1984

A la recherche de la France perdue…

A la recherche de la France perdue…

Je me souviens d’un appel téléphonique émouvant, il y a quelques semaines, une petite dame juive, me remerciant pour mes textes, elle vit à Paris, elle m’explique avoir voté Fillon car elle veut revoir la France qu’elle ne retrouve plus dans le cloaque parisien de plus en plus tiers mondisé où l’insécurité concoure avec la crasse et les actes d’incivisme.
Elle témoignait de la peur de citoyens au meeting du candidat des républicains, qui rangeaient leurs drapeaux bleu blanc rouge, une fois le rassemblement du Trocadéro terminé, en regardant nerveusement autour d’eux.
La Marseillaise tant décriée est encore tolérée, le patriotisme est suspecté de pétainisme, la France n’a pas le droit d’avoir de culture, de valeurs, c’est trop stigmatisant pour les minorités qui font la loi autour du boboland ghettoïsé.

Je me souviens de ma journée à Paris pour la première assemblée générale de La France de Marianne, mon arrivée à l’entrée de la « plus belle ville » du monde dans une ville d’une saleté repoussante.
Moi le provincial, le gueux, jamais je n’avais vu autant d’ordures et d’immondices dans les rues, une mendicité agressive, des centaines de personnes sur le bas côté de la rue, en transit, écouteurs sur les oreilles, assis sur des matelas de fortune pendant que des syriennes auto proclamées aux voiles zélés se jettent sur les portières des véhicules en enfilade dans les habituels bouchons.
Quelques retraités hagards, regards perdus, démarches de zombies, la fierté abandonnée, font les poubelles des restaurants, ouvrent ça et là des cartons sur la place d’un marché qui n’est plus.Ils ressemblent à des faiseurs de poches sur un champ de bataille où les corps de suppliciés encore chaud ne demandent qu’à refroidir.
Les habituels voiles fantômes noirs traversent les rues pour signifier qu’ici on est en deuil de la vie, de Paris.
Il ne manque plus que des immeubles éventrés pour parfaire le tableau de fin du monde, quelques carcasses de voitures brûlées de la nuit précédentes semblent en faire le vœu, et ces immondes tags qui défigurent les bâtiments, autant de bombes picturales de mauvais goût dont les auteurs s’approprient les lieux tels des chiens marquants leurs territoires.
Ce tableau me rappelle certaines mégalopoles de pays arabes, aux bruits des Klaxons il ne manque que l’appel du muezzin pour que le dépaysement soit complet.

Je m’arrête en Seine Saint Denis dans un hypermarché, une course à faire, une banalité pour un plouc comme moi.
Il faut bien s’ouvrir à la France promise par nos donneurs de leçons, cette France ouverte et multiculturelle, cette nouvelle Babylone qu’on nous impose parce que c’est mieux, c’est hype, c’est notre chance.
Un véritable laboratoire de la France de demain, je touche le Saint Graal vanté par les objecteurs de consciences médiatiques du camp du bien qui appellent à recevoir encore plus car c’est l’honneur de la France.
Ici les « gahouris », les sales français , les « cistera », les « babtous « , les « faces de craie », kouffars et autres « gaulois de merde » sont espèces en voie de disparition depuis longtemps, les rares spécimens encore présents baissent la tête et rasent les rayons sans bruit.
Caissières, vigiles, manutentionnaires, chefs de rayons, s’interpellant en arabe ou dans différents dialectes africains.
La langue française est repoussée, déstructurée, on ne la respecte pas, il faut décoloniser le sujet et le verbe.
Clientes africaines qui refusent de passer à une caisse tenue par une caissière d’une ethnie rivale, femmes voilées qui bloquent les rayons avec leurs inséparables poussettes assorties à leurs linceuls pendant que le reste de la marmaille, crânes rasés et maillots de l’équipe d’Algérie ou de Tunisie sur le dos, braille et court entre les rayons, barbus en djellabas discutant doctement dans les allées et ponctuant toute phrase d’un sonore « Inch Allah », caillera insolentes qui se perdent en salamaleks obséquieuses devant 3 ténébreux en tenue de Rois mages version afghane, vigiles quittant leur poste de travail pour sortir discuter avec leurs mères où leurs tantes venues vendre, à la porte-même du magasin, des maïs grillés ou des pâtisseries orientales confectionnés à domicile, confortablement installées sur des chaises pliantes au vu et au su de la Direction qui ne peut pas faire intervenir la Police Municipale pour les chasser, sauf à déclencher une émeute, gamines mineures envoyées par leurs mères éventrer des sacs de riz ou de semoule afin d’en récolter discrètement le contenu dans une boite, vigiles tournant opportunément la tête au moment le plus propice.
Je ne sais pas s’il y a un grand remplacement, mais je vois bien que certains lieux fréquentés autrefois ont changé par la physionomie et les tenues vestimentaires qui donnent une autre identité à Paris.
Je deviens étranger dans mon propre pays, je comprend alors ce que me racontait cette petite dame juive terrifiée par son quotidien.
Je n’ai qu’une envie, quitter cette ville et me réfugier dans mon patelin ringard où il ne se passe presque rien, en espérant que la cité voisine près de chez moi où brûlent régulièrement quelques bagnoles ne débordera pas jusqu’à détruire nos modes de vie.
On attend notre camp de migrants car les jeux olympiques arriveront et il faudra faire place à un spectacle en mondovision qui doit faire illusion, la décentralisation de la misère et de l’insécurité ça se partage.

