1984

Douce France-Présidentielles : Epilogue; des bourgeois de Calais au bourgeois d’Amiens

L’élection présidentielle est terminée.

C’est à la fois une victoire et une défaite. Victoire car les structures politiques anciennes du bipartisme  ont été pulvérisées; défaite car la cristallisation, la prise de conscience des enjeux, et l’identification des camps réellement opposés n’a pu se faire, la mystification n’a pu être démasquée.

La clarification  n’a pu se faire car le système a tout fait pour l’empêcher et faire diversion. Elle n’a pu se faire car les candidats n’étaient pas d’un niveau intellectuel et moral suffisant pour faire accoucher des problématiques et des enjeux. Les candidats sont  restés prisonniers  des apparences, aucun n’a réussi à s’élever et donc à éclairer le peuple. Il faut dire qu’il est difficile d’éclairer le peuple quand ce sont les ennemis du peuple qui ont le contrôle de la lumière.

Depuis 2014, l’Europe vit dans un monde faux. La divergence des situations des pays européens est la réalité, elle empêche toute union harmonieuse et productive. La crise financière, monétaire et  bancaire est le déterminant principal de la situation , mais elle est mise sous le boisseau; elle est gelée par l’action de la BCE et la tolérance hypocrite des Pays du Nord et de Bruxelles. La situation de crise est gérée, pilotée, par des stratèges, que nous désignons souvent par le nom d’ingénieurs sociaux, ceux qui fabriquent et manipulent nos sociétés. Il y a une coordination intelligente derrière l’apparente pétaudière que constitue l’Europe. Ce constat n’a rien à voir avec le complotisme, il a voir avec l’organigramme européen et la multitude de think tanks et de lobbies qui y opèrent. Il y a, au niveau européen une superstructure qui élabore une stratégie, qui élabore un agenda et le pilote.

Sans l’ action de la BCE, il y a  longtemps que l’euro se serait disloqué, qu’il aurait éclaté: les pays périphériques auraient vu leur dette se déprécier, leurs banques entrer en faillite et ils n’auraient pu se refinancer. La dépréciation de leur dette à long terme aurait précipité la dévaluation implicite de leur  change et la vraie valeur de leur monnaie, la leur,  aurait refait surface soit par un retour explicite aux monnaies nationales, soit par la création d’un double marché des changes. La BCE a noyé le tout, nié les contradictions, reporté les ajustements en arrosant  le tout  par un déluge de liquidités gratuites.

L’Allemagne a accepté la mutualisation monétaire  qu’elle faisait semblant de refuser au niveau fiscal , mais au lieu que cela soit public, cela est dissimulé. Au lieu de faire intervenir le contribuable, on a interposé le système bancaire, l’Eurosystème bancaire: le tiers payant c’est la monnaie présente et future. L’Allemagne  n’y a consenti qu’à condition que ce soit caché. Son sacrifice se trouve à la fois au niveau du bilan pourri de la BCE et au niveau des comptes Target 2 de l’Eurosytème. L’Allemagne paie, mais cela ne se voit pas, c’est enfoui dans les écritures de comptabilités que personne ne regarde. Elle a une créance colossale sur les autres pays européens, ceux-ci ont une dette gigantesque à son égard.

La BCE a inflaté son bilan en achetant, en monétisant la dette à long terme des gouvernements. Si elle ne l’avait pas fait, les pays périphériques et la France auraient été asphyxiés. Parallèlement les pays du Nord et Bruxelles ont abandonné leur exigence d’austérité et l’ont remplacée par une sorte d’incitation douce aux réformes de long terme destinées à réduire ce que l’on appelle la divergence. Signalons le fait qu’ accessoirement les pays du Nord ont consenti à une dérive inflationniste domestique supérieure à celle qu’il auraient tolérée naturellement. Mais ils ne s’en plaignent pas , il suffit de regarder leur chômage minuscule!

Cette situation ne saurait durer, elle n’était et n’est que transitoire. Il a été décidé de ne la tolérer que le temps que les peuples baissent leur garde: le temps qu’ils soient en condition de ne  pas pouvoir refuser le marché qu’on allait leur proposer. Bref le temps que les consultations électorales clefs soient tenues. Les sommes en jeu sont maintenant trop colossales, les écarts sont trop grands pour qu’ils puissent être corrigés dans les structures et dans  l’organisation actuelles de la Construction Européenne.

Il faut, il faudra passer à autre chose: au politique.

A ce jour donc rien n’est réglé, les divergences au sein de l’Europe sont plus grandes qu’en 2012, la masse des dettes et des déficits est encore plus colossale, La monnaie commune ne favorise pas les convergences et surtout la politique de la BCE entretient et finance, elle solvabilise les divergences.

Donc la situation ancienne est une impasse. Il n’y a pas de solution économique et encore moins de solution financière ou monétaire.

L’Allemagne a toutes les cartes en mains: elle a payé en tolérant l’action de la BCE , elle a un pays fort, une économie de guerre , musclée, elle a un bon consensus national cimenté par la fierté de dominer , elle peut priver tous les autres pays d’euro, elle peut les plonger dans la catastrophe comme elle l’a fait avec la Grèce en forçant à la fois Tsipras et le peuple à se renier et à courber l’échine.

