Art de la guerre monétaire et économique

Volonté de Puissance : Quiconque prend Trump pour un fou ne comprend rien à l’histoire !

Kavanaugh, Corée, Syrie, Iran, économie : le miracle Trump

Donald Trump est le président américain le plus contesté de l’histoire par tous les lobbys « progressistes ». Mais au bout du compte, il réussit tant bien que mal. L’économie américain est florissante, ça passe pour lui en Iran, Syrie et Corée, et le Sénat vient de confirmer Kavanaugh juge à la Cour suprême.

Malgré un mois d’intense battage sur de prétendues agressions sexuelles commises par lui quand il était adolescent et l’appui de tous les grands médias d’Europe et d’Amérique, le juge Kavanaugh, candidat de Donald Trump, vient donc d’être nommé à la Cour suprême des Etats-Unis. C’est une victoire pour Trump, une de plus.

Malgré une pluie de scandales, Trump avance

Au début de son mandat, les féministes défilaient dans la rue par dizaines de milliers en demandant sa destitution : il est toujours là. Le FBI et les services ont entrepris de le démolir. C’est James Comey qui a été limogé, et ses mémoires, où il décrit Trump comme « moralement inapte » à être président, sont déjà oubliés. Cette affirmation nourrit une stratégie éditoriale prolixe : Le feu et la fureur de Michael Wolff l’an dernier, Fire de Bob Woodward (celui du Watergate) ont vendu chacun près d’un million d’exemplaires. Mais cela glisse sur l’opinion américaine comme l’eau sur les plumes d’un canard. Il n’y a pas de semaine où on ne l’accuse pas d’un scandale quelconque, sur l’héritage de ses parents ou les souvenirs d’une reine du porno. On a essayé de l’embourber dans une invraisemblable affaire de collusion avec les Russes, on lui a mis aux basques le procureur spécial Mueller, mais finalement c’est l’accusation qui souffre. Donald est toujours vivant et il avance. Assez vite, même.

La nomination de Kavanaugh est une catastrophe pour la gauche

L’élection de Brett Kavanaugh est une catastrophe pour les progressistes, i.e. l’extrême gauche radicale américaine : elle signifie la fin de l’hégémonie des révolutionnaires en matière de mœurs à la Cour suprême, dont on sait qu’elle s’est donnée un pouvoir exorbitant. Cela explique la campagne ahurissante menée contre lui : il fallait l’empêcher à tout prix de réussir. Et cela engendre aussi le mirobolant projet des Démocrates s’ils acquièrent la majorité au Congrès après les élections de mi-mandat : porter le nombre des juges de la Cour suprême de neuf à onze afin d’y nommer deux Démocrates supplémentaires, de sorte qu’ils « équilibrent » l’arrivée de Kavanaugh. Tel quel ! Avec les révolutionnaires, le plus ridicule et le plus impensable sont la réalité ordinaire. Ils ont perdu une partie : ils changent les règles ! Le Démocrate n’a de démocrate que le nom.

Avec Kavanaugh, Trump passe compromis avec l’Establishment

Ne nous faisons pas trop d’illusions quand même. Brett Kavanaugh est un membre de l’establishment US, ancien de Yale, passé par l’équipe de Bush Junior. Il a su par le passé se montrer très souple pour arriver. Il n’a pas montré d’opposition de principe à l’Obamacare. Il a laissé passer une loi permettant la récolte de métadonnées. Sans doute. Mais Kavanaugh n’est pas un Wasp puis qu’il est catholique, pratiquant, et paraît très ferme tant sur l’avortement que sur le mariage pour tous. C’est de loin le plus important. Trump n’est pas un dogmatique ni un idéologue fanatique. Il avance comme il peut avec qui il peut. Et ça marche, puisque Kavanaugh le bon élève s’est fait accepter des Républicains modérés dont la gauche espérait qu’ils le censureraient. Ça marche, il est élu, et cela perturbe tant les Démocrates qu’ils envisagent de changer les règles du jeu. Trump est en train de gagner, c’est un petit miracle.

