REBLOG

La Turquie passe à la vitesse supérieure avec le déploiement de chars et de véhicules blindés de transport de troupes à la frontière grecque – La découverte du gaz va-t-elle changer la donne politique de la Turquie ?

Alors que les tensions entre la Turquie et la Grèce s’intensifient en raison de la prise de bec pour l’exploration gazière en Méditerranée orientale, qui a déjà amené des avions de chasse rivaux à patrouiller l’espace aérien au large de Chypre, l’Associated Press rapporte qu’Ankara a déployé une quarantaine de chars et de véhicules blindés à la frontière avec la Grèce.

L’AP/New York Times a cité des reportages des médias turcs de samedi :

Pendant ce temps, les médias turcs ont rapporté que des chars étaient déplacés vers la frontière grecque. Le journal Cumhuriyet a déclaré que 40 chars étaient transportés de la frontière syrienne à Edirne, au nord-ouest de la Turquie, et a apporté des photos de véhicules blindés chargés sur des camions.

Il n’y a pas eu de confirmation officielle immédiate du déploiement.

Mais la confirmation est venue après que l’agence de presse turque İHA a publié une vidéo montrant des véhicules blindés de transport de troupes APC se dirigeant vers le point de frontière.

Cependant, les chars n’étaient pas évidents dans la vidéo du grand convoi sur la route turque, et le déploiement aurait pu être planifié à l’avance, bien qu’il sera certainement remarqué et répondu par Athènes.

Pendant ce temps, les dirigeants de l’OTAN tentent de jouer un rôle de médiateur dans le conflit entre les membres de l’OTAN, ce qui pourrait s’avérer très embarrassant, d’autant plus que la Russie est sur le point de lancer des jeux de guerre navale autour de Chypre, notamment dans les eaux très contestées que la Turquie revendique comme étant les siennes.

Point frontalier d’Edirne, côté turc.

L’AP passe en revue les deux dernières semaines de l’impasse qui se militarise rapidement : « Les combats simulés entre pilotes de chasse grecs et turcs se sont multipliés au-dessus de la mer Égée et de la Méditerranée orientale. »

« Une frégate turque et une frégate grecque sont entrées en collision le mois dernier, causant apparemment des dommages mineurs à la frégate turque mais aucun blessé », ajoute le rapport.

Source : La Turquie passe à la vitesse supérieure avec le déploiement de chars et de véhicules blindés de transport de troupes à la frontière grecque

La découverte du gaz va-t-elle changer la donne politique de la Turquie ?

Le ministre turc de l’économie, Berat Albayrak, a déclaré que la découverte d’un grand gisement de gaz naturel au large des côtes turques de la mer Noire allait changer l’axe [politique] de la Turquie. « Ni l’Ouest, ni l’Est, le nouvel axe de la Turquie est la Turquie », a déclaré Albayrak, le gendre du président turc Recep Tayyip Erdogan. La découverte, estimée à 320 milliards de mètres cubes (bcm) de gaz en haute mer, marque un jour historique pour la Turquie, a déclaré Erdogan, le début d’une nouvelle ère.

Erdogan a annoncé que la production sur le site pourrait commencer d’ici 2023, date à laquelle les Turcs se rendront aux urnes pour les élections présidentielles et parlementaires. Les responsables d’Ankara espèrent que la découverte permettra de répondre aux besoins en gaz naturel de la Turquie pendant 7-8 ans, et de rapporter 65 milliards de dollars à l’économie nationale.

Une euphorie sans précédent règne dans les médias pro-Erdogan. La propagande parle de « moment turc », de « la Turquie en voie de devenir une puissance mondiale ». Tout cela est compréhensible dans un pays avec un PIB par habitant d’à peine 9 000 dollars, une économie en difficulté et une monnaie nationale en chute libre – et qui a besoin d’histoires épiques pour maintenir les électeurs dans le domaine de l’espoir. Dans quelle mesure ce nouvel espoir turc est-il fondé sur des faits ? Le « moment turc » pourrait-il vraiment arriver ? La Turquie sera-t-elle une puissance mondiale avec 320 milliards de mètres cubes de gaz naturel ?

Il y a plusieurs raisons d’être prudent face à l’optimisme des Turcs.

Les découvertes d’hydrocarbures sous forme de « nouvelles de dernière minute » font partie de la machine de propagande d’Erdogan depuis 2004.

« C’est la neuvième découverte depuis lors… J’espérais qu’ils découvrent cette fois-ci de l’essence prête à l’emploi », a dit le chroniqueur Yılmaz Özdil en plaisantant.

Il pourrait être utile de comparer la découverte de 320 milliards de mètres cubes de gaz en Turquie avec les réserves prouvées de certains pays qui ne sont pas des « puissances mondiales ». Turkménistan, 12,1 billions (12 100 milliards) de mètres cubes (bmc) ; Algérie, 4,5 bmc ; Egypte, 2,2 bmc ; Kazakhstan, 1,8 bmc ; Ouzbékistan, 1,5 bmc ; Oman, 677 mmc ; Pakistan, 567 mmc ; Bangladesh, 549 mmc ; Pérou, 375 mmc ; et Angola, 343 mmc. Ce n’est pas vraiment le club d’élite de la puissance mondiale.

