1984

Etats-Unis – Fascisme 2.0 – Surprise de Noël du Destructeur en chef : un beau ministère de la propagande flambant neuf!

Surprise de Noël du Destructeur en chef : un beau ministère de la propagande flambant neuf!

c0nnz2cxaaqauth

English abstract

Christmas gift from the Destroyer in Chief:
“Countering Disinformation And Propaganda Act” signed into law; Germany follows suit
fed_reserve_headlineAs reported by Tyler Durden on Zero Hedge, late last Friday (December 23, just like the Federal Reserve Act of 1913), “with the US population embracing the upcoming holidays and oblivious of most news emerging from the administration”, Obama quietly signed into law the 2017 National Defense Authorization Act (NDAA) which authorizes $611 billion for the military in 2017. However, the catch is that buried deep within the NDAA is a new law which for all intents and purposes creates the United States’ very own “Ministry of Truth”: the Countering Disinformation and Propaganda Act. Germany is following suit with a new Centre of Defence against disinformation. Joseph Goebbels, Hitler’s Minister of Public enlightenment and Propaganda, would be very proud. Article below is my take on these developments. – HT

Surprise de Noël du Destructeur en chef :
un beau ministère de la propagande flambant neuf!

Obama - NewsweelLes présidents américains sortants ont la fâcheuse habitude de glisser leurs lois et décrets les plus répréhensibles en catimini en fin de mandat, souvent à l’aube ou durant la période des célébrations de fin d’année — comme ce fut le cas pour la création de la Réserve fédérale des États-Unis le 23 décembre 1913.

Le musulman d’origine incertaine qui occupe la Maison-Blanche depuis huit ans ne fait pas exception. Après avoir signé toute une série de décrets, mémos et proclamations présidentiels au cours des dernières semaines (tout en conseillant à Donald Trump de ne pas faire la même chose), le Destructeur en chef (ce n’est pas moi qui l’identifie à Shiva, mais rien de moins que le magazine Newsweek) nous a offert une jolie surprise pour Noël : un beau ministère de la propagande flambant neuf, dissimulé dans les replis du programme d’allocation des dépenses militaires* pour 2017.

*Le National Defense Authorization Act (NDAA), qui prévoit un budget « officiel » de 611 milliards USD pour 2017.

Un projet longuement mûri

Au mois de juin dernier, Tyler Durden de Zero Hedge avait signalé qu’un projet de loi visant à mettre en place un véritable « ministère de la Vérité » avait été présenté en douce au Congrès américain, sous le titre de Loi visant à contrer la propagande et la désinformation provenant de l’étranger*. Après avoir été adopté par le Congrès et finalement par le Sénat américain, le 8 décembre dernier, le projet de loi a été inséré en douce dans le NDAA pour 2017.

*Countering Foreign Propaganda and Disinformation Act of 2016 sur le site du Congrès.

Comme le souligne Durden, bien avant que ne soient lancées les allégations d’ingérence russe dans l’élection présidentielle et la chasse aux sorcières contre les prétendus propagateurs de « fausses nouvelles » (fake news) qui ont suivi, le projet de loi prévoyait confier au secrétaire d’État américain un rôle de coordination chapeautant le secrétaire à la Défense, le directeur du Renseignement national et le conseil des gouverneurs de la radio-télédiffusion (Broadcasting Board of Governors).

