REBLOG

Grand Reset : Klaus Schwab : « Vous ne posséderez plus rien dans 10 ans »/“CommonPass” : Les nouvelles mesures de sécurité du COVID-19 feront de votre santé une condition préalable pour voyager

Klaus Schwab : « Vous ne posséderez plus rien dans 10 ans »

Publié le 28 octobre 2020 par Olivier Demeulenaere

  1. « Vous ne posséderez rien » – Et « vous en serez heureux ».
  2. « Les Etats-Unis ne seront plus la superpuissance qui mène le monde »
  3. « Vous ne mourrez pas en attendant un donneur d’organes » – Ils seront réalisés par des imprimantes 3D
  4. « Vous mangerez beaucoup moins de viande » – La viande sera « une friandise occasionnelle, pas un aliment de base, pour le bien de l’environnement et de notre santé ».
  5. « Un milliard de personnes seront déplacées par le changement climatique » – Les frontières ouvertes de Soros
  6. « Les pollueurs devront payer pour émettre du dioxyde de carbone » – « Il y aura un prix mondial pour le carbone. Cela contribuera à reléguer les combustibles fossiles aux oubliettes »
  7. « Vous pourriez vous préparer à aller sur Mars » – Les scientifiques « auront trouvé comment vous garder en bonne santé dans l’espace ».
  8. « Les valeurs occidentales auront été testées jusqu’au point de rupture. » – « Les freins et contrepoids qui sous-tendent nos démocraties ne doivent pas être oubliés ».

« C’est le programme qui a été mis en place par cette fausse pandémie COVID-19 qui a été déclenchée par ces personnes et les mesures de confinement avaient pour but d’écraser l’économie, de l’orienter vers la nationalisation de toute l’industrie et de balayer les petites entreprises. Ils sont en train de mettre au point des passeports qui exigeront des vaccins pour pouvoir voyager. Ils essaient délibérément de réduire les voyages internationaux afin de réduire la pollution et de prévenir les soulèvements de masse contre leur nouveau programme communiste. Oui, ils passent du socialisme, où l’on possède encore quelque chose, au communisme, où le gouvernement possède tout. Ce n’est pas une coïncidence si Piketty est derrière tout cela, de concert avec Klaus Schwab. Le communisme a commencé en France. Ils ont vendu l’idée à Karl Marx qui était d’abord socialiste.

C’est ce qui est en jeu dans cette élection. Il ne s’agit pas d’aimer ou de ne pas aimer Trump. Ils veulent que les gens votent sur une base tellement superficielle : qu’il est odieux, qu’il insulte les gens et qu’il est l’un des riches que l’on déteste.

C’est le vrai danger auquel nous sommes confrontés – le Forum économique mondial et sa vision d’un nouvel ordre mondial vert communiste. La presse ne fera pas son travail. Car si elle le faisait, elle dévoilerait le fait que le Forum économique mondial a vendu tous ses investissements juste avant le krach. Klaus Schwab est le nouveau Karl Marx. C’est la plus grande conspiration organisée de l’histoire de l’humanité et la presse l’accueille à bras ouverts. Vous ne posséderez rien dans dix ans, mais vous n’aurez pas non plus de droits. – Les journaux, s’il vous plaît ! »

Martin Armstrong, le 26 octobre 2020

Source : LewRockwell.com

Traduction Olivier Demeulenaere

“CommonPass” : Les nouvelles mesures de sécurité du COVID-19 feront de votre santé une condition préalable pour voyager

Alors que la réponse multisectorielle et mondiale au coronavirus resserre le noeud coulant autour des libertés civiles, le CommonPass s’impose comme l’une des attaques les plus effroyables et les plus dangereuses contre les droits humains fondamentaux au nom de la santé publique.
 

Imaginez que vous vous trouvez à un poste de contrôle de sécurité de la Transportation Security Administration (TSA) en rentrant chez vous pour les vacances. Vous vous préparez à subir les procédures de voyage maladroites instituées presque immédiatement après le 11 septembre, lorsque l’Administration des transports et de la sécurité (TSA) a été créée et que les voyages aériens aux États-Unis se sont transformés en une opération de fouille et de saisie avec la possibilité implicite de votre détention et de votre interrogatoire.