Les experts restent prudents.

« Il y a beaucoup d’inconnues », a déclaré l’analyste Atilla Yesilada de Global Source Partners. « Nous ne savons pas combien cela va coûter pour l’extraire, quelle est la pureté du gaz, tout cela à un moment où les prix du gaz atteignent des niveaux historiquement bas. »

« La Turquie, poursuit Yesilada, est engagée dans des contrats à long terme d’achat de gaz par pipeline à l’Iran, l’Azerbaïdjan et la Russie. Vous ne pouvez pas simplement vous retirer de ces contrats… Vendre du gaz sur le marché mondial ne sera pas facile non plus, car il y a une offre excédentaire ».

Ashley Sherman de Wood Mackenzie a déclaré au Financial Times :

« C’est une estimation basée sur un simple forage de découverte qui devra être confirmée par d’autres forage d’un puits d’appréciation. »

Sinem Adar, chercheur à l’Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité à Berlin, a déclaré que le moment de l’annonce et le battage médiatique qui l’a entourée semblent en partie découler de la nécessité de créer une certaine « effervescence » pour détourner l’attention des problèmes économiques.

Les tsars de l’économie d’Erdogan espéraient apparemment que l’annonce très médiatisée de la découverte de gaz par le président inverserait la baisse de 20 % de la livre turque depuis le début de l’année. Au lieu d’aller de l’avant, la livre est restée légèrement plus faible par rapport aux principales devises occidentales lors des journées boursières de vendredi et lundi.

Ironiquement, le jour même où Erdogan a annoncé la découverte, Fitch Ratings a révisé les perspectives de défaut de paiement des émetteurs turcs à long terme de « stable » à « négatif ».

Fitch a également averti que le PIB de la Turquie se réduirait de 10 % au deuxième trimestre 2020. Une crise économique imminente force Erdogan à consolider sa base d’électeurs par des histoires épiques de la puissance turque mondiale – y compris militaire.

En juillet, Erdogan a converti une église orthodoxe byzantine monumentale du sixième siècle, Sainte-Sophie, en une mosquée, qui a fait le bonheur de millions de Turcs musulmans conservateurs et nationalistes. Le 21 août, Erdogan a également publié un décret pour ouvrir au culte musulman une autre église orthodoxe, la Kariye (ou Chora), vieille de 1000 ans, qui était auparavant un musée populaire d’Istanbul.

Erdogan a également ordonné une escalade des tensions militaires dans la mer Égée et la Méditerranée avec la Grèce. Il a envoyé des forces de combat en Irak et dans le nord de la Syrie, ainsi que des formateurs et du matériel militaire en Libye. « Le défi militaire incessant de la Turquie contre les puissances mondiales sur terre et sur mer » est à l’origine de centaines d’histoires d’héroïsme turc dans les médias, qui sont largement contrôlés par Erdogan et ses copains d’affaires.

Voici maintenant la promesse de dizaines de milliards de gaz-dollars du marchand de rêves turc. Selon des experts, la production du champ de la mer Noire pourrait commencer dans 7 à 10 ans, au mieux. Erdogan a promis une production en 2023. Au cours de cette année électorale, les électeurs turcs pourraient remettre en question la disponibilité du gaz naturel ou, plus réaliste, ils pourraient demander à Erdogan pourquoi ils continuent à payer des factures de gaz élevées pour chauffer leurs maisons.

Traduction de The Gatestone Institute par Aube Digitale

La livre Turque coule à un niveau record alors que les exercices navals russes débutent dans les eaux méditerranéennes revendiquées par la Turquie

La Russie n’a pas immédiatement confirmé l’annonce d’Ankara, rapportée par la suite par TRT World de la Turquie, qui s’est emparé de la nouvelle en relation avec ses revendications controversées sur l’exploration du gaz :

L’annonce de mercredi conseille aux marins de ne pas entrer dans la zone de forage et dans les zones où les navires mènent des recherches, a déclaré le département hydrographique et océanographique des forces navales turques dans un communiqué.

Selon les alertes navales, les forces russes vont mener deux exercices de tir séparés des deux côtés de l’île de Chypre.

L’exercice de tir russe en deux phases en Méditerranée orientale se déroulera du 8 au 22 septembre et l’autre du 17 au 25 septembre.

Il semble que la Turquie tente de présenter l’évolution en sa faveur, mais c’est tout sauf une certitude, et c’est même le contraire.

L’Associated Press a noté que « On ne sait pas très bien pourquoi la Turquie, membre de l’OTAN, annoncerait de tels exercices au nom de Moscou » – malgré la récente coopération militaire limitée, par exemple le transfert du S-400.

Les exercices sont interprétés comme une tentative de la Russie de rappeler à l’OTAN, bloquée dans un conflit entre ses deux membres, la Grèce et la Turquie, sa présence et son influence navale significative en Méditerranée orientale.

