REBLOG

Article du Jour : Anne Sophie Chazaud – Les Prochains c’est nous !

Les prochains, c’est nous.

Certains, stupides, à courte vue, petits bourgeois convenables de la petite gauche molle ou droitards macro-compatibles, se réjouissent de la censure appliquée par les plateformes de réseaux sociaux à l’encontre d’un président des États-Unis sortant qui a rassemblé plus de 74 millions de voix, soit le plus grand nombre de voix jamais rassemblées par un président sortant.

Battu au collège électoral par le jeu des swing states avec un écart d’environ 30000 voix, comme le rappelle avec expertise Régis de Castelnau, et quoi que l’on pense de l’individu Trump, celui-ci a su rassembler un nombre très important d’Américains, malgré la haine hystérique qui n’a cessé de contester sa légitimité par tous les moyens depuis 4 ans (sans que l’on couine alors à la remise en question factieuse de la légitimité du vote) : médias mainstream, milieu du show-biz remonté comme à la parade, activistes sociétalistes politiquement corrects complètement déchaînés, militants wokes en état de zombification, gravissimes émeutes de rues et lynchages violents encouragés par la bien-pensance, etc.

N’ayant pas le côté policé (et cultivé) habituel du monde politique, Trump, lui, est allé jusqu’au bout de son combat, en tenant un discours dans lequel il redit que l’élection a été volée. Il a le droit. Rappelons au passage que la liberté d’expression est garantie de manière sacrée aux États-Unis par le 1er amendement de la Constitution. Pas le 2ème ni le 3ème ni le 150ème, non, par le Premier : c’est dire son importance.

À cela, les petits-bourgeois qui s’en tiennent à quelques lignes incultes et de mauvaise foi de la même presse mainstream qui a fait campagne de manière systématique contre le grand méchant populiste répondent que les recours juridiques ont été déboutés : c’est simplement faux. Comme le détaille très bien et avec expertise encore R. de Castelnau, les juridictions n’ont pas voulu ouvrir la boîte de Pandore et ont bénéficié dans cette abdication, ce renoncement en rase campagne de leur mission, du soutien de la haute administration, de l’État profond, de l’establishment y compris républicain qui commençait à trouver que Trump n’était pas assez convenable pour eux.

Les évidences de fraude demeurent flagrantes pour n’importe qui s’est penché quelques heures en se documenant sur le sujet, sans qu’on sache si elles ont ou pas pu inverser le scrutin, mais le fait est qu’elles n’ont tout simplement pas été prises en compte par le justice qui a remis la poussière sous le tapis.

L’envahissement tragi-comique du Capitole par une petite foule frustrée, dépitée, non armée, qui ne se sent plus représentée par la «représentation nationale» (tiens, ça nous rappelle ici quelque chose…) a permis au camp du Bien de sortir le grand jeu, n’hésitant pas à comparer cette farce des Village People à quelque pseudo Nuit de Cristal des pires heures sombres. Simplement grotesque.

Au passage, une femme qui a servi son pays pendant des années avec courage et dévouement, pour bien situer le côté séditieux de la dame, a été abattue de sang froid, alors qu’elle n’était pas armée. White privilege sans doute.

Hier, les derniers masques de cette mascarade anti-démocratique sont tombés avec la censure exercée par Twitter. Celle-ci s’abat depuis quelques heures sur tous les comptes et groupes qui ne rentrent pas dans l’idéologie des gouvernances des Gafa, dont j’ai expliqué dans mon livre combien elles etaient poreuses avec les objectifs des exécutifs néo-libéraux, prônant pour leur intérêt la déconstruction des souverainetés nationales, le communautarisme délirant, l’atomisation militante du corps social et l’avènement d’une forme de gouvernance mondiale dont la pandémie fournit un prétexte et une accélération par effet d’aubaine.

