REBLOG

Covid19-84 : La Nouvelle-Zélande annonce des « camps de quarantaine » où les patients positifs seront placés de force/L’Angleterre entre dans son deuxième confinement

La Nouvelle-Zélande annonce des « camps de quarantaine » où les patients positifs seront placés de force

PAR ASR · 1 NOVEMBRE 2020

Avec seulement 25 décès dus au coronavirus sur une population de près de 5 millions d’habitants, les médecins sont désormais tenus de gérer tous les cas positifs confirmés dans un camp de quarantaine.

La Nouvelle-Zélande porte le terme « quarantaine » à un tout autre niveau.

Avec seulement 25 décès dus au coronavirus dans une population de près de 5 millions d’habitants, les médecins sont désormais tenus de gérer tous les cas positifs confirmés dans un camp de quarantaine, selon le directeur général de la santé, le Dr Ashley Bloomfield.

« Je donne maintenant pour instruction aux médecins hygiénistes de gérer tous les cas confirmés dans une installation de quarantaine. Cette mesure est différente de la façon dont les cas positifs étaient gérés lorsque nous étions au niveau 4, voire 3, et montre à quel point nous sommes déterminés à limiter tout risque de transmission continue, même en isolement et en incluant les autres membres du ménage. Cela s’appliquera à tous les cas et aussi aux membres de la famille proche qui pourraient être à risque, le cas échéant », a déclaré M. Bloomfield.

Le pays dispose de 32 installations d’isolement et de quarantaine gérées avec une capacité opérationnelle de 6260 personnes, rapporte Stuff.

Mais ce n’est pas le pire.

Les patients seront retenus contre leur volonté dans les camps de quarantaine jusqu’à ce que les tests de dépistage du virus soient négatifs.

Le Premier ministre Jacinda Ardern, du parti travailliste néo-zélandais de centre-gauche, a annoncé dans une vidéo que si les personnes envoyées dans les installations de quarantaine refusent de subir un test, elles devront rester dans le camp pendant deux semaines supplémentaires après leur séjour initial de deux semaines, qualifiant cet avertissement de « très bonne incitation » à se faire tester pour le virus.

« Si quelqu’un refuse, dans nos installations, de se faire tester, il doit continuer à y rester. Il ne pourra donc pas partir au bout de quatorze jours, il devra rester encore quatorze jours. C’est donc une bonne incitation. Soit vous faites faire vos tests et vous vous assurez que vous êtes autorisé, soit nous vous gardons plus longtemps dans l’établissement. Je pense donc que les gens – la plupart des gens – regarderont cela et diront : “Je vais passer le test”. »

Dans une interview avec Laura Ingraham mardi, Victor Davis Hanson, membre senior de l’Hoover Institution, a condamné l’institution des camps de quarantaine en Nouvelle-Zélande.

« Ils ont une nation de 5 millions d’habitants », a expliqué M. Hanson. « Ils ont seulement perdu, tragiquement, mais ils ont perdu 25 personnes. C’est un nombre étonnamment bas pour jeter la liberté personnelle. »

Le gouvernement a également ordonné à Air New Zealand de cesser toutes les réservations internationales vers le pays car les projections montrent que les installations de quarantaine sont proches de leur capacité.

À partir de mardi, toute personne se rendant en Nouvelle-Zélande doit avoir une réservation confirmée dans un camp de quarantaine. Les passagers ne pourront embarquer sur leur vol que s’ils présentent un bon délivré par le gouvernement comme preuve.

Le directeur exécutif de Board of Airlines New Zealand, Justin Tighe-Umbers, a déclaré que les compagnies aériennes constataient une forte demande de la part des personnes retournant en Nouvelle-Zélande d’ici Noël, selon Stuff.

« Il y a peu de possibilités d’isolement et de quarantaine, donc les gens doivent s’assurer qu’ils ont une place en obtenant un bon du gouvernement néo-zélandais », a-t-il déclaré.

Source : TIMES.KY – Traduit par Anguille sous roche

L’Angleterre entre dans son deuxième confinement

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé que le gouvernement mettait l’ensemble de l’Angleterre en quarantaine pendant un mois la semaine prochaine après avoir été averti qu’une résurgence de l’épidémie de coronavirus allait submerger les hôpitaux dans les semaines à venir sans que des mesures sévères soient prises.

LONDRES — Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé samedi un nouveau confinement d’un mois pour l’Angleterre après avoir été averti que sans une action ferme, une résurgence de l’épidémie de coronavirus submergerait les hôpitaux dans les semaines à venir.