Nous avons un patrimoine culturel à sauvegarder, un savoir vivre à préserver et à transmettre, une langue magnifique à promouvoir, nous avons besoin d’éclats de rire féminins en terrasses de café, de voir leurs cheveux caresser l’air du temps, leurs jambes rendre hommage à Mary Quant, nous sommes en manque d’impertinence, les Coluche, Desproges, Le Luron ont été remplacés par des Hanouna, Djamel, Norman, Cyprien…
La provocation et l’insolence ont laissé place au ricanement gras et potache, on ne réfléchit plus, on sort un rire réflexe, un rire de studio pour être dans le mouvement.
La pensée est superficielle, concentration de zappeurs impulsifs, besoin impérieux de discuter avec des slogans normés comme fonds de pensées, on n’argumente pas, on assène de façon péremptoire, on assiste au suicide d’une civilisation, à la défaite de la pensée et à l’incapacité de se projeter heureux dans ces monstres urbains qui sont un mixte entre aéroports internationaux et souks anarchiques.

Paul Valéry affirmait: »la patrie c’est l’endroit où vivent les gens qui vous ressemblent « , les gens qui me ressemblent se cachent, se taisent, sont éloignés des lumières des médias car des petits commissaires politiques incultes qui se disent journalistes bâillonnent les insolents, et posent les mauvaises questions, tout est cloisonné, sécurisé, on va se détruire avec la foi du charbonnier.
La patrie n’existe plus, elle est détestée, le pacte national républicain est fissuré, il ne faut pas aimer la France, car c’est le nazisme au tournant, et surtout ne pas décrire le réel car c’est de l’essentialisme qui vous vaudra un Nuremberg moral.

Noam Gabriel Le 23/8/2017

EN BANDE SON : 

3 réponses »

