A Chaud!!!!!

Douce France : 120 000€ détournés par Macron : Internet expose ses casseroles puisque les médias ne le font pas !

c5q9ovtxeaanhknc5yev-pxqaezlj

Macron est bordé de partout, protégé par les médias qui refusent de faire leur métier et enquêter, protégé par une justice – qu’on sait politiquement corrompue avec l’acharnement juridique – qu’on l’aime ou pas – contre Fillon, il ne reste qu’internet pour faire le sale boulot.

Philippe Vigier et Christian Jacob s’appuient sur un livre enquête (Dans l’enfer de Bercy: Enquête sur les secrets du ministère des Finances*) consacrée aux coulisses du ministère de l’Economie et des Finances dont un croustillant passage est consacré à Emmanuel Macron à Bercy.

«Il y a des choses importantes qu’on a apprises … notamment au niveau des frais de bouche, puisque 120.000 euros des crédits du ministre à Bercy [ont servis à ] des agapes En marche!, pour réunir tel ou tel, pour préparer sa campagne présidentielle», accuse le le député UDI Philippe Vigier.

Les journalistes Marion L’Hour et Frédéric Says ajoutent :

«Emmanuel Macron a utilisé à lui seul 80% de l’enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget.

[…]

L’enveloppe annuelle des frais de représentation du ministère de l’Economie dépasse cent cinquante mille euros, soit au moins cent vingt mille euros utilisés en huit mois par le jeune ministre pour ses seuls déjeuners et dîners en bonne compagnie».

c5rzwioxeayvurn

Le 20 janvier 2017, Le Figaro accusait à son tour :

«Pendant deux ans, l’ancien ministre de l’Economie a eu recours à tous les moyens et facilités offerts par son ministère, y compris financiers, pour installer sa candidature.»

Le quotidien expliquait que Macron s’est servi de son ministère comme «d’une rampe de lancement» de sa campagne. «Le jeune ex-ministre … est resté moins de deux ans dans les murs. Le temps de façonner sa cote de popularité, de renforcer ses réseaux, d’acquérir l’expérience de l’Etat, bref, de préparer l’offensive, dans le confort d’un ministère puissant» précise l’article.

Dans un article publié sur Atlantico, les bonnes feuilles du livre de Says et L’Hour révèlent des détails embarrassants sur ces dépenses personnelles et formulent de lourdes accusations :

  • «Emmanuel Macron a utilisé Bercy pour s’élever» : utiliser Bercy, cela veut dire utiliser l’argent public à des fins privées.
  • «Emmanuel Macron recevait à tour de bras les personnalités influentes dans son bureau du troisième étage. Y compris des hiérarques religieux, des philosophes, des responsables associatifs, tous estimables, mais qui n’avaient pas grand-chose à voir avec les attributions officielles du ministre.»
  • « Il multipliait les dîners, parfois deux par soir », raconte un autre membre du gouvernement installé à Bercy.
  • «Michel Sapin [qui] a eu vent de ces repas par les huissiers et les chauffeurs de Bercy, s’est indigné».
  • «Dans les murs du ministère, Emmanuel Macron a aussi reçu des centaines d’“amis” Facebook. Par deux fois, il a organisé avec eux des soirées de discussion.»
  • «A posteriori, ces rendez-vous ressemblent davantage à un pré-meeting électoral.»
  • «Michel Sapin se reproche sa naïveté : “Avec Macron, nous avions une relation très simple, très fluide. C’est un esprit alerte, très léger, pas lourdingue. Je m’en veux de n’avoir pas vu assez vite qu’il avait une ambition cachée.»
  • En mai 2016, lors d’un déjeuner avec quelques journalistes, le chef de l’État se joint aux critiques de ses ministres et compare Emmanuel Macron à Donald Trump « Trump est un milliardaire, donc les gens se disent : “Tiens, il ne va pas être corrompu car il est déjà riche.” », ce que son passage à Bercy ne démontre pas.

Suite à de telles accusations, le parquet national financier (PNF) devait demander à Macron de détailler avec quel argent, pour quel montant, de quelles sources, il a financé sa campagne. Le PNF déclencher s’auto-saisir d’une enquête comme pour Fillon. Sauf que le conseiller justice du chef de l’Etat est un ancien substitut du PNF…

La France est un pays corrompu (elle arrive au 23e rang du classement mondial de Transparency International), et lorsqu’on tombe à ce rang, il n’est pas évitable, à un moment où à un autre, que la corruption soit visible à l’œil nu : vous y êtes en plein, vu l’importance de l’échéance présidentielle.