Le jour où le Royaume-Uni a dépassé le million de cas confirmés de COVID-19, M. Johnson a fait un brusque revirement et a confirmé que des restrictions strictes sur les affaires et la vie quotidienne commenceraient jeudi et dureraient jusqu’au 2 décembre.

Lors d’une conférence de presse télévisée, il a déclaré qu’”aucun premier ministre responsable” ne peut ignorer ces sombres chiffres.

“Si nous n’agissons pas, nous pourrions voir plusieurs milliers de morts par jour dans ce pays”, a déclaré M. Johnson, qui a été hospitalisé au début de l’année pour un cas grave de COVID-19.

Selon les nouvelles restrictions, les bars et les restaurants ne pourront proposer que des plats à emporter, les magasins non essentiels devront fermer et les gens ne pourront quitter leur domicile que pour une courte liste de raisons, dont l’exercice physique. Des activités allant de la coupe de cheveux aux vacances à l’étranger doivent à nouveau être mises en suspens.

Contrairement à ce qui s’est passé au Royaume-Uni au début de l’année lors de la première période de fermeture de trois mois, les écoles, les universités, les chantiers de construction et les entreprises manufacturières resteront ouverts.

Comme dans d’autres pays européens, le nombre de cas de virus au Royaume-Uni a commencé à augmenter après que les mesures de confinement aient été assouplies en été et que les gens aient commencé à retourner sur leur lieu de travail, dans les écoles, les universités et dans la vie sociale. Le Bureau des statistiques nationales a estimé vendredi qu’en Angleterre, 1 personne sur 100, soit bien plus d’un demi-million, avait contracté le virus au cours de la semaine du 23 octobre.

Johnson avait espéré qu’une série de restrictions régionales introduites au début du mois d’octobre suffirait à faire baisser les chiffres. Mais les conseillers scientifiques du gouvernement prévoient que sur la trajectoire actuelle de l’épidémie, la demande de lits d’hôpitaux dépassera la capacité d’accueil d’ici la première semaine de décembre, même si les hôpitaux temporaires mis en place lors du premier pic du virus sont rouverts.

Les scientifiques ont averti que le nombre d’hospitalisations et de décès liés au COVID-19 pourrait bientôt dépasser les niveaux observés lors du pic printanier de l’épidémie, lorsque le nombre de décès quotidiens a dépassé les 1 000. Le conseiller scientifique en chef du gouvernement, Patrick Vallance, a déclaré que le taux de mortalité pourrait être “deux fois plus élevé, voire plus” que lors de la première vague européenne de la pandémie, si rien n’est fait.

Alors que des pays européens comme la France, l’Allemagne et la Belgique ont imposé un deuxième confinement au milieu d’un nombre croissant de cas, il semblait inévitable que Johnson doive suivre.

Les chiffres officiels annoncés samedi ont enregistré 21 915 nouveaux cas confirmés au cours des dernières 24 heures, ce qui porte à 1 011 660 le nombre total de cas en Grande-Bretagne depuis le début de la pandémie. Le nombre de décès causés par le coronavirus en Grande-Bretagne est de 46 555, le plus élevé d’Europe, avec 326 nouveaux décès annoncés samedi.

Les États-Unis, l’Inde, le Brésil, la Russie, la France, l’Espagne, l’Argentine et la Colombie ont également enregistré plus d’un million de cas, selon un décompte de l’université Johns Hopkins. Les scientifiques affirment que le nombre réel de cas est beaucoup plus élevé, car toutes les personnes atteintes du virus ne sont pas testées.

Tout nouveau confinement devra être approuvé par le Parlement, et un vote est prévu pour mercredi. Les nouvelles restrictions s’appliqueraient à l’Angleterre. D’autres régions du Royaume-Uni ont mis en place leurs propres mesures de santé publique, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord étant déjà en état de confinement et l’Ecosse étant soumise à une série de restrictions régionales strictes.

Le Premier ministre écossais Nicola Sturgeon a déclaré samedi que pour l’instant, les habitants de l’Écosse ne devraient pas se rendre en Angleterre ou en revenir, “sauf pour des raisons essentielles”.

Tout au long de la pandémie, de nombreux scientifiques et experts de la santé publique britanniques ont accusé Johnson d’être trop lent à agir. L’épidémiologiste de la London School of Hygiene, John Edmunds, membre du groupe consultatif scientifique du gouvernement, a déclaré que même avec le nouveau confinement, la Grande-Bretagne était confrontée à “des dizaines de milliers de décès dus à cette vague”.

Keir Starmer, chef du principal parti d’opposition, le Parti travailliste, a déclaré en réponse à l’annonce du confinement : “Il est indéniable que ces mesures sont nécessaires et je suis heureux que le gouvernement ait finalement pris la décision qu’il aurait dû prendre il y a quelques semaines”.