  1. Si c’était que Paris ! Rennes, Nantes, Grenoble, Strasbourg, Lille, Marseille, Toulouse, Amiens Caen et tant d’autres …Sans oublier les cités de toutes les villes ou vous n’êtes, plus tout à fait/plus du tout, en France… la liste en serait bien trop longue. Le chaos s’installe, grignote, devient la norme.
    Nos politiques ont trahis nos aïeux autant que nos enfants.
    Les associations font leur pain quotidien de leurs actions militantes subventionnés par l’Etat, l’Europe, leurs partisans ou des régimes éthiquement douteux, quand ne sont pas directement vantés les vertus de la charia.
    La presse pour l’essentiel se veut politiquement correcte et/ou phagocyté par des intérêts financier qui la mette au pas en pensant mondialisation et concurrence au prix de la précarité, de l’insécurité et de la dilution des valeurs communes.
    Davantage le bloc citoyen sera en ruine, moins il y aura de résistances pour un retour au 18eme siècle et avoir 80% de la population considérée comme du bétail, corvéable et maitrisable à souhait.
    Il ne restera bientôt plus personne pour défendre notre mode de vie.
    Il n’y à guère que le centre et l’ouest/sud-ouest qui semblent être épargnés, mais leur tour viendra, tôt ou plus tard. Au regard des chiffres des élections, ils ne comprennent pas encore ce qu’endure le reste du pays.
    Le lavage de cerveau par les médias via l’Histoire la plus immonde, la culpabilisation et le dénigrement systématique, la naturalisation et le droit du sol font le reste de l’expression citoyenne.
    Ouf, il y à internet… pour combien de temps encore? La neutralité du web à du plomb dans l’aile, cf Google qui mène au large de ses résultats les sites qui lui plaisent pas (1), qu’on puisse être condamné à de la prison pour un like sur facebook (2) ou licencié pour un message qui fait un simple constat sur la population ambiante (3).
    Que l’assemblée vote une loi pour l’inéligibilité des personnes politiques : « les faits de discrimination, injure ou diffamation publique, provocation à la haine raciale, sexiste ou à raison de l’orientation sexuelle »(4)
    La chasse semble être ouverte pour tout ce qui n’est pas la pensée unique imposée.
    Je pourrais tenir le même discours à propos des lois sur le travail: les syndicats ne sont plus que l’ombre d’eux mêmes, corporatiste, les médias aux ordres, la majorité des députés sont tenus en laisse, juste bons à recevoir des consignes d’un parti et encore ça c’est quand ils sont présents à l’assemblée.
    Sans oublier la dernière nouveauté: c’est des bleus, certains recrutés comme on souscrirait à un covoiturage en ligne.
    Il ne reste personne, il n’y a plus de contre pouvoir hormis la rue qu’ils ne vont pas tarder à achever en important de la main d’œuvre à bas coût, qui ne fera pas de vagues, pas si concernée qu’elle est finalement et bienheureuse de toucher l’obole.
    A ce propos j’ai hâte de voir ce que va réussir à obtenir notre médiatiquement crée et sur le point d’exploser, président, à propos des travailleurs détachés… bientôt 20 ans que cette aberration, cette concurrence déloyale dévastatrice voulue par nos dirigeants, perdure…. Réponse (et camouflet) en octobre.
    L’assimilation de populations musulmanes, coranisée, communautarisés, est semble-il un échec, l’intégration n’est que vivre cote à cote sans partager les mêmes codes et valeurs.
    La situation continue à se dégrader à mesure que la population est remplacée et le blanc (homme de plus de 50 ans ou non (5) ) à du soucis à se faire (6 !!).
    Si l’économie était pérenne, il y aurait un espoir, mais quand on rabote les APL à coup de 5 € tout en soutenant des guerres couteuses, infondés, en dehors du droit international, dans des pays lointain et que L’Europe maintient et renforce des embargos absurdes chez nos amis historiques Russes (et probablement sauveur du Nazisme, les Américains se sont attribués la part du lion mais c’est les Russes qui sont les plus tombés pour défaire Hitler alors que les ricains faisaient de juteuses affaires peu de temps avant encore), tout en promettant 3 Milliard d’Euros à Rihanna en vadrouille à l’Élysée (7)…. c’est que décidément rien ne va plus.
    – Ps 1 : juste pour la forme : http://www.lesoir.be/109141/article/2017-08-14/en-2016-221-milliards-se-sont-envoles-de-belgique-vers-des-paradis-fiscaux
    En excluant de ces chiffres le Panama, Le Luxembourg, Hong Kong, Singapour, la Suisse …Je vous laisse imaginer ce que ça peut représenter en valeur pour la France.
    – Ps 2 : Un petit calcul vite fait et mal ajusté juste pour illustrer:
    Environs 9 millions de pauvre et précaires en France (fourchette haute Insee 2014 ) (8)
    2000 € par mois à chacun d’eux, pendant 12 mois :
    2000 € * 9 000 000 *12 mois= 216 Milliards d’Euros par an.
    Encore une fois fourchette haute et sans déduire les aides et bas salaires déjà perçus ainsi que les impôts qu’ils vont payer.
    Le chiffre final est largement à revoir à la baisse.
    Il y à de quoi faire un politique familiale digne de ce nom, d’exploser la consommation, d’éradiquer la misère, de choisir nos immigrés et même de les payer pour venir / partir.
    Suffirait juste de le vouloir mais visiblement c’est pas ce plan qui est mis en œuvre, on préfère la politique d’austérité, la surveillance généralisée et l’absence de frontière.
    Contredisez moi avec plaisir, j’ai hâte de retrouver foi en nos dirigeants élus « au service du peuple, pour le peuple, par le peuple » (c’te blague), leurs décisions, et le destin du pays.
    Bonne chance pour la suite.
    (1) http://www.breizh-info.com/2017/08/19/75870/google-censure-t-sites-socialistes-anti-militaristes
    (2) http://www.jeanmarcmorandini.com/article-371801-seine-et-marne-trois-mois-de-prison-pour-un-homme-qui-a-like-sur-facebook-une-photo-postee-par-un-combattant-de-daesh.html
    (3) http://alsace-actu.com/une-salle-de-fitness-de-bischheim-suspend-une-employee-pour-des-propos-prives-juges-discriminants/
    (4) http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20170725.OBS2529/loi-de-moralisation-l-assemblee-enterre-le-casier-judiciaire-vierge-promesse-de-macron.html
    (5) http://www.europe1.fr/medias-tele/ernotte-france-televisions-proposera-une-chaine-dinformations-en-septembre-2016-2518973
    (6) http://lesobservateurs.ch/2017/08/04/racisme-anti-blanc-le-csa-prone-le-grand-remplacement-televisuel/
    (7) http://www.leparisien.fr/politique/rihanna-tres-inspiree-et-impressionnee-par-emmanuel-macron-26-07-2017-7159353.php
    (8) http://www.inegalites.fr/spip.php?article936


