REBLOG

Olivier Duhamel, liens familiaux et d’influence

Olivier Duhamel, liens familiaux et d’influence

Par ojim.fr 

Un de nos lecteurs nous fait remarquer que nous avons mal titré notre article en parlant d’inceste. L’inceste stricto sensu a longtemps été réservé aux cas où existe un lien familial de sang et non pas un lien juridique (beau-père, beau-fils) dans une famille recomposée. On devrait donc parler de viol de mineur par personne détenant autorité, mais la loi a été modifiée pour élargir le cadre juridique aux actes des conjoints sans lien de sang.

Liens familiaux en pagaïe dans le petit monde de la gauche caviar

L’explosion du nom­bre de divorces (45% des cou­ples) et l’augmentation du nom­bre de familles recom­posées n’épargnent per­son­ne pas même le petit monde libéral lib­er­taire nota­bil­isé. Un monde où l’on expose en souri­ant la pho­to des fess­es d’une ado­les­cente (Camille Kouch­n­er elle-même) dans la salle à manger de la belle vil­la de Sanary d’Olivier Duhamel. Un monde que Camille Kouch­n­er appelle dure­ment « ces gens-là ». Camille Kouch­n­er et son frère Vic­tor (le prénom a été changé, imprimé ailleurs mais nous respec­tons son désir de ne pas être nom­mé) sont les enfants d’un pre­mier lit entre Bernard Kouch­n­er et Éve­lyne Pisi­er. Bernard Kouch­n­er et Éve­lyne Pisi­er se sont ren­con­trés à Cuba lors d’un voy­age de l’Union des Étu­di­ants Com­mu­nistes (UEC) dont ils étaient tous les deux mem­bres. Après son divorce, Bernard Kouch­n­er a ren­con­tré ensuite Chris­tine Ock­rent, jour­nal­iste avec laque­lle il a eu un fils. Éve­lyne Pisi­er (décédée en 2017) est la sœur de la comé­di­enne Marie-France Pisi­er, elle-même anci­enne com­pagne de Daniel Cohn-Ben­dit qui a eu maille à par­tir avec la pédophilie. Camille Kouch­n­er est la com­pagne du prési­dent du direc­toire du groupe Le Monde, Louis Drey­fus. Olivi­er Duhamel, divor­cé d’un pre­mier mariage, épouse en sec­on­des noces Éve­lyne Pisi­er, ils n’ont pas d’enfants biologiques mais adoptent deux enfants chiliens et élèvent Camille et Vic­tor (ain­si qu’en par­tie un autre frère de cinq ans plus âgé). C’est Camille Kouch­n­er qui dénonce dans son livre les vio­ls de son frère jumeau âgé de 13 à 15 ans par son beau-père.

Olivier Duhamel, homme d’influence au Siècle et ailleurs

Le Siè­cle est le club le plus fer­mé de France. Insti­tu­tion privée de l’oligarchie, le Siè­cle est à la fois un club informel, un cen­tre d’échanges de ser­vices récipro­ques et un réseau d’influence. Un de nos lecteurs nous a fait par­venir la liste des invités au dîn­er du Siè­cle du 26 févri­er 2020. Invi­ta­tion ne veut pas dire présence, mais le nom­bre et la qual­ité des invités ayant un lien direct indi­rect ou avec les médias laisse songeur. Nous avons respec­té l’ordre alphabé­tique en indi­quant le nom et le média con­cerné. Vous trou­verez la liste com­plète dans notre arti­cle du 11 mars 2020 ici.

Pour ren­tr­er au Siè­cle il faut être coop­té selon un proces­sus à la fois informel et formel. Il n’y a pas de critères pré­cis sinon de « compter » dans le monde, que ce soit sur le plan médi­a­tique, économique, poli­tique, mil­i­taire, religieux, bref dis­pos­er d’une influ­ence. Comme dans la franc-maçon­ner­ie, mais de manière plus ouverte, on ne fait pas acte de can­di­da­ture, on est «pro­posé » par deux mem­bres du Club, dont, oblig­a­toire­ment, un mem­bre du con­seil d’administration. L’admission est soumise à un vote : chaque mem­bre du con­seil d’administration dis­pose d’une boule noire (refus) et d’une boule blanche (accep­ta­tion). Chaque boule noire vaut deux blanch­es, trois boules noires valent automa­tique­ment déci­sion de refus. Le can­di­dat adoubé ne devient pas mem­bre tout de suite, il est sim­ple­ment « invité », sit­u­a­tion qui peut dur­er plusieurs années. Plus tard, le statut de l’invité est à nou­veau exam­iné : il peut alors être coop­té comme mem­bre ou exclu de fait.

