Art de la guerre monétaire et économique

Instrumentalisé par le Mondialisme « Fire and Fury » le livre choc pseudo-révélateur de la guerre ethnico-religieuse qui s’annonce !

« Fire and Fury » pseudo-révélateur de la guerre ethnico-religieuse qui s’annonce !

PréambuleEn ce qui nous concerne et fort de la Tradition gréco-romaine qui nous anime sur fond de philosophie Nietzschéenne et du paganisme que nous épousons, considérant que le fait religieux relève  de l’individu parce que le fruit d’une expérience hautement intérieure, et que l’adhésion à telle ou telle communauté d’esprit religieux ne peut se faire que sur le principe du volontariat, nous prônons une extrême tolérance  en matière religieuse tout en rejetant toute forme de gouvernement théocratique et bien entendu toute forme de conversion forcée, c’est dire donc si nous restons vigilant face au prosélytisme dont ont usées et abusées par le passé les principales religions monothéistes et dont certaines à l’image de l’islam constituent encore aujourd’hui une véritable menace pour les libertés individuelles …

Est-ce à dire  que nous soyons pour autant épris de laïcité ?….

Pas du tout car nous considérons cette dernière comme une dérive du Marxisme qui entend substituer à la métaphysique de l’homme la religion d’Etat….Chaque enfant devrait au contraire pouvoir recevoir un enseignement portant sur l’ensemble des religions et pouvoir ainsi faire ses choix en pleine connaissance de cause arrivé à l’âge de maturité….

La Franc Maçonnerie incarnée dans sa mouture mondialiste tente le difficile pari de réunir en son sein et sous sa domination les trois principales religions monothéistes (christianisme, islam et judaïsme) qu’elle entend mixer à la sauce du messianisme marxiste : religion mondiale, gouvernance mondial et fin de l’histoire…Oublié la Tradition, oublié l’Etat Nation, Bienvenu dans le Monde de Gattaca ! Le Nouveau Temple des illusions perdues et des occasions gachées ! Ou quand le rève américain vire au cauchemard….

Pour satisfaire leurs objectifs et la marche de leur agenda les mondialistes partout où ils le peuvent missionnent des Autocrates censés incarnés au mieux leurs intérêts : Trump aux Etats-Unis, Poutine en Russie, Macron en France, Trudeau au Canada sont quelques-uns des Politiques référents faussement souverainistes mais pleinement mondialistes…

Le problème des Autocrates à l’exemple de Trump c’est qu’ils ont tendance avec le temps, nature oblige, à oublier leurs engagements premiers et à rouler uniquement dans le sens de leurs intérêts primaires…et finissent bien sûr dans cette logique mortifère par tomber sur un os…Dans le cas de Trump cet os s’appelle Bannon (un vrai populiste au sens fort du terme) …et ce dernier n’entend pas se faire damer le pion par celui là-même qu’il a contribuer à porter au pouvoir et qui l’a trahi…  

Mais fait remarquable plus que sur le plan des idées le combats des hommes aux Etats-Unis comme ailleurs semblent se focaliser et se cristalliser sur des différents religieux….Il s’agit là et vous l’aurez compris d’une pure instrumentalisation par les Médias (aux ordres des Mondialistes) du fait religieux, de différences que l’on voudrait fondamentales alors qu’elles ne sont qu’auxiliaires rapport au fait politique : oligarchie contre peuple…Nous avions déjà évoqués ceci à propos de l’islam, nouvel exemple ici ou l’on évoque Bannon le catholique contre Kushner le juif avec pour arbitrage les Evangélistes principaux soutiens du wasp Trump… Ce qui tendrait à prouver qu’en Occident comme en Orient l’avenir des Démocraties ou pas pourrait se lire désormais en mode théocratique…C’est déjà le cas en Europe centrale avec la Pologne catholique, Poutine multipliant les contacts en Russie avec les orthodoxes ou Trump s’appuyant de plus en plus ouvertement sur les évangélistes….

Il fut un temps ou quand on voulait fait la guerre par déraison économique ou politique c’était le sentiment nationaliste des Peuples que les Gouvernants exacerbaient, aujourd’hui avec le déclin des Etats Nations c’est désormais l’appartenance à telle ou telle communauté religieuse qui servira de points d’appui à de nouvelles guerres, à de nouvelles conquêtes et à la pleine satisfaction de la volonté de puissance…  

Fort des divisions qu’ils ont eux-mêmes créer et instrumentaliser on comprend mieux alors l’empressement des Mondialistes à vouloir globaliser jusqu’au fait religieux autour d’un nouvel ordre maçonnique qui à défaut d’être spontané serait marqué du sceau de la réunion souhaitée à défaut d’être souhaitable du temporel et du spirituel…La mise en mouvement du séculier comme du régulier unis sous la même chapelle !