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    J'aime

  2. A propos de « la récupération d’Al-Andalus » :
    Al-Andalus, c’est le nom qu’avait toute l’Espagne musulmane (et pas seulement l’actuelle Andalousie).
    « La récupération d’Al-Andalus » au centre de la vidéo de revendication des attentats de Barcelone diffusée par l’Etat islamique.
    Ce 24 août, un nouveau clip vidéo de Da’esh consacré à la revendication des attentats de Barcelone a été diffusé par l’agence de presse de l’Etat islamique. Cette vidéo confirme le précédent article d’Alexandre del Valle, ainsi que plusieurs de ses écrits sur la place centrale de l’âge d’or d’Al-Andalus (en arabe toute l’Espagne musulmane, et pas seulement l’actuelle Andalousie).
    Dans cette nouvelle vidéo de revendication, très « civilisationnelle », Da’esh rappelle que le Califat islamique et le monde musulman en général entretiennent un contentieux historique, symbolique, religieux et géopolitique unique avec l’Espagne, « pays musulman » conquis et occupé « illégitimement » (au même titre qu’Israël) par des Infidèles, en l’occurrence les « croisés-inquisiteurs-chrétiens » héritiers de la Reconquista opérée par les fameux « rois catholiques » (reyes catolicos).
    A cette Reconquista, la mouvance islamiste mondiale – et pas seulement les terroristes -, a toujours opposé une « reconquête à rebours » de l’Espagne dont l’avènement marquerait celle de l’ensemble de l’Europe, à commencer par Rome, nom que Da’esh a récemment donné à sa dernière revue de propagande « Romiyya ».
    Pourquoi est-ce important de comprendre les représentations des jihadistes (et de la plupart des organisations et Etats islamiques) qui pleurent la « perte » de l’Andalousie depuis des siècles et qui ambitionnent par conséquent de la « récupérer » ?
    Car cela démontre la nature « civilisationnelle » de cette menace terroriste-salafiste, que certains « orientalistes » ou philosophes islamiquement corrects voudraient réduire à une réalité « nihiliste » (Olivier Roy, André Glucksman, etc) ou que l’on assimile à des groupes d’ignorants et de voyous qui n’auraient « rien à voir avec l’islam », alors que cette menace n’est que la face émergée d’un iceberg islamiste revanchard totalitaire et planétaire.
    En réalité, il convient de prendre très au sérieux ce mythe propagandiste qui suit de très près un attentat dont le but immédiat et médiatique est de « jeter l’effroi et la peur dans le cœur de l’infidèle » et de mobiliser des candidats jihadistes potentiels nostalgiques d’Al-Andalus.
    Le message irrédentiste et revanchard fondé sur la nostalgie d’Al-Andalus a en réalité une très grande portée, bien au-delà du noyau-dur jihadiste. Du Pakistan au Maroc, en passant par l’Arabie saoudite, la Turquie d’Erdogan et les Frères musulmans – qui financent moult associations musulmanes andalouses prônant le « retour à l’islam » de l’Espagne -, le thème de la « récupération d’Al-Andalus va de pair avec le mythe de la gloire passée des Califats conquérants « à la pointe de la science et de la civilisation ».
    Ce mythe est très fortement mobilisateur au sein des masses musulmanes et des milieux islamistes, en particulier marocains.
    Et il faut rappeler que l’irrédentisme néo-califal que professe l’EI ou AL-Qaïda fait vibrer la plupart des intellectuels et leaders politiques du monde arabe qui ne cessent de rappeler que l’Europe « devrait tout » aux califats passés de Bagdad et Al-Andalus, qui lui auraient permis de connaître une science que les Européens auraient en quelque sorte « volée » aux Arabo-musulmans, de surcroît « humiliés » sous les Croisades, la Reconquista et la colonisation.
    Alexandre del Valle.
    Le califat omeyyade occupait presque toute l’Espagne en 721 : il est en vert clair sur la carte :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Reconquista#/media/File:Map_Iberian_Peninsula_750-es.svg


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s