Mais M. Johnson subit la pression de certains membres de son parti conservateur, qui s’opposent à un renforcement des restrictions en raison des dommages économiques qu’elles entraînent.

Les propriétaires d’entreprises qui ont eu du mal à se remettre sur pied depuis que le premier confinement a été assoupli ont déclaré que l’impact de nouvelles fermetures serait dévastateur.

“Les gens ont emprunté jusqu’au bout et dépensé de l’argent pour obtenir la sécurité du COVID”, a déclaré Kate Nicholls du groupe de l’industrie des pubs et des restaurants Hospitality U.K. “Il n’y a pas de capacité de réserve dans le réservoir pour pouvoir financer un confinement, même pour trois à quatre semaines”.

Un programme gouvernemental qui a payé les salaires de millions d’employés mis à pied pendant la pandémie devait se terminer samedi, mais sera prolongé pendant le nouveau confinement.

Johnson avait prévu d’annoncer le confinement au Parlement lundi, mais il a été contraint d’agir rapidement après que le Times of London a rapporté la nouvelle. Le gouvernement a déclaré qu’il y aurait une enquête sur la fuite.

M. Johnson a déclaré que le gouvernement avait dû faire des choix “incroyablement difficiles” pendant la pandémie. Il a dit que c’était “une lutte constante et un équilibre que tout gouvernement doit faire entre les vies et les moyens de subsistance – et évidemment les vies doivent passer en premier”.

Le médecin en chef de l’Angleterre, Chris Whitty, a déclaré lors de la conférence de presse que “il n’y a pas de moment idéal (pour agir), et il n’y a pas de bonnes solutions”.

“Nous essayons d’avoir le moins de mauvaises solutions possibles”, a-t-il dit.

Traduction de ABC News par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

5 réponses »