Le miracle Trump n’est pas un rêve mais une cote mal taillée

Alors il y a des docteurs tant pis qui disent que c’est louche. On a tant l’habitude de perdre et de rater qu’un type qui fait avancer les choses ne peut qu’être suspect. On se pose gravement la question : Trump ne vient-il pas de nommer un représentant de cet Etat profond qu’il prétend combattre ? Réponse : je n’en sais rien. Mais ce que je sais, c’est qu’avant l’Etat profond régnait en maître à la Cour suprême, et qu’il n’a pas l’air content du changement. Ce qui est en train de se passer est une véritable révolution. Trump passe d’un espoir populaire, d’une rêverie de vaincu permanent, à une action de gouvernement. Il faut trouver des alliés et des compromis. Il n’y a pas de miracle dans l’ordre temporel, et le miracle Trump se fait forcément avec des déceptions et des cotes mal taillées. Mais il se fait. 

Trump redresse l’économie US sans sacrifier la diplomatie

Les décrets sur l’immigration et l’islam sont finalement passés, malgré tous les petits juges. La réforme de l’Obamacare aussi. Trump a cassé la machine à pomper l’immigration qu’étaient les dreamers, les enfants de clandestins que la gauche voulait régulariser. Et sa politique économique « nationale » porte ses fruits : l’économie américaine, ruinée par Obama, est repartie. Sans doute y a-t-il des accrocs. On ne voit pas bien en quoi son nouvel accord avec le Mexique et le Canada est moins mondialiste que le précédent. Sans doute aussi Trump s’associe-t-il étroitement à des alliés jaloux et gourmands, une part du gros business américain à l’intérieur, Israël à l’extérieur. Mais sans alliés puissants, il était mort. Il n’y a que dans les rêves qu’un président gouverne seul.

Corée, Syrie, Iran, Trump ne cède rien d’essentiel

Du moins ces alliés n’ont-ils pas forcé Trump à commettre de grosses fautes en politique étrangère. Les Etats-Unis sont moins en guerre qu’ils ne l’ont été sous Clinton et Obama. Ils ont évité l’affrontement majeur avec la Russie, et ils s’occupent plus activement à contenir la menace chinoise. En Corée, la dénucléarisation du Nord avance, malgré le concert de la presse mondialiste assurant qu’il ne se passe rien. Les dirigeants de Corée du Nord ont invité des inspecteurs américains à s’assurer que le démantèlement des sites avance. Et la détente entre les deux Corées se confirme. En Syrie, tout en bombardant un aéroport syrien (vidé à l’avance) sans dommages, et en proférant des paroles ronflantes propres à satisfaire les va-t-en-guerre démocrates, Trump a laissé Bachar el Assad reconquérir son territoire et l’armée russe réduire les islamistes, que les Américains aident et financent moins. En Iran, il a semé par son attitude agressive un fameux désordre qui a forcé l’Union européenne à se déterminer, a satisfait Israël et poussé l’Iran à rechercher à terme de meilleurs accords avec les entreprises américaine. Ce n’est pas pire pour nous qu’avant et c’est mieux pour les Américains. En d’autres termes, il réapprend à chaque nation à penser et agir en termes nationaux. Et ça, c’est un petit miracle.

Pauline Mille

https://reinformation.tv/88790-2-kavanaugh-coree-syrie-iran-bourse-miracle-trump-mille/

La nomination du juge Brett Kavanaugh à la Cour suprême des États-Unis pour toute personne penchant vers le conservatisme un énorme succès, réalisé par Trump pour un électorat qui ne voulait rien d’autre que cela.
La politique reste le reflet le plus puéril et le plus immature de notre société. L’abominable comédie des petites déclarations qui a été jouée par les deux familles politiques pendant des semaines et qui a divisé encore davantage toute l’Amérique s’est enfin terminée samedi soir avec la nomination de Brett Kavanaugh en tant que juge à la Cour suprême américaine.50 sénateurs ont voté pour sa nomination, 48 ont voté contre. C’est la première fois de l’histoire qu’un juge à la Cour suprême dispose tout juste de la majorité.

