1984

Trump l’ogre américain, ce pendant de l’ogre russe Staline ? Par Master T

Trump l’ogre américain, ce pendant de l’ogre russe Staline ?

Staline jouit d’une popularité grandissante en Russie

  Un sondage réalisé par l’institut Levada, non-gouvernemental, en Russie révèle la popularité grandissante de Joseph Staline dans le pays : elle serait trois fois plus importante qu’en 1990. La question posée était celle de la personnalité préférée des sondés parmi les acteurs de la révolution bolchevique de 1917. Si en 1990, Staline remportait 8 % des voix, cette proportion est passée […]

La 6ème colonne tient Trump par ses dettes et si elle le tient tout en ayant fait de lui le 45ème président des USA face aux marquis de la 5ème colonne (deep-state) c’est qu’il a un rôle décisif à jouer pour les apatrides de la CITY. Le petit documentaire que j’ai mis en lien (1) est très intéressant et important de visionner puisqu’il met bien en lumière son caractère de leader aux pieds d’argile (financièrement), il montre aussi ce que le théâtre des élections n’a pas pu montrer: un caractère irascible, solitaire et déterminé… Une particularité de ce personnage qui marquera certainement l’Histoire est ce point commun que l’on a pu trouver en un Staline et même un Hitler (2): détermination absolue et jusqu’au boutisme, un messianisme dangereux qui est bien décrit par De Gaulle dans son chapitre sur Le Portrait de Staline dans « les Mémoires de guerre » :

« Le portrait de Staline s’ouvre par l’évocation de son trait de caractère dominant : la « volonté de puissance » (p. 78). A partir de cette caractéristique essentielle découle tout le reste de son portrait : absence de toute « pitié » et « sincérité », caractère « implacable ». » Un autre passage très significatif et qui possède une similarité avec l’aura qui se dégage du personnage Trump :

  » A l’instar d’Hitler, le mémorialiste reconnaît chez l’homme d’Etat un « charme ténébreux » qui fascine. Qu’est-ce qui est si fascinant chez ce « despote » ? C’est l’« âpre » passion qui l’anime, le désir de grandeur pour son pays : sa « volonté de puissance » fait en effet couple avec les « rêves de sa patrie » (p. 78). On peut donc s’interroger sur la fascination qu’éprouve, même secrètement, de Gaulle pour ce « conquérant à l’air bonhomme » (p. 78) dont l’énergie entière semble mobilisée à la grandeur de son pays. « 

Et De Gaulle, qui n’est pas ignare, perçoit bien le personnage de Staline : « C’est d’ailleurs la ruse qui constitue un véritable champ lexical associé au personnage, ruse qui est connotée péjorativement : « rompu par une vie de complots à masquer ses traits et son âme » (p. 78). De fait, c’est bien d’un Staline inquiétant, dangereux, impulsif et violent que de Gaulle nous fait le portrait. Tout d’abord, lors d’une conversation avec de Gaulle au sujet de la précédente alliance franco-russe, il réagit énergiquement, il est « piqué au vif », « s’exclame » (p. 80). Dans les pages suivantes, de Gaulle le montre « s’échauffant », « grondant, mordant », puis l’auteur évoque sa « brutalité » et ses propos « plein de haine et de mépris » (p. 84) et aussi de « fureur » (p. 85). »

Et Churchill de nous rajouter ceci, un écho sur la personnalité de Staline qui transpire chez Trump :

« On peut rappeler ainsi la métaphore de l’ogre russe, de « Pour la Russie, c’est un gros animal qui a eu faim très longtemps. Il n’est pas possible aujourd’hui de l’empêcher de manger, d’autant plus qu’il est parvenu en plein milieu du troupeau des victimes. Mais s’il s’agit qu’il ne mange pas tout. Je tâche de modérer Staline qui, d’ailleurs, s’il a grand appétit, ne manque pas de sens pratique. Et puis, après le repas, il y a la digestion. Quand l’heure viendra de digérer, ce sera, pour les Russes assoupis, le moment des difficultés. Saint-Nicolas pourra peut-être, alors, ressusciter les pauvres enfants que l’ogre aura mis au saloir »