© Alain Leger pour Dreuz.info.

http://www.dreuz.info/2017/02/26/120-000e-detournes-par-macron-internet-expose-ses-casseroles-puisque-les-medias-ne-le-font-pas/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Oui, quand la presse va-t-elle aussi se déchaîner pour révéler qui est vraiment Emmanuel Macron, sa coqueluche. Après le Penelopegate, quand la presse et nos commentateurs si dévoués à la vérité toute crue vont-ils enfin nous offrir l’indispensable Macrongate. Il ne va pas falloir, en tous cas, compter sur les Décodeurs du Monde, ce site qui se veut être l’empêcheur de trouver la vérité sur les médias libres.

Adrien Sénécat, l’un de ces décodeurs que la facilité d’écriture pourrait décoder en déconneur, vient donc d’éplucher les sites dits sociaux qui ont osé s’interroger sur la déclaration de patrimoine qu’Emmanuel Macron avait faite lorsqu’il était entré au gouvernement.

Le « décodage » réalisé par Le Monde se veut irréprochable. Il est présenté comme le résultat d’une enquête approfondie et chiffrée auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Le candidat Macron, lui, a préféré ne pas répondre aux interrogations de M. Sénécat, qui a donc conclu… que personne ne peut en tirer de conclusion en l’état, donc qu’attaquer Macron sur ce sujet n’était pas d’actualité. 

On laisse tomber et on promet aux abonnés du Monde de revenir sur le sujet lorsque M. Macron répondra. On ne peut s’empêcher de comparer avec le cas Fillon sur lequel Le Monde s’est acharné, s’empressant d’éplucher à la virgule et au centime près son état financier.

Curieusement, l’enquête des Décodeurs est sortie au lendemain d’une lettre adressée à la même Haute Autorité par trois personnalités indépendantes qui s’étonnent du peu de clarté du candidat Macron.

Cette lettre s’interroge sur la sincérité du patrimoine déclaré et détaille, au centime près, les revenus de M. Macron, de 2010 à 2013, pour un montant de 3.010.996 € alors qu’il n’avait déclaré, en 2014, lorsque M. Hollande eut la bonté de le nommer ministre, qu’une fortune somme toute modeste de 156.160,43 €. Question est posée à la HATVP de savoir où ont bien pu passer les près de trois millions d’euros si durement gagnés en salaires, « bénéfices industriels et commerciaux » et revenus de capitaux immobiliers.MM. Mumbach, Allenbach et Grass concluent qu’il leur « serait agréable de savoir si leurs interrogations sont ou non fondées » « sachant qu’omettre de déclarer une partie substantielle de son patrimoine ou en fournir une évaluation mensongère est un délit pénal ». Ce à quoi le Décodeur trouve une réponse toute faite : le travail de la Haute Autorité (dont on se demande à quoi elle sert, si cette information est exacte) n’est pas celui de l’administration fiscale, « la manière dont un responsable politique dépense son argent n’est pas de son ressort, ni celui de connaître le montant des impôts acquittés », aurait répondu à M. Sénécat la HATVP.

Alors notre cher Emmanuel est-il en train de mentir aux Français par omission, lui qui, la main sur le cœur, nous parle de probité, d’honnêteté ? Lui qui refuse de nommer ses soutiens financiers. Lui qui aime tellement ses admirateurs qu’il appelle « mes amis ». Lui dont Jacques Attali, dont il est pourtant le fils spirituel, a dit de lui, en juin dernier, qu’il incarne le vide ? Un vide qui essaye de se construire au fur et à mesure de ses discours en nous présentant un projet sans projet et sans chiffres.

Le Macrongate pourrait être décliné sur bien d’autres faits qu’on aimerait voir révélés par les médias, mais je crains que nous ne pouvions compter que sur les seuls réseaux sociaux. Par exemple, votre Boulevard Voltaire que Richard Ferrand a bien volontiers reconnu comme étant un blog d’extrême droite, selon l’accusation de Geoffroy Clavel du Huffington Post faite sur le plateau du « Lab » d’Europe 1.

http://www.bvoltaire.fr/florisdebonneville/a-macrongate-cas-grace-aux-decodeurs-monde,315187

c5c1wiixqaixfwc

3 réponses »

  1. Combien de personnes s’informent par internet à travers plusieurs sources? Par rapport à la population, pas beaucoup, ou pas assez pour peser sur les faits, malheureusement. Et le coiffeur du personnage Hollande, qui est payé 10000€ par mois? Rien à dire, normal.
    Ahh! c’est fichu. C’est trop tard, la machine infernale est en marche…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s