Il faut bien comprendre ceci: les peuples ont peur de perdre l’euro, de se faire éjecter et  l’Allemagne le sait, elle a payé quelques centaines de  milliards pour en arriver à cette position de  force. Elle tient ses obligés par la peau des c….les,  elle les tient car elle sait que les peuples, ces peuples de vieux et de jouisseurs,  ne veulent pas perdre le bénéfice d’un euro fort qu’ils ne méritent pas. C’est autour de cette cassette rentière de l’euro que se joue ou plutôt que s’est joué le combat. Il a suffi de faire peur sur les économies, sur les retraites pour emporter l’adhésion aux forces de soumission, on vient de le voir.

En un mot comme en cent, l’Allemagne est en position, elle sera en position après les élections Françaises et Italiennes de provoquer le grand réaménagement et le réaménagement sera politique.

Il s’articulera autour de l’exclusion de certains membres de la Construction Européenne, de la mise en place d’une Europe à géométrie variable afin d’expulser les  membres les plus coûteux, les faibles et les rebelles. Et ce sera également une manière de donner une leçon aux récalcitrants.  Ceci aura le mérite d’isoler et donc d’affaiblir politiquement la France. De façon concomitante,  une forme de gouvernement économique de l’Europe sera mise en place afin de réduire le pouvoir budgétaire et fiscal des pays tiers. Réduire leur nuisance comme l’a dit Schauble. La forme de ce gouvernement économique pourra être variable avec par exemple l’instauration d’un poste de Ministre des Finances européen. Nul doute que ce sera  dans le but d’imposer et de contrôler la bonne orthodoxie ordo-libérale. Contrôler le fait que la Loi du pays le plus fort fonctionne bien. Bref il s’agira d’un abandon, d’une privation, d’une confiscation de souveraineté. Après la perte de souveraineté monétaire, la perte de souveraineté budgétaire.

C’est Schauble le stratège allemand. Il a piloté la réunification allemande, ce que l’on aurait dû désigner comme annexion de l’Allemagne de l’Est. C’est à cette occasion qu’il a élaboré sa ligne de conduite et sa stratégie à l’égard de  L’Europe: il y a isomorphisme total. Ses déclarations et discours le prouvent. L’Allemagne a acheté, annexé la RDA par le cadeau de sa monnaie, par l’échange monétaire a 1 contre 1 alors qu’il aurait du être à 10 contre 1. Schauble a tout compris à cette époque: la veulerie des peuples qui sont prêts à abandonner leur dignité pour jouir d’une monnaie qu’ils n’ont pas gagnée et qu’ils ne méritent pas.

D’ici quelques mois pour peu que certains intellectuels  ou certains médias ou certains hommes politiques reprennent leur liberté, il sera expliqué tout cela; les prises de conscience se cristalliseront.

Nous sommes dans la situation de la RDA. L’histoire se défait, ou plutôt le fil se renoue.  l’Allemagne a annexé la France pacifiquement ce qu’elle n’avait pas réussi à faire en 1940. Les classes sociales dominantes ont réussi ce qu’elles avaient raté dans les années 30, elles ont dompté le peuple français, les travailleurs, les classes moyennes. Ces empêcheurs d’exploiter avec leur exception française. . Elle peuvent jouir tranquillement de leur victoire, bourgeois compradors qui peuvent maintenant exploiter en rond, mettre en concureence, laminer  sous la protection et la  férule de leurs maîtres allemands.

Macron va leur remettre  les clefs de la Cité.

Après tout Amiens n’est pas très loin de Calais  n’est ce pas!

BRUNO BERTEZ

Macron est un risque, ce n’est pas un sauveur.

Le point de vue que je développe ici n’est pas un point de vue d’intérêt général, je le précise. C’est plutôt le point de vue que je développe dans mes fonctions de conseil financier et/ou de  conseil patrimonial.

Le risque n’est pas apprécié car il est obturé par le soulagement après la campagne de terreur qui a été engagée afin de favoriser sa victoire. Nous sommes dans la situation du Brexit, tout a été faussé  et les réactions doivent être interprétées à la lueur de l’éclairage faux qui a été imposé pendant plusieurs semaines.

1) Macron est une calamité car il est préjudiciable à la stabilité du système Français, il n’a aucune base politique ou sociale, il ne reflète pas un courant ou une classe de la société Française.

2) ce sera un président faible, sans autorité du fait de la réalité du scrutin présidentiel en trompe l’oeil.

3) pour payer sa dette à l’égard de ses sponsors il va devoir faire comme Hollande en 2012, c’est à dire donner des gages

4) sa majorité législative sera de bric  et de broc, de circonstance , composée d’arrivistes et d’opportunistes sans conviction

5) cette majorité va éclater ou faire des contorsions peu productives dès les premières tentatives de gérer.