L’équilibre au sein de la Cour suprême tourne enfin en faveur des républicains

L’équilibre au sein de la Cour suprême est en train de tourner résolument en faveur des républicains. Kavanaugh remplace le juge Anthony Kennedy, connu pour la versatilité de ses positions. Pourtant, la signature d’un juge n’est jamais contraignante et peut fluctuer en fonction du sujet ou du moment. Par exemple, le juge [maintenant retraité] David Souter a été nommé par le président républicain George HW Bush, mais s’entendait finalement davantage avec les juges libéraux.

Kavanaugh devrait choisir le parti des conservateurs, en particulier après son intervention remarquée la semaine dernière, dans laquelle il a déclaré que les démocrates « avaient orchestré une attaque politique contre lui, qui faisait partie de la vengeance des Clinton ». La Cour suprême américaine est désormais à 100% politisée.

Que fait la Cour suprême?

La compétence de la Cour suprême des États -Unis est comparable à celle de notre Cour de cassation et de la Cour constitutionnelle, mais combinées. La Cour suprême prend donc des décisions lorsque la politique ne résout pas les grands problèmes sociaux : cela inclut l’interdiction de la ségrégation raciale (1956), le droit à l’avortement (1973) ou le mariage homosexuel (2015). Des problèmes sociaux importants, donc…

Un certain nombre de constats remarquables:

1. Dans l’histoire de la Cour suprême, Kavanaugh et Gorsuch sont les deux premiers juges nommés par :

  • a) un président qui a perdu le « vote populaire » [au bénéfice d’Hillary Clinton] et
  • b) dont la nomination a été ratifiée par une majorité de sénateurs qui, ensemble, ont recueilli moins de voix au cours des élections précédentes que ceux qui ont voté contre sa nomination. On peut donc affirmer qu’un problème de légitimité se pose également devant la Cour suprême, puisque les sénateurs qui ont approuvé Gorsuch, par exemple, représentaient 42 % de la population américaine, contre 58 % qui avaient voté contre.

2. En moins de 20 mois, Trump a déjà nommé deux juges. C’est autant que ses prédécesseurs, Bush et Obama, avaient eu la possibilité d’en nommer, mais en 8 ans.

3. Deux des juges progressistes encore en poste à la Cour suprême ont dépassé l’âge de la retraite: les démocrates Ruth Bader Ginsburg (en bas à gauche dans l’image ci-dessous) et Stephen Breyer (en bas à droite) ont respectivement 85 et 80 ans. La chance que Trump puisse également nommer des remplaçants pour eux plus tard est réelle.

4. Si les deux juges susmentionnés décédaient ou cessaient leur activité de leur propre initiative, le président actuel pourrait nommer 4 des 9 juges au total et pourrait définitivement faire pencher la balance en faveur du conservatisme pour les décennies à venir. En d’autres termes, Trump deviendrait l’un des présidents les plus influents de l’histoire américaine .5. Sur les 9 juges actuels, 5 sont membres de la Federalist Society, une association de juristes conservateurs prônant l’application littérale de la Constitution: Clarence Thomas (1991), John Roberts (2005), Samuel Alito (2007), Neil Gorsuch (2017) et maintenant Brett Kavanaugh (2018).6. Pour 56 % des personnes qui ont voté pour Trump en 2006, les nominations à la Cour suprême ont été leur principale motivation pour voter pour le magnat de l’immobilier. Parmi les électeurs de Clinton, seuls 41% partageaient cette priorité. Trump a donc fait une fois de plus ce que son noyau dur de partisans, ou sa base, attend de lui.
7. Les démocrates veulent voter une nouvelle fois pour l »impeachment’ du juge suprême Kavanaugh. Théoriquement, cela est possible si le Sénat qui l’a maintenant approuvé à 50/48 obtient une majorité des deux tiers. En pratique, cette chance semble presque inexistante [à moins que de pouvoir invoquer in extremis des preuves matérielles à son encontre]. Dans l’histoire, il n’est arrivé qu’une seule fois (1804-1805) qu’un juge ait été contraint dû quitter la Cour suprême.

