REBLOG

Néopuritanisme : Deux gendarmes répriment la pratique du « topless » sur une plage, Twitter s’enflamme

« Les gendarmes à st tropez » feraient mieux d’aller surveiller les banlieues plutôt que de faire du zèle sur les plages. Police des moeurs plutôt que police des meurtres !

Les réactions se sont multipliées sur Twitter après que deux gendarmes ont demandé à plusieurs femmes qui bronzaient seins nus de remettre leur haut de maillot de bain. Plusieurs personnalités ont manifesté leur mécontentement.

topless

Levée de boucliers sur les réseaux sociaux après un fait divers qui ne manque pas de sel. Le 20 août, sur la plage de Sainte-Marie-la-mer, dans les Pyrénées-Orientales, deux gendarmes ont demandé à plusieurs femmes de remettre leur haut de maillot de bain alors qu’elles étaient en train de bronzer sur la plage rapporte France 3 Occitanie.

« Nous apercevons deux gendarmes, un homme et une femme, qui arpentent la plage et s’arrêtent à quelques mètres de nous pour s’adresser à une dame d’une soixantaine d’années. De là où nous nous trouvons, impossible d’entendre ce qu’ils lui disent. Mais nous voyons cette femme s’agiter après leur départ, visiblement troublée, et fouillant frénétiquement dans son sac à la recherche de son haut de maillot de bain », raconte Marie, une vacancière présente sur la plage, aux journalistes de la chaîne publique.

Poursuivant leur route, les deux agents des forces de l’ordre vont alors, selon elle, demander aux femmes se trouvant seins nus sur la plage de remettre leur haut de maillot de bain. « J’étais tellement choquée de ce qui se passait sous mes yeux, c’est mon âme de féministe qui a parlé, je suis allée les voir et je leur ai demandé si pour eux, bronzer les seins nus était une atteinte à la pudeur ? Ils m’ont demandé de circuler et ont quitté la plage, juste après mon intervention », témoigne-t-elle.

L’information a été confirmée par la mairie de Sainte-Marie-la-mer auprès de nos confrères, expliquant que les gendarmes avaient été sollicités par une famille dont les enfants étaient choqués de voir des femmes bronzer les seins nus.

« Honteux », pour le député ex-LREM Aurélien Taché

Un fait divers qui n’a pas manqué de faire réagir de nombreuses personnalités politiques mais aussi médiatiques. Ainsi le présentateur de télévision Christophe Dechavanne s’étonne de la situation sur Twitter : « C’est fou quand même, il y a 30 ans encore, les femmes qui le voulaient étaient seins nus à la plage. »

Le député du Val d’Oise, ancien LREM, siégeant désormais au sein du du groupe Ecologie, démocratie et solidarité, Aurélien Taché s’offusque sur le même réseau social : « Honteux. Quand l’État cessera-t-il de vouloir faire la morale, en particulier aux femmes !? »

Toujours sur Twitter, le député Les Républicains (LR) d’Eure-et-Loire, Olivier Marleix, se moque quant à lui de Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la citoyenneté. « Voilà LE sujet qui justifie qu’on ait nommé Marlène Schiappa ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur ! », commente-t-il non sans ironie.

Du côté du Rassemblement national, le membre du bureau national, Jean Messiha y voit un effet du « remplacement ethnique et identitaire »« Par contre, demander à des femmes un burkinis […] de mettre un maillot de bain normal c’est stigmatiser », se désole-t-il sur la plateforme de microblogging.

Pour rappel, aucune loi n’interdit la pratique consistant à bronzer seins nus sur la plage. Comme le précise France 3 Occitanie, les plages ne son pas concernées par le délit d’exhibition sexuelle compte tenu de l’évolution des mœurs et usages.

Source : Deux gendarmes répriment la pratique du « topless » sur une plage, Twitter s’enflamme

Catégories :REBLOG

5 réponses »