LE LUPUS

OK++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Trump sera-t-il « dégagé » par les chrétiens populistes pour cause de haute trahison électorale ? Le vice-président Mike Pence deviendra-t-il président en 2018 ? On se le demande…

Après son départ en août 2017 de la Maison-Blanche, Bannon aurait dit que la présidence Trump était « terminée » et qu’il faudrait désormais s’organiser pour sauver et relancer le « trumpisme ». Terminée parce que Trump avait dû se soumettre aux banquiers ainsi qu’aux néocons (en politique étrangère). Il fallait donc mettre en place un contre-pouvoir (autour de Breitbart, de la famille Mercer ainsi que d’autres médias libres tel le Sinclair Broadcast Group) et faire élire aux législatives des candidats authentiquement trumpistes (en imposant des populistes). La perception était que Trump aurait besoin de se déverrouiller de son entourage et de disposer d’un corps législatif fiable.

La parution du livre de Michael Wolff (Fire and Fury) tombe au moment où bon nombre de conservateurs-populistes semblaient préoccupés par une possible apostasie de Trump sur la question migratoire, la politique étrangère (la Chine, plutôt que la Corée), les dépenses budgétaires « obligatoires », le commerce international, les infrastructures, l’enquête sur le vote des immigrants illégaux. Le 31 décembre, Bannon avait déclaré que le mois de janvier 2018 déterminerait si Trump choisirait la voie « Amérique d’abord » ou celle du « Business d’abord ».

Bonne question, si l’on considère que les récents cadeaux fiscaux récemment accordés aux classes moyennes sont « temporaires », tandis que ceux accordés aux financiers seront « permanents ». Bref, Trump allait-il se jouer de ses électeurs afin de sauver sa peau dans l’enquête russe, et ultimement son business familial ? Hypothèse plausible, renforcée par la volte-face massive de la plupart des parlementaires de l’establishment qui, pour la première fois, l’ont vigoureusement soutenu, comme l’un des leurs, dans l’affaire russe.

Le livre Fire and Fury prétend que le but réel de la campagne de Trump était de créer un grand groupe médiatique, Trump confirmant « avoir déjà gagné » à la veille d’une élection qu’il s’attendait de perdre. Mais les propos de Bannon sont accablants. Il présente la célèbre rencontre entre l’avocat russe et Donald Trump, ainsi que Kushner, comme un acte de trahison antipatriotique, ajoutant que personne n’avait eu l’idée, en une telle circonstance, de se faire représenter par des avocats (méthode Hillary), ni celle de prévenir le FBI afin de se couvrir. Il révèle ainsi l’amateurisme des enfants Trump comme du gendre, Jared Kushner, tous à l’origine des mauvaises décisions (la révocation de Comey) qui vont détruire Trump. Parce que Junior et Kushner pourraient se faire épingler pour blanchiment d’argent.

Bannon semblerait décider que le « trumpisme » est plus important que Trump, et que le sort des électeurs prime sur les projets d’affaire du président, comme sur la survie de son affairiste progéniture. De là à conclure que Bannon veut faire tomber un président en poignardant Don Junior, provoquant ainsi une présidence Pence le temps que son ami Ted Cruz récupère le trumpisme en 2020, il n’y a qu’un pas. Une chose est sûre : il ne faut pas sous-estimer Bannon. Il a des réseaux et contrôle une partie de la base. En attendant, le Dow Jones franchissait pour la première fois, jeudi, la barre des 25.000…

http://www.bvoltaire.fr/affaire-bannon-trump-sappretait-a-trahir-electeurs/

Le plus cruel en la matière ? Steve Bannon, son ancien directeur de campagne. Il ne s’agit pas de n’importe qui. De 2006 à 2012, il est président du groupe Breitbart News et, à ce titre, l’un des chefs de file de l’alt-right, soit la droite alternative locale. Ce catholique, lecteur de Charles Maurras, n’a donc rien du démocrate mondain ou du républicain mondialisé. Son témoignage à charge n’en a que plus de valeur. Pour résumer :

Nous est déjà confirmé ce dont tout un chacun pouvait se douter. Ce président ne voulait pas l’être, entendant seulement augmenter la notoriété de ses entreprises. Sa victoire lui est donc tombée dessus, tel un coup de massue. Parfaitement ignorant, il sèche au quatrième amendement de cette Constitution dont un conseiller tente de lui apprendre les rudiments, tandis que les notes de politique étrangère, n’excédant pourtant pas le feuillet, ne provoquent chez lui que bâillements exaspérés.

