REBLOG

La carpe et le lapin

« LE MAL SE FAIT SANS EFFORT, NATURELLEMENT, PAR FATALITÉ ; LE BIEN EST TOUJOURS LE PRODUIT D’UN ART »

« La plupart des erreurs relatives au beau naissent de la fausse conception du xviiie siècle relative à la morale. La nature fut prise dans ce temps-là comme base, source et type de tout bien et de tout beau possibles. La négation du péché originel ne fut pas pour peu de chose dans l’aveuglement général de cette époque. […] la nature n’enseigne rien, ou presque rien, c’est-à-dire qu’elle contraint l’homme à dormir, à boire, à manger, et à se garantir, tant bien que mal, contre les hostilités de l’atmosphère. C’est elle aussi qui pousse l’homme à tuer son semblable, à le manger, à le séquestrer, à le torturer […] C’est la philosophie (je parle de la bonne), c’est la religion qui nous ordonne de nourrir des parents pauvres et infirmes. La nature (qui n’est pas autre chose que la voix de notre intérêt) nous commande de les assommer. Passez en revue, analysez tout ce qui est naturel, toutes les actions et les désirs du pur homme naturel, vous ne trouverez rien que d’affreux. Tout ce qui est beau et noble est le résultat de la raison et du calcul. Le crime, dont l’animal humain a puisé le goût dans le ventre de sa mère, est originellement naturel. La vertu, au contraire, est artificielle, surnaturelle, puisqu’il a fallu, dans tous les temps et chez toutes les nations, des dieux et des prophètes pour l’enseigner à l’humanité animalisée, et que l’homme, seul, eût été impuissant à la découvrir.

Le mal se fait sans effort, naturellement, par fatalité ; le bien est toujours le produit d’un art. »

Charles Baudelaire – L’Art romantique (1852)

https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2020/02/12/la-carpe-et-le-lapin/

Mythes, Mancies & Mathématiques

par Philippe Catier.

L’association des contraires est en général vouée à l’échec. Mais, comme en toutes circonstances il y a parfois des exceptions, soit par complémentarité bien acceptée en connaissance de cause, soit par dissimulation constante des problèmes ou naïveté d’un camp face aux intentions adverses.


Voir l’article original 803 mots de plus

Catégories :REBLOG

Tagué:

1 réponse »

  1. J’en reste à Baudelaire. Faire la distinction de l’homme (dans ou) d’avec la nature est tout aussi essentiel que de raisonner continuum, à mes yeux, loin de mièvreries écolo-machin trop courantes, Le continuum reste à (mieux) connaître, qui n’est pas forcément une ligne de hiérarchies graduelles la fameuse nature recelant tant d’expressions, des plus proches au plus contradictoires entre elles. Des lois sont à l’oeuvre, mais là aussi par des chemins pas toujours aussi directs et linéaires que l’on voudrait (pour théoriser). Ceci n’enlève rien donc à l’exception humaine, à sûrement cultiver (prudence et passion requises ?).

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s