 

L’indignation initiale que de telles expressions de violence d’État implicite ont provoquée au début a finalement fait place à une acceptation à contrecœur. Mais aujourd’hui, une nouvelle couche de “sécurité”, qui pourrait restreindre encore plus la liberté de mouvement, est mise en place dans plusieurs points d’entrée en partenariat avec des leaders de l’industrie des technologies de la santé, des institutions universitaires et des entités gouvernementales de santé dans plus de trois douzaines de pays.

Un nouveau certificat numérique appelé CommonPass, conçu pour servir de mécanisme de contrôle des passagers sur la base d’un diagnostic de santé, a subi son premier test transatlantique le 21 octobre sous l’œil attentif des Centres de contrôle des maladies (CDC) et du Bureau des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP) à l’aéroport d’Heathrow à Londres. Là, un groupe de participants sélectionnés a embarqué sur le vol 15 de United à destination de Newark, dans le New Jersey, après avoir été soumis à un dépistage et à un test COVID-19 au moment de l’embarcation dans le cadre d’un exercice largement cérémonial auquel ont participé les cofondateurs de l’initiative, Paul Meyer et Bradley Perkins.

Le premier essai de l’application a eu lieu le mois dernier, avec beaucoup moins de bruit médiatique, sur un vol de Cathay Pacific Airways entre Hong Kong et Singapour et a marqué le début du projet pilote CommonPass lancé par l’organisation à but non lucratif The Commons Project en collaboration avec le Forum économique mondial.

Les initiés de l’industrie du voyage affirment que le CommonPass permettra la reprise des voyages internationaux avant qu’un vaccin contre le COVID-19 ne soit largement diffusé, en appliquant des méthodes standard de certification des résultats de laboratoire et des dossiers de vaccination des voyageurs par le biais du cadre du CommonPass, sur la base de critères fixés par les gouvernements de chaque point d’entrée.

Un graphique d’un rédacteur du Commons Project présente les bases du CommonPass

J.D. O’Hara, PDG de l’une des plus grandes sociétés de services de voyage au monde et l’un des participants à l’essai de CommonPass mercredi, a salué la capacité de l’application à “vérifier la santé de manière sûre et vérifiée”, tandis que Roger Dow, de l’Association américaine du voyage, a publié une déclaration dans laquelle il se félicite d’avoir ouvert la “voie” à l’économie mondiale dans le sillage de la pandémie.

Alors que la réponse multisectorielle et mondiale au coronavirus resserre le noeud coulant autour des libertés civiles, le CommonPass s’impose comme l’une des attaques les plus effroyables et les plus dangereuses contre les droits fondamentaux de l’homme au nom de la santé publique et présente un potentiel d’abus si important qu’il nous incombe d’en savoir plus sur les personnes et les intérêts qui se cachent derrière.

Les partisans de la renaissance féodale

Au Moyen Âge, les “commons” (biens communs) désignaient la propriété collective et de fait des terres que les paysans utilisaient pour labourer, semer et récolter ou élever des moutons et du bétail. La montée des classes propriétaires de terres dans l’Europe de l’après-Magna Carta, et en particulier en Angleterre, a lentement éviscéré cette forme de privilège communal par le biais du système d’Enclosure britannique, qui redistribuait les biens communs à la classe proto-capitaliste en partenariat avec les monarchies et créait le système d’exploitation oppressif du travail connu sous le nom de féodalisme.

À partir de 1604, les Enclosure Acts d’Angleterre ont créé des droits de propriété légaux pour les terres qui avaient appartenu aux agriculteurs et aux bergers, formant ainsi la base du capitalisme moderne. Aujourd’hui, cette scène se répète sur Internet, un “bien commun” de l’information la création des Big Tech et dirigé par des organisations comme The Commons Project, qui utilise un nom qui évoque le contraire de son objectif.

Les co-fondateurs, Paul Meyer et Bradley Perkins, sont respectivement le PDG et le médecin en chef de l’organisation à but non lucratif. Perkins a commencé sa carrière il y a plus de trente ans au Center for Disease Control et, pendant près d’une décennie, il a travaillé à la division de la politique des soins de santé de la société RAND, le RAND Health Advisory Board. Meyer, pour sa part, est un diplômé de la faculté de droit de Yale, qui écrivait les discours du président Clinton des années avant de recevoir son diplôme de cette institution historique. Tous deux ont une longue carrière dans les domaines de la santé et de la technologie, bien que dans des domaines très différents et avec d’étranges compagnons de route.