Chez nous, ce qui se joue ici c’est l’élection de 2022 et tous les coups tordus qui seront utilisés afin de fausser le scrutin : censure des réseaux (loi Avia remise en selle avec l’instrumentalisation abjecte de l’affaire Paty que la Macronie tente de retourner contre ce pour quoi celui-ci a été assassiné, à savoir la liberté d’expression), promotion du vote par correspondance puisque celui-ci a démontré aux USA qu’il permettait la fraude massive (alors pourquoi se priver?), etc.

Et des questions que l’on commence à se poser : si Trump est censuré parce qu’il affirme que le scrutin a été faussé, qu’en sera-t-il demain de ceux qui, chez nous, affirment, demontrent et continueront de démontrer et d’affirmer que Macron a été élu grâce à un coup d’État médiatico-judiciaire, le fameux raid contre Fillon (je renvoie là encore au livre de RdeCastelnau qui sort cette semaine) : cette dénonciation, pourtant évidente et lucide, vaudra-t-elle censure ? Sera-t-il à l’avenir possible de dénoncer la propagande en cours et à venir sans être censuré, l’objectif étant pour cette caste de conquérir puis garder le pouvoir ?

J’ai toujours dit que les lois de censure dont l’exécutif macronien était si friand avaient pour but non la lutte contre la haine (le compte d’Erdogan se porte bien), mais une lutte à venir contre le pluralisme démocratique et l’opposition politique et sociale.

Nous y sommes, et l’on comprend mieux pourquoi notre jeune banquier s’est relevé tout fringuant et frapadingue à 3 heures du matin en plantant son drapeau américain à l’Élysée comme d’autres sur la lune afin qu’on comprenne bien que ce sera pareil ici : nous allons, si nous ne nous réveillons pas, vivre la même chose.

Déjà nous subissons l’état d’urgence antidémocratique illimité, le contrôle et le fichage des opinions politiques récemment entériné, de nombreuses lois liberticides, etc. Ce n’est que l’apéro.

Alors oui, qu’on apprécie ou pas Trump (moi je ne l’apprécie pas en tant qu’individu, mais on s’en fiche), il est impératif de dénoncer le vrai coup d’État en cours et qui est celui du camp supposé du Bien contre les peuples et la souveraineté de ceux-ci.

La pusillanimité des petits-bourgeois en recherche des bonnes convenances (mais voyons mon cher, envahir le Capitole, ça ne se fait pas, comme on dirait à une jeune fille de bonne famille de ne pas mettre ses mains dans ses poches dans la rue ou de ne pas sortir de table sans demander la permission), se paiera cher.

Nous sommes, nous le peuple français, les prochains sur la liste.

Je conseille par ailleurs à chacun de préparer un repli rapide sur d’autres réseaux ne dépendant pas de cette gouvernance mondiale bien-pensante. Je constate avec plaisir chaque jour l’arrivée de nombreux internautes sur Telegram, sur VK, sur Parler. Cela va devenir vital.

Il va falloir s’accélérer, comme dit le Russe truculent dans Le Concert.

Catégories :REBLOG

Tagué:

8 réponses »

  1. Tout à fait d’accord,le message (drapeau américain derrière Macron) est très clair: tous ceux qui vont s’opposer au clan progressiste seront être détruits.

    J'aime

    • amusant et pathétique de constater que Parler n’a rien de trouver mieux à faire que de se faire héberger chez…Amazon, et comme tout le monde le sait Jeff Bezos et son Washington Post sont des grands chantres de la liberté d’expression.