L’objectif consistait à mettre en place un « centre d’analyse et de réaction à l’information » qui identifierait les sources de désinformation, analyserait les données, puis développerait et disséminerait des « exposés basés sur des faits réels » afin de contrer la propagande éhontée…

Tyler Durden en conclut que « bien avant que les “fausses nouvelles” deviennent un sujet d’actualité dans les grands médias, le gouvernement américain planifiait déjà ses sanctions légales contre tout ce qu’il allait qualifier de “fausses nouvelles”. »

Grâce à Dieu, l’Europe n’est pas en reste

Joseph_Goebbels

Saint Goebbels, priez pour nous

Mes lecteurs européens seront soulagés d’apprendre qu’ils ne seront pas laissés pour compte dans cette glorieuse campagne visant à combattre les mensonges et la désinformation. Déjà, le gouvernement de l’ange de la liberté et de la vérité, Angela Merkel, vient d’annoncer son intention de revenir aux sources des plus belles traditions allemandes en créant son propre « centre de défense contre la désinformation ». Merci, Angela, de prendre les mesures nécessaires pour dissimuler à nos yeux crédules ces fausses nouvelles que nous ne saurions lire sans y succomber. Souhaitons que de nombreux autres pays européens emboitent bientôt le pas.

Henri Thibodeau RiderInBlack Henri’s Web Space

newspeak

La guerre, c’est la paix; la liberté, c’est l’esclavage; l’ignorance, c’est la force

c0snprgwgaa6sxv

https://henrithibodeau.wordpress.com/2016/12/28/surprise-de-noel-du-destructeur-en-chef-un-beau-ministere-de-la-propagande-flambant-neuf/

L’on peut penser que cette loi votée jeudi dernier par le Sénat américain est une sorte de réponse à la diffusion des mail révélateurs publiés par Wikileaks qui ont enrayé la machine démocrate aux dernières élections.  Mais n’est-ce que ça ?

La campagne qui consiste à accuser les russes – tant en Europe (parlement européen) qu’aux US – d’influencer l’opinion des populations y est certainement pour quelque chose aussi. Cette hystérie anti-russe qui semble posséder les gouvernements de l’alliance et la volonté sous ce prétexte de contrôler l’information est inquiétante : Elle laisse flotter une ambiance de guerre et rappelle de terribles souvenirs…

Nous sommes dans un système qui ne tolère pas d’être mis à jour et contredit et qui tente de nous retirer le droit démocratique à l’information plurielle et au choix de notre opinion. C’est très inquiétant.

Il n’est pas interdit d’imaginer non plus que cette mise en place de la restriction de l’information et d’une plus grande offensive de la propagande gouvernementale US, pourrait être organisée et financée en prévision d’une situation de troubles nationaux ou internationaux graves.

Vous penserez sans doute que ça ne change pas grand chose, la majeure partie des médias étant de toutes façons déjà à la botte. Mais il y a une différence énorme : D’une part, ce qui est une sorte d’accord tacite devient acté dans la loi, et surtout, cela ouvre une porte légale à la chasse aux sorcières.

Bienvenue chez Big Brother.

LA LOI ANTI-PROPAGANDE CRÉE TRANQUILLEMENT UNE USINE A PROPAGANDE !

Le jeudi 8 décembre, le Sénat américain a discrètement adopté la Loi sur l’autorisation de la Défense nationale (ou la NDAA) pour l’exercice financier 2017. Fondamentalement, la NDAA est adoptée chaque année pour reconduire la loi.

Cependant, beaucoup seraient choqués par les lois ridicules et terrifiantes que notre congrès traître enterre habituellement dans le projet de loi annuel – Exemple, le Congrès vient d’utiliser la NDAA pour créer un «Centre d’engagement mondial», dirigé par le Secrétaire d’Etat. Ça sonne inoffensif, non? Eh bien, cela pourrait l’être jusqu’à ce que vous réalisiez  que « Global Engagement Center » est le code pour notre nouveau « Ministère de la propagande américaine. »

Contre-propagande = Propagande

Caché dans les profondeurs fantastiquement ennuyeuses de la NDAA de 1576 pages, au §1259C, sous le Sous-titre E, intitulé «Autres sujets», sous le titre XIII, est approuvé le financement d’une nouvelle agence de propagande qui sera gérée par le secrétaire d’État . Le texte a  peu près repris mot à mot du:  « Portman-Murphy Counter Disinformation and Propaganda Act » Sauf que le congrès a changé le nom du «Centre d’analyse de l’information et de réponse», un peu inquiétant, en un «Global Engagement Center» plus heureux. Entre autres choses, la fonction du centre est de –

