une rumeur que Bannon serait antisémite traîne depuis août dernier sur internet. Elle fait référence à des papiers d’un divorce très conflictuel qui remonte à 20 ans avec sa femme. Je suis en train de réunir des documents et témoignages pour aller au fond de cette rumeur).
  • Les avocats de Donald Trump ont déposé une motion pour décaler le procès sur l’Université Trump à une date ultérieure à sa nomination, le 22 janvier 2017.
  • Toujours dans 60 minutes, Trump a dit que la nomination du futur Juge à la Cour suprême est extrêmement importante, et que ce dernier sera un «pro-life» (hostile à l’avortement). Trump a précisé qu’il conçoit l’avortement dans trois cas seulement : en cas d’inceste, de viol et de risque pour la vie de la maman.
  • Trump a ajouté qu’il se sent parfaitement à l’aise avec l’idée du mariage homosexuel, qu’il n’entend pas remettre en cause.
  • Trump a confirmé qu’il va rapidement expulser les criminels, dealers de drogue, et membres de gang qui sont illégalement dans le pays, ajoutant qu’ils sont 2 millions, peut-être 3. Ces imbéciles du Figaro ont écrit que Trump veut expulser 3 millions de «criminels» illégaux, avec criminel entre guillemets. Messieurs du Figaro, faites un tour à South Central LA à 25 minutes de chez moi, et vous n’aurez plus envie de mettre des guillemets à criminels !
  • Sur l’immigration illégale, il a expliqué qu’après avoir déporté les délinquants, dealer et les gangs, il construira un mur— et par endroits seulement un grillage— puis il regardera la situation «de ces millions d’Hispaniques formidables qui travaillent, mais sont là illégalement».
  • Hier, le première rencontre de Trump avec un représentant étranger était pour Nigel Farage, artisan du Brexit, qui a déclaré au micro de Judge Jeanine : «de cœur, Trump est incroyablement proche du peuple pour qui il se sent profondément concerné. Ce type est entier, et il va vraiment faire exactement ce qu’il a dit.» Trump sans cravate, a noté Judge Jeanine, c’est que la réunion devait être particulièrement détendue.
    Trump sans cravate !
  • Pressé sur la question de savoir s’il va poursuivre Clinton en justice, il a répondu : «je ne veux pas lui faire de mal».

Le reste de que vous lirez dans les médias de Trump bashing, c’est du mensonge !

Par exemple, si vous lisez que Trump renonce à annuler l’Obamacare, qu’il conserve deux de ses mesures, et qu’il a pris cette décision en sortant de réunion avec Obama, c’est parce que le journaliste qui a écrit ces âneries n’a pas suivi la campagne, et n’a donc pas entendu que Trump a dit il y a quatre mois qu’il va conserver les deux mesures de l’Obamacare en question…

Oui, la désinfo est partout !

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

cxkylflxaae0wbv

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s