  1. Dire le chaos ?
    J’ai beaucoup hésité avant de reprendre la parole au sujet de l’actualité que nous traversons et de la situation de chaos dans laquelle se trouve notre société.
    Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, il y a d’abord eu, juste après le choc du confinement qui n’en a pas fini de produire ses puissants effets désastreux non seulement économiques mais aussi psycho-sociaux, un moment d’incrédulité et de stupeur. Ensuite, il y a eu la sidération de constater le niveau de folie collective (succédant à l’hystérie mondiale au sujet du coronavirus) qui s’est emparée de la civilisation occidentale, complètement déglinguée et azimutée par les métastases de ce qui la rongeait depuis 40 ans (et que je résume souvent par «gauchisme culturel») : haine de soi, repentance délirante, communautarisme, indigénisme, racialisme, inculture crasse, désinstruction planifiée, massification de la bêtise. A tout cela s’est ajouté cet été le spectacle à la fois grotesque et tragique de l’effondrement complet de l’Etat français : le chaos s’est installé dans la rue, la culture de l’excuse (souvenez-vous des premières paroles du Garde des Sceaux sur les braves petits gars délinquants «déchirés par la vie» : sont-ils autant déchirés par la vie que Marin, handicapé à vie, ou Augustin sur son lit d’hôpital, ou Axelle démembrée ?) et la complaisance envers la racaille, qui minent idéologiquement et socialement notre pays depuis des décennies sont parvenus cet été à leur paroxysme sur fond de déliquescence généralisée des pouvoirs publics, tandis qu’on nous proposait un remaniement en forme de ballet ridicule et que l’enfant-président s’éclatait en jet-ski.
    Les séquences de ces derniers jours témoignent de ce que nous sommes quelques-uns à expliquer depuis des mois voire des années : le choix de la complaisance envers la racaille (ce ne sont pas les messages ministériels en rafale de Darmatweet qui constituent une action : ceux-ci bien au contraire servent à masquer de façon clownesque la véritable inaction dont ils sont le cache-sexe) tandis qu’on réprime le peuple français : on débarque sur le lieu de travail d’un magasinier et on l’embarque parce qu’il porte son masque depuis 6h du matin juste sous le nez (il faut croire que les gendarmes n’ont que ça à faire), on déboule dans un troquet où des supporters bien sages regardent un match pour les réprimer sous couvert de mesures sanitaires (il faut croire que les forces de l’ordre n’avaient que ça à faire), mais la racaille, à quelques mètres de là est, elle, laissée complètement libre pendant de très longues minutes pour tout saccager. Le préfet à large casquette avait depuis longtemps indiqué qu’il n’était pas dans le «camp» du peuple…. On a confié les clefs de la rue à la pègre, on mâte le peuple, pendant ce temps on impose des mesures répressives et loufoques, on empêche les femmes de dorer sur la plage seins nus pendant qu’une presse collaborationniste s’indigne de ce que la supposée «fachosphère» soutient un brave petit Lyonnais, Augustin, qui s’est courageusement fait démolir par de lâches racailles, ces petits SA du système, et tandis qu’un élu qui fait honte à la République, Aurélien Taché le bien nommé, minimise l’ensauvagement et l’islamisme barbare conduisant au martyre d’une jeune fille par sa famille pour avoir été éprise d’un jeune chrétien.
    Alors voilà, nous en sommes là.
    Parler, dans ces conditions, est difficile voire dénué de sens véritable. Car, que n’avons-nous déjà dit ? J’ai écrit des articles sur Adrien Perez, sur Marin, sur les attaques au couteau, sur les racailles aux Champs Elysées lors de la victoire en Coupe du monde de football, sur l’incurie sécuritaire de Piolle à Grenoble, sur la stupidité des mesures de la nouvelle municipalité lyonnaise bien plus occupée par l’écriture inclusive que par la transformation de l’espace public dont elle a la charge en coupe-gorge barbare (on n’a pas oublié non plus le martyre d’Axelle au début de l’été). Que faut-il dire de plus pour que les citoyens se réveillent et cessent d’être soumis, stupides, apathiques, inaptes à se battre et à se défendre ?
    C’est à chacun désormais de se prendre en main. Nous, nous avons fait le job et la réaction ne se passera pas sur les réseaux sociaux ni dans des bavardages médiatiques. Un 1er pas, peut-être, une piste : inscrivez-vous au krav-maga.
    A bientôt, quand tout le monde aura fini de dormir en pensant que nos avancées culturelles et démocratiques sont acquises ad vitam aeternam : tout ce qui constitue notre civilisation est fragile et devra être défendu bec et ongles.
    Dire le chaos ne va plus suffire.

    ANNE SOPHIE CHAZAUD

    J'aime

  2. Gravissime et symptomatique il est clair que les pandores ont été alerté par des » chances pour la france » enturbannées et burkinisés »

    toute femme française se doit de se mettre seins nus dorénavant sur la plage !!!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s