Marché Obligataire

Commentaire : Retour et focus sur la stratégie de sortie de la FED

Aux Etats-Unis, la courbe des rendements des emprunts du Trésor est soumise à des tensions qui affectent notamment les émissions à long terme. En hausse de près de 0.2 point de pourcentage au terme de la semaine écoulée, le rendement du T-Note à dix ans avoisine 3.8%; celui du’Long Bond’à trente ans atteint 4.7%. Les emprunts à court terme sont épargnés, ce qui s’explique par le discours prudent formulé mercredi passé par  Bernanke.

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT :

Le Président de la Réserve Fédérale a apporté plusieurs précisions sur la stratégie de sortie que le FOMC entend poursuivre au cours des prochains mois.

Tout en réitérant l’engagement de maintenir des taux d’intérêt bas durant une période prolongée, le banquier central a esquissé plusieurs pistes conduisant à une normalisation de la politique monétaire.

Un relèvement du taux d’escompte d’un quart de point , hier fixé à 0.5% depuis décembre 2008, est intervenu ce qui le porte à 0.75%

C’est le premier depuis le début de la crise financière en 2007. La fenêtre d’escompte est une manière traditionnelle pour la Réserve fédérale de fournir des crédits aux banques américaines, généralement au jour le jour, quand le marché interbancaire n’y suffit pas. Elle est peu utilisée par les banques aujourd’hui, les’primary credits’ne représentent que 14.5 milliards de dollars pour un bilan se chiffrant à 2’200 milliards. Le relèvement du taux d’escompte a principalement valeur de symbole.

Dans un deuxième temps, le resserrement effectif de la politique monétaire passera par une réduction graduelle des réserves’excédentaires’déposées par les banques commerciales auprès de la Réserve Fédérale. Ces réserves dépassent actuellement 1’000 milliards de dollars et elles seront vraisemblablement retirées du système financier par le biais d’opérations inédites de «reverse repo»: à l’inverse des opérations de «repo» traditionnelles, c’est la banque centrale qui lèvera des fonds auprès des banques commerciales en «mettant en pension » ses propres actifs. Après une phase préliminaire de test, il est question d’augmenter progressivement le volume de ces opérations.

Dans la chronologie proposée par Bernanke, un relèvement des taux d’intérêt viendra ultérieurement et il consistera à rémunérer les réserves bancaires.

Ce faisant, la banque centrale devrait établir un taux «plancher». Ce taux de rémunération pourrait accéder au statut de taux d’intérêt de référence en lieu et place du taux d’intérêt des’Fed Funds’rendu peu pertinent en raison de l’abondance extraordinaire de liquidités aujourd’hui dans le système bancaire.

Quant aux programmes d’achats d’actifs, leur non-renouvellement paraît désormais acquis, mais la Réserve Fédérale n’envisage aucune vente d’actifs durant la première phase du resserrement monétaire.

Les 1’400 milliards de titres adossés à des hypothèques et emprunts des agences souveraines (type Freddie mac ou Maggie mae devraient donc rester dans le bilan de la banque centrale, dans l’attente d’une confirmation claire de la reprise.

EN COMPLEMENTS INDISPENSABLES :LE GRAPHIQUE QUI SUITExplosion des bilans des Banques Centrales (cliquez sur le lien)

Bernanke : La Fed relèvera bientôt son taux d’escompte (cliquez sur le lien)

 Commentaire : La politique des Banques Centrales et la Fed en particulier oscillent entre croissance et risque inflationniste (cliquez sur le lien)

Laisser un commentaire