6) la France est un pays déjà difficile à gérer en temps normal, encore plus à réformer

7) Macron représente le statu quo  dans la ligne de Hollande 2014, pas le « nouveau », ce n’est pas un outsider

8) très rapidement il va reprendre le fil là ou Hollande l’a laissé, les Français vont le voir clairement

8) il est le candidat de l’élite qui l’a envoyé au casse pipe, élite politicienne et élite technocratique et médiatique

9) c’est un produit de l’ENA et du grand capital auto-coopté qui ont échoué depuis près  de 50 ans

10) il n’ a aucune idée nouvelle sur le chômage et la croissance, il est dans la ligne suicidaire  du déclin

11) La France n’a pas vocation centriste, le meilleur centriste Français, Raymond Barre a échoué

12) il va être la cible des extrêmes, des conservateurs et de la gauche laquelle va se réunifier contre lui

13) les promesses de stimulus, de création d’emplois sont en contradiction avec ses promesses Européistes

14) il ne faut jamais oublier que Macron a succédé à Montebourg lequel s’est cassé les dents sur ces options

15 l’austérité version « lite », n’a aucune chance de donner des résultats ni au plan budgétaire ni au plan du commerce extérieur

16) comble de tout , Macron n’a aucune expérience, il n’ a jamais été élu il n’a jamais exercé une responsabilité politique or, la politique c’est un domaine, un monde en soi.

17) sa personnalité est creuse, bidon, par construction: il a endossé un costume sur mesures, taillé par d’autres, mais qui n’était pas à ses mesures, les siennes.

Macron , si Marine tire les leçons de son expérience et  donne un grand coup de balai dans son entourage, si elle dépasse sa filiation, Macron va faire le lit du nouveau parti qui succédera au Front National, ce qui ne sera pas du goût des détenteurs de capitaux.  

EN BANDE SON :  

 

 

 

 

4 réponses »

  1. Macron imposteur,
    Marionnette placée là après un long travail de Manipulation et d ‘Hypnose Collective, pour amener les moutons là où les hommes de l’ombre voulaient les amener.
    Sa politique on la sent venir : il n’a aucun programme mais les moutons l’on élu au feeling ,
    « il faut penser Printemps… » disait Macron dans ses meetings,
    Allez raconter celà aux Français qui sont dans la précarité …

    Macron, sa politique sera celle de « La Théorie du Choc », au service de l’ Hégémonie
    Européenne et Mondialiste, en clair :
    « vous devez accepter ce que je vais faire, ou bien sinon ce sera le Chaos pour vous et vos enfants.. » ,
    J’ai sincèrement, après tout ce long épisode de Manipulation instrumentalisée des masses populaires, d’avoir vécu une  » Élection ORWELLIENNE « , et c’est bien de cela qu’il sagit,
    nous venons d’entrer de plein pieds dans le 21ème siècle ,
    les Français ne s’en rendent pas compte,
    mais ils ne maitrisent plus rien pour la plupart, on leur dit pour qui voter pour le guignol de service, et ils votent en conséquences,
    les rares personnes en état de réfléchir seront demain stigmatisées,
    car elles ne voudront pas se soumettre à  » la Ligne du Parti  » , à  » l’Action du Président  » ,
    quoi que je considère Macron plus dans le costume d’un « petit empereur sur le plan purement National », plutôt que dans celui d’un président pour lequel il n’a ni l’étoffe, ni des épaules suffisamment solides.
    Une Marionnette élue par défaut comme dans les films d’anticipation et science-fiction sur les sociétés futuristes pseudo-totalitaires.
    Une marionnette qui détient désormais le code du Feu Nucléaire, lui qui est si colérique, si égocentrique, si illuminé, si immature.
    Lui qui considère que la fonction de « Président de la République » recèle une grande part de « transcendance » ( dit il à une journaliste )
    Pour ceux qui rêvent encore de prochaine revanche en 2022, je précise que je pense sincèrement qu’en 2022 il n’y aura plus d’Élection, plus de Président,
    mais à la place un « Gouverneur » de la « Région France » nommé directement par Bruxelles,
    Exit la pseudo-Démocratie,
    Exit  » l’Histoire  » de la France avec un « Grand H  »
    Et quant à ceux qui pensent prendre leur revanche dans une pseudo-cohabitation illusoire grâce aux Élections Législatives à venir, qu’ils sachent qu’ils se mettent le doigt dans l’oeil jusqu’à l’épaule,
    car ceux qui ont mis en place toute l’Armada et la Machinerie de Manipulation de masse visant à faire élire Macron, n’ont pas fait tout celà pour en rester là,
    ils ont forcément un autre Plan qui prend la suite juste après,
    et qui est déjà avec au moins 3 phases planifiées….

    J'aime

  2. 18) n’a jamais travaillé

    le seul truc en sa faveur est qu’il est littéraire comme Mitterand (ou degaulle)
    mais il est possible que Mitterand préférait la lecture de livres que macron n’a peut être pas lu

    J'aime

  3. De Science Po période Richards Descoings:une mort qui lui ressemble :lire Richie

    La dir- com du mec si propre::Michelle Marchand: ….les putes les macs etc….a vous de chercher et de trouver

    https://www.youtube.com/watch?v=UshM3klsuBw…cocaine mon amie

    Un peu de salive au coin de lévres et des dessous pas trés propres..même franchement dégueulasses.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s