Olivi­er Duhamel a été vice-prési­dent du Siè­cle de 2010 à 2012, puis prési­dent pen­dant l’année 2020 avant sa démis­sion début 2021. Il avait suc­cédé à Patri­cia Bar­bi­zet qui avait présidé le Club de 2017 à 2019, elle-même suc­cé­dant à Jean Veil, un intime d’Olivier Duhamel et son asso­cié dans son cab­i­net d’avocat. Nous n’avons pas retrou­vé sa date d’adhésion. Il n’est pas pos­si­ble de con­tac­ter le Siè­cle par cour­riel ou par télé­phone. Nous avons écrit au club pour con­naître les dates d’adhésion (invité puis mem­bre) d’Olivier Duhamel au Siè­cle et les cir­con­stances de son élec­tion comme vice-prési­dent en 2010 et prési­dent en 2020, nous atten­dons leur réponse.

Bernard Kouchner entre deux feux

Il sem­blerait que Bernard Kouch­n­er ait ignoré pen­dant longtemps les agisse­ments d’Olivier Duhamel con­tre son fils. Mis au courant par ce dernier, celui-ci lui aurait demandé à son père biologique le silence, silence qu’il aurait respec­té. Bernard Kouch­n­er a déclaré « Un lourd secret qui pesait sur nous depuis trop longtemps a été heureuse­ment levé. J’admire le courage de ma fille Camille ». Il a sans doute oublié qu’il avait signé lui-même une péti­tion deman­dant l’indulgence pour les pédophiles, péti­tion que vous trou­verez en bas de ce texte. Un boomerang douloureux. Vous trou­verez en lien la liste com­plète des sig­nataires, tout com­men­taire sup­plé­men­taire serait inutile.

Publié par Le Monde le 26 janvier 1977

« Les 27, 28 et 29 jan­vi­er, devant la cour d’assises des Yve­lines vont com­para­ître pour atten­tat à la pudeur sans vio­lence sur des mineurs de quinze ans, Bernard Dejager, Jean-Claude Gal­lien et Jean Bur­ckardt, qui arrêtés l’automne 1973 sont déjà restés plus de trois ans en déten­tion pro­vi­soire. Seul Bernard Dejager a récem­ment béné­fi­cié du principe de lib­erté des inculpés.
Une si longue déten­tion préven­tive pour instru­ire une sim­ple affaire de « mœurs » où les enfants n’ont pas été vic­times de la moin­dre vio­lence, mais, au con­traire, ont pré­cisé aux juges d’instruction qu’ils étaient con­sen­tants (quoique la jus­tice leur dénie actuelle­ment tout droit au con­sen­te­ment), une si longue déten­tion préven­tive nous parait déjà scandaleuse.
Aujourd’hui, ils risquent d’être con­damnes à une grave peine de réclu­sion crim­inelle soit pour avoir eu des rela­tions sex­uelles avec ces mineurs, garçons et filles, soit pour avoir favorise et pho­tographié leurs jeux sex­uels. Nous con­sid­érons qu’il y a une dis­pro­por­tion man­i­feste d’une part, entre la qual­i­fi­ca­tion de « crime » qui jus­ti­fie une telle sévérité, et la nature des faits reprochés ; d’autre part, entre la car­ac­tère désuet de la loi et la réal­ité quo­ti­di­enne d’une société qui tend recon­naître chez les enfants et les ado­les­cents l’existence d’une vie sex­uelle (si une fille de treize ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire ?).
La loi française se con­tred­it lorsqu’elle recon­naît une capac­ité de dis­cerne­ment d’un mineur de treize ou qua­torze ans qu’elle peut juger et con­damn­er, alors qu’elle lui refuse cette capac­ité quand il s’agit de sa Vie affec­tive et sex­uelle. Trois ans de prison pour des caress­es et des bais­ers, cela suf­fit. Nous ne com­pren­dri­ons pas que le 29 jan­vi­er Dejager, Gal­lien et Bur­ck­hart ne retrou­vent pas la liberté. »

Par­mi les Sig­nataires : Bernard Kouch­n­er. Liste com­plète des sig­nataires ici.