En 2009, Perkins est devenu le directeur de la technologie d’un opérateur transnational d’hôpitaux et de cliniques cotées en bourse, Vanguard Health Systems. Vanguard avait été créé grâce à un financement de Morgan Stanley et était contrôlé par le groupe Blackstone depuis 2004, conservant le contrôle tout au long de l’introduction en bourse de la société en 2011. Deux ans plus tard, Vanguard a été rachetée par Tenet Healthcare, créant ainsi la troisième plus grande société hospitalière des États-Unis détenue par des investisseurs, avec un total de 65 hôpitaux dans tout le pays et plus de 500 établissements de soins de santé.

Paul Meyer, au centre, est photographié dans une capture d’écran d’un briefing médiatique vantant les mérites du CommonPass

En plus d’être l’une des plus grandes entreprises de santé aux États-Unis, Tenet est aussi l’une des plus notoirement corrompues. La même année où elle a acheté Vanguard, elle a reçu une importante plainte de dénonciation qui a révélé les pratiques frauduleuses de l’entreprise. Ce procès a abouti à un règlement de 514 millions de dollars. Une affaire plus récente concernant une conspiration entre des chirurgiens orthopédiques de l’Oklahoma dans l’une de ses installations a été réglée pour 66 millions de dollars en 2019. Mais les problèmes de Tenet remontent encore plus loin, au début des années 2000, lorsque la fraude et la pratique d’opérations chirurgicales inutiles ont donné lieu à une multitude de poursuites judiciaires et même à une enquête du Sénat.

L’accord avec Vanguard a marqué la fin du mandat de Perkins, qui a choisi de prendre un paquet de 1,9 million de dollars au lieu de rejoindre le conglomérat nouvellement fusionné comme l’ont fait son PDG et une grande partie de son personnel. Il allait ensuite créer sa propre entreprise, Sapiens Data Science, une plateforme technologique de santé qui donne accès à des “algorithmes de données crédibles et scientifiquement validés” et cherche à créer un “nouvel écosystème de santé révolutionnaire”.

Le parcours de Meyer est plus compliqué, et son arrivée sur la scène de la santé passe par différents canaux liés aux opérations de couverture du renseignement américain remontant à la guerre de l’OTAN au Kosovo et en ex-Yougoslavie au cours des premières années de Clinton. C’est son implication dans un groupe tristement célèbre de trafiquants d’êtres humains, connu sous le nom de Comité international de secours ou IRC, qui devrait être source d’inquiétude étant donné son rôle dans le projet Commons et l’application phare CommonPass.

Le Meyer du Kosovo

Avant d’être nommé Young Global Leader par le Forum économique mondial ou Henry Crown Fellow à l’Aspen Institute, et avant même de devenir membre du Council on Foreign Relations et de recevoir le prix de l’humanitaire de l’année 2003 du MIT, Paul Meyer s’est retrouvé au Kosovo déchiré par la guerre à installer un nouveau système d’infrastructure Internet pour remplacer celui qui avait été détruit pendant la guerre, quelques jours seulement après que les bombes de l’OTAN eurent cessé de bombarder le peuple serbe.

À peine sorti de l’école de droit et après avoir passé deux ans à écrire les discours du président Clinton alors que le conflit en ex-Yougoslavie se déroulait, Paul Meyer a été sollicité par l’IRC pour diriger un effort de secours privé et de l’ONU appelé Internet Projekti Kosova (IPKO) ou Projet Internet du Kosovo, avec le local Akan Ismaili, très doué pour les questions techniques complexes, et Teresa Crawford du Projet de défense des droits, pour assurer la liaison montante des satellites dans la région dans le but déclaré de réunir les familles albanaises déplacées. Le système a été installé au sommet d’un bâtiment utilisé par la coopération civilo-militaire de la KFOR britannique (CIMIC) et les ingénieurs royaux britanniques ont également participé au projet, entre autres.

Finalement, l’IRC a confié le projet à une organisation à but non lucratif “qui se consacre à fournir un large accès à Internet au Kosovo”. L’IPKO est aujourd’hui la plus grande entreprise de télécommunications, d’internet et de télévision par câble du Kosovo. Meyer reste impliqué à travers la Fondation IPKO, qu’il a co-fondée pour fournir un “enseignement technologique gratuit” aux étudiants kosovars.

