Art de la guerre monétaire et économique

Les marchés plongeraient si les banques centrales vendaient leurs actions et obligations achetés par trillions de $

Ne vous est-il jamais arrivé de vous demander pourquoi les actions continuaient de grimper en bourse, et ce en dépit de ce qui peut se passer aussi bien sur le plan économique, politique ou géopolitique ?Depuis des années, les marchés financiers défient les lois de la pesanteur et toute explication rationnelle, mais dès lors que vous comprenez le rôle joué par les banques centrales, tout commence à s’éclaircir.

Au lendemain de la grande crise financière de 2008, les banques centrales du monde entier ont commencé à acheter des actions, des obligations et d’autres actifs financiers en très grandes quantités et elles n’ont jamais cessé depuis. Les banques centrales détiennent aujourd’hui des milliers de milliards de dollars de ces actifs (Les fameux trillions de dollars du titre de cet article).

En réalité, comme vous le verrez ci-dessous, l’ensemble des banques centrales de la planète sont en passe d’acheter pour 3600 milliards de dollars d’actions, d’obligations cette année. Pour l’instant, la Banque nationale suisse (BNS) détient plus de titres Facebook cotés en bourse que Mark Zuckerberg, et la Banque du Japon (BOJ) figure parmi les 5 plus grands actionnaires de 81 différentes grandes entreprises japonaises. Ces banques centrales mondiales font grimper sans vergogne les marchés boursiers mondiaux, mais aujourd’hui, du fait qu’elles détiennent des quantités astronomiques d’actifs boursiers, elles pourraient également provoquer un effondrement financier en se débarrassant tout simplement de leurs portefeuilles d’actions et d’obligations.

Cela fait des années que l’on me pose des questions sur la Plunge Protection Team (PTT), mais en réalité ce sont essentiellement les banques centrales mondiales qui jouent ce rôle. Lorsque vous voyez les actions grimper une journée et ce sans explication particulière ou rationnelle, c’est probablement le travail d’une banque centrale. Comme elles peuvent injecter des milliards de dollars sur les marchés à chaque fois qu’elles le décident, ces banques centrales se prennent pour « Dieu » puisqu’elles font mouvoir les marchés dans le sens qu’elles souhaitent.

Mais en réalité, elles ne font rien d’autre que de tuer et de détruire le marché. Le « libre marché » pour les actions n’existe plus étant donné qu’il est administré et donc manipulé par les banques centrales. j’ai vraiment apprécié ce qu’a écrit Bruce Wilds à ce sujet

L’irrationalité des marchés s’explique par l’action des banques centrales du monde entier qui achètent des actions. Cette stratégie est devenue l’une de leurs solutions afin de faire face aux corrections excessives connues par le passé. Etant donné qu’elles interviennent sur le libre marché, cela signifie que nous sommes entrés dans une ère où la libre interaction des intervenants sur les marchés n’existe plus. Les banques centrales sont considérées comme des acheteurs insensibles aux valorisations, de sorte que cet afflux continue d’argent créé sur le marché, un énorme déséquilibre.

Selon Business Insider, les banques centrales mondiales sont en passe d’acheter pour 3600 milliards d’actions et d’obligations en 2017, ce qui est astronomique !

Les cinq plus grandes banques centrales au monde détiennent collectivement 14.600 milliards de dollars d’actifs au sein de leurs bilans.

Vous pouvez appeler cela comme vous voulez, mais ça ressemble à tout sauf à un libre marché.

La Banque Nationale Suisse est l’une des plus grosses acheteuses. Au cours des trois premiers mois de l’année 2017, elle a acheté pour 17 milliards de dollars d’actions américaines, ce qui fait que la Banque Nationale Suisse en détient actuellement pour plus de 80 milliards de dollars.

Egon Von Greyerz: nous sommes au milieu de la plus grande chaîne de Ponzi de toute l’histoire !

Ne vous est-il jamais arrivé de vous demander pourquoi l’action Apple continuait de grimper inlassablement ?

Eh bien, la Banque nationale suisse a acheté pour près de 4 millions d’actions Apple au cours des mois de janvier, février et mars 2017.