Le Monde Publié le 26 janvier 1977 à 00h00 – Mis à jour le 26 janvier 1977 à 00h00

Nous avons reçu le communiqué suivant :

 » Les 27, 28 et 29 janvier, devant la cour d’assises des Yvelines, vont comparaître, pour attentat à la pudeur sans violence sur des mineurs de quinze ans, Bernard Dejager, Jean-Claude Gallien et Jean Burckhardt, qui, arrêtés à l’automne 1973, sont déjà restés plus de trois ans en détention provisoire. Seul Bernard Dejager a récemment bénéficié du principe de la liberté des inculpés.

« Une si longue détention préventive pour instruire une simple affaire de  » mœurs « , où les enfants n’ont pas été victimes de la moindre violence, mais, au contraire, ont précisé aux juges d’instruction qu’ils étaient consentants (quoique la justice leur dénie actuellement tout droit au consentement), une si longue détention préventive nous paraît déjà scandaleuse.

 » Aujourd’hui, ils risquent d’être condamnés à une grave peine de réclusion criminelle soit pour avoir eu des relations sexuelles avec ces mineurs, garçons et filles, soit pour avoir favorisé et photographié leurs jeux sexuels.

 » Nous considérons qu’il y a une disproportion manifeste, d’une part, entre la qualification de  » crime  » qui justifie une telle sévérité, et la nature des faits reprochés ; d’autre part, entre le caractère désuet de la loi et la réalité quotidienne d’une société qui tend à reconnaître chez les enfants et les adolescents l’existence d’une vie sexuelle (si une fille de treize ans a droit à la pilule, c’est pour quoi faire ?).

 » La loi française se contredit lorsqu’elle reconnaît une capacité de discernement à un mineur de treize ou quatorze ans qu’elle peut juger et condamner, alors qu’elle lui refuse cette capacité quand il s’agit de sa vie affective et sexuelle.

 » Trois ans de prison pour des caresses et des baisers, cela suffit. Nous ne comprendrions pas que le 29 janvier Dejager, Gallien et Burckhardt ne retrouvent pas la liberté. « 

Ont signé ce communiqué : Louis Aragon, Francis Ponge, Roland Barthes, Simone de Beauvoir, Judith Belladona, docteur Michel Bon, psychosociologue, Bertrand Boulin, Jean-Louis Bory, François Chatelet, Patrice Chéreau, Jean-Pierre Colin, Copi, Michel Cressole, Gilles et Fanny Deleuze, Bernard Dort, Françoise d’Eaubonne, docteur Maurice Eme, psychiatre, Jean-Pierre Faye, docteur Pierrette Garrou, psychiatre, Philippe Gavi, docteur Pierre-Edmond Gay, psychanalyste, docteur Claire Gellman, psychologue, docteur Robert Gellman, psychiatre, André Glucksmann, Félix Guattari, Daniel Guérin, Pierre Guyotat, Pierre Hahn, Jean-Luc Henning, Christian Hennion, Jacques Henric, Guy Hocquenghem, docteur Bernard Kouchner, Françoise Laborie, Madeleine Laïk, Jack Lang, Georges Lapassade, Raymond Lepoutre, Michel Leyris, Jean-François Lyotard, Dionys Mascolo, Gabriel Matzneff, Catherine Millet, Vincent Monteil, docteur Bernard Muldworf, psychiatre, Négrepont, Marc Pierret, Anne Querrien, Griselidis Real, François Régnault, Claude et Olivier Revault d’Allonnes, Christiane Rochefort, Gilles Sandier, Pierre Samuel, Jean-Paul Sartre, René Schérer, Philippe Sollers, Gérard Soulier, Victoria Thérame, Marie rhonon, Catherine Valabrègue, docteur Gérard Vallès, psychiatre, Hélène Vedrines, Jean-Marie Vincent Jean-Michel Wilhelm, Danielle Sallel nave, Alain Cuny…

LE SIÈCLE, INSTITUTION PRIVÉE DE L’OLIGARCHIE EST À LA FOIS UN CLUB INFORMEL, UN CENTRE D’ÉCHANGES DE SERVICES RÉCIPROQUES ET UN RÉSEAU D’INFLUENCE. UN DE NOS LECTEURS NOUS A FAIT PARVENIR LA LISTE DES INVITÉS AU DÎNER DU SIÈCLE DU 26 FÉVRIER 2020. INVITATION NE VEUT PAS DIRE PRÉSENCE, MAIS LE NOMBRE ET LA QUALITÉ DES INVITÉS AYANT UN LIEN DIRECT INDIRECT OU AVEC LES MÉDIAS LAISSE SONGEUR. NOUS AVONS RESPECTÉ L’ORDRE ALPHABÉTIQUE EN INDIQUANT LE NOM ET LE MÉDIA CONCERNÉ (OU LA SOCIÉTÉ) ET NOUS AVONS AJOUTÉ UN PRIX SPÉCIAL DU JURY À LA FIN DE LA LISTE (SURPRISE).

