1984

Google va bloquer les publicités sur les sites publiant des théories « débunkées » sur le coronavirus, Twitter bloque les tweets sur les violations des droits de l’homme en Chine alors que le Procureur Général Barr dénonce la « collaboration » de la Silicon Valley avec le PCC !

Google va bloquer les publicités sur les sites publiant des théories « débunkées » sur le coronavirus

Bravo de mettre en lumière ces manipulations. Cela fait plaisir de constater un nombre considérable de personnes conscientes des combats mondialistes actuels. Cela n’a hélas rien à voir à du complotisme, mais tout à voir avec un bouleversement sociétal majeur et hors normes.
Et sans vouloir noircir ce tableau déjà bien sombre, il y a encore pire ! Sur la finance, nous avons longuement discuté sur la destruction des valeurs actuelles, mais sur la guerre numérique, alors là …c’est le pompon des pompons, avec des enjeux dignes des plus grands scénarios S.F.
Derrière la 5G, nous avons L’IA, la blockchain, l’ID (bio, passeports, CB, monétaire, téléphonie, surveillance en tous genres,…) contrôle mondiale des réseaux, robotiques, nano , spatial, militaires…
Le bétail humain n’a plus aucune chance d’échapper à l’Horreur Technologique, qu’il soit ou non connecté. Nous avons une fracture culturelle déstructurante et aucune antidote pour y remédier. Désolé, pour cette triste nouvelle. Nous y reviendrons fréquemment, suivant l’air du temps.
Une note positive pour finir, plus besoin d’aller au cinoche, ni aux bals masqués…MERCI

Google est sur le point de faire un pas de géant en façonnant directement le récit médiatique dominant.

Un mois après que Google a fait parler de lui en interdisant les publicités sur des sites web pour violation de ses conditions de service en matière de matériel « dérogatoire » (un concept volontairement amorphe), le premier moteur de recherche au monde et le monopole de la publicité sur Internet, qui contrôle 70 % des dépenses publicitaires en ligne, vont prendre une mesure encore plus agressive. Selon CNBC, à compter du 18 août, Google « bannira les éditeurs de sa plateforme publicitaire à côté de contenus qui promeuvent des théories du complot sur le Covid-19 « . En outre, « dans les cas où un site particulier publie un certain seuil de contenu qui viole ces politiques, il interdira à l’ensemble du site d’utiliser ses plateformes publicitaires ».

En bref, quiconque s’écarte du discours conventionnel ou, comme le dit CNBC, remettant en question le « consensus scientifique faisant autorité » sur la pandémie de coronavirus sera rapidement démonétisé.

Sundar Pichai, PDG de Google

Qu’est-ce qui constitue un « consensus scientifique faisant autorité » ? Selon CNBC, « les allégations interdites incluraient les théories du complot comme les vaccins étant des tentatives de modifier génétiquement la population, que Bill Gates a créé le Covid-19 ou que la maladie est une arme biologique créée dans un laboratoire chinois« . Ce qui est d’autant plus troublant que l’affirmation selon laquelle le virus a été créé ou non à l’Institut de virologie de Wuhan a non seulement été contestée par d’autres sources « faisant autorité », nul autre que les agences de renseignement Five Eyes d’Australie, du Canada, de Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni et des États-Unis, examinent de près les travaux d’un scientifique de haut niveau de l’Institut de virologie de Wuhan, afin de déterminer si le COVID-19 provient d’un marché aux fruits de mer ou si le virus naturel a pu être libéré du laboratoire de niveau quatre de Wuhan qui étudiait les pathogènes mortels des coronavirus provenant des chauves-souris.

On peut se demander quelle est l’influence de la Chine sur la définition du « consensus scientifique autorisé ».

On peut également se demander si Fox News sera démonétisée pour avoir publié cette histoire : Une virologiste chinois accuse Pékin de dissimulation de coronavirus, fuit Hong Kong : « Je sais comment ils traitent les lanceurs d’alertes ».

Enfin, Google va-t-il également censurer l’avis (peu) scientifique de 1200 « experts » selon lequel le virus est capable de choisir des hôtes moraux et immoraux et que les protestations contre BLM sont nécessaires et autorisées mais que tout autre grand groupe social est dangereux et devrait être interdit, y compris les funérailles de membres de la famille ?

Selon CNBC, « Google commencera à appliquer le changement le 18 août et pourra supprimer les annonces de certains articles ou, dans certains cas, de sites entiers. En ce qui concerne la suppression des publicités d’un site entier, la société a déclaré que pour la plupart de ses politiques, elle dispose d’un seuil de pourcentage de violation des politiques avant de démonétiser complètement un site web. (La violation de certaines politiques, comme celle visant à prévenir les abus sexuels sur les enfants, est considérée par l’entreprise comme si flagrante qu’elle entraîne une action immédiate au niveau du site) ».