OK++++++++++++++++++++++++++++++++++++

4 réponses »

  1. Trump adore jouer les débiles, car il sait que ce faisant il tend un piège à ses détracteurs:
    Phase 1: Trump fait de l’exagération,
    *
    Phase 2: Marxistes, politi-chiens, merdias tombent dans son piège et se font prophètes de l’apocalypse.
    *
    Phase 3: Trump agit sur le terrain à l’extrême inverse des prédictions de ses détracteurs.
    *
    Résultat;Trump a discrédité ses détracteurs, les catastrophes attendues se règlent à l’amiable comme rarement l’administration US a su le faire depuis 30 ans.
    Marxistes, politichiens, merdias s’en trouvent discrédités de jour en jour, opération après opération.
    *
    Trump dispose de qualités évidentes dans les arts martiaux : Énerver/ déstabiliser, bluffer/jouer l’imbécile, être illisible/imprévisible,utiliser la nuisibilité de ses adversaires contre eux-mêmes
    (Se détracteurs se moquent mais perdent la face en public, c’est très malin dans des relations commerciales avec des Asiatiques. Contrairement à ses prédécesseur il ne passe pas pour le Yankee caricatural mais pour un redoutable stratège. Autres cieux, autres coutumes… )
    ***
    Je n’attends rien de Trump, ce n’est pas mon président, mais je le juge sur pièces:
    1-Il a su habilement jouer l’intox avec la Corée, au final la Corée du sud et du nord se sont réconciliées (c’est historique)

    2-Il a fait la même chose avec la Russie, au final il a totalement disculpé la Russie des fausses accusations et Trump entretient de bonnes relations avec Poutine.

    3-Hystérie Hillary Clinton était prête à faire intervenir des troupes USA au sol en Syrie, pour finir Trump a su calmer le dossier Syrien. La Syrie a récupéré 80% de son territoire.
    (Hillary passe pour aussi « connaisseuse » de culture Chinoise que Ségolène Royal)

    4-Erdoğan montrait des prétentions délirantes avant l’arrivée de Trump, là aussi bizarrement depuis que Trump est arrivé Erdoğan est calmé, comme ça, soudainement, peut-être que Obouana ne lui convenait pas… 😉

    5-Le dossier Iran était hystérisé avant l’arrivée de Trump, ce dossier s’est calmé, il se ravive parfois mais très bizarrement l’Iran est soudainement en train de faire des concessions historiques.
    Encore l’effet Trump c’est dingue ces coïncidences, des situations bloquées depuis des décennies se débloquent…

    6-Chaque mois on entendait parler d’armes de destruction massive en Syrie, depuis que Trump est arrivé là aussi elles semblent être beaucoup moins omniprésentes.

    7- Trump est accusé d’ultra sionisme à cause de son beau-fils, pas de chance la fille d’Hystérie Clinton est mariée à un ultra-sioniste, mais là ça passe car de gauche…

    8- Trump est stigmatisé pour avoir reconnu Jérusalem capitale d’Israël, pas de chance de nombreux pays au monde l’ont précédé, et de toute façon tout le monde sait que Jérusalem ou pas Israël est aux mains des sionistes de A à Z tout comme les cadres politiques Palestiniens et Gazaouis.
    Jérusalem ou Tel Aviv qu’est ce qu’on en a a faire ??? (sérieux !)
    Est-ce que les pays Arabes et Maghrébins ont lancé un grand embargo contre les USA en représailles ? (comme 1973 contre les seuls européen)
    Les arabes-africains-gnoules voudraient qu’on soit plus arabes pro-palosh qu’ils ne l’ont jamais été dans les faits.
    S’ils se souciaient vraiment de leurs « frères » à hauteur de leurs sketchs le pétrodollar serait boycotté depuis 70 ans !
    Les blagues d’oppositions entre frères sémites laissons ça aux aficionados du théâtre de caniveau.

