Allemagne

Moindialisme vs Pangermanisme : L’Allemagne se réveille mais il est trop tard !

La Chine a de grands projets pour devenir le leader mondial de la robotique, des voitures électriques, de la biotechnologie et des télécommunications. Pour y parvenir, il faut prendre le contrôle d’entreprises étrangères. Les entreprises allemandes sont des cibles particulièrement recherchées. Les PME allemandes profitent de cette situation. Mais cela met fin à l’âge d’or de l’Allemagne. « Made in Germany » deviendra bientôt « Made in China ».

Ces dernières années, les Chinois ont discrètement repris une série de PME allemandes dans des niches industrielles cruciales. Les derniers en date sont le célèbre fabricant de meubles allemand Rolf Benz, repris pour 99 millions d’euros par le chinois KUKA et le spécialiste berlinois de l’informatique Data Artisans, qui est passé entre les mains du géant du e-commerce chinois Alibaba.

Mais l’empressement avec lequel les entrepreneurs allemands se jettent sur l’argent chinois risque de ruiner nos voisins de l’Est. Avec leurs entreprises, c’est également le savoir-faire et des décennies d’artisanat allemands qui passent entre les mains des Chinois.

Des prises de contrôle et de la contrefaçon

Ensuite, il y a la contrefaçon. Pour la énième année consécutive, le « Prix Plagiarius » du meilleur exemplaire de la foire « Ambiente » de Francfort a encore été remis à des Chinois cette année. 71% des entreprises allemandes déclarent être copiées, la Chine étant le principal voleur de propriété intellectuelle.

Dans la presse allemande, le ton commence à changer lentement à l’égard de la Chine. Pendant longtemps, la Chine a été considérée comme un allié avec lequel faire des affaires. Un méga-marché pour les outils et le secteur automobile allemand, qui génère 14 % du PIB allemand et emploie 800 000 personnes.

Michael Ukas – Pool /Getty Images

Les Allemands fuient maintenant la Chine

Mais petit à petit ils en reviennent. Les entrepreneurs allemands commencent à comprendre que la Chine est en concurrence sur le marché mondial avec des entreprises allemandes. Et avec la technologie que les Allemands leur ont livrée. La Chine veut se débarrasser de ses partenaires allemands car elle est devenue compétitive. Les Chinois veulent vendre leurs propres produits «Made in China», fabriqués selon les normes allemandes. Ils veulent travailler avec les Américains. Aux dépens des Européens en général et de l’Allemagne en particulier.

Getty Images

Le sentiment anti-allemand règne aussi à Washington

Les Allemands sont pris entre le marteau et l’enclume. D’un côté, la Chine, qui veut se débarrasser d’eux et de l’autre, des États-Unis, où l’occupant de la Maison-Blanche est un homme qui a promis à sa base « qu’il ne veut plus voir de Mercedes-Benz rouler sur la Cinquième avenue à New York ». Pendant des années, l’économie allemande a été le moteur de la zone euro. Mais cela semble être le problème maintenant. Le succès rend aveugle et paresseux. L’OCDE vient de réduire de moitié les prévisions de croissance de l’économie allemande pour 2019.

GDP forecasts for #Germany keeps falling and falling. OECD has more than halved 2019 forecast to 0.7% bringing 2019 consensus forecast to 1%, half the level that had been predicted in June. pic.twitter.com/T8Ia1y4FSn

— Holger Zschaepitz (@Schuldensuehner)

[Traduction du tweet : « Les prévisions du PIB de l’Allemagne ne cessent de baisser. L’OCDE a réduit de plus de la moitié les prévisions pour 2019, les ramenant à 0,7 %, ce qui porte les prévisions consensuelles pour 2019 à 1 %, soit la moitié du niveau qui avait été prévu en juin. »Chez eux, les entrepreneurs allemands sont maintenant blâmés pour leur manque d’esprit d’entreprise, qui a pourtant fait la grandeur du pays et a donné à l’Allemagne une image globale de « Gründlichkeit  » et de  » Pünktlichkeit « . Mais les investisseurs chinois sont plus rapides et plus alertes que les acheteurs allemands, qui apparaissent généralement trop tard. En outre, l’Allemagne est progressivement à la traîne dans le domaine des voitures électriques, ce qui est inquiétant.

L’Allemagne se réveille enfin

Le pays a récemment renforcé de manière significative son contrôle sur les acquisitions d’entreprises non européennes dans le but de maintenir les investisseurs chinois hors des secteurs stratégiques. Une série de prises de contrôle s’est heurtée à un veto allemand. L’Allemagne se réveille enfin. Mais beaucoup craignent que ce soit bien trop tard.

Malgré cela, les entreprises chinoises ont augmenté leurs investissements en Allemagne de 300 millions d’euros en 2018, pour atteindre 2,1 milliards d’euros, selon les calculs de l’Institut Mercator pour la Chine (MERICS) et du groupe américain Rhodium. Ce montant ne comprend pas les 7,3 milliards d’euros payés par Chinese Geely pour 9,3% des actions du constructeur automobile allemand Daimler. Parce qu’il faut que l’acquisition porte sur un minimum de 10 % des actions d’une entreprise pour que l’opération soit considérée comme un investissement direct étranger.

EN BANDE SON :

2 réponses »

  1. L’Allemagne a vendu ses machines pour que la chine fabrique des produits afin de les lui vendre encore moins cher ?
    C’est un peu ce qui est arrivé en France dans les années 80 quand les zinspecteurs du travail cegetistes ont fait mettre à la casse une quantité dingue de machines « dangereuses » qui au lieu d’être démantelées sont partie par milliers en Chine où quelques jours après elles fonctionnaient pour nous refiler des objets que nous ne pouvions plus fabriquer nous mêmes à si bas prix.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s