… élaborer, planifier et synchroniser … des initiatives pan-gouvernementales visant à dénoncer et à contrer la propagande et la désinformation étrangères dirigées contre les intérêts de la sécurité nationale des États-Unis et à faire progresser de façon proactive des récits fondés sur des faits qui appuient les alliés et les intérêts des États-Unis – §1259C, a3

Ou, pour simplifier, ils vont aider le gouvernement américain à distribuer des informations qui soutiendront leurs intérêts, en particulier ceux qui font l’objet d’un examen minutieux dans d’autres pays. Cependant, comme je l’ai dit auparavant, il est souvent très difficile ou impossible pour le public de vérifier si les communistes sans Dieu (ou qui que ce soit) sont en train de jouer avec nous ou si nos fonctionnaires ne fabriquent que des excuses pour leur propre corruption.

Quoi qu’il en soit, il semble raisonnable de supposer que le journalisme de style WikiLeaks (comme les fuites de courrier électronique lors de nos «élections») sera désormais considéré comme de la «propagande étrangère et de la désinformation …»

Si ce n’est pas un drapeau rouge assez grand pour vous déjà, considérez le fait que, non seulement le nouveau ministère de la Propagande envisage de «pro activement promouvoir des récits basés sur les faits», ils ont l’intention de le faire avec l’aide à la fois de nos écoles et du secteur privé.

Établir des relations de coopération ou de liaison avec des partenaires étrangers et des alliés … et d’autres entités, comme le milieu universitaire, les organisations non gouvernementales et le secteur privé – §1259C, a5

Ou, en d’autres termes, ils implanterons leurs gens dans le cadre universitaire.  La section approuve même le financement pour espionner les journalistes, les groupes de médias sociaux, les partis politiques,

Identifier les tendances actuelles et émergentes dans … les informations obtenues à partir de médias imprimés, diffusés, en ligne et sociaux, le soutien à des tiers comme les groupes de réflexion, les partis politiques et les organisations non gouvernementales … et l’utilisation d’opérateurs et d’agents spéciaux clandestins ou clandestins pour influencer Populations ciblées et gouvernements … »- §1259C, b4

Est-ce la fin du journalisme?

Enfin, j’aimerais vous montrer la part de tout cela que je trouve le plus inquiétante en tant que journaliste :

AUTORITÉ DES SUBVENTIONS.-Le Centre est autorisé à fournir des subventions ou des contrats de soutien financier à des groupes de la société civile, des journalistes, des organisations non gouvernementales, des centres de recherche et de développement financés par le gouvernement fédéral, des entreprises privées ou des établissements universitaires aux fins suivantes: Contre les efforts des gouvernements étrangers pour utiliser la désinformation, la désinformation et la propagande pour influencer les politiques et la stabilité sociale et politique des États-Unis – §1259C, f (1)

Cela veut dire que les États-Unis vont commencer à subventionner les journalistes, les chercheurs et même les écoles qui sont d’accord avec le régime – qui, par ailleurs, punira et menacera potentiellement la viabilité de médias vraiment indépendants.

La propagande gouvernementale est dangereuse

Or, ce projet de loi contient des libellés vagues, comme la fonction du Centre d’engagement mondial qui consiste à «démontrer les nouvelles technologies, méthodologies et concepts pertinents pour les missions du Centre», ce qui pourrait signifier à peu près tout. Cela a toujours été l’un des trucs préférés du Congrès – adopter une loi qui pourrait être interprétée de différentes façons, afin qu’ils puissent refuser la responsabilité tout en mettant des fonds à disposition pour faire ce qu’ils veulent.

