Douce France

Marc de Scitivaux : Le cimetière des occasions perdues

Marc de Scitivaux  : Le cimetière des occasions perdues

  En avril 1988, un rapport sur les retraites était remis au président de la République. On pouvait y lire qu’en l’absence de toute modification, la situation deviendrait insoutenable: en 2010, le déficit devait dépasser 10 milliards… de francs.

PLUS DE SCITIVAUX EN SUIVANT :

François Mitterrand allait en faire un argument de campagne pour sa réélection en déclarant que ce rapport n’avait aucune base réelle et que la droite cherchait à faire peur aux Français. En fait, cette étude allait se révéler beaucoup trop optimiste: les chiffres en francs se sont transformés en euros!

L’histoire bégaye! Les données du Conseil d’orientation des retraites semblent cataclysmiques. Elles sont pourtant établies, même pour la version dite « pessimiste« , à partir d’hypothèses économiques beaucoup trop optimistes.

Douce France : La retraite à 63 ans avec 45 ans de cotisation couvrent la moitié du déficit de 2050 (cliquez sur le lien)

Martine Aubry a cédé à la tentation de les contester et d’accuser le gouvernement de faire peur aux Français. Espérons qu’il s’agit d’un petit réflexe politicien et qu’elle ne répétera pas la faute (le crime?) de son illustre prédécesseur, qui consiste à cacher la vérité aux Français en flattant le défaut d’électeurs sourds aux avertissements des Cassandre.

La réforme des retraites n’a pas été la seule victime de la campagne présidentielle de 1988. Le gouvernement Chirac-Balladur avait, en 1986, supprimé l’impôt sur les grandes fortunes instauré par le gouvernement Mauroy. Ce « cadeau aux riches » fut considéré comme une des raisons de la défaite de Jacques Chirac. Depuis, la droite tétanisée n’ose plus toucher à l’icône sacrée. Pire, loin de supprimer l’ISF, rétabli par Rocard, le gouvernement Juppé supprima le plafond que Rocard avait prudemment institué.

Le bouclier fiscal instauré en 2007 n’est qu’une tentative honteuse de pallier les pires effets d’un impôt envisageable dans un monde fermé mais aux conséquences dramatiques dans un monde ouvert. Il n’est qu’à voyager dans les pays limitrophes de la France pour voir de combien de constructions, d’emplois et de recettes de TVA on se prive quand le « riche délocalisé » bâtit, embauche et consomme à l’étranger. La Fontaine se moquait du paysan qui tuait la poule aux œufs d’or. L’ISF ne la tue pas, elle la chasse.

Taxes à gogo : Réduire l’incitation à l’évasion fiscale assure la prospérité (cliquez sur le lien)

Certains responsables socialistes envisagent de remplacer l’ISF par une augmentation des droits de succession ou/et une nouvelle tranche d’impôt sur le revenu. Ils ont raison. Si ces propositions sont le prix à payer pour la disparition d’un impôt coûteux fiscalement et désastreux économiquement, eh bien, payons-le!

Pour les retraites ou pour l’ISF, le principe de réalité commence à s’imposer. C’est une bonne nouvelle mais il aura fallu plus de vingt ans.

Marc de Scitivaux – Le Journal du Dimanche

BILLET PRECEDENT : Marc de Scitivaux : Le monde? Il va très bien, merci! (cliquez sur le lien)

ON LIRA AVEC INTERET : DSK et les retraites (BLOG ICONOMIE) (cliquez sur le lien)

Les injustices méconnues des retraites  (BLOG IMMOBILIER-FINANCE-GESTION) (cliquez sur le lien)

EN COMPLEMENT : Retraite: report de l’âge décidé selon la presse, le gouvernement dément

Plusieurs médias ont affirmé samedi que le gouvernement avait déjà décidé de reculer l’âge légal de la retraite dès janvier 2011, une information qu’a démentie « formellement » à l’AFP le ministère du Travail, répétant que la réforme n’était pas encore bouclée. 

« Aucune décision n’a été prise concernant les retraites, au-delà du document d’orientation publié la semaine dernière », a affirmé l’Elysée à l’AFP. 

Ce n’est pas la première fois que des médias affirment que le gouvernement aurait déjà tranché, alors que la concertation avec les partenaires sociaux est encore en cours. Mais les informations publiées samedi par LeMonde.fr, LExpress.fr et LesEchos.fr convergent dans leurs détails. 

« L’âge légal de 60 ans devrait être remis en cause dès le 1er janvier prochain », affirme LeMonde.fr, sans citer de source. 

Un recul jusqu’à quel âge? 62 ou 63 ans « semblent plus probable », avance LesEchos.fr, citant de « très bonnes sources ». « La décision n’est pas formellement prise, mais le relèvement s’appliquera progressivement à partir du 1er janvier 2011 », ajoute-t-il. 

Quant à la durée de cotisation nécessaire pour une retraite à taux plein, qui aura atteint 41 ans en 2012, elle « pourrait passer à 41,5 ans en 2020 et tendre vers 42 ans dix ans plus tard », poursuit-il. 

« L’âge légal de départ en retraite sera allongé de un trimestre par an à partir de janvier 2011. Jusqu’à 62 ou 63 ans », indique aussi L’Express.fr, évoquant un allongement parallèle de la durée de cotisation jusqu’à « 42 ans et un trimestre en 2030 ». 

Les trois sites internet affirment par ailleurs que le gouvernement cherchera entre 3 milliards et 4 milliards d’euros de recettes nouvelles, citant notamment la taxe sur les hauts revenus qui pourrait rapporter 600 millions d’euros. 

Ils affirment aussi que le gouvernement souhaite augmenter le taux de cotisation des fonctionnaires, moins élevé que pour les salariés du privé. 

Interrogé par l’AFP, le ministère du Travail « dément formellement ces informations ». « Tout sera connu au moment de la présentation du projet de réforme autour du 20 juin », a-t-il ajouté

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s