Art de la guerre monétaire et économique

Non, nous ne sommes pas tous ensemble…Par Brandon Smith

Non, nous ne sommes pas tous ensemble


Par Brandon Smith − Le 15 avril 2020 − Source Alt-Market.com

Une phrase courante que j’ai entendue récemment sur Internet et dans ma région chaque fois que la situation de pandémie a été abordée est la suivante : « Nous sommes tous dans le même bateau et nous allons nous en sortir ensemble… ». Ce sentiment est répété comme un mantra religieux et je crois qu’il est enraciné dans une réaction collectiviste dans l’esprit de beaucoup. L’idée est que si nous nous réconfortons tous en répétant le mensonge selon lequel nous sommes tous dans le même bateau, et si tout le monde y croit, alors la menace de l’épidémie ainsi que l’effondrement économique vont en quelque sorte simplement « disparaître ».

L’idée que « nous allons nous en sortir ensemble » semble reposer sur l’hypothèse que la crise va évoluer rapidement, et que si nous nous accrochons, notre sacrifice sera minime et que tout redeviendra comme avant. Ce n’est tout simplement pas le cas.

Je respecte beaucoup l’idéal qui consiste à donner de l’espoir aux autres chaque fois que cela est possible. Comme le dit Aragorn dans Le Retour du Roi : « Je donne de l’espoir aux hommes. Je n’en garde aucun pour moi ». Cependant, l’espoir doit venir d’un endroit légitime. Il doit être fondé sur une certaine réalité. Il y a trop de mensonges dans la psychologie publique actuelle pour donner un espoir concret à qui que ce soit. Les mensonges doivent atterrir, ils doivent toucher le sol, et les faits doivent frapper durement les gens avant que nous puissions ensuite comprendre ce que nous devons faire pour survivre à cet événement. En attendant, la majorité des gens vont être piégés dans un pays imaginaire, hypnotisés par des illusions de remèdes magiques et de balles d’argent économiques qui mèneront au salut « dans deux semaines seulement ».

En plus de tout cela, le public américain n’a jamais été aussi divisé qu’à l’heure actuelle. Bien sûr, nous pouvons nous plonger dans un bain de rêves en état de mort cérébrale avec des célébrités élitistes usées jusqu’à la corde comme Madonna, qui nous disent que le virus « nous rend tous égaux », mais est-ce vraiment le cas ? Je suis désolé, mais la vérité que tous les gens ne sont pas égaux, est sur le point de devenir plus évidente que jamais.

La pandémie et l’effondrement économique vont séparer les gens en catégories clairement définissables, et beaucoup de ces groupes seront en conflit direct les uns avec les autres.

Les personnes Préparées

Ce sont ces personnes qui ont vu cet événement arriver en avance et ont passé de nombreux mois, voire de nombreuses années, à stocker des fournitures et à se former pour y survivre. Les Préparés ont été plus intelligents et ont une meilleure connaissance de la réalité de la situation que la plupart des gens. Si nous devions appliquer les normes de l’évolution, alors le Préparé serait au sommet de la chaîne alimentaire, l’espèce alpha, mais ne laissons cela pas nous monter à la tête ; il y a de nombreux inconvénients à être membre des Préparés.

Dans un monde juste, les masses iraient voir un Préparé pour obtenir des réponses à la crise, et certains le font, mais dans l’ensemble, je pense que le Préparé sera plus détesté pour ses capacités de prédiction qu’admiré. C’est pourquoi les Préparés doivent se serrer les coudes, s’organiser et se protéger les uns les autres ; parce que le jour viendra où ils seront pris pour cibles en tant qu’ennemis du collectif.

Les non-préparés

Les non-préparés ne sont pas tous pareils. Il y a des gens qui sont arrogants et qui ont ignoré toutes les preuves d’effondrement qui leur avaient été présentées à l’avance, et maintenant ils vont en souffrir. Ce sont ceux que j’appelle les « cigales », comme dans la fable de « La fourmi et la cigale« . Elles ont dansé et joué tout l’été et se sont moquées de tous les avertissements sur l’hiver imminent. Ce sont ces gens qui agiront avec indignation et méchanceté lorsqu’ils seront privés de confort, et ils exigeront que les fourmis leur abandonnent leurs préparatifs pour les sauver (ce qui n’arrivera pas).

Il y a d’autres personnes qui n’ont tout simplement pas été conscientes de la situation et qui sont pour la plupart innocentes par leur manque de préparation ; elles n’ont tout simplement pas été exposées aux informations disponibles, pour quelque raison que ce soit. Elles mènent une vie de travail décente et elles sont pour la plupart innocentes dans tout cela. Elles seront eux aussi confrontées à des décisions difficiles dans un avenir proche. Certaines d’entre elles essaieront de se préparer du mieux qu’elles peuvent alors que la crise n’en est qu’à ses débuts. D’autres rejoindront les cigales par peur et exigeront une réponse draconienne du gouvernement.