La marine turque demanderait à Moscou de ne pas interférer dans les études sismiques en cours menées par des navires près des îles les plus à l’est de la Grèce ainsi que près de Chypre.

Selon Bloomberg, il ne s’agit en aucun cas d’un signal en faveur des revendications maritimes de la Turquie :

Le porte-parole de la marine russe, Igor Dygalo, n’a pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires. Igor Korotchenko, directeur du Centre d’analyse du commerce mondial des armes à Moscou, a déclaré que les exercices étaient une démonstration de force de la Russie contre l’OTAN et non un effort pour soutenir la Turquie.

« Nous avons des liens économiques et de défense forts avec la Turquie mais notre politique est d’éviter de soutenir l’une ou l’autre des parties dans ce conflit« , a-t-il déclaré au téléphone.

« Il semble que les marchés turcs soient d’accord, étant donné que la livre vient de tomber à un niveau record par rapport au dollar, également à la suite de la rapide augmentation de l’inflation en août (11,77 % en glissement annuel).

Reuters note que la livre « s’est affaiblie de quelque 0,25% à 7,4100 contre le dollar à 07h44 GMT, son niveau le plus faible jamais enregistré, à partir d’une clôture à 7,3910 mercredi ».

« Erdogan a-t-il les moyens de déstabiliser Emmanuel Macron en France ? »

Atlantico : La Turquie d’Erdogan peut-elle déstabiliser la politique intérieure française de la même façon dont elle a déstabilisé la politique allemande précédemment ?

Alexandre Del Valle : Sur la question allemande, il s’agissait pour Erdogan d’agir en réaction au soutien de la chancelière aux mouvements pro-Kurde et anti-Turquie. Erdogan ne supportait pas cet appui assumé des Allemands à ces militants pro-Kurde réfugiés en Allemagne. L’idée d’Erdogan a donc été de culpabiliser les Européens et les Allemands en les traitant de nazis, en les accusant de persécuter les musulmans et les immigrés. En cela, Erdogan connaît bien la psychologie européenne, il sait qu’ils sont culpabilisés et que ce qui fait mal, dans la presse, c’est d’être traité de fasciste.

Dans les actes, Erdogan a activé des réseaux liés à l’extrême droite nationaliste turque implantés dans de nombreux pays européens, en particulier en Allemagne, mais aussi en France. Ces réseaux, négationnistes, islamistes radicaux, que l’on nomme les « Loups gris », sont les appuis d’Erdogan en Europe auxquels s’ajoutent des réseaux des Frères musulmans. Erdogan sait qu’il a dans ces pays une véritable armée qu’il pourrait utiliser pour déstabiliser indirectement les pays qui sont hostiles à sa politique extérieure.

Récemment, des militants turcs pro-Erdogan étaient interviewés dans l’ouest de la France et s’exprimaient en ces termes : « Si nous recevons le moindre ordre de la part d’Ankara d’aller tuer n’importe qui en France, nous le ferons. » Est-ce qu’Erdogan donnera cet ordre ? Je ne le pense pas.

Erdogan pourrait-il être tenté de répondre à la fermeté du discours d‘Emmanuel Macron sur les ambitions expansionnistes de la Turquie en Méditerranée orientale en activant directement ces réseaux  sur le territoire français?

Je ne suis pas sûr qu’il aille jusque là directement, car je ne vois pas l’intérêt qu’il aurait à assumer des actes terroristes ou violents commis sur son ordre sur notre sol. Ce serait trop gros et personne ne lui pardonnerait : il sera beaucoup plus malin. Il pourrait condamner sans aucun doute possible les actes terroristes, tout en tenant un discours légitimant ces actes en les justifiant par une « islamophobie française ».

C’est le discours qu’a tenu le responsable algérien de la mosquée de Paris chargé de la lutte contre l’islamophobie, après qu’une mosquée ait brûlé à Lyon : « Les mosquées brûlent en France à cause de l’extrême droite. Il ne faudra pas s’étonner que les jeunes soient exaspérés et réagissent. »

C’est un discours qui justifie les actes violents qui peuvent se produire en France. Les minorités présentes en Europe sont utilisées par de nombreux pays comme le Pakistan, la Turquie ou l’Algérie, comme des boucliers et des leviers de déstabilisation potentielle.

Comment la France doit-elle gérer ce type de menace ?

La France a les moyens de contrôler la communauté turque sur son territoire qui est beaucoup moins importante que les communautés arabe ou ouest-africaine. La délinquance est également beaucoup moins élevée parmi la communauté turque qui est mieux intégrée dans la société française. Des paroles prononcées par des mouvements fascistes turcs seront peu suivies par les citoyens franco-turcs. Cette armée de déstabilisation dont nous parlions précédemment est une armée de lobbyistes turcs qui sont capables de défendre leur pays comme lorsque le Point avait comparé Erdogan à Hitler : ces milices avaient saboté les kiosques qui vendaient cette édition du journal. Ce sont des actions discrètes extrêmement ciblées : assassinats de Kurdes à Paris, menaces sur la communauté arménienne, etc. Cela n’intimidera pas le chef de l’État français.

Catégories :REBLOG

Tagué:

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :