REBLOG

Italie : Salvini s’est-il plié ou est-il allé sous couverture en soutenant Draghi? Par Tom Luongo

Salvini s’est-il plié ou est-il allé sous couverture en soutenant Draghi?

Date: 8 février 2021Auteur: Tom Luongo

Matteo Salvini vient de poignarder les populistes à la gorge. Ou l’a-t-il fait? La marque italienne et le visage de la droite populiste italienne ont fait l’impensable ce week-end, en soutenant de manière très conditionnelle la tentative de l’ancien président de la BCE, Mario Draghi, de former un gouvernement.

Salvini, en tant que chef de la coalition de centre droit et de la Lega, est dans les limbes politiques. Il est impliqué dans un procès absurde en Sicile qui n’est rien de plus qu’un théâtre politique destiné à le traquer et à le délégitimer.

Il est hors du pouvoir depuis septembre 2019, date à laquelle il a brisé le gouvernement formé entre Lega et Five Star Movement (M5S). Le chef du M5S, Luigi Di Maio, a ensuite trahi les populistes du parti en concluant un accord avec leur diable personnel, les démocrates, pour rester au pouvoir.

À l’époque, la Lega de Salvini sondait entre 35 et 38% et aurait valsé au pouvoir via des élections si Di Maio n’avait pas conclu l’accord avec l’ancien Premier ministre Matteo Renzi.

Renzi a ensuite poignardé Di Maio en se séparant des démocrates, formant son propre parti qui n’a pratiquement aucun soutien populaire, mais il a emmené deux ministres du cabinet avec lui, faisant tomber ce gouvernement.

Et cela, brièvement, nous amène à aujourd’hui.

Aujourd’hui, les sondages, après un an et demi de traumatisme et de rupture de Salvini, ont changé mais pas autant que les gros titres le suggèrent.

Le soutien de Lega est coupé mais les Frères d’Italie (FdL) ont emmené ces électeurs et le FdL est plus à droite que la Lega plus centriste / populiste de Salvini.

À peu près le même pourcentage d’Italiens soutiennent les partis de la droite du centre, bien plus qu’en 2018. En fait, ce qui s’est passé, c’est que les populistes qui ont voté pour M5S en 2018 ont d’abord migré vers la Lega de Salvini une fois qu’il est devenu clair que M5S était incapable de gouverner.

Et puis une partie des électeurs de Lega s’est déplacée plus à droite pour soutenir les Frères (FdL). A aucun moment les centristes italiens, soutenus par l’establishment politique, n’ont obtenu un coup de langue.

Les Italiens comprennent ce qui se passe. Et je pense que les sondages à ce stade sont simplement le reflet à la fois de la confusion et de l’apathie des électeurs pour tous les jeux machivelliens exposés à Rome.

Ces gens tentent de sauver leur agenda pendant que le pays brûle autour d’eux. Il n’y a pas de meilleure métaphore de ce qui se passe que cela.

Et pourtant, cela ne finit jamais. Alors, la question est maintenant de savoir pourquoi Salvini a accepté de soutenir l’évident bruxellois Draghi alors qu’il est l’architecte des malheurs de l’Italie?

Je pense que la réponse réside dans une fouille dans le calcul politique de la situation.

  1. Salvini est en mesure de revenir au gouvernement et de garder une grande visibilité à l’approche des élections de l’année prochaine.
  2. M5S allait toujours soutenir Draghi ici, car ils n’ont aucun moyen de rester au pouvoir s’ils ne le font pas, mais le parti lui-même se fracture.
  3. Être celui qui se tient à l’écart pendant que le gouvernement est paralysé n’est pas une position forte. Laissez le FdL rassembler ces électeurs.
  4. Les gens sont en révolte ouverte contre les politiques de verrouillage et cela ne fera qu’empirer. Ils ne défendront pas l’austérité
  5. Mais l’austérité est exactement ce que Draghi prévoit de faire (voir cet article de Martin Armstrong sur le plan de Draghi )
  6. Salvini, s’il est intelligent (une affirmation douteuse) peut se retirer du gouvernement en signe de protestation, emmenant éventuellement Forza Italia ou même ce qui reste des populistes de M5S avec lui.
  7. La prime de temps (pression gamma) à l’effondrement du gouvernement augmente à mesure que nous nous rapprochons des élections de l’année prochaine, car de plus en plus de factions se rebelleront contre Draghi à cause de leurs protestations.

La réalité ici est que les populistes n’ont aucun effet de levier avec Mattarella au pouvoir en tant que président. Il s’est inséré de manière extra-constitutionnelle à plusieurs reprises depuis les résultats des élections de 2018 et a prouvé à maintes reprises que ce que les gens veulent compte tenu de ces résultats n’a pas d’importance.

Mais la réalité est aussi qu’un marais aussi profond que celui de Rome est capable de corrompre n’importe qui. Salvini n’est pas un sauveur, et il n’est peut-être pas un agent politique aussi astucieux que le prouve son stratagème raté pour les élections de 2019.

C’est probablement juste son aveu à tout le monde que jusqu’à ce que les règles du jeu changent, jusqu’à ce que lui et les factions anti-Bruxelles reçoivent de meilleures cartes à jouer par le peuple, se salir dans le régime technocratique de Draghi est le meilleur jeu.

Et cela n’en fait pas un bon ou même susceptible de réussir.

L’Italie est maintenant à l’avant-garde de la stratégie de réduction de la population de Bill Gates, le taux de natalité ayant chuté de 22% choquant neuf mois après le début des verrouillages. Rien ne sera épargné dans la quête d’un contrôle mondial, je suppose.

Parce que les banquiers centraux arrivent pleinement au pouvoir ici , repoussant toute opposition à leur usurpation des politiciens paralysés et se chamaillant.

C’est le gambit PR qui est affiché.

La nouvelle secrétaire au Trésor des États-Unis, Janet Yellen, appelle maintenant à une relance pratiquement illimitée tandis que les démocrates poussent pour de l’argent gratuit massif «pour les enfants» qu’ils ont conduit à des niveaux records de suicide pendant ces verrouillages insensés.

Les États-Unis doivent être matériellement affaiblis et ne plus être considérés comme une société fonctionnelle avec un dollar faible, une politique budgétaire et une politique intérieure faibles qui accéléreront la fuite des capitaux hors du pays.

D’autre part, Draghi exigera une austérité massive pour battre l’Italie à mort et Christine Lagarde à la BCE ne permettra à personne d’échapper à leur sort, affirmant récemment qu’il n’y aura aucune remise de dette sous quelque forme que ce soit.

C’est le même playbook qu’ils ont parcouru en Grèce en 2015 et l’Italie le sera en 2021. Et ce sera ainsi, tout comme en 2015, Angela Merkel en Allemagne le vendra au peuple allemand, tenant la ligne contre Deadbeats italiens.

D’ailleurs, des Deadbeats, que Mario Draghi lui-même a subventionnés, encouragés et créés à travers sa myriade de programmes de soupe à l’alphabet qui ont empêché l’euro de s’effondrer, emportant l’UE avec lui, tout en collant le futur projet de loi au peuple allemand, cf le ridicule TARGET 2 de l’Italie déséquilibres.

Mais aussi mauvais et mauvais que soient ces gens, ils sont dépeints comme des sages sans passion capables de nous délivrer de la partisanerie de la politique parlementaire.

Et c’est la partie la plus cruelle de ce puzzle politique byzantin, qui devient chaque jour de plus en plus bizarre et nu. L’inscription de Salvini pour faire de son mieux pour freiner de l’intérieur est probablement son inclinaison aux moulins à vent.

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s