Comme écrit plus haut, il n’y a pas là de quoi tomber de la tour, même estampillée Trump, surtout que le principal intéressé livrait déjà le fonds de ce qui tient lieu de pensée dans un long entretien accordé au mensuel Playboy en mars 1990 et aujourd’hui réédité dans le recueil Paroles de lapin1.

Même jurant mordicus ne jamais vouloir briguer la Maison-Blanche, il y détaille néanmoins son possible programme présidentiel : « Il (lui, donc, NDLR) croirait dur comme fer à une force militaire extrême. Il ne ferait confiance à personne. Il ne ferait confiance ni aux Russes ni à nos alliés. Il aurait un énorme arsenal militaire, qu’il perfectionnerait, qu’il comprendrait. »On ignorait que le docteur Folamour et Elena Ceaușescu avaient eu un enfant caché.

Plus intéressantes encore sont les pages consacrées à la guerre larvée que Steve Bannon et Jared Kushner, le gendre du président, se sont livrée en coulisses. Avec son épouse Ivanka, Kushner incarne tout ce que l’homme exècre.

Ce sont des néoconservateurs ; il est un populiste à l’ancienne. Ils entendent entraîner les États-Unis dans toutes les guerres actuelles et à venir ; il se situe dans la tradition isolationniste d’une certaine Amérique. Ils sont plus sionistes qu’un régiment de Netanyahou ; il se méfie comme de la peste du bellicisme israélien consistant à faire faire la guerre par d’autres qu’eux, les États-Unis au premier chef. Ils se sont imprudemment lancés dans de mystérieuses négociations avec les officiels russes, en pleine campagne électorale ; il estime que cela relève de la « trahison » et qu’ils auraient dû prévenir le FBI. Et Steve Bannon d’estimer que ce scandale, que viennent de plus agrémenter d’obscures histoires d’argent, pourrait bien emporter la famille Trump en entier.

Cité par nos confrères du Point, Henry Kissinger estime quant à lui, répondant aux questions de Michael Wolff  : « C’est la guerre entre Juifs et non-Juifs… » C’est une façon de voir les choses. Elle en vaut bien une autre.

http://www.bvoltaire.com/dernier-livre-trump-bouffon-roi/?mc_cid=68cb363360&mc_eid=b338f8bb5e

L’ancien stratège en chef de la Maison Blanche Steve Bannon, dont la relation avec l’équipe de Trump était visiblement tendue dans ses derniers jours en son sein, a qualifié la conseillère principale à la Maison Blanche et fille ainée du président Ivanka Trump de « bête comme une brique« , d’après le livre de Wolff.

Bannon a en définitive été renvoyé de l’administration, peu après que le chef de cabinet John Kelly ait commencé à réguler les allées et venues à la Maison Blanche. Bannon s’est depuis embarqué dans une croisade personnelle pour soutenir les candidats anti-système au Congrès lors des prochaines élections de mi-mandat.

Après qu’Ivanka a critiqué publiquement Roy Moore, le candidat de l’Alabama au Sénat empêtré dans un scandal de mauvaise conduite sexuelle, Bannon s’est fendu d’une boutade en référence à ses précédentes remarques: « Il y a une place spéciale en enfer pour les Républicains qui devraient être plus avisés ».

« Steve Bannon n’a rien à voir avec moi ou ma présidence », a déclaré Trump après la publication des extraits du livre. « Quand il a été renvoyé, il n’a pas seulement perdu son travail, il a aussi perdu la tête. »

Steve Bannon a qualifié de « traîtrise » et d' »antipatriotique » la fameuse réunion entre Donald Trump Jr., le gendre du président Jared Kushner, un avocat qui a des liens avec la Russie, et d’autres.

La tirade de Bannon contre la famille Trump ne s’est pas arrêtée à Ivanka.

D’après Wolff, il a a aussi affirmé que le rendez-vous controversé entre Jared Kushner, conseiller de la Maison Blanche et gendre de Trump, Donald Trump Jr., et des lobbyistes de la Russie en juin 2016 était « antipatriotique » et une « traîtrise ».

« Les trois personnes à la tête de la campagne ont estimé que c’était une bonne idée de rencontrer un gouvernement étranger à l’intérieur de la Trump Tower dans la salle de réunion du 25ème étage — sans avocat », aurait déclaré Bannon dans le livre, selon le Guardian.