Dans les années 1950, l’IRC était connu pour être un “lien intégral” dans le réseau secret de la CIA dirigé par Tony Blair, protégé et ancien ministre britannique des affaires étrangères, David Miliband depuis 2013. En 2018, l’IRC a été impliqué dans un scandale de trafic d’enfants à des fins sexu.elles, appelé “scandale du sexe pour la nourriture”, largement couvert par Whitney Webb dans un article récent. La dissimulation par l’organisation de dizaines d’allégations d’abus sexuels, de corruption et de fraude a conduit le gouvernement britannique à retirer son financement aux organisations. Cependant, aucun employé de l’IRC n’a été poursuivi pour les 37 incidents détaillés dans le rapport.

Actuellement, l’IRC est très impliqué dans la mise en œuvre d’un système d’identification biométrique pour les réfugiés du conflit en cours au Myanmar, un projet financé par l’ID2020 Alliance, soutenue par la Fondation Rockefeller, qui finance également le projet The Commons. L’initiative Mae La de l’IRC, cependant, reçoit la majeure partie de son financement par l’intermédiaire de l’USAID, la célèbre organisation de lutte contre la CIA, et a l’intention de créer un système d’identification numérique basé sur une “chaîne de blocs” utilisant la technologie de reconnaissance de l’iris pour permettre aux réfugiés d’accéder aux services de l’IRC en Thaïlande. Les objectifs à long terme sont notamment de regrouper les données relatives à la santé, au travail et aux finances dans un seul système d’identification, qui déterminera l’accès à la nourriture, aux soins de santé et à la mobilité.

Nous voulons votre ADN

La différence entre le projet Mae La de l’IRC et The Commons Project est une question de classe. Le statut de classe, pour être précis. Mais, il s’agit essentiellement de la même idée et couvre les mêmes intérêts des groupes et des individus qui font partie du conseil d’administration du Commons Project ; beaucoup d’entre eux font partie de l’espace des technologies de suivi numérique et de soins de santé depuis des années.

Des personnes comme Linda Dillman, qui a dirigé la mise en œuvre de la technologie RFID de suivi des employés de Wal-Mart en tant que directrice de l’information du géant de la distribution, ou l’ancien directeur technique du ministère américain de la santé et des services sociaux, Bryan Sivak, qui est aujourd’hui directeur général de Kaiser Permanente, l’un des plus grands fournisseurs de régimes d’assurance maladie du pays. D’autres affiliations à des fiduciaires se distinguent également, comme Will Fitzpatrick, avocat général du réseau Omidyar et le Dr William Winkenwerder, Jr, secrétaire adjoint à la défense, aux affaires de santé de George W. Bush.

Au cœur de ces efforts se trouve le désir de créer un programme de dépistage de la population basé sur l’ADN, que des gens comme Perkins et Meyer font avancer avec force. Perkins a travaillé comme directeur général d’une société appelée Human Longevity, Inc. qui “combine le séquençage de l’ADN de pointe et l’analyse d’experts avec l’apprentissage automatique, pour aider à faire évoluer la médecine vers une science davantage axée sur les données”.

Un microbiologiste fait la démonstration d’un appareil de séquençage de l’ADN du génome entier appelé MiSeq au siège du CDC à Atlanta. David Goldman | AP

Meyer a développé un précurseur du CommonPass en 2016, lorsqu’il a fusionné sa société de services de santé mobiles, Voxiva, qui a mis en œuvre les “premiers systèmes numériques de surveillance des maladies à l’échelle nationale au Pérou et au Rwanda” en partenariat avec les CDC, les National Institutes of Health (NIH), avec Sense Health pour former un service de messagerie sanitaire appelé Wellpass Meyer a décrit comme “une plate-forme intégrée … [qui] aide à surmonter les défis du déploiement d’un engagement fragmenté et de solutions de santé de la population”.