Les Indépendants

Les Indépendants sont des gens qui vont chercher à résoudre les problèmes liés à la crise avec leur propre ingéniosité. Ils ne demanderont pas d’aide au gouvernement, ni n’exigeront que d’autres personnes « partagent » leurs ressources avec eux par sentiment de droit. Ils demanderont de l’aide si nécessaire, mais ils essaieront de faire de leur mieux pour supporter la crise sans essayer de forcer les autres à leur faciliter les choses.

Les Indépendants comprennent la différence entre le collectivisme et l’organisation bénévole. La première stratégie exige de la force et de la peur, la seconde non. Les collectivistes tenteront d’interférer ou même de détruire les Indépendants, car s’ils réussissent à s’organiser volontairement et à devenir prospères grâce à l’innovation du marché libre, cela prouvera que l’idéologie collectiviste est inutile et dépassée. Les collectivistes préfèrent « gagner » plutôt que d’avoir raison dans leur réflexion.

Les collectivistes

Les gens collectivistes applaudiront la vaste expansion du pouvoir et du contrôle du gouvernement, car au sein de leur religion culte, le gouvernement est un dieu. Pour eux, la pandémie n’est pas une malédiction mais une bénédiction, car elle leur donne une raison de participer à une grande subjugation des autres et de ressentir le pouvoir qu’ils ont toujours voulu ressentir. Ce sont ces personnes qui ont des traits narcissiques et sociopathiques inhérents à notre culture. Ils ne représentent que 1 à 5 % de la population totale, mais ils sont prédateurs et résolus à contrôler les autres et à se nourrir du monde comme des parasites.

Ces personnes ne sont pas toujours des élites. En fait, la plupart d’entre eux sont comme vous et moi en termes de statut et de revenus. En période de grande crise, ces créatures ont tendance à remonter à la surface et à se révéler. Elles se sentent particulièrement énergétisées dans des environnements qui alimentent la tyrannie ; elles aiment le sentiment de pouvoir et exploiteront les événements de crise comme une excuse pour agir aussi mal qu’elles l’ont toujours voulu mais ne le pouvaient pas en temps normal. Prenez par exemple le docteur John Rademaker à Louisville, dans le Kentucky, qui a attaqué un groupe de filles et a tenté d’étrangler l’une d’entre elles pour « non éloignement social ». Si l’on considère le fait qu’en attaquant les filles, il enfreignait également les règles de distanciation sociale, il devient évident que des gens comme lui ne se soucient pas vraiment de leurs propres règles, mais seulement du fait que d’AUTRES personnes suivent ces règles.

Ils veulent être les observateurs, comme la Tcheka soviétique. Ils savent qu’ils ne seront jamais au sommet du totem du pouvoir, alors ils chevauchent les queues de la tyrannie et se nourrissent de toutes les bribes de pouvoir qu’ils peuvent obtenir.

Ces gens semblent ne pas vouloir travailler avec les autres, mais ils ont tendance à se rassembler en groupes tant qu’il y a un intérêt mutuel à en tirer. Ils ont toutes les qualités de caractère des élites globales, y compris un manque total d’empathie, un penchant pour l’adoration de soi et l’idolâtrie, une croyance nulle en quelque chose de plus grand qu’eux, une propension à la tromperie et à la violence pour obtenir ce qu’ils veulent, et à utiliser les catastrophes à leur avantage.

Les élites globalistes

Il s’agit d’un petit groupe de créatures qui profitent le plus de la crise pandémique. Grâce à cette catastrophe, ils seront capables d’absorber de vastes quantités de biens matériels pour quelques centimes de dollar, dévorant les richesses et les biens de la classe moyenne et transformant toute l’économie en quelque chose d’inconnaissable. Les élites ne veulent pas de vos biens et de votre richesse simplement parce qu’elles sont avides ; elles veulent vos biens et votre richesse parce qu’elles ne veulent pas que VOUS en ayez. Elles veulent en finir avec le concept de propriété privée pour toujours, car sans propriété et sans la possibilité d’accumuler des richesses grâce à notre travail, les masses dépendront à jamais du gouvernement pour leur survie.

Au-delà de cela, le but ultime des élites est une société sans argent liquide, ainsi qu’un gouvernement mondial unique. Déjà, le Sénat américain étudie un projet de loi qui créerait un dollar numérique et un système de portefeuille numérique pour remplacer la monnaie papier. D’autres pays ont commencé à adopter la monnaie scripturale, et le coronavirus est utilisé comme excuse pour accélérer le processus. L’Organisation mondiale de la santé des Nations unies a spécifiquement appelé à la suppression de la monnaie scripturale. Une fois le public piégé dans un système numérique, il ne pourra plus jamais faire de transactions sans passer par les banques comme intermédiaires, et toutes les transactions seront tracées. Rien ne sera plus jamais privé et, en appuyant sur un bouton, le peu de richesse que vous êtes autorisé à accumuler peut être gelé dans la nouvelle culture de contrôle socialiste. Vous serez à la merci du gouvernement et des banques.