      J'aime

  2. L’AMÉRIQUE DE BIDEN : cauchemar Orwellien ?
    Objectif à long terme de l’équipe de Biden  : l’instauration (via un système de crédit social similaire à ce qui a été mis en place en Chine) d’un totalitarisme d’abord mou, mais qui se durcit progressivement. Le système de crédit social constitue une nouvelle façon de contrôler à la fois le comportement des individus et des entreprises (bonne notation si vous suivez les indications données par le gouvernement et les grands groupes « privés »)
    Au nom d’abord de la lutte contre un virus, puis de la lutte contre le racisme et la « suprématie blanche », 2020 a permis aux États-Unis une attaque sans précédent contre les libertés individuelles. Libertés de se déplacer, d’entreprendre, de se rassembler, et de s’exprimer.
    Certaines de ces libertés reviendront avec la disparition du virus, mais pour la liberté d’expression, l’attaque ne fait que commencer. Les événements de 6 janvier 2021 ont permis une accélération spectaculaire. Suppression des comptes Twitter et Facebook de Donald Trump (88 millions d’adhérents) et de milliers de ses partisans. Interdiction de remettre en cause la légitimité des élections. Cerise sur le gâteau, on censure ceux qui dénoncent la censure…
    Il y a longtemps que les conservateurs sont chassés des universités et de Hollywood. Désormais, toutes les professions sont sur la sellette. L’association des agents immobiliers a annoncé qu’ils expulseraient tous les membres qui seraient reconnus coupables de « discours de haine », que ce soit en public ou en privé.
    Abolition de la distinction entre espace privé et espace public : c’est précisément la marque du totalitarisme. Ce qui vient d’être instauré pour les agents immobiliers va être étendu à tous les corps de métier. Pour pouvoir gagner sa vie, obtenir un emploi, il va devenir impératif d’afficher, même en privé, des opinions parfaitement lisses.
    Afin de fournir un espace de liberté pour ceux qui ne supportaient plus la censure de Facebook, un réseau social libre, « parler.com », avait été créé. Peine perdue : Google et Apple ont désormais bloqué l’accès à l’application sur leur plateforme de téléphone mobile. Google-Apple nouveaux gendarmes téléguidés par le pouvoir (ça ne rappelle rien aux Français ?)
    Alexandria Occasio-Cortez, congresswoman, pasonaria de la gauche radicale démocrate-Biden et icône médiatique, exige la création de « listes » des supporters de Trump ! Un Directeur d’ABC (grande chaîne par câble) exige qu’on les « purge ». Rien que ça… Des millions d’Américains en passe d’être fichés (NOTE en bas de page)
    Partout désormais, on traque les « déviants », on leur coupe les moyens de vivre et de s’exprimer, on les chasse des lieux publics, et la présidence démocrate n’a même pas encore commencé.
    Les démocrates vont contrôler désormais tous les pouvoirs : politique, finance, media, Big Tech. Ils ne cachent plus leur intention : écraser cette moitié du pays qui lui résiste.
    Les opposants de Trump aimaient se qualifier de résistance. Celle-ci est finie maintenant, le moment de l’épuration est venu. Les États-Unis étaient un phare de la liberté d’expression. Le phare s’éteint, une longue nuit commence.
    La moitié du pays qui refuse de souscrire au nouvel agenda progressiste néolibéral (Biden-Obama-HillaryClinton-milliardaires-financiers-Google mondialistes) n’a plus rien pour se défendre, même plus le rempart foutraque qu’était Donald Trump. Rien, sauf… des armes, beaucoup d’armes, achetées notamment lors des émeutes de l’été.
    Un pouvoir sans pitié contre une population armée jusqu’aux dents : tout cela ne peut que bien se terminer, n’est-ce pas ?
    Et quand on sait que ce qui se passe aux USA finit par arriver en Europe et en France…
    Quoique à bien y réfléchir, non, les Français sont devenus un peuple plus que pacifique. Faut-il parler de « lâchitude » ?
    NOTE : Ce décret semble être passé sous les radars.
    En France la police et la gendarmerie pourront ficher les activités politiques, les appartenances syndicales et les données de santé au nom de la sécurité publique ou de la sûreté de l’État, a jugé en référé, lundi 4 janvier, le Conseil d’État, en rejetant les requêtes des organisations syndicales CGT, FO, FSU et des associations de défense des droits de l’homme qui dénonçaient la grande « dangerosité » de ces fichiers.
    Les décrets, publiés le 4 décembre 2020 après avis du Conseil d’État et consultation de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), autorisent les forces de l’ordre à ficher les « opinions politiques », les « convictions philosophiques et religieuses » et « l’appartenance syndicale » avant le recrutement de fonctionnaires sur des postes sensibles, alors que les précédents textes se limitaient à recenser leurs « activités ». Identifiants, photos et commentaires sur les réseaux sociaux y seront aussi inscrits, comme les troubles psychiatriques. Les personnes morales – les associations, et donc les syndicats – sont également visée
    Article du journal Le Monde, publié le 5 janvier 2021