Et donc, quoi qu’il ressorte comme le récit dominant alias le « consensus scientifique faisant autorité », qui, comme nous l’avons clairement vu au cours des 6 derniers mois, intervient dans le contexte d’un programme politique spécifique, sera sacro-saint et toute personne qui osera contester ledit récit sera rapidement démonétisée par Google ; et puisque cela signifie traditionnellement une condamnation à mort pour ce site web, seuls les sites qui publient des histoires que Google « bénit » seront autorisés à exister.

Il va sans dire que ce n’est là que la dernière indication que les sites qui contestent l’orthodoxie conventionnelle n’auront d’autre choix que de se tourner vers un modèle d’abonnement s’ils veulent survivre, car une fois que Google sera devenu l’arbitre de ce qui est « autorisé » dans le contexte de Black Lives Matter, et maintenant de la pandémie actuelle de Covid, ce n’est qu’une question de temps avant que Google ne démonétise agressivement quiconque s’écarte de l’orthodoxie acceptée par une poignée de milliardaires de la Silicon Valley.

Enfin, il n’est guère surprenant que tout cela se produise quelques mois avant l’élection présidentielle.

Twitter bloque les tweets sur les violations des droits de l’homme en Chine alors que le Procureur Général Barr dénonce la « collaboration » de la Silicon Valley avec le PCC

Après avoir rejeté la revendication de la Chine sur la mer de Chine méridionale, mis fin à une politique d’indifférence de l’époque d’Obama que les critiques qualifiaient d’apaisement, et décidé de retirer à Hong Kong son statut spécial (tout en punissant les responsables du PCC chargés de faire appliquer la nouvelle loi de sécurité nationale de Hong Kong), l’administration Trump a lancé sa dernière attaque rhétorique contre le Parti communiste et ses monstrueuses violations des droits de l’homme.

Alors que l’administration Trump pèse sur les fonctionnaires du PCC une interdiction de voyager, le Procureur Général Bill Barr a prononcé un discours mettant en garde contre la complicité de la Silicon Valley et d’Hollywood dans la perpétuation de l’influence croissante du PCC sur la culture américaine.

Critiquant la Chine pour sa résistance à la libéralisation politique que les Américains croyaient autrefois pouvoir suivre en même temps que le programme de libéralisation économique, Pékin se lance maintenant dans une mission pour s’élever au rang de lieu de pouvoir géopolitique afin de rivaliser avec les États-Unis.

William Barr s’est plaint que Hollywood est devenu trop disposé à s’incliner devant Pékin, censurant non seulement les versions des films qui sont montrées en Chine, mais aussi celles qui sont sorties aux États-Unis.

De nombreux films hollywoodiens ont été « modifiés d’une manière ou d’une autre pour plaire au PCC » et de nombreux autres scénarios ne voient jamais le jour en raison de l’autocensure. William Barr a ajouté que cela équivaut à un « coup de propagande massif ».

Il a également invoqué la mémoire de Walt Disney, en disant que la trouvaille serait « honteuse » de ce qui est arrivé à son entreprise.

« Je soupçonne que Walt Disney serait découragé de voir comment la société qu’il a fondée traite avec les dictatures étrangères de notre époque », a déclaré William Barr dans un discours au Musée présidentiel Gerald R. Ford.

M. Barr a cité en exemple la « Guerre mondiale Z », qui aurait comporté une scène où les protagonistes ont spéculé sur l’origine chinoise du virus. Les exemples de ce type de censure sont de plus en plus fréquents, a déclaré M. Barr.

Il a également accusé les monstres technologiques américains, de Google à Facebook et Twitter, de faire les frais du PCC.

« Apaiser la RPC peut apporter un soulagement à court terme… mais au final, l’objectif de la RPC est de vous remplacer« , a prévenu M. Barr.

Le caractère fondamental du régime n’a jamais changé… comme le montre une fois de plus sa répression impitoyable de Hong Kong, la Chine n’est pas plus proche de la démocratie aujourd’hui qu’elle ne l’était en 1989″.

« Au fil des ans, Google, Microsoft, Yahoo et Apple ‘se sont montrés trop désireux de collaborer’ avec le Parti communiste chinois« , a ajouté M. Barr.

Comme pour souligner son point, au moment où William Barr parlait, un des journalistes de New York qui a récemment été expulsé de Pékin par le PCC s’est plaint que Twitter avait censuré l’un de ses tweets concernant une horrible campagne de stérilisation forcée des femmes ouïghoures.

Un autre utilisateur de Twitter a prétendu trouver une erreur dans le code à laquelle cette censure « arbitraire » pourrait être attribuée.

Mais la société n’a pas fait de commentaires sur ce qui se passe.

Regardez le discours ci-dessous :

Nemo auditur propriam turpitudinem allegans 

« Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude »

EN BANDE SON :

5 réponses »

  1. Ou est la cohérence de ceux qui disent lutter contre le système et qui en vivent par la publicité?
    le systéme lui est cohérent: il ira les « buter jusque dans les chiottes » c’est a dire leur couper les vivres ….what else?

    J'aime

    • Cela ne pourra pas arriver sur ce site ! Puisque nous payons pour que GOGOL ne déversent pas ses immondices sur notre sol ! Nous avons la naïveté de penser qu’un site se doit de vivre de la générosité de ses lecteurs !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s