Au-delà de l’économie, les élites rêvent d’une société de surveillance massive dans laquelle chaque personne est suivie 24 heures sur 24. Bill Gates est partout dans les médias pour promouvoir l’idée d’applications de traçage (comme celles déjà utilisées en Chine) pour « combattre le coronavirus ». Apple et Google font également avancer l’idée et sont prêts à lancer des applications de suivi dès que le gouvernement sera prêt à les inscrire dans la loi.

Les élites globalistes ne se soucient pas de sauver des vies. Elles ne se soucient pas de sauver l’économie telle que nous la connaissons. Elles ne se soucient pas des affiliations politiques. Elles sont de leur propre côté et ne se soucient que du pouvoir. Comme je l’ai dit, nous ne sommes pas tous dans le même bateau.

Le mouton

Les moutons sont des gens qui n’ont pas la capacité de se diriger eux-mêmes. Ils suivront celui qui, selon eux, a les meilleures chances d’assurer leur survie, même si ces personnes ont de mauvaises intentions. Les moutons n’ont pas nécessairement des intentions malveillantes, ils ne se soucient pas de la situation dans son ensemble et ne voient que ce qui est juste devant eux. C’est un état d’esprit différent de celui de ceux d’entre nous qui recherchent des dirigeants qui font preuve d’intégrité, d’expérience et de compétence ; Les moutons ne se soucient pas de tout cela. Ils veulent juste se sentir protégés et en sécurité quoi qu’il arrive, même s’ils doivent sacrifier leurs libertés en échange de ce sentiment. Ils sont une cible de choix pour les collectivistes et les élites globalistes.

Il est presque impossible d’essayer de faire entendre raison aux moutons. Ils n’écouteront pas. Vous connaissez probablement quelques moutons dans votre vie qui, même maintenant, au milieu d’un effondrement mondial, pensent encore que cette crise sera terminée dans quelques semaines et que le gouvernement les sauvera. Tenter de les convaincre du contraire est une perte de temps.

Tout ce que vous pouvez faire, c’est proposer une meilleure solution que les collectivistes et espérer que le mouton suivra votre exemple au lieu de celui de l’empire du mal lorsque l’effondrement frappera le plus fort.

Des différences irréconciliables

Ces différents types de personnes sont pour la plupart en désaccord les uns avec les autres. Il n’y a pas de « nous » et il n’y a pas de « passons à travers cette chose ensemble ». Je dirai que la grande majorité des gens ont une conscience, contrairement aux globalistes qui ont créé cette calamité en premier lieu, mais cela ne signifie pas que nous finirons tous dans la même équipe. La magie noire du chaos est telle qu’il peut être utilisé pour convaincre des gens par ailleurs pacifiques de soutenir une horrible tyrannie au nom du « bien commun ».

Méfiez-vous de ceux qui défendent l’idée que nous sommes « tous dans le même bateau » ; c’est la porte d’entrée du collectivisme et c’est un mensonge flagrant. Comme nous l’avons mentionné, certaines élites de l’establishment prévoient de tirer profit de cet événement alors que le reste d’entre nous souffre ; elles ne sont PAS de notre côté ou dans notre bateau. Elles utiliseront la pandémie et l’effondrement économique simultané (qu’elles ont provoqué) pour pousser le public à abandonner ses libertés au nom de la sécurité collective.

Il existe des idiots et des sociopathes narcissiques utiles qui prospèrent dans ce type d’environnement instable. Ce sont eux aussi des vampires qui cherchent à saigner les gens à blanc tout en utilisant la catastrophe comme couverture. Ce sont ces gens qui crient aux étrangers qui marchent dans la rue qu’ils doivent « rentrer chez eux » et « courber l’échine ». Ce sont les gens qui appellent les flics en dénonçant leurs voisins pour avoir parlé dans un groupe de plus de deux ou trois personnes. Ce sont les fonctionnaires locaux qui demandent l’interdiction des services religieux, même lorsqu’ils ont lieu à l’extérieur, et qu’ils suivent les « lignes directrices » de la distanciation sociale. Ce sont les gens qui appellent les préposés à la préparation d’« amasseurs » et qui demandent que leurs provisions soient redistribuées. Ce sont les gens qui se délectent de l’autoritarisme.

Comprenez qu’il y a de nombreuses parties à ce conflit et que très peu d’entre elles sont honorables. Écoutez votre conscience, écoutez les preuves, la vérité et la raison, et choisissez votre camp avec sagesse.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par xxx pour le Saker Francophone

« […] le degré d’homogénéité des sociétés occidentales actuelles excède largement celui des sociétés totalitaires du siècle passé. » — Alain de Benoist, Vu de droite (1977, préface de 2002)

EN BANDE SON :

2 réponses »

  1. Bonjour, 
    Ce joint un rapport officiel de l’OMS Europe.  Voir à la page 38 (page 40 sur le PDF). Concerne la sexualité des enfants de 0-4 ans.  Les psys de l’OMS sont cinglés ! Bien à vous,  Thierry 

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s