Une technologie douteuse

La fiabilité des diagnostics de santé basés sur l’ADN et déduits par algorithme utilisés pour l’essai CommonPass doit également être remise en question compte tenu de l’historique de l’entreprise qui fournit la technologie. Prenetics, Ltd est la société basée à Hong Kong, financée par Alibaba, qui a également effectué le test de COVID-19 pour le projet Restart de la Premier League britannique, qui a utilisé une application similaire pour l’état de santé appelée Covi-Pass, couverte par cet auteur en juin.

Les tests COVID de Prenetics reposent sur une technologie basée sur l’ADN acquise en 2018, lorsqu’elle a acheté DNAFit, une société fondée par l’homme d’affaires sud-africain Avrom “Avi” Lasarow, qui est entré en fonction après la fusion en tant que directeur général de Prenetics pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. Lasarow, qui dirige également le programme de test de coronavirus de la Premier League, vient de régler une affaire civile contre lui aux États-Unis en mai dernier pour près de 60 000 dollars, concernant des allégations de “revendications de santé trompeuses”.

Lasarow un “pionnier de la génétique du mode de vie” a une expérience de longue date de règlement à l’amiable sur de telles questions, notamment un procès intenté par la Commission fédérale du commerce des États-Unis en 2015, qui accusait Lasarow Healthcare Technologies Ltd, alias L Health Ltd, et deux autres défendeurs d’avoir fait des allégations fausses ou non fondées concernant une application de “détection de mélanome”. Dans le cadre de ce règlement, il a été interdit à Lasarow de “faire des allégations fausses ou non fondées sur les avantages pour la santé ou l’efficacité de tout produit ou service”.

Depuis mai, Prenetics aurait travaillé à l’établissement d’un partenariat avec VSTE Enterprises, la même société qui a développé la technologie V-Code qui est à la base de Covi-Pass. Néanmoins, ces signaux d’alarme sont bien faibles par rapport aux personnes et aux organisations qui sont derrière le CommonPass, lui-même, et qui ont des plans pour un boîtier numérique beaucoup plus vaste basé sur les technologies de dépistage de l’ADN de la population par le biais d’initiatives comme le projet The Commons, qui vise à transformer fondamentalement la médecine et à imposer de nouvelles limites à notre liberté de mouvement, alors que le déploiement du CommonPass est censé s’étendre rapidement à d’autres routes en Asie, en Afrique, en Amérique, en Europe et au Moyen-Orient.

Un fil conducteur

Tout comme la loi Bush sur la sécurité de l’aviation et des transports a ouvert la voie à l’essor de certains secteurs technologiques et sécuritaires dans le sillage du 11 septembre, cette nouvelle expansion de l’État de sécurité nationale axée sur la santé a contourné tous les leviers du pouvoir démocratique pour permettre l’enracinement d’un groupe d’entités bien plus important et plus dangereux, au sein des industries de la santé, de la technologie et des sciences de la vie, ainsi que d’une clique de plus en plus puissante d’agences et de fonctionnaires fédéraux de la santé, comme Robert Kadlec, qui font pression pour une société de surveillance à pleine capacité.

Enlever ses chaussures à l’aéroport et exposer son corps aux radiations est devenu une pratique courante dans tous les aéroports du pays et la plupart des lois “temporaires” adoptées dans le cadre de la législation d’urgence sont toujours en vigueur près de vingt ans plus tard. Les précédents nous laissent supposer qu’il en sera de même pour la majorité des nouvelles restrictions à notre liberté de mouvement et à notre qualité de vie actuellement mises en œuvre dans le pays et dans le monde.

L’abandon de ces mesures draconiennes ne fait partie d’aucun de leurs plans, comme l’a promis le président de l’Association américaine du voyage, Roger Dow, qui a affirmé avec confiance, après le succès de la campagne CommonPass de mercredi, que l’application nous permettra “de nous sortir des retombées économiques paralysantes des restrictions de voyage et des exigences de quarantaine liées au COVID”, ajoutant qu’elle “sera encore plus rentable pour des voyages plus fluides et plus pratiques, même lorsque la pandémie se sera calmée”.

Traduction de MintPressNews.com par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

Tagué:

1 réponse »

  1. A reblogué ceci sur La vérité est ailleurset a ajouté:
    A lire et partager de toute urgence, ce qui se trame sous couvert de Covid 19 et confinement a bien un but très précis de suppression des libertés et de contrôle total des individus, « Common’s pass, ils veulent notre ADN pour mieux nous contrôler en tous domaines !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s