Comprenons-nous bien, nous fumes content de voir Clinton la sataniste dégager de l’Histoire, ne pas prendre la direction de l’Empire et bien sûr nous éloigner complètement d’une confrontation directe avec la Russie de Poutine. Les grandes familles oligarchiques, qui couvent à la City et qui disposent d’un cartel d’influence dans le monde, veulent une multipolarité, ceci, afin que s’établisse un Nouvel Ordre Mondial dont les pleins pouvoirs seraient concentrés dans des instituts supra-nationaux à leurs soldes.

Le fait que Trump soit élu est bénéfique pour eux… mais pour les américains?. J’en doute fortement, car la concentration de pouvoir et le caractère si particulier de ce personnage, qui plus est, soutenus par la 6ème colonne, va radicalement changer en profondeur ce pays, au point que le sécessionnisme fera son chemin dans les esprits et qu’une partie du peuple se révoltera. Trump, dans cet idéal de puissance à la Staline, opèrera des purges dans les services de renseignement et autres administrations qui seront gênantes à ses objectifs finaux, il hypothèquera les derniers pans de la démocratie si besoins est, et « trumpera » ses électeurs puisque la concentration de pouvoir exigera une centralisation plus poussée.

2017 nous montrera la voie… soyons patient et objectif sur ce que fera cet homme et, surtout, ne lui donnons pas l’absolution quand bien même il serait notre exutoire face à un empire honnis qui a tant fait pour le chaos mondial.

(1) « Le vrai visage de Donald TRUMP. Video interdite aux USA et on comprend pourquoi ! Remix »

(2) Lire pour cela « Hitler m’a dit » de Herman Rauschning (1939) ou Hitler est décrit comme « l’antéchrist » et ou ses projets sont très clairement décrits… une œuvre avant-gardiste et prémonitoire pour son époque.

(3) http://www.weblettres.net/blogs/article.php?w=Neverland&e_id=45080

EN BANDE SON : 

3 réponses »

  1. Ne pas oublier que les USA sont une fédération issue d’une guerre civile dont le président élu au suffrage indirect à peu de pouvoir et doit se plier à la majorité législative de 51 état.
    Il a fait une campagne électorale de populiste pour un système politique représentatif censitaire qui se trouve aux antipodes d’une démocratie pour le peuple et avec le peuple…
    La guerre civile qui s’est déroulée était à cause de l’esclavage ! mensonge en réalité la cause sont deux visions en opposition de la démocratie l’une émanait d’un peuple rural attaché à ses racines, valeurs et traditions l’autre d’un peuple citadin attaché aux valeurs de l’argent et aux capitalisme industriel triomphant.
    Nous en sommes toujours là ….

    J'aime

  2. Rien de nouveau, on finit toujours seul à Saint Pierre
    Je pense connaitre bien ces sujets car j’aime l’immobilier comme Trump plus que tout
    Trump a fait NYC, avant les maires avec lesquels il s’ engueulaient par TV interposées.
    La manière dont il l’a fait participait de l’inconscience
    il fallait ensuite rembourser
    « I do it to it » rien de plus à comprendre (sermon de son prêtre quand il avait 10ans)

    Le plus grand désamiantage illégal reste 9/11

    vous avez les bios de bernard arnault, hitler napoleon, même tesla ou elon musk(combien de divorces?), ils sont seuls

    ce n’est pas parce que howard hughes a fini de cette façon qu’il n’a rien fait de bien, c’est même le contraire je pense. quand on en a assez fait, on est las et il est temps d’en finir.
    En plus Trump ne finira pas comme ça, & je pense même qu’il s’en contrefout

    La meilleure fin de Hughes au cinema est à mon avis celle de Plainview dans there will be blood
    (inspiré de la vie de Doheny?)

    ai une photo originale de Howard Hughes et un titre d’une cie de Doheny.
    car ce ne sont pas des « Fags » ;-)))

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s