Cela signifie que cette loi ressemble beaucoup à un pistolet chargé – inoffensif dans les mains d’une personne mais potentiellement dévastateur dans les mains d’une autre en fonction de comment la vision et le langage de la loi est interprétée. Qu’est-ce que les « nouvelles technologies » démontreront-elles ?Quelles seront les « missions du Centre » ? Quelles populations seront visées ? Quels seront les « intérêts des US, qui est « étranger » et est-ce que les journalistes qui relayent cette désinformation étrangère seront considérés comme propagandistes pour des agents étrangers ?

La réponse à ces questions dépend de qui est en charge de les interpréter – ce qui signifie que la question la plus importante de toute est : Avez-vous confiance dans les États Unis et particulièrement dans la future administration pour prendre ces décisions ?

Je sais que non.

In solidarity, John Laurits

https://lesbrindherbes.org/2016/12/18/congres-us-vote-fonds-ministere-de-propagande/

3 réponses »

  1. Barack Goebbels n’est pas en reste avec son ministère de la propagande,
    Hitler voyait déjà d’un très bon oeil les thèses criminelles de l’islam,
    Barack Goebbels acceptera-t-il vraiment de passer le pouvoir à Donald Trump en Janvier, tellement la Soupe est bonne…???

    J'aime

  2. Nous devons considérer ce sujet sous plusieurs angles. (dans le désordre)

    -) Évolution et maîtrise des Technos liées aux changements sociétaux.

    -) Prise de conscience des effets du cinquième pouvoir en mode incontrôlé.

    -) Récupération des réseaux indispensables pour l’ordre de demain.

    -) Volonté de préserver l’influence, le développement, les investissements et la domination des structures existantes.

    -) Montée en puissance des possibilités de nuisances des attaques numériques dans notre écosystème.

    -) Multiplication des acteurs sans frontières dans une concurrence mondialisée.

    …/…

    Si l’ordre établi dans une fourmilière semble couler de source, chez les humains, c’est un tout autre poème. L’évolution des déséquilibres actuels n’est que l’expression de ce poème.

    Ne cherchons pas un équilibre dans des rapports de forces invisibles, c’est peine perdue et fatigues inutiles assurées.

    Prenons des exemples simples:

    Pourquoi les zones franches et autres paradis fiscaux, représentés par de tout petits pays sans armées, ne sont jamais inquiétés ?

    Réponse : Nos États sont les premiers à s’en servir.

    Et qui contrôle les États ? Les peuples ou les intérêts supérieurs des États ? Poser la question c’est déjà y répondre, non ?

    Et quels sont les intérêts supérieurs des États ? Tous ceux qui permettent son maintien, son développement, sa puissance.

    Raisonnement primaire mon cher Watson ? Et que vient faire cette histoire avec les enjeux du web ?

    Ben, avant, il suffisait de couper la langue pour empêcher les messagers de parler et continuer à faire ses petites affaires en douce, maintenant couper les mains ne suffit plus…

    Nous avons donc un problème culturel d’intérêt global pour la maîtrise des pouvoirs et la conduite des affaires.

    L’année 2016 a révélé la puissance des réseaux dans le fonctionnement de nos démocraties républicaines. Le ton monte. Ces décrets ne sont que la réaction visible, ce qui démontre au passage que nos États ne sont plus les maîtres dans l’expression des pouvoirs et, pires,dans leurs récupérations.

    Après l’événement du 11/09, puis de la faillite 2007-2008, les chamboulements 2016 sont la révélation qu »un changement profond vient de prendre une direction incontrôlable.

    2017 est bien parti pour continuer sur cette lancée. Faire plus de bruit que le voisin c’est facile, ramener du calme et de la sérénité, c’est une autre paire de manches.

    Libérer les Assange et les Snowden permettrait l’ouverture d’un débat, libérer les Sauvages, c’est l’assurance d’une guerre inutile…

    Pour l’harmonie, il faudra d’abord changer la partition, le chef d’orchestre et tous les chauffeurs de salle.

    Meilleurs vœux 2017 à vous tous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s