  1. Confinement et camps de quarantaine
    Tout ce qui se déroule actuellement était prévisible de longue date. Et sans vouloir parler de ma petite personne, je dirais simplement que je l’ai crié pendant près de 15 ans; je le gueulai il y encore a deux/trois ans! Depuis, je me suis tu, ne pouvant forcer les ânes à boire (Pardon pour cet équidé que j’affectionne particulièrement).
    Certes je n’imaginais pas une pandémie volontaire de « couillevide » mais pour le reste je suis toujours resté dans les cordes du ring!
    Nul besoin d’être un prophète pour ce faire, juste un peu de réflexion, d’observation et la volonté de comprendre le pourquoi du comment.
    Et lorsque l’on finit par comprendre, on s’aperçoit tout bête qu’en fait le complot a disparu depuis bien des années puisque tout est déjà écrit, calculé et mis à jour par les « Grands » de ce monde! Là où il y a de la gène, il n’y a pas de plaisir!
    Je ne rentrerai pas dans une polémique sur les définitions du terme « complot », chacun ayant sa propre sensibilité pour le faire.
    Voici ce que j’écrivais (entre autres sujets) en 2016/2017 dans un opuscule:
    « Le Plan Kalergi ou LA PANEUROPE
    Peu de gens savent qu’un des principaux protagonistes du processus européen est aussi celui qui a planifié et programmé le génocide des peuples européens. Il s’agit d’un obscur personnage dont les masses ignorent l’existence, mais que les « puissants » considèrent comme étant le père fondateur de l’Union Européenne.
    Son nom est Richard Coudenhove Kalergi.
    En coulisse, loin des projecteurs, il a réussi a attirer dans ses filets les plus importants chefs d’Etat. Ils soutiendront et feront la promotion de son projet d’unification européenne. En 1922, il fonda à Vienne le mouvement « Paneuropéen », qui visait l’instauration d’un Nouvel Ordre Mondial basé sur une Fédération de Nations dirigée par les Etats-Unis. L’unification de l’Europe aurait été le premier pas vers un unique Gouvernement Mondial.
    Avec la montée du fascisme en Europe, le Plan a du être momentanément stoppé, et l’Union Paneuropéenne contrainte de se dissoudre. Mais, après la seconde guerre mondiale, Kalergi, grâce à une frénétique et infatigable activité, grâce
    aux appuis de Winston Churchill, de la loge maçonnique B’nai B’rith et d’importants quotidiens comme le New York Times, réussit à faire accepter son projet au gouvernement des USA.
    L’ESSENCE DU PLAN KALERGI
    Dans son livre « Praktischer Idealismus », Kalergi déclare que les habitants des futurs « Etats Unis d’Europe » ne seront plus les peuples originaires du Vieux Continent, mais plutôt une sorte de sous-humanité bestiale issue de mélanges
    raciaux. Il affirmait, sans demi-mesure, qu’il était nécessaire de « croiser » les peuples européens avec les Asiatiques et les Noirs, pour créer un troupeau multi-ethnique sans qualités spécifiques et facile à dominer pour les élites au pouvoir.
    Voilà comment Gerd Honsik décrit l’essence du Plan Kalergi :
    « L’homme du futur sera de sang mêlé. La future race eurasiato-negroïde, très semblable aux anciens Egyptiens, remplacera la multiplicité des peuples.
    Kalergi proclama qu’il fallait abolir le droit à l’autodétermination des peuples et, successivement, éliminer les nations en utilisant les mouvements ethniques séparatistes ou l’immigration allogène de masse.
    Pour que les élites puissent dominer l’Europe, il prévoyait de transformer les peuples homogènes en un peuple métissé ; il attribuait aux métis des caractéristiques de cruauté et d’infidélité, entre autres. Ce peuple, selon lui, devait être créé et
    ce nouveau peuple métissé permettrait à l’élite de lui être supérieure.
    En éliminant d’abord la démocratie, à savoir le pouvoir du peuple, et ensuite le peuple lui-même avec le métissage, les Blancs devaient être remplacés par une race métissée facile à dominer.
    En abolissant le principe d’égalité de tous devant la loi et en préservant les minorités de toute critique, avec des lois extraordinaires les protégeant, on réussirait à contrôler les masses. Les politiques de l’époque ont écouté Kalergi, les
    puissances occidentales se sont basées sur son Plan, les journaux et les services secrets américains ont financé ses projets. Les leaders de la politique européenne savent bien que c’est lui l’instigateur de cette Europe dirigée par Bruxelles et Maastricht.
    Kalergi, inconnu de l’opinion publique, est considéré comme le père de Maastricht et du multiculturalisme. Ce qui est révolutionnaire dans son Plan, est qu’il ne préconise pas un génocide pour atteindre lepouvoir, mais qu’il prévoit de créer des « sous-humains » qui, en raison de caractéristiques négatives comme l’incapacité et l’instabilité, toléreront et accepteront cette « noble race » (ndt noble race = élite). »
    (source: http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-plan-kalergi-genocide-des-172751)
    Depuis Kalergi, de l’eau s’est ruée sous les ponts et c’est un torrent qui emporte tout sur son passage, nauséux et mortel!
    Les salauds n’étant pas une race en voie d’extinction se multiplièrent pour apporter leur pierre d’achoppement. Vous les connaissez tous, ceux de l’ombre mis à part!
    Alors, me direz-vous: « mon écrit présent est hors-sujet »!
    Que nenni! Tout est relié par une fil conducteur souterrain, maléfique, qui serpente maintenant à ciel ouvert, sans complot et sans gène, et qui mène aux camps de la FEMA:
    Les camps de La FEMA aux USA : La prétendue « crise » de 2008 visait à siphonner le monde de ses richesses sous l’égide d’une violence élitaire telle qu’aucune loi ne peut encore l’infléchir. Seule vacille la culture de solidarité dans les démocraties qui expirent.
    Parallèlement à l’essor de Daesh, un nouvel ordre mondial se prépare, créant les conditions de possibilité d’une barbarie insoupçonnée fondée non sur la race, mais sur toute opposition aux visées des puissances financières qui manipulent les
    États en sous-main.
    À quoi d’autre servirait le Patriot Act, la multiplication des lois sur le renseignement ou l’insidieuse tentation visant à « pucer » chaque humain ?
    Autre question : à quel usage sont destinés les 600 camps de concentration disséminés sur le territoire américain pouvant recevoir 20 000 personnes chacun, les milliers de cercueils en plastique pouvant contenir plusieurs cadavres,http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-plan-kalergi-genocide-des-172751 et les 100 000 wagons de prisonniers à trois étages munis de menottes et de chaînes, que la Federal Emergency Management Agency (Fema) a commandés à des entreprises
    Un lien, parmi tant d’autres (celui-ci n’a pas encore disparu):
    https://www.youtube.com/watch?v=w3m9vId8ZPk
    Camps amerloques, camps néo-nazis zélandais, Französische Lager und ihre Kapos … Tous les chemins mènent à Rome! Nous rentrons dans les camps du cirque!
    Cela me rappelle vaguement quelqu’horreur étoilée du XXè siècle… les peuples qui ignorent leur passé n’ont pas de présent, leur seul futur est dans l’esclavage, la mort programmée…Et heureux s’ils ont encore du pain et des jeux. De la brioche peut-être?
    PS/  » « Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, l’on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limitée et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des informations et des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. »
    Extrait du livre « Sagesse et révolte » de Serge Carfantan

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s