    J'aime

  3. Merci « Sieur Wolf » pour cet article succulent de Anne Sophie (sagesse) Chazaud (psychologie)!
    Il est inutile que j’en reprenne les divers points et arguments que j’agrée sauf que contrairement à elle, j’aime ce personnage de D.Trump que je comparais ailleurs à un éléphant dansant dans un magasin de porcelaine, avec des coups d’œil complices…Il est tout aussi vrai qu’à ses débuts d’investiture ma confiance en lui était plutôt négative…Errare humanum est.

    Mais, ce qu’elle n’énonce pas, ici est le rôle de Judas Iscariote joué par M.pence, rôle du traître sur commande (comme à l’époque précédant la crucifixion du Christ) qui permit au congrès de valider l’élection de la momie et surtout la mise au grand jour de tous les traîtres conservateurs!
    Le fils prodige est donc revenu vers « papa »;
    Stan Laurel et Oliver Hardy, les deux faisant la paire, ne font plus rire les marionnettes où qu’elles se trouvent!
    Micron et merkel-kébir danseront tôt ou tard…à poil! Ce qui ne déplaira pas à notre sauteuse de l’Elysée et à l’ange toute étonnée qu’un migrant puisse encore la désirer, elle aussi!
    Pardonnez-moi, donc, cette trivialité: L’état profond se l’est fait mettre bien profond; le marais a des flatulences, il fait des bulles « ponti-fécales »!
    Je me fends la pipe par les images qu’elle suscite dans mon imaginaire!

    Ceci étant dit, je suis entièrement d’accord avec notre « Lupus » quand il parle d’attitude messianique, donc attentiste, en voulant à tous prix considérer D.Trump comme un sauveur!
    L’Amérique n’est pas notre amie, elle que nous avons grandement aidé militairement pour qu’elle obtienne son indépendance, il n’y a pas si longtemps que cela, après tout!
    Mais si elle tombe, nous tombons aussi.

    Est-il utile de rappeler que Messieurs Vladimir Poutine et Donald Trump sont les DEUX seuls dirigeants de nations dites puissantes, encore en fonction, qui ne soient pas oxydés du cigare et dont le courage, la fidélité à leurs communes valeurs et la ténacité ne peuvent en aucun cas être mises en doute; que nous les aimions ou non…Je les aime tous deux pour les riches valeurs qu’ils représentent!

    J'aime

  4. Le Système capitaliste des milliardaires ne tient plus.
    Ni par le fric, ni par le politique.
    Seule solution la répression ou une bonne guerre.

    A moins qu’une bonne épidémie ne réduise la population mondiale à pas beaucoup, ça résoudrait bien des problèmes par ailleurs insolubles.

    Soumettre les faibles, diviser et museler les forts, seules façons de se maintenir au pouvoir.
    Un peu de terrorisme grâce au chaos entretenu, tous les ingrédients sont présents.
    Pour les cas graves, les forces d’interventions spéciales.
    Ah que ce monde est passionnant, de loin.

    crouic ahhrrgghh
    pas eu le temps d’en profiter.

    J'aime

  5. JP Sartre (de quel côté aurait-il été..?): « Le propre de la réalité humaine c’est qu’elle est sans excuse. Aucune excuse pour ne pa s lutter contre telle ou telle injustice, ni pour combattre telle ou telle iniquité. J’en suis responsable par principe, et par mon inaction, je m’en rends complice. »

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s