Art de la guerre monétaire et économique

Pourquoi le Congrès doit faire l’audit de la Réserve fédérale des Etats-Unis

Pourquoi le Congrès doit faire l’audit de la Réserve fédérale des Etats-Unis

Congrès audit Réserve fédérale Etats Unis

Dans une courte vidéo, Alex Newman du New American expose les raisons pour lesquelles le Congrès doit faire l’audit de la Réserve fédérale américaine. Une double proposition est actuellement devant la Chambre des représentants et le Sénat des Etats-Unis ; l’arrivée de Trump à la Maison Blanche accroît ses chances de prospérer. Et cela aurait des répercussions pour le monde entier, vu le poids du dollar, et donc de toutes les décisions y afférant, dans l’économie globale.
 
L’objectif de la proposition d’audit de la Fed est d’ouvrir le livre de comptes de la Banque centrale américaine, ce qui aurait pour résultat de montrer aux Américains tout ce qui s’est passé derrière les portes closes de cette institution aussi opaque que puissante – et surtout, au nom de quelle politique.
 
La Federal Reserve Transparency Act (H.R.24) devant la Chambre des représentants a déjà plus de 200 co-sponsors qui soutiennent ce texte introduit par le républicain Thomas Massie. Au Sénat, sous la cote S.16, c’est le sénateur Rand Paul, fils de Ron, qui promeut le projet, avec beaucoup de soutiens là encore.
 

Pourquoi le Congrès veut l’audit de la Réserve fédérale

 
Alex Newman note que le moment est peut-être unique pour obtenir l’approbation de ces textes. Lors de la dernière législature, le projet avait été adopté à 333 voix par les représentants et avait également obtenu une majorité au Sénat. Au cours de sa campagne, Donald Trump a plusieurs fois affirmé son soutien à la démarche, accusant même l’un de ses adversaires de n’avoir pas participé au vote au Sénat lors de la précédente lecture.
 
Pour Trump, il est clair que la Fed renfloue les marchés boursiers en manipulant une « économie très artificielle ».
 
Cela fait ainsi plus de 100 ans que la Fed gonfle puis réduit la quantité d’argent disponible avec pour résultat une succession d’expansions et de crises, qui siphonnent toujours les biens des Américains – surtout des plus pauvres et des classes moyennes – pour les transférer vers les plus riches des plus riches. Le système a également rendu possible l’installation de l’Etat-providence et de l’Etat belliqueux, affirme Newman, par la dépense inconsidérée de sommes gigantesques. Ce n’est pas un hasard si les Etats-Unis affichent aujourd’hui une dette publique de 20.000 milliards de dollars.
 

Alex Newman du “New American” explique que le moment de l’audit est venu

 
Plus troublant encore est le fait que la Fed crée de l’argent à partir de rien, souvent destiné à ses amis. Lors de la dernière crise, en 2008, un audit partiel – l’audit général ayant été saboté par Bernie Sanders et quelques autres – a révélé des réalités scandaleuses. On a ainsi appris que la Réserve fédérale a créé 16.000 milliards de dollars, notamment par l’achat d’actions, distribués aux « copains » : des méga-banques, des banques centrales étrangères, des sociétés commerciales privées, des banques appartenant à des dictatures brutales, sans le moindre contrôle ni la moindre transparence.
 

16.000 milliards de dollars représentent la valeur totale de l’économie américaine.

 
Face à une Réserve fédérale incontrôlée, les Américains ont le droit de savoir ce qui se passe, poursuit Newman, mais cela ne leur a jamais été permis faute d’audit complet de cette institution.
 

Le Congrès des Etats-Unis vers le démantèlement de la Réserve fédérale ?

 
Les dirigeants de la Fed, élus par les banques qui possèdent la Réserve fédérale et les réserves régionales, évoquent la possibilité d’un audit comme une très mauvaise chose, contestant l’idée que les Américains puissent avoir connaissance des politiques monétaires qu’ils mettent en place, alors même que l’argent des Américains est en cause et que ceux-ci n’accepteraient pas pareil rejet de la part de n’importe quelle institution publique.
 
