REBLOG

Votre code moral a atteint son apogée, le cul-de-sac au bout de sa route. Et si vous désirez continuer de vivre, ce dont vous avez besoin n’est pas de revenir à la moralité… mais de la découvrir : John Galt dans Atlas Shrugged (Ayn Rand)

Votre code moral a atteint son apogée, le cul-de-sac au bout de sa route. Et si vous désirez continuer de vivre, ce dont vous avez besoin n’est pas de revenir à la moralité… mais de la découvrir : John Galt dans Atlas Shrugged.

EXTRAITS : « Comble du paradoxe, en voulant se saisir de justes causes pour bâtir un nouveau catéchisme, les adeptes de la pensée «woke» n’ambitionnent pas d’inclure mais d’exclure, ne cherchent pas à pacifier mais à hystériser, préfèrent non aplanir mais réveiller les passions. Si nous ne les arrêtons pas, ils finiront par piétiner le plus grand progrès de l’histoire de l’humanité: la naissance et la reconnaissance de la personne humaine, perçue pour ce qu’elle est et ce qu’elle fait elle-même et non à l’aune de ce qu’ont été ou ont fait ses ancêtres.

Ayn Rand, une romancière américaine du XXe siècle, n’a eu de cesse de traquer ce type de collectivisme frelaté aux allures de vertu. Que ce soit dans Nous les vivants, La source vive (Plon) ou Atlas Shrugged (La Grève,Les Belles Lettres), les héros randiens (Kira Argounova, Howard Roark, John Galt ou Dagny Taggart) incarnent tous un rapport pur à la raison tout en vouant un culte éthique et presque esthétique à l’individu, cette entité philosophique sacrée qu’elle qualifiait elle-même de «plus petite des minorités».

Dans Atlas Shrugged, John Galt, qui orchestre la grève des talents et de tous ceux qui s’estiment spoliés ou écrasés par le capitalisme de connivence, s’écrit: «Oui c’est une époque de crise morale (…). Votre code moral a atteint son apogée, le cul-de-sac au bout de sa route. Et si vous désirez continuer de vivre, ce dont vous avez besoin n’est pas de revenir à la moralité… mais de la découvrir.» Il paraît s’adresser à notre temps.

Dans une conférence de 1963 surle racisme et publiée par Les Belles Lettres, Ayn Rand apporte par anticipation des réponses claires au moralisme totalitaire qui s’étend sur nos rives: «Le racisme est la forme la plus abjecte et la plus brutalement primitive du collectivisme. C’est le fait d’accorder une importance morale, sociale ou politique à la lignée génétique à laquelle un homme appartient, et de croire queses traits sont héréditaires. Ce qui veut dire, en pratique, qu’un homme doit être jugé, non en fonction de son propre caractère et de ses propres actions, mais en fonction de ceux de ses ancêtres.»

Elle poursuit: «Il n’y a qu’un seul antidote au racisme: la philosophie individualiste (…) qui considère l’homme – chaque homme – comme une entité indépendante et souveraine qui possède un droit inaliénable à sa propre vie.» Elle va plus loin en dénonçant ceux qui, sous prétexte de lutter contre le racisme, refont du critère de la race un enjeu premier au lieu de ne plus en tenir compte. Cela implique «que les Blancs soient pénalisés pour les fautes de leurs ancêtres», comme s’il existait une «culpabilité raciale collective»«Ce principe est le même que celui du pire des racistes» et «est en train de détruire la base morale du combat» des antiracistes qui repose sur le principe des droits individuels pour tous.

Ce qui vaut pour la race vaut tout autant pour le genre. Le féminisme humaniste et éthique ne se construit pas contre les hommes mais avec les hommes et pour les femmes. Il est fondé sur notre commune appartenance à l’humanité. Qu’il est préoccupant d’avoir à rappeler de telles évidences… »

Source : Par Mathieu Laine. LE FIGARO. 9 mars 2021

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:,

3 réponses »

  1. Elle ne devait pas être bien poilante cette Ayn Rand, je n’ose imaginer le gouffre d’ennui que serait l’existence au milieu de 8 milliards d’être humains dont le seul absolu serait la raison. Le pire étant qu’elle prétend aimer les créateurs, mais que créee-t-on avec la seule raison? Où se trouve la raison dans les pyramides d’Égypte, les diadèmes d’argent de perles et de diamants (si si c’est bien que certains aient créé cela, c’est splendide à admirer, c’est de la beauté), dans les peintures de la renaissance ? Et même dans la nature et dans l’univers…à moins d’être créationniste et d’estimer que la création a un but je ne vois pas bien. A moins d’estimer que la seule création qui vaille soit celle de l’utilitarisme et du productivisme? L’homme n’est pas que raison et c’est fort heureux . Raison pour laquelle il aime, n’aime pas , choisit et préfère. Et pour laquelle il peut prendre le plus grand plaisir à rêver, à souhaiter l’impossible, à se délecter parfois de ses erreurs.

  2. la pensée woke est une pensée satanique comme la pensée communiste ou maoiste ou stalinienne.

Laisser un commentaire