  • Marie-Louise Antoni, membre du comité éditorial de Challenges
  • Arsano Biondo, président Europe/Moyen-Orient/Afrique, Google partenariats
  • Nicolas Baverez, éditorialiste, Le Point, Le Figaro
  • Laurent Berard-Quelin, Président de la Société Générale de Presse (SGP), fils du fondateur du Siècle Georges Berard-Quelin
  • Marianne Berard-Quelin, Société Générale de Presse (SGP), sœur du premier
  • Muriel Beyer, groupe Humensis (PUF, Belin, Editions de l’Observatoire)
  • Nicolas Beytout, président L’Opinion, Agefi, éditorialiste Europe 1, LCI
  • Pierre Blayau, censeur de Fimalac, sur Fimalac très représenté voir infra
  • Yannick Bolloré, groupe Bolloré, Havas, Vivendi
  • Jean-Louis Bourlanges, revue Commentaire
  • Hervé Brossard, médias planneur (UDECAM)
  • Véronique Cayla, présidente d’Arte, ex membre du CSA
  • Jérôme Clément, ex président d’Arte, la Cinq, YL
  • Jean-Paul Cluzel, ex DG de Radio France
  • Nathalie Collin, ex présidente du directoire du Nouvel Observateur
  • Jean-Marie Colombani, président de Slate, ancien directeur du Monde, YL
  • Marie-Laure Denis, présidente de la CNIL, ex membre du CSA et de l’ARCEP
  • François Dufour, éditeur et journaliste, Mon Quotidien, Le Petit Quotidien
  • Olivier Duhamel, journaliste, chroniqueur, LCI, Europe 1
  • Catherine Dussart, administratrice de TF1
  • Axel Duroux, ancien président du directoire de RTL
  • Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, celle qui ne veut plus de mâles blancs de plus de 50 ans sur ses chaînes
  • Michel Field, journaliste, France Télévisions, son portrait (un peu ancien)
  • Pierre Fraidenraich, ancien DG de Libération, ancien DG d’i‑télé et de BFM Business, associé B Smart TV
  • Jean-Dominique Giuliani, membre du conseil de surveillance d’Arte
  • Olivier Jay, ex directeur de la rédaction, JDD, L’Usine nouvelle, Enjeux/Les Échos
  • Gaspard Koenig, écrivain et journaliste, YL
  • Éléonore de Lacharriere, membre du comité exécutif de Fimalac
  • Étienne Lacour, directeur de publication de la Société Générale de Presse (SGP), cousin de Laurent et Marianne Berard-Quelin
  • Mathieu Laine, éditorialiste Le Figaro, Le Point
  • François Lenglet, éditorialiste TF1 et LCI, intervenant sur RTL
  • Francine Mariani-Ducray, ancien membre du CSA
  • Philippe Meyer, journaliste L’Esprit public
  • Dominique Moisi, éditorialiste au Financial Times et Ouest-France
  • Véronique Morali, Fimalac, présidente du directoire de Webedia
  • Denis Olivennes ex Canal+, Le Nouvel Obs, Lagardère, maintenant chez CMI la holding médias du tchèque Daniel Kretinsky (une part du groupe Le Monde, Marianne, Elle)
  • Fabienne Pascaud, directrice de la rédaction de Télérama
  • Olivier Pastre, chroniqueur à France Culture
  • Olivier Poivre d’Arvor, journaliste
  • Sylvie Pierre-Brossolette, ancien membre du CSA
  • Laetitia Puyfauchier, membre du comité exécutif Le Parisien/Les Échos
  • Robin Rivaton, chroniqueur économique, L’Express
  • Olivier Schrameck, ancien président du CSA
  • Sébastien Soriano, président de l’ARCEP, organisme qui coiffe entre autres Presstalis
  • Benoït Thieulin, administrateur de France Télévisions
  • Philippe Villin, ancien DG du Figaro
  • Sibyle Weil, présidente de Radio France

Image

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. On parle moins de lang et ses copains qui vont à Marracheh sodomiser les gamins de 14 ans…

Laisser un commentaire