    9- Sadique Khan l’Islamiste ultra-raciste maire de Londres s’est bien marré à faire son kéké avec son dirigeable représentant Trump en couche culotte, il n’en reste que Trump l’aura bien mouché par l’intermédiaire de Thérésa May
    -« Joue avec tes blagues potache et ton ballon planant sur Londres Sadique, une de mes paroles publique a mille fois plus de conséquences pour toi et la Fabian society que cent mille de tes puérils ballons, compris le Paki ? »
    Sadique Kahn a bien joué avec son ballon à hélium, Trump lui a mis une déculottée par biais de Thérésa May (accords commerciaux USA-UK).
    Retour à ton identité Sadique : Un minable du désert des Pakis, une Laeticia Avia Anglaise, un melon qui a pris le melon et souffre de phlébite !
    **
    Pour un supposé « con » Trump leur met des dérouillées seul contre tous et avec leurs propres armes médiatiques !
    *
    Pour être complet Poutine a quelques points commun avec Trump.
    Le gentil agent du KGB a été un très soumis agent de l’alcoolique Eltsine-Junker, il s’est fait promouvoir et financer par les oligarques du « peuple auto-élu »
    (comme Trump)
    Une fois au pouvoir Poutine a mis au pas les mêmes oligarques pillards, certains sont partis en terre promise, d’autres sont en taule, les derniers ont rendu ce qu’ils ont volé et se font oublier.
    *
    Reste le dragon Chinois,la future terre de prédation des George Soros, Mark Elliot Zuckerberg, néo-cons & C°.
    Vous pensez vraiment que les deux cités ci-dessus se sont mariés avec des Asiats par hasard ?
    Le célèbre général rouge du nom de Chen portait en réalité le doux nom de Co-Haine.
    L’organisateur du communisme en Chine se nommait CRUSENBERG connu sous le faux nom de Borodine
    De plus, malgré la légende leur pied à terre en Chine ne date pas des Kaifeng mais d’avant le IIIeme siècle..
    *
    Trump serait un imbécile, vraiment ?
    Si tel est le cas, c’est l’imbécile le plus doué que les USA n’aient jamais connu. Tellement doué que les médias en sont réduits à commenter les morceaux de papier collés à ses chaussures:
    BFM-WC :
    -« Scoop de dernière minute:Jean-Paul Kauffmann caméraman envoyé par BFM-WC pour l’interviewer le morceau de papier collé à la semelle de Trump. Ruth Elkrief au micro, un reportage poignant, émouvant, une véritable prise de risque pour nos journalistes »
    Ruth Elkrief en-voyez spéciale:
    -« Comme vous le voyez, Donald Trump a piétiné cette feuille d’un pas de nazi.
    Un spectacle qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire.
    La galerie Fabius Frères vendra des répliques de cette feuille PQ Trumpien chez Sotheby’s au profil de l’association sauvez-BHL Venez nombreux, Mélenchon y signera des autographes !  »
    *
    TROP FORT CE TRUMP, il réussit à réduire les journalistes à commenter un morceau de PQ.
    La prochaine fois nos journalistes feront quoi, ils filmeront ses mouchoirs, ses coton tiges, ses cure-dents usagés, les Tampax de Mélania ?
    *
    *
    « Dis papa je voudrais être journaliste ou gauchiste »
    « D’accord ma chérie, tu es sûre que tu ne préfères pas être prostituée ? Continues tes études et deviens escort girl, si tu échoues tu pourras toujours faire journaliste pour BFM-WC. Sinon tu feras gauchiste en Afrique, ils ont toujours 40 ans de retard en tout, tu as le temps »
    *
    Signé le con, Mehdy Mamadou, humoriste et double maléfique

    J'aime

  2. La guerre n’a pas encore commencée. Rira bien qui rira le dernier. Pendant quatre ans, Hitler aussi a gagné la guerre.

    J'aime

    • @Vanlulle Monique
      Les nazis étaient socialistes, comme l’intégralité de l’Afrique
      Les nazis pratiquaient le droit du sang, comme l’intégralité de l’Afrique
      Les nazis nous occupaient, comme les Africano-Maghrébins
      Les marxistes collaboraient activement avec les nazis (1939-1942) comme les collabos marxistes en 2018 en somme….


      Bravo pour votre chasse aux Nazis avec 75 ans de retard, vous pouvez donc postuler chez SOS-Fantômes, vos dons médiumniques seront précieux.
      (vous êtes comme ça au naturel ou vous prenez des alcaloïdes ?)

      Vous venez de remporter la palme d’or point Goldwin mensuel pour octobre 2018 et nous ne sommes que le neuf du mois, un record on vous attendais.
      BRAVO A VOUS !!!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s