Et comme je l’ai mentionné précédemment, la Banque nationale suisse « détient maintenant plus de titres Facebook cotés en bourse que Mark Zuckerberg »

La Banque Nationale Suisse (BNS) détient plus d’actions ordinaires Facebook que Mark Zuckerberg, le fondateur du réseau social, au titre de son portefeuille d’actions qui devrait continuer de croître.Mais le fondateur et le PDG du géant technologique ont d’autres moyens de contrôler leur entreprise: Zuckerberg conserve la majorité et la main mise sur son entreprise puisqu’il détient des actions de classe B, non cotées et assorties de dix droits de vote… Néanmoins, cet exemple illustre parfaitement la manière dont la Banque Nationale Suisse investit plusieurs milliards de dollars en actions en raison de sa politique d’affaiblissement du franc suisse.

Aujourd’hui, elle est devenue le huitième plus grand investisseur public au monde, selon une étude réalisée par l’Official Monetary and Financial Institutions Forum (OMFIF)

Mais ce n’est rien puisque la Banque du Japon (BOJ) fait encore pire que la Banque Nationale Suisse (BNS).

Aujourd’hui, la valorisation de l’indice Nikkei n’est plus qu’une pure fumisterie. La Banque du Japon intervient régulièrement en achetant des actions sur le marché, et selon Bloomberg, la banque du Japon est en passe de devenir le premier investisseur japonais des principales sociétés nippones cotées en Bourse d’ici la fin de l’année 2017…

Selon l’agence Bloomberg, la Banque du Japon devrait d’ici la fin 2017 devenir l’actionnaire numéro 1 de 55 des 225 entreprises composant le Nikkei, l’indice phare de la Bourse de Tokyo. Déjà à l’heure actuelle, elle fait partie des cinq plus gros investisseurs dans 81 compagnies.

Si les banques centrales ont le pouvoir de faire monter les marchés, elles l’on également pour le faire plonger.

Mais pourquoi voudraient-elles faire une telle chose ?

Je peux répondre à cette question avec seulement deux mots…

Donald Trump.

Si la solution james Comey ne fonctionne pas, l’élite pourrait être tentée de détruire Trump en provoquant un immense krach boursier. De toute manière, près de la moitié des américains n’apprécient pas Trump, il serait donc assez facile de pointer du doigt donald Trump en faisant croire que ses décisions politiques seraient à l’origine de cette nouvelle crise financière. Bien entendu, ce serait complètement absurde, mais dans la société actuelle, la vérité n’a plus vraiment d’importance.

Nous recevons toujours davantage de données qui indiquent que l’activité économique américaine commence à ralentir considérablement. Par exemple, nous venons d’apprendre que les faillites avaient augmenté une fois de plus au mois de mai 2017. Ce qui suit provient du site de Wolf Richter

Donc, nous y revoilà. Les faillites d’entreprises américaines ont augmenté de près de 5% durant le mois de Mai 2017 avec 3572 déclarations de dépôt de bilan, selon l’American Bankruptcy Institute. Cela représente une augmentation des faillites de 40% par rapport au mois de mai 2015 et de 10% par rapport au mois de mai 2014.

Et il y a un autre fait inquiétant: les déclarations de faillite sont saisonnières. Ils grimpent régulièrement au moment où il faut payer les impôts – Mars ou Avril – et chutent ensuite. La baisse en avril après le pic en mars rentrait dans ce modèle saisonnier. Au cours des dernières années, les dépôts de bilan chutaient en mai. Mais pas cette année. !

Sans cette intervention sans précédent des banques centrales du monde entier, les marchés financiers se seraient effondrés depuis bien longtemps.

Et si elles parviennent à acheter toujours davantage d’actions et d’obligations, les banques centrales seront en capacité de maintenir le système actuel encore quelques temps.

Qui sait ? Peut-être qu’elles seront en mesure de maintenir cette bulle pendant des années encore. Bien entendu, il arrivera un moment où elles détiendront tout et de façon artificielle, mais je ne crois pas que cela ira aussi loin.

Je pense que les banques centrales finiront par trouver une excuse pour se débarrasser de leurs actions et obligations afin d’alléger leurs bilans et de façon drastique. Le jour où cela arrivera, Trump se trouvera en grande difficulté.

Source: theeconomiccollapseblog

http://www.businessbourse.com/2017/06/11/les-marches-plongeraient-si-les-banques-centrales-vendaient-leurs-actions-et-obligations-achetes-par-trillions-de/

EN BANDE SON : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s