« Ils n’avaient pas d’avocat. Même si vous pensiez que ce n’était pas traître, ou antipatriotique, ou une mauvaise chose, et je pense que c’est tout cela, vous auriez dû appeler le FBI immédiatement » continue Bannon.

Bannon aurait laissé entendre que Trump Jr. a emmené ces « incapables dans le bureau de son père au 26ème étage ».

Bannon serait allé jusqu’à dire que le conseiller spécial Robert Mueller, qui enquête actuellement sur une possible interférence entre la campagne Trump et la Russie pendant l’élection présidentielle de 2016, allait « casser Don Jr. en deux comme un oeuf à la télé nationale ».

http://www.businessinsider.fr/affirmations-folles-livre-fire-and-fury-coulisses-trump#steve-bannon-a-qualifie-de-traitrise-et-dantipatriotique-la-fameuse-reunion-entre-donald-trump-jr-le-gendre-du-president-jared-kushner-un-avocat-qui-a-des-liens-avec-la-russie-et-dautres

Partout et dans toutes les langues, les médias évoquent la sortie du livre Fire and Fury qui se présente comme un condensé de révélations sur la vie à la Maison Blanche depuis l’élection de Trump.

La plupart des médias européens prennent un malin plaisir à extraire des petites phrases ridiculisant ou discréditant Trump.

Mais il est une petite phrase présente dans ce livre que bien peu de médias francophones reproduiront. Elle est attribuée par l’auteur du livre à l’ancien Secrétaire d’Etat Henry Kissinger.

Il y aurait à la Maison Blanche  « une guerre entre les Juifs et les non-Juifs« .

Précisons qu’Henry Kissinger est lui-même de confession juive. Ce proche de David Rockefeller et Zbigniew Brzezinski était avec eux à l’origine de la Commission Trilatérale, l’une des plus puissantes organisations mondialistes.

A la lecture de Fire and Fury, le journal The Guardian  écrit que ce livre « capture les tensions ethno-religieuses » qui ont cours à la Maison Blanche depuis le début de la présidence de Donald Trump et expliquent les rivalités entre Steve Bannon, ex-conseiller de Trump, et Jared Kushner, gendre juif de Trump, omniprésent avec Ivanka Trump.

 

EN BANDE SON : 

2 réponses »

  1. C’est parfaitement juste Lupus, le nihilisme mondialiste broie les identités culturelles sous le sceau de la technophilie et du consumérisme sans lequel les transmissions et les addictions ne pourraient se faire. Quant aux religions elles deviennent solubles dans ce grand mixte global et les croyants devenus technophages et idéalement addicts aux « progrès » n’imagineront jamais lâcher leur martingale si jouissive.. La servitude au Système est ce qui prime et l’esprit de Tradition de se fondre en elle.
    Le temps et les pressions de la révolution laborale nous obligeront à nous « sursocialiser » ne serait-ce que parce que notre rapport à la création du PNB qui fait monter de gradiant une croissance qui ne sera plus tenable, la destruction des emplois ne suffira plus à alimenter le système consumériste sauf à faire du « salaire universel » la pompe d’alimentation du progrès.

    L’idée centrale du mondialisme c’est d’appliquer le totalitarisme intégral. Les religions finiront de s’éroder pour ne devenir que des coquilles vides. On pourrait même suggérer qu’il viendra un point critique ou le nombre des zombis technophages cultivés hors-sol sera bien supérieur à celui des résistants au nihilisme, non pas que l’on interdirait les lieux de cultes comme en URSS (ce qui est toujours possible et plus efficient) mais parce que ceux-ci seraient perçus comme les produits obsolètes d’un ancien temps. De nombreuses religions ont pu disparaître en même temps que les civilisations qui les couvaient. Notre modèle civilisationnel agit de même sur le temps long et chez nous la laïcité substitutive du christianisme d’accoucher de son progressisme sociétal et chez les autres, laissons pousser plus loin les effets psycho-sociaux et sociétaux de la matrice à 2 tètes: technologie et consommation.

    On peut espérer voir le Système s’auto détruire par excès de zèle et perdre tous les bénéfices méphitiques et hypnotiques que son emprise exerçait jusqu’ici, mais comme je l’ai déjà écrit ici le Système est en pleine mutation, il prépare son « saut quantique ».
    Le Système voit très gros dans sa gloutonnerie… plus gros que ce que notre petite planète n’en peut lui fournir. L’élite mondiale trouvera bien une bonne guerre pour gommer les excès démographiques.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s