Le moment historique de passer à l’action est arrivé, selon Alex Newman. Il rappelle que le premier initiateur d’un projet d’audit de la Fed, Ron Paul, a déposé son projet dans la foulée de la crise de 2008 : c’était l’année suivante. Il déclarait que les Américains devaient savoir ce qui s’était passé à la Fed en vue de la démanteler. C’est l’objectif clairement affiché, en vue duquel l’audit n’est qu’une première étape nécessaire – indispensable parce qu’il montrera à quoi la Réserve fédérale a joué depuis plus d’un siècle. S’il n’y avait rien à découvrir, elle n’y serait pas à ce point opposée.

http://reinformation.tv/congres-audit-reserve-federale-etats-unis-dolhein-67789-2/

L’Histoire nous montre que, si les individus sont libres d’utiliser ce qu’ils veulent en tant que monnaie, ils ont de fortes chances d’opter pour l’or ou pour l’argent.

Bien évidemment, les politiciens modernes et leurs facilitateurs keynésiens s’opposent à un étalon or ou argent. La raison en est qu’amarrer une devise à un métal précieux limite la capacité des banques centrales à financer la croissance de l’Etat guerrier et providence au travers de la taxe d’inflation. Ce qui force les politiciens à financer leur gouvernement au travers de moyens de taxation directe.

Malgré l’hostilité de nos politiciens modernes envers l’or, l’or a joué un rôle clé dans les politiques monétaires américaines soixante années durant après la création de la Réserve fédérale. Puis, en 1971, après que leurs inquiétudes quant au déficit croissant du gouvernement américain ont poussé d’autres gouvernements à convertir leurs réserves de dollars en or, le président Nixon a fermé le guichet de l’or pour établir la première devise fiduciaire des Etats-Unis.

Les quarante-six années d’expériences fiduciaires qui ont suivi aux Etats-Unis se sont écoulées comme l’avaient prévu les économistes autrichiens : déclin continuel du pouvoir d’achat du dollar, accompagné d’un déclin du niveau de vie de la classe moyenne et de la classe ouvrière, série de phases de reprises générées par la Fed suivies de récessions de plus en plus sévères, et croissance explosive des dépenses gouvernementales. Les politiques de la Réserve fédérale sont également pour beaucoup responsables de la croissance de l’inégalité des revenus.

Depuis la crise de 2008 générée par la Fed, de plus en plus d’Américains se sont éveillés à la responsabilité de la Réserve fédérale face aux problèmes économiques de leur pays. Ce sentiment anti-Fed est l’un des facteurs clés derrière la propagation du mouvement libertaire et représente la plus grosse épreuve à laquelle ait jamais fait face la légitimité de la Fed. Ce mouvement a fait d’Audit the Fed une revendication nationale qui est désormais plus susceptible que jamais d’être promulguée.

Auditer la Fed n’est pas la seule préoccupation du mouvement anti-Fed. Par exemple, les Comités législatif et financier du Sénat de l’Arizona se pencheront mercredi sur une proposition de loi (HB 2014) qui vise à donner cours légal à l’or, à l’argent et aux autres métaux précieux. Le projet de loi exempt également les transactions en métaux précieux de taxes sur les gains de capital, ce qui permettra aux individus de ne pas être punis pour avoir rejeté les billets de la Réserve fédérale en faveur de l’or ou de l’argent. Parce que l’inflation fait grimper la valeur des métaux précieux, ces taxes offrent au gouvernement une manière supplémentaire de profiter de la dévaluation de sa devise par la Réserve fédérale.

HB 2014 est une proposition de loi de grande importance. L’échec de la Réserve fédérale à relancer l’économie au travers de ses taux d’intérêt très bas établis depuis la dernière crise est un signe d’effondrement imminent pour le dollar. Il est donc impératif de protéger le droit des citoyens à avoir recours à des alternatives aux billets de la Réserve fédérale susceptibles de bientôt perdre toute leur valeur.

L’adoption de HB 2014 indiquerait également au Congrès et à l’administration Trump que le mouvement anti-Fed continue de gagner en influence. Ainsi, l’adoption de cette loi ne ferait pas que renforcer les mouvements similaires qui se développent dans les autres Etats, elle fournirait un support à la proposition de loi en faveur d’un audit de la Fed et des législations qui demandent la révocation des lois fédérales sur le cours légal.

Je serai moi-même en Arizona mercredi pour apporter mon soutien à HB 2014, et me prononcerai en faveur du projet de loi devant le Comité financier du Sénat de l’Arizona à 9 heures du matin. Je m’exprimerai également à midi au capitole de l’Etat d’Arizona. J’espère que les partisans d’une monnaie saine de la région de Phoenix se joindront à moi pour apporter leur soutien à la campagne pour l’abolition du monopole monétaire de la Fed.

http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-l-arizona-remet-en-question-le-monopole-monetaire-de-la-fed.aspx?contributor=Ron+Paul.&article=10505274428H11690&